Fermeture exceptionnelle : les livres papiers ne peuvent être achetés en librairie

L'invention de l'anniversaire L'invention de l'anniversaire
L'invention de l'anniversaire L'invention de l'anniversaire

L'invention de l'anniversaire

À propos

Depuis quand fêtons-nous l'anniversaire de notre naissance ? Le point de départ de l'enquête est le Livre des costumes de Matthäus Schwarz. Ce bourgeois d'Augsbourg a reconstitué les plus grandes étapes de son existence, via l'évolution de son apparence vestimentaire. Mais pareille préoccupation est encore exceptionnelle à la fin du moyen Âge, bien qu'elle ne soit pas sans précédent : Marco Polo, par exemple, la découvrit avec surprise chez le Grand Khan... Ainsi, en remontant dans le temps, l'auteur tente d'élucider les raisons pour lesquelles le Moyen Âge, peu soucieux du jour de la naissance et de l'âge exact des individus, a effectué au cours du XIVe siècle un retournement lourd de conséquences de la mort vers la vie. Il nous raconte le lent établissement de la pratique de l'anniversaire, de ses rites - compliments, chansonnette, cadeaux, bougies - notamment dans les milieux aristocratiques de l'époque moderne et plus tardivement, dans les milieux populaires.

Categories : Sciences humaines & sociales > Histoire > Histoire généralités

  • EAN

    9782918682004

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    2 cm

Infos supplémentaires : Broché  

Jean-Claude Schmitt

Jean-Claude Schmitt, né en 1946, est directeur émérite à l'École des hautes études en sciences sociales. Spécialiste de l'anthropologie historique, il a publié aux Éditions Gallimard La raison des gestes dans l'Occident médiéval (Bibliothèque des Histoires, 1990), Les revenants. Les vivants et les morts dans la société médiévale (Bibliothèque des Histoires, 1994), Le corps, les rites, les rêves, le temps. Essais d'anthropologie médiévale (Bibliothèque des Histoires, 2001), Le corps des images. Essais sur la culture visuelle au Moyen Âge (Le Temps des Images, 2002).

empty