DESCRIPTIF DE VOTRE IMAGE


 


1968 -2018 : Cinquante ans de Mai 68 

 

Dernier grand soulèvement qu'ait connu notre pays, Mai 68 n'en finit pas de faire parler. Mais derrière les inoubliables slogans, les photographies d'étudiants et d'ouvriers en grève, la grande révolte cherche encore son héritage.
Alors que reste-t-il de de cet évènement qui a profondément bouleversé la société française ?

 Découvrez donc ce mois de mai, notre sélection au sein de la foisonnante production éditoriale consacrée au cinquantième anniversaire de Mai 68.
Nous avons choisi des livres qui font sentir le souffle et l'esprit de Mai ; des livres qui permettent aux nouvelles générations de comprendre l'enchainement des événements et/ou des revendications qui ont changé notre façon de vivre : refus de l'autorité, égalité homme-femme, libération sexuelle, individualisme et entrée dans la société de consommation, sortie de la société catholique, démocratisation des syndicats etc

DESCRIPTIF DE VOTRE IMAGE

 

Commémorer Mai 68 ? - Collectif


Voici une anthologie dirigée par une professeure de lettres, Sophie Doudet, qui a choisi et commenté sept textes de grands intellectuels français. Il en ressort des analyses complètement différentes qui font la richesse de ce petit livre. En effet, quand Jean-Paul Sartre voit dans Mai 68 un formidable désordre libérateur de parole, éloigné de toute politique, Jean-Paul Aron dénonce pour sa part une récupération politique et intellectuelle qu'il apparente à une sorte de mascarade. Pour Antoinette Fouque, les évènements de Mai resteront le rendez-vous manqué des femmes qui devront s'émanciper seules dans les années 70. Pour Gilles Lipovetsky, Mai 68 est surtout symptomatique de son fameux concept "d'ère du vide" : une manifestation joyeuse où l'individualisme a pris le pouvoir.
Un excellent outil de culture générale pour tous ceux qui veulent aborder Mai 68 par des textes écrits a posteriori.

DESCRIPTIF DE VOTRE IMAGE

 

L'évènement 68 - Emmanuelle Loyer

L'événement 68 est un ouvrage qui raconte la plus célèbre des révoltes de façon originale : à travers les écrits et les discours de l'époque.
Nous pouvons revivre cette période à travers des textes de sociologues parmi lesquels Castoriadis et Bourdieu, de journalistes ou bien encore à travers les slogans des étudiants, tous acteurs d'une façon ou d'une autre de Mai 68.
L'historienne Emmanuelle Loyer offre avec ce livre non seulement un précieux flashback et une immersion dans l'avant et les conséquences de Mai 68, mais aussi un fin travail de recherche et d'analyse.


 

Mai 68

Mai 68

  • Grand format 14.00 €
DESCRIPTIF DE VOTRE IMAGE

 

Marseille années 68 - Olivier Fillieule, Isbelle Sommier


Contrairement aux idées reçues, Mai 68 n'est pas un mouvement exclusivement parisien. Les chercheurs Isabelle Sommier et Olivier Fillieule, grâce à des archives récemment rendues publiques et à une colossale enquête menée dans cinq grandes villes (Marseille, Lyon, Nantes, Lille, Rennes) proposent une histoire et une sociologie de territoires militants, loin de Paris et complètement délaissés par la recherche.
C'est sur le département des Bouches du Rhône et de sa capitale, Marseille, que les auteurs s'attardent. Ils raniment une histoire politique et sociale inédite de la région en nous faisant revivre les mobilisations de citoyens "ordinaires" dans une cité phocéenne avant-gardiste où sont engagés les combats pour les travailleurs immigrés, les femmes et les homosexuels.

 
DESCRIPTIF DE VOTRE IMAGE

 

Forget 68 - Daniel Cohn-Bendit


Extrait :
« Je crois que 68 c’est la fin du mythe révolutionnaire, la fin de la révolution et le début des mouvements de libération qui continueront dans les années 70, 1980, jusqu’à aujourd’hui […] Si l’on tient à chercher une faille dans 68, elle est du côté de son rapport au pouvoir […] Là où 68 s’est effectivement trompé, c’est dans son mot d’ordre « Élections, pièges à cons ! »

Notre avis :  De mai 68 perçu comme une révolte contre une société autoritaire et bloquée, à aujourd’hui et à la société du « je » dans laquelle le « nous » a du mal à émerger, Cohn-Bendit, revient sur 50 ans de vie politique et sociale française. Du libertaire à l’homme politique chevronné, l'engagement et la liberté de ton sont restés intacts.
Un livre d’entretiens qui se lit d’une traite : il permet de relire les évolutions sociétales et politiques depuis 1968 et de questionner le futur.

DESCRIPTIF DE VOTRE IMAGE

 

Le jour où mon père s'est tu - Virginie Linhart


Extrait « Oui, cette période de 68 a évidemment laissé des traces. La preuve, cet enfermement que je ressens, qui me pousse à écrire aujourd’hui pour essayer de mieux comprendre ce que j’ai vécu […] Oui, j’ai fait miens certains des principes de ces années (l’idée que tout est politique, la contestation de l’autorité, la lutte pour l’égalité des sexes, le féminisme), tout en rejetant radicalement un certain nombre d’autres (le militantisme, la liberté sexuelle, la dénonciation de l’ordre bourgeois, le laxisme envers la drogue). Je suis dans un perpétuel marchandage intérieur… »
Que sont devenus les enfants de soixante-huitards ? Ce récit à la première personne est à la fois le témoignage douloureux de Virginie Linhart dont le père Robert, fondateur de la Gauche prolétarienne et auteur de L’Établi, s’est muré dans le silence depuis les années 80, et celui de ses amis d’enfance (Thomas Piketty, Sylvain Kahn, Jérôme Sainte-Marie, Lamiel Barret-Kriegel etc.) qu’elle questionne sur leurs souvenirs et sur leurs valeurs aujourd’hui.  
Notre avis :  Peut-être la meilleure porte d’entrée pour comprendre l’ouragan libertaire (mais aussi dogmatique) qui va enflammer les années 68, sans oublier les ravages qui en découleront,ni les valeurs que nous leur devons encore.

DESCRIPTIF DE VOTRE IMAGE

 

L'établi - Robert Linhart


Extrait « Tenir une réunion. Dehors c’est vraiment la moindre des choses. Mais ici, à l’usine, j’ai brusquement le sentiment d’une indécence à l’idée de solliciter de quelques camarades de travail deux ou trois heures, sans raison grave, juste pour voir ce qu’on pourrait faire […] Je me dis alors, qu’il faut respecter le rythme de vie des gens et qu’on ne peut faire irruption à l’improviste dans un équilibre qui a tant de mal à se reconstituer chaque soir, à la fin de chaque semaine. Et puis, il y a la peur. » p. 67
« Il essaye de garder la tête penchée sur son établi, mais il ne peut s’empêcher de lancer des petits coups d’œil par en-dessous, et de tressaillir à chaque éclat de de voix de Bineau. Ses mains sont moins sûres. Il ne sait plus dans quel ordre il doit effectuer les opérations. N’y avait-il pas un bordereau des tâches là-dessus, dont il a depuis longtemps oublié le libellé ?» p. 179 

Les intellectuels à l’usine : On ne peut parler de Mai 68 sans évoquer les débuts du maoïsme en France ni son corollaire : tous ces étudiants qui décidèrent d’aller travailler en usine. Robert Lehnart a travaillé un an dans l’usine Citroën avant de se faire virer. Court récit, L’Établi décrit le monde ouvrier, les OS, les travailleurs immigrés, la peur des syndicats et les rapports d’autorité tels qu’ils existaient alors.
Notre avis : Un livre important, servi par une très belle écriture.
 

DESCRIPTIF DE VOTRE IMAGE

 

Tigre en papier - Olivier Rolin


Extrait « Tu vois nous étions à la fois très durs et très infantiles, prêts à tuer sans doute et à nous faire tuer sûrement, et en même temps tremblants devant le sexe, et terrifiés aussi par l’autorité d’un chef qui n’était jamais qu’un étudiant un peu plus savant que nous […] Gédéon était comme oint par l’Histoire et aussi par la « Théorie », comme on disait. Car il avait été un proche élève de ce philosophe […] ce maître dont le grand public n’apprendrait le nom que le jour où il étranglerait sa femme… »
En quelques mots : la voiture dans laquelle le narrateur tente de raconter à la fille de son meilleur ami (mort en tombant d’une tour de l’église Saint-Sulpice) ce que sont devenus les intellectuels révolutionnaires de sa "bande" des années 68-70, ne cesse de tourner sur un périphérique dont l'étau semble se resserrer vers la mort.
« Tigre de papier est né du constat que mon passé révolutionnaire me devenait, à moi-même, énigmatique" a récemment déclaré Olivier Rolin. On le croit : regarder défiler dans le rétroviseur la bande d’intellos mao, pieds nickelés de la révolution, acteurs des débuts d'un certain terrorisme, qui bientôt verseraient dans l’alcool et la drogue ou, pour certains reviendraient à la littérature, en tout cas à la société de consommation, laisse pantois.

DESCRIPTIF DE VOTRE IMAGE

 

Le trait 68 - Collectif


 « Sous les pavés la plage », « La beauté est dans la rue », « Il est interdit d’interdire », autant de slogans qui nous rappellent des images, des affiches au style bien particulier. Car avec Mai 68, de nouvelles formes de graphisme font leurs apparitions. Cette insoumission artistique mêlant dessin et écriture (graffitis, motifs récurrents, pochoirs)  participe pleinement à la contestation en envahissant l’espace public.  Dans ce beau livre, trois universitaires en racontent l'histoire graphique, et un nouveau régime visuel annonciateur du street art.
 

empty