Orders on the website are suspended until: 16/08/2024

About

Source d'estime de soi, de liens et de reconnaissance sociale, le travail expose de plus en plus l'individu à l'angoisse de n'être plus « à la hauteur », au stress de la compétition, à la souffrance psychique qui pousse certains jusqu'au suicide. L'auteur décrypte l'interaction entre les causes psychiques, sociales et économiques de cette mutation. Au total, le système managérial au service de la performance financière est la cause première du mal être au travail et non la fragilité des individus. Le nouveau management public étend au secteur public les méfaits d'une gestion inhumaine longtemps rodée dans le privé. Les « raisons » de la colère des travailleurs ont ici un double sens : explication de ses causes et validation de la résistance. Car résister, exprimer la colère plutôt que la résignation, est la plus raisonnable des réactions pour éviter que les individus retournent contre eux-mêmes une violence nourrie par ce système.

Vincent de Gaulejac:
Président du réseau international de sociologie clinique, professeur émérite à l'université de Paris-VII-Diderot, il est notamment l'auteur au Seuil de La Société malade de la gestion (2005).


Categories : Entreprise, économie & droit > Sciences économiques > Sciences économiques généralités > Faits de société / Actualité


  • Authors

    Vincent de Gaulejac

  • Publisher

    Points

  • Distributeur

    Mds

  • Publication date

    12/03/2015

  • Collection

    Points Economie

  • EAN

    9782757851302

  • Availablity

    Available

  • Nombre de pages

    448 Pages

  • Height

    17.8 cm

  • Width

    10.9 cm

  • Thickness

    3 cm

  • Poids

    258 g

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

Vincent de Gaulejac

Vincent de Gaulejac, professeur à l'université de Paris VII, directeur du Laboratoire de changement social. Ses multiples travaux sur les mutations du management et ses conséquences sociales font référence (notamment, Le Coût de l'excellence (avec N. Aubert) et La Société malade de la gestion, tous deux publiés au Seuil).

empty