Pour l'Empire t.2 ; les femmes

(Dessins), (Dessins)

À propos

Envoyée aux confins de l'empire, une légion constituée de soldats aguerris arrive en territoire inconnu et hostile. Pour la première fois, ces hommes d'élite - emmenés par un capitaine courageux - vont connaître le doute. Mais qui aurait pu imaginer qu'un peuple constitué de femmes guerrières et pourtant séduisantes, de véritables amazones, se dresseraient face à eux ? Un récit homérique construit comme une odyssée.



Categories : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Bandes dessinées > Ados / Adultes > Action / Aventures

  • EAN

    9782205066418

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    55 Pages

  • Longueur

    30 cm

  • Largeur

    22.9 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    442 g

  • Série

    pour l'Empire

  • Distributeur

    Mds

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Relié  

Merwan

  • Pays : France
  • Langue : Francais

Après un bac scientifique, Merwan Chabane sort diplômé des Arts Décos section animation et intègre les Gobelins, toujours en animation. Il travaille ensuite dans le jeu vidéo où il signe notamment de nombreux décors, effectue des story-boards pour des longs métrages, puis en 2002 réalise le court métrage d'animation « Biotope » qui remporte une multitude de prix dans des festivals du monde entier (Valence, Hiroshima, Clermont-Ferrand, Rome, Turin, Téhéran, etc.). En 2003, il dessine une histoire de l'ouvrage « Carmen Travis, Les Récits » chez Delcourt, réalise sept spots publicitaires pour Orange, tourne un nouveau court-métrage, « Clichés de Soirées », et signe son premier album de bande dessinée, « Pankat », pour la collection Equinoxe de Vents d'Ouest.

Bastien Vivès

Son père, Jean-Marie Vivès, travaille comme peintre illustrateur et photographe ; sa mère officie quant à elle au sein de Passe-Murailles, une société spécialisée dans les décors cinématographiques. La vocation artistique de Bastien Vivès semble, presque, toute tracée.
Tout en menant de solides études spécialisées (il fréquente tour à tour un lycée technique de dessin, l'école supérieure d'arts graphiques Penninghen, à paris), et, toujours dans la capitale, la section animation des Gobelins, le jeune homme adopte le pseudonyme de Bastien Chanmax et imagine Poungi, un pingouin rappeur, mal dégrossi et misogyne. Après une publication sur internet (accessible un temps sur bkcrew), Danger public, une filiale des éditions de Tournon, en propose deux recueils en 2006.
« Elle(s) », publié cette fois sous son véritable nom, inaugure, en 2007, la collection « KSTR » des éditions Casterman. Succès d'estime. L'année suivante, Vivès inaugure la Boucherie, une tranche de vie débitée chez Warum. Pour « KSTR », il conçoit « Hollywood Jan », en tandem avec Michaël Sanlaville, puis « le Goût du chlore », que d'aucuns saluent comme un ouvrage majeur. Le Festival international de la bande dessinée d'Angoulême ne s'y trompe pas et lui décerne, en 2009, le prix Essentiel Révélation.
En 2009, en collaboration avec Alexis de Raphalis, il cosigne « Juju Mimi Gégé Chacha », un album chez Ankama. Avec « Dans mes yeux », l'auteur innove une fois de plus.
Fin 2009, toujours pour « KSTR », il se lance dans « Amitié étroite ». De nouveau pour Casterman, mais cette fois pour la collection « Ecritures », il dessine « Une nuit d'été dans le sud de la France », un récit intégré dans le collectif « Quelques jours en France ».
Encore inconnu au milieu des années 2000, Bastien Vivès se positionne désormais parmi les auteurs les plus prometteurs, les plus ambitieux de sa génération.

empty