La nuit de Getshémani ; essai sur la philosophie de Pascal

Traduction J. EXEMPLIARSKY  - Langue d'origine : RUSSE

À propos

La nuit de Getshémani, Pierre s'endormit et ne put prévenir le Christ de l'arrivée des soldats. Depuis, nous dit Pascal, « Jésus est à l'agonie jusqu'à la fin des temps et il ne nous faut pas dormir pendant tout ce temps-là ». Cette folle injonction est le point de départ de l'essai de Chestov, qui veut toutefois la prendre au pied de la lettre et nous enjoint à notre tour de rester éveillés pour qu'une nouvelle nuit de Getshémani, pour l'homme, ne se reproduise pas ; pour que l'homme ne se voit pas condamné à l'agonie jusqu'à la fin des temps, parce qu'il n'aura pas veillé sur sa liberté première que lui octroie la connaissance.
Texte d'une puissance inouïe, la Nuit de Getshémani est aussi un essai sur la philosophie de Pascal, délivré des oripeaux dont l'ignorance et quelquefois l'enseignement scolaire l'auront affublé.



Categories : Sciences humaines & sociales > Philosophie > Philosophie généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur la philosophie

  • EAN

    9782841622887

  • Disponibilité

    Indisponible

  • Nombre de pages

    112 Pages

  • Longueur

    15.5 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    1.2 cm

  • Poids

    99 g

  • Distributeur

    Harmonia Mundi

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Léon Chestov

Né à Kiev dans une famille juive, Léon Chestov (1866-1938) commence dès 1895 à fréquenter les cercles littéraires et philosophiques russes. Après la parution de son second livre, L'Idée du bien chez Tolstoï et Nietzsche, Diaghilev lui propose de collaborer à sa revue Le Monde de l'art. Après avoir vécu en Suisse, en Italie, en Allemagne, il quitte
dé nitivement la Russie en 1920 pour se  xer à Paris jusqu'à la  n de sa vie, et écrit beaucoup: les éditions de la Pléiade de Schi rin se lancent dans un premier projet d'OEuvres complètes en 1926, et la NRF publie des Pages choisies en 1931.
C'est après-guerre qu'il exerce en France la plus grande in uence - son Kierkegaard et la philosophie existentielle paraît
un an après sa mort en 1939. Camus proclame sa dette envers Chestov dès 1942. Georges Bataille cotraduit chez
Vrin son deuxième livre. Yves Bonnefoy écrit en 1967 son essai «L'obstination de Chestov» pour le nouveau projet d'OEuvres complètes des éditions Flammarion: 4 volumes seulement seront publiés, traduits par le musicologue, critique et traducteur Boris de Schloezer, ami de l'auteur.

empty