Le mur des cons

Résumé

Ce fut ce qu'on a appelé le « mur de la honte ». On dénonce, on ricane, on bafoue les droits de de ceux dont on ne partage pas les idées réelles ou supposées. Et ces juges se « vengent ». Le temps est venu de révéler les rapports malsains qui règnent aujourd'hui au sein de la magistrature, dans les arrière-cours des palais, mais aussi dans les relations entre juges, politiques, médias, opinion publique. J'ai connu à titre personnel les premières marques de cette volonté politique de « caporaliser » la justice. Le pouvoir et les juges portent une part de responsabilité de cette dérive. Cette politisation de certains magistrats a ouvert une faille, un espace dans lequel le monde politique s'est engouffré pour délégitimer l'oeuvre de la justice. Le préjudice est irréparable. Il est urgent de nommer les dérives pour y mettre fin. Il y va de notre avenir et de la démocratie.

Customer reviews

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782226443557
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 256 Pages
  • Longueur 23 cm
  • Largeur 15 cm
  • Épaisseur 2 cm
  • Poids 354 g
  • Distributeur Hachette

Rayon(s) : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Thèmes et questions de société

Philippe Bilger

  • Pays : France
  • Langue : Francais

Né en 1943 à Metz, Philippe Bilger entame sa carrière dans la magistrature en 1970. Aujourd'hui magistrat honoraire et conseil en stratégie et psychologie judiciaire, il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la cour d'assises de Paris. Il a été amené à requérir dans un certain nombre d'affaires à fort retentissement médiatique : Christian Didier (assassin de Bousquet), Bob Denard, Émile Louis, Maxime Brunerie (tentative d'assassinat de Jacques Chirac), François Besse, Youssouf Fofana (gang des barbares)... Il a pris personnellement position en faveur du maintien des « peines plancher » et de la suppression du juge d'instruction afin de « sortir d'une justice d'autorité pour entrer dans une justice de contradiction et d'explication ». Il est l'auteur de plusieurs romans et essais, dont Pour l'honneur de la justice (Flammarion, 2006), J'ai le droit de tout dire (Rocher, 2007), Vingt minutes pour la mort : Brasillach, le procès expédié (Rocher, 2011), La France en miettes (Fayard, 2013). Il tient un blog et publie des articles dans Causeur et Service littéraire.

empty