L'ambulance 13 T.9 ; pourquoi ?

L'ambulance 13 T.9 ; pourquoi ?

, ,

Résumé

L'ultime tome de la saga. 11 novembre 1918. Si les armes se taisent, les rancoeurs ne s'éteignent pas. Celle qu'entretient Dervilly à l'encontre des survivants de l'Ambulance 13 reste d'autant plus vive que l'ex-maître principal devenu inspecteur de la Sureté, a les moyens de l'exercer. Le hasard plaçant l'Écaille sur son chemin, il n'aura de cesse de le harceler, jusqu'à l'envoyer passer quelques jours à la prison de la Santé. Incarcéré, l'Ecaille aggrave son cas en participant à une rixe dans laquelle un gardien est tué. C'est la peine de mort assurée. Louis Bouteloup met alors tout en oeuvre pour défendre son ancien camarade de tranchée.

Customer reviews

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

  • EAN 9782818947111
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 48 Pages
  • Longueur 32 cm
  • Largeur 24 cm
  • Épaisseur 1 cm
  • Poids 666 g
  • Distributeur Hachette

Patrick Cothias

Né le 31 décembre 1948 à Paris, Patrick Cothias se retrouve en première année de Philo à la fac de Nanterre en 1968. En 1969, il se fait réformer du service militaire pour incompatibilité caractérielle et interrompt sauvagement ses études pour consacrer deux ans à faire le tour du monde en stop, avec 3 francs six sous en poche. En 1970, il vend ses premiers textes dans le Journal de Téhéran, du temps du Shah botté.En 1972, de retour au « pays », il fait la connaissance des jeunes Régis Loisel, Serge Letendre, Max Cabane, Michel Rouge, Fabien Lacaf, etc. Il hésite encore entre la plume et le pinceau. A défaut de pouvoir s'entendre avec les « néo-anarchistes » de la jeune presse pseudo-contestataire qu'il juge trop « caca-boudin » (il a déjà donné), il publie ses premiers travaux de bd dans les revues du groupe Fleurus (Gazoline, pour Pierre Guilmard) ainsi qu'aux Editions Vaillant où il devient, sans le vouloir, le faire-valoir de Jean Richard : ce dernier étant censé raconter, en son nom propre, de courtes histoires animalières. En 1975, toujours dans "Pif-Gadget", Cothias écrit la série Les Sandberg avec Alfonso Font. Il scénarise aussi un grand nombre d'épisodes de Sylvio le Grillon pour Philippe Luguy. Il se prête au "Journal de Mickey" pour gérer quelques aventures des neveux de Donald et de l'Oncle Picsou.Parallèlement, il fait une très courte intrusion dans "Pilote" avec son désormais grand ami Loisel, et dans "Métal Hurlant", tout seul, comme une bête. Toujours avec Loisel, il participe aux Nocturnes et co-signe les scénarios de Norbert le Lézard, pour les éditons Kesselring.Très accessoirement, à l'occasion d'un concours, il obtient le Grand prix Nicolas Goujon du meilleur dessinateur.En 1980, il crée Masquerouge pour Juillard, qu'il vient enfin de rencontrer, puis pour Marco Venanzi. Après une collaboration avec "Okapi" (Snark Saga puis Trafic pour Philippe Sternis (Grand prix jeunesse du festival d'Angoulême 86), Force 9 pour Billon, avec la participation de Jean-Claude Forest). Il publie chez Dargaud Orn Coeur de Chien pour Olivier Taffin.En 1981, il entre aux éditions Glénat où il multiplie les séries, notamment Les Sept Vies de l'Epervier pour Juillard, Le Vent des Dieux et Les Eaux de Mortelune pour Philippe Adamov.Dans les années 2000, il se fait plus discret dans le domaine du scénario BD, sans pour autant renier ses premières amours. Ainsi, dés 2006, chez Bamboo, il entreprend de publier Le Sceau de l'Ange avec André Le Bras. En réalité, depuis le début du troisième millénaire Patrick Cothias s'est engagé résolument dans l'écriture à quatre mains de quelques gros romans, en collaboration avec Patrice Ordas. Ces titre voient le jour dans les gondoles des libraires, à commencer par Mortelune (2 volumes simultanés), aux Editions Anne Carrière, en novembre 2009.

Patrice Ordas

  • Pays : France
  • Langue : Francais

Patrice Ordas est un spécialiste du roman historique, obtenant le Prix Beauchamp pour son premier volume :ÿLes Griffes de l'Hermine. De sa précédente collaboration avec Patrick Cothias nait Monsieur Nemo et l'éternité aux éditions Passavent. Leurs récentes collaborations littéraires, L'Ambulance 13 et L'OEil des Dobermans, sont adaptées en bandes dessinées chez Bamboo / Grand Angle. Ordas a également signé chez Anne Carrère le roman Les Eaux de Mortelune, et plus récemment chez Grand Angle romans Le Ventre de l'araignée et Le Fils de l'officier, à quatre mains avec Cothias.

Alain Mounier

Alain MOUNIER naît en 1958 à Aubenas en Ardèche. Il débute en publiant sa première histoire complète chez Circus édité par Glénat puis poursuit en 1983 chez le même éditeur avec D'un enfer à l'autre. Puis il s'associe avec Roger Brunel en 1985 et livre Le Solitaire. En 1990, il dessine Tango scénarisé par Frank Giroud. Puis chez Dargaud, Alain Mounier signe Dock 21 avec un scénario de Rodolphe. Parallèlement, il réalise quelques récits pour Vents d'Ouest, Dupuis, Bayard... Aux éditions Média 1000, il livre Confessions érotiques, puis dans la même veine Les Trois soeurs Darnum chez Glénat en 1996. Il faudra attendre 1995 pour que sa première bande dessinée Le fléau d'Alzerad soit publiée par le fanzine Fun en Bulles. En 1998, Alain Mounier poursuit son travail avec la collaboration de Rodolphe et entreprend Master chez P&T Productions. En 1999 et 2000, il signe Exit 1 puis Exit 2 chez Albin Michel. Il dessine en 2002 le tome 6 du Décalogue intitulé L'échange scénarisé par Frank Giroud et participe avec Rossi et Bonnet à Une folie très ordinaire la même année toujours chez Glénat.

empty