Le régiment immortel ; la guerre sacrée de Poutine

Le régiment immortel ; la guerre sacrée de Poutine

Résumé

Chaque 8 mai, la Russie célèbre la « Grande Victoire » de la Seconde Guerre mondiale. Des défilés sont organisés partout en Russie mais aussi à travers le monde. Ces défilés sont ceux du « Régiment immortel ». Pourquoi cet engouement soudain, quand la guerre est terminée depuis plus de 70 ans ? En perdant l'URSS, les Russes sont devenus une puissance régionale pauvre et mal aimée de ses voisins. Le génie de Poutine a été de redonner aux Russes la fierté de leur passé soviétique en occultant progressivement ses côtés sombres. Or la victoire sur le nazisme n'est-elle pas le moment le plus glorieux de l'époque soviétique ? Par un tour de passe-passe, le peuple russe, qui a « gagné la guerre contre le mal absolu », devient porteur du bien absolu. Et Staline, une figure populaire, désormais préférée à Poutine et à Pouchkine. La conscience nationale ainsi sacralisée, il n'est pas difficile à au gouvernement, qui s'appuie sur une armada de journalistes et de « technologues politiques », de convaincre le « petit peuple » que tous ses agissements sur la scène internationale et à l'intérieur du pays (aggressions contre l'Ukraine et la Géorgie, extinction de la liberté de la parole et de réunion, assassinats politiques), est légitime : le Régiment immortel ne doit-il pas rester prêt à défendre la Patrie et à écraser ses ennemis ?

Customer reviews

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9791094841983
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 286 Pages
  • Longueur 22 cm
  • Largeur 15 cm
  • Épaisseur 2 cm
  • Poids 388 g
  • Distributeur Interforum

Série : Non précisée

Rayon(s) : Sciences humaines & sociales > Sciences politiques & Politique > Vie politique dans le monde > Europe

Rayon(s) : Littérature générale > Actualités & Reportages

Galia Ackerman

Spécialiste du monde russe et postsoviétique, Galia Ackerman est journaliste à Radio France Internationale, essayiste et traductrice, entre autres, d'Anna Politkovskaîa. Historienne de formation, elle est également chercheur associé au laboratoire LASAR de l'université de Caen, qui étudie les aspects sociaux de la catastrophe de Tchernobyl.

empty