Sports

  • 50 ans dans les coulisses du tennis mondial Nouv.

    " Mon boulot consiste à accueillir des joueurs de tennis venus de tous les pays, champions en devenir, à l'apogée ou sur le retour, des types formidables ou bien des "baltringues' de toutes espèces. " A 82 ans et toujours sur la brèche, incollable sur la jeune génération comme sur les champions du passé, c'est comme ça qu'elle s'exprime, Danielle Bombardier - Babie pour les intimes : de sa voix rocailleuse, ensoleillée par son enfance au Maroc, voilée par trop de cigarettes fumées nerveusement, avec des mots crus qu'on lui pardonne.
    Un parcours en forme de feu d'artifice, dont le final n'est pas à l'ordre du jour. Attachée au service " Relations joueurs " à Roland- Garros de 1973 à 1983, en plein boom du tennis, puis dans les plus prestigieux tournois français qu'elle a contribué à faire prospérer, ce petit bout de femme est une grande gueule, dotée d'un coeur débordant d'amour et d'humour. Danielle Bombardier, meilleure amie de Yannick Noah, nous propose une immersion totale dans l'univers bruissant des coulisses du tennis professionnel.
    Une aventure humaine, riche en amitié.

  • « Le sport est comme un point d'un hologramme qui porte le tout de la société en lui, mais aussi sa singularité : le jeu, dont le péril de la dégénération en violence est contrôlé par l'arbitre. Il en est de même de la démocratie, contrôlée par le vote. Tout système vivant démocratique vit à la limite du danger. La démocratie elle-même manque du système qui lui permettrait d'empêcher un parti totalitaire de prendre le pouvoir. Nous sommes certes dans un monde où la violence délirante s'accroît, et il est curieux que le sport n'y soit pas plus entraîné. On ne lance pas des bombes dans les stades. » Edgar Morin aime le sport en tant qu'il procure de la joie au « peuple ». Il connait la liesse des stades, et particulièrement celle du Maracanã Mais c'est en sociologue qu'il nous livre son analyse critique du phénomène sportif. Infatigable combattant de la cause des opprimés, le penseur de la complexité s'exprime ici sur l'idéologie de la performance, le culte de la jeunesse et l'identité nationale.
    Face à une vision économique et sociale regrettable, qui peut faire du sport une aliénation, Edgar Morin nous rappelle que l'un des caractères fondamentaux de l'être humain, c'est d'être Homo ludens, l'homme du jeu.

  • « L'homme de Néandertal était petit, râblé, puissant. On le voit bien meilleur boxeur et catcheur, quand les premiers Homo sapiens étaient certainement plus forts à la course à pied. Ce serait drôle de voir leurs différentes qualités sportives si vous les mettiez tous les deux sur un stade ! » Comment s'est opéré le passage de la quadrupédie à la bipédie ? Qu'appelle-t-on chez les sportifs le syndrome de Lucy ? Quand l'homme a-t-il développé sa capacité à jouer ? Quel avenir envisager pour l'Homo sapiens toujours en quête de performances nouvelles ?
    Par le prisme du corps et du sport, Yves Coppens nous livre un passionnant petit traité de l'évolution humaine, faisant le point sur les connaissances que nous en avons aujourd'hui et sur le fruit de ses propres recherches. Il décrit le passé et questionne l'avenir de l'homme, préférant à un certain pessimisme ambiant une curiosité et un enthousiasme toujours renouvelés.

  • « La résilience par le sport, c'est la métamorphose du handicap auquel on ne se soumet pas, et qui nous conduit ainsi à la réparation narcissique. Au concept de "morale sportive", je préfère celui d'empathie, dans lequel je me représente le monde de l'autre. Même sans loi, quelque chose m'empêche. Dans le sport, c'est le règlement qui freine, et non le sujet lui-même. L'empathie est plus morale que le sport.
    J'aime le sport de «petit niveau» parce qu'il socialise, il moralise, il produit une relation humaine, et fait naître une épopée. » Par le prisme du sport, qu'il a pratiqué jeune adulte, Boris Cyrulnik nous entretient de la « condition humaine », avec la bienveillance qui le caractérise.
    Phénomène social majeur du xxe siècle, le sport constitue à ses yeux un magnifique terrain de reconstruction. Le concept de résilience, qu'il a fait connaître, trouve dans le sport une application exemplaire.
    Son approche anthropologique le conduit aussi à former l'hypothèse de la naissance des conventions de jeux dès l'avènement de la conscience de l'autre chez l'enfant, et du plaisir qui jaillira de se mesurer à lui. Ainsi, ce « protosport » de l'Homo ludens s'enracinerait dans l'être en devenir dès les premiers temps de l'humanité.

  • Bleu à l'âme

    Christophe Dominici

    Joueur talentueux, ancien ailier du XV de France, Christophe Dominici est brutalement décédé le 24 novembre 2020, à l'âge de 48 ans. La nouvelle de sa mort a provoqué un choc et une très vive émotion dans le milieu du rugby et, plus largement, chez tous les amoureux du sport, chacun se souvenant de ses exploits à Toulon, à Paris et en équipe de France.
    Cette nouvelle édition de l'ouvrage très personnel qu'il a publié en 2007 est enrichi d'une Lettre à mon fils, signée de son père, Jean Dominici. Quatre personnalités du rugby lui rendent également hommage dans des préfaces : Yann Delaigue, son coéquipier au Racing Club de Toulon, Max Guazzini, ancien président du Stade Français Paris, Fabien Galthié, coéquipier de Christophe Dominici à Paris et en équipe de France, devenu ensuite son entraîneur, actuel sélectionneur du XV de France, et Bernard Laporte, ancien sélectionneur et président de la Fédération française de rugby.
    Bleu à l'âme n'est pas une autobiographie comme les autres. Le livre de Christophe Dominici est une confession bouleversante, celle d'un homme qui ne cache pas ses doutes et ses souffrances, et qui, sans doute, portait en lui les germes du drame à venir. Douleur immense de la perte brutale d'une grande soeur adorée ; dépression terrible lorsque sa femme Ingrid décide de le quitter. Jamais impudique mais toujours sincère, Christophe Dominici met à nu ses paradoxes, les subtilités du psychisme d'un champion d'exception. Le portrait d'un joueur vif et subtil, tantôt désarmant de simplicité, tantôt fougueux, à qui la vie a beaucoup donné mais aussi beaucoup repris.

  • Ocean's songs

    Olivier de Kersauson

    Partant du principe que l'homme libre part pour apprendre et revient pour rendre compte, Olivier de Kersauson a décidé de raconter sa géographie maritime. Il fait le portrait de ses mers comme il pourrait dresser le portrait d'une femme. Il nous révèle, surtout, son destin singulier de skipper d'exception. Pour la première fois peut-être, dans Ocean's Songs, il se dévoile.

  • 100 ans de passion, mais aussi de rêve, de magie, de Petits Poucets devenus des héros, de joie et de records.

    Quel joueur, quel entraîneur, quel président, amateur ou professionnel, n'a pas rêvé de l'accrocher à son palmarès ? Réaliser l'exploit, jouer le match d'une vie, susciter la passion des supporters, la ferveur d'une région, d'un pays, entrer dans l'histoire... Il n'est qu'à revivre la fabuleuse épopée de Calais club de CFA (4e division), pour prendre la mesure de l'aventure sportive et humaine, individuelle et collective, que représenter la Coupe de France.

    Compétition unique, trophée culte créé par la Fédération française de football en 1917, la Coupe de France fête son centenaire. 100 ans d'exploits, de records, d'anecdotes, de joueurs et d'équipes hors du commun, à l'image des trois sacres successifs du Red Star dans les années 1920, de la reprise de volée de Jean-Michel Larqué en 1975, des quatre titres de Guy Roux, du triplé de Jean-Pierre Papin en 1989, des dix victoires de l'Olympique de Marseille et du Paris-Saint-Germain...

    100 ans d'histoire enfin, car la Coupe de France est bien plus qu'une compétition sportive. Si les présidents de la République sont toujours au rendez-vous lors des finales, c'est que la Coupe a traversé les guerres, surmonté les crises, changé de règles et de stades pour ses finales, tout en conservant sa magnifique dimension populaire. Aujourd'hui, plus de 7 000 clubs amateurs rivalisent avec les professionnels.

    Ce livre événement nous permet de revivre toutes les histoires qui ont fait la légende de la Coupe. La Coupe de France change de siècle, mais n'a pas fini de nous faire rêver.

  • La biographie très attendue de l'enfant terrible du football français.

    Arrogant, talentueux, séduisant, exaspérant, insoumis... autant de qualificatifs qui viennent à l'esprit quand on se penche sur la personnalité complexe d'Éric Cantona. Un être charismatique, un joueur d'exception, qui ne cesse de fasciner. Mais qu'en est-il de l'homme, derrière le mythe ?

    Nourrie par 200 entretiens avec les principales personnalités qui accompagnèrent cette carrière tumultueuse, Cantona, le rebelle qui voulut être roi est une biographie incontournable, couronnée, outre-Manche, par le prix du Meilleur Ouvrage consacré au football.

    Philippe Auclair retrace, dans ce portrait intime et passionnant, l'ascension de cet enfant de la banlieue marseillaise, recruté dès l'âge de 15 ans par Guy Roux pour l'AJ Auxerre avant de rejoindre l'équipe de France quelques années plus tard. C'est le début de l'ère des scandales : enchaînant les clubs (dont l'Olympique de Marseille), cumulant les différends avec joueurs, entraîneurs et responsables fédéraux, multipliant les incartades sur le terrain, Éric Cantona décide finalement de renoncer au football. Mais, poussé par ses admirateurs, et notamment Michel Platini, il gagne l'Angleterre et devient l'attaquant vedette de Manchester United, le king Éric. Loin de l'hagiographie, cet ouvrage ne contourne aucun des épisodes délicats qui ponctuèrent le parcours chaotique de ce joueur exceptionnel.

  • Le Russe Dmitry Rybolovlev, 50 ans, est classé 148e fortune mondiale par le magazine Forbes. Installé en principauté, il est depuis Noël 2011 le président de l'AS Monaco, régénérée depuis son arrivée : alors dernier de Ligue 2, le club a atteint les quarts de finale de la Ligue des champions. Figure polymorphe, médecin urgentiste diplômé de cardiologie, homme d'affaires de dimension internationale ayant transformé l'entreprise Uralkali en géant du potassium, il a été marqué par ses onze mois de prison.

    Des confins de l'Oural au stade Louis-II... Cet essai biographique reconstitue la saga épique de ce personnage timide, déterminé et mystérieux. Il dissèque son destin hors du commun et plonge au coeur des coulisses d'une équipe de football, entre transferts et négociations. Une enquête de sa ville natale de Perm à l'île de Skorpios d'autant plus complète que, pour la première fois, Dmitry Rybolovlev a accepté de lever le voile et de se confier.

    Un document rare.

  • Champion

    Raymond Poulidor

    Les confessions d'une destine hors normes... Il a crois le fer avec les plus grands champions, a vaincu Eddy Merckx et fut l'adversaire privilgi de Jacques Anquetil, d'abord ennemi farouche, ensuite ami, enfin frre de lgende. Leur ascension du puy de Dme, notamment, est encore dans toutes les mmoires... presque 80 ans, " cet ternel jeune homme ", comme l'crivait son ami Antoine Blondin, tmoigne avec motion, nous raconte ses coups d'clat, ses victoires, sa malchance, les entourloupes dont il fut parfois victime, ses deuximes places, ses invraisemblables cabrioles, la qute du maillot jaune de ses rves d'enfant. Jamais il n'avait parl ainsi de sa trajectoire. Lui qui semblait condamn, par ses origines modestes dans une ferme creusoise, une vie laborieuse, anonyme et ingrate, voici qu' force de bravoure il a fonc vers la lumire jusqu' devenir l'une des personnalits prfres des Franais. " Je rponds, confie-t-il, presque toutes les sollicitations, conscient d'apporter du bonheur, mme si c'est avec le rcit de mes malheurs. " Non, sa " Poupoularit ", comme il l'appelle, ne l'a pas gn, bien au contraire : " Le jour o plus personne ne me reconnatra sera le pire de ma longue vie. " Qu'il se rassure, ce n'est pas encore demain la veille. dition tablie avec la collaboration de Bernard Verret.

  • Athènes, 15 août 2004. À 17 ans, Laure Manaudou remporte le titre olympique du 400 m nage libre, cinquante-deux ans après le sacre de Jean Boiteux aux Jeux olympiques d'Helsinki de 1952. Laure devient en quelques mois la sportive préférée des Français. Portée par son charisme, elle repousse les limites de sa discipline bien au-delà des succès de ses illustres prédécesseurs. Dans le sillage du phénomène Laure Manaudou, la natation tricolore se décomplexe... Les Français peuvent gagner ! Ils en ont l'étoffe et le talent, à l'image d'Alain Bernard, champion olympique en 2008 à Pékin, de Camille Muffat, Yannick Agnel et Florent Manaudou, couronnés aux Jeux olympiques de Londres ou du relais 4 x 100 m nage libre masculin sacré champion du monde en 2013.

    Dans ce livre, enrichi de photographies exceptionnelles, la Fédération française de natation nous raconte vingt ans de succès, de la genèse à l'apothéose, en passant par les podiums qui ont jalonné une progression hors du commun.

  • Patrice Martin, l'homme qui semblait danser sur l'eau et qui survola durant des années le ski nautique de compétition, nous propose ici une autobiographie intense et légère à la fois.

    « Le Petit Prince », ainsi surnommé par la presse française pour sa précocité, la douceur de son visage et ses dons prodigieux, qui sera entraîné par son père durant tout son parcours sportif, a battu son premier record de France des figures à l'âge de douze ans. Dans la foulée, il cumule les titres, pulvérise les records, devient le maître mondial du combiné, cotation qui consacre les meilleurs des trois disciplines du ski nautique : les figures, le slalom et le saut. Il est encore aujourd'hui le sportif français le plus titré, depuis un siècle, en records du monde, d'Europe et de France (12 titres de champion du monde, 34 titres de champion d'Europe en 25 ans de compétition internationale).

    Celui qui sut devenir un artiste complet de son sport, alliant stratégie, technicité et maîtrise physique, au moment d'arrêter sa carrière, a choisi de publier aujourd'hui un livre sur l'histoire de sa vie, un témoignage émouvant et pudique qui retrace les principaux moments de son existence d'enfant et de champion hors du commun avec le même tact et la même justesse qu'on lui connaissait sur les plans d'eau.

  • Salaires des joueurs, violence, racisme, dopage, matchs truqués. ?



    Et quoi encore ?
    Tout le monde veut faire le procès du football ! Alors j'ai décidé de l'instruire. À charge et à décharge.
    Juge et partie, me direz-vous ?
    J'aime le football, comme beaucoup d'entre vous. Cela ne m'empêche pas de détester ce que j'y vois parfois.
    Mais ce que je déteste par-dessus tout, c'est l'injustice, les préjugés, les idées reçues et la mauvaise foi.
    Fort de vingt années de bénévolat, comme président de la Ligue de football professionnel et auparavant à la Fédération française, j'ai pris tour à tour l'habit du procureur et la robe de l'avocat pour tenter de démêler le vrai du faux dans les principales accusations portées contre le football français d'aujourd'hui.
    À vous, lecteurs, de juger !

  • Bowling

    Virginie Thobor

    Le bowling est partout dans le monde. Très populaire, il est pratiqué par des millions de personnes, en famille, entre amis ou dans des clubs. Le plaisir d'abattre des quilles et de réaliser un strike reste le but de tout joueur. Un loisir, certes, mais avant tout un sport. Le faire découvrir, donner les clés de la réussite, telles sont les ambitions de Bowling. Du loisir à la pratique sportive, ce livre transforme les débutants d'un jour en joueurs de toujours. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le bowling vous sera révélé, et, de curieux, vous deviendrez passionnés.

    Novateur, original et dynamique, l'ouvrage indispensable à tout professionnel ou amateur.


    Sous la direction de Virginie Thobor.
    Bowling est conçu par un comité de spécialistes nationaux et internationaux de la Fédération française de bowling et de sport de quilles.

  • Lorsqu'il évoque la peur, la joie, le stress, le courage, le don, la solitude, la sueur, les larmes ou le sang des tennismen, Patrick Proisy sait de quoi il parle : 6e joueur mondial en 1972, finaliste de Roland-Garros la même année, 1/2 finaliste de l'Australian Open 1973, il a été numéro1 Français et joueur de Coupe Davis de 1971 à 1977. De 1968 à 1981, il a côtoyé plusieurs générations de champions. Des Laver, Rosewall, Emerson aux Nastase, Kodès, Orantès, Gimeno, Ashe en passant par les Connors, Borg, Vilas, Panatta, Tanner pour finir par les Gerulaitis, McEnroe, Leconte et Noah, il a joué contre eux ou suivi de près leurs carrières. A travers ces vingt-sept « nouvelles », il porte un regard tendre et pertinent sur un siècle de tennis. Page après page, ses héros deviennent des amis tandis que la narration nous régale de destins et de valeurs universelles bien au-delà des courts et des normes.

  • L'homme araignee

    Robert/Hoel

    1 m 65, 50 kilos. Alain Robert n'était pas taillé pour réaliser des exploits surhumains. Et pourtant, il a, toute sa vie, relevé les défis les plus inouïs. Depuis les huit étages de l'immeuble familial qu'il grimpe à l'âge de 12 ans parce qu'il a perdu ses clés, jusqu'aux 828 mètres de la Burj Khalifa qu'il escalade devant 100 000 spectateurs au souffle coupé à Dubaï, en passant par les voies les plus extrêmes des falaises sur lesquelles il parfait sa technique, Alain Robert n'a jamais reculé devant la difficulté ni même l'impossible.Malgré son vertige chronique. Malgré ses crises d'épilepsie. Malgré ses nerfs sectionnés, ses os broyés et autres séquelles de chutes qui le rendent invalide à 66 % selon le verdict des experts médicaux, bluffés par son mépris de la douleur et des pronostics alarmistes. Malgré la prison, aussi, où il séjourne souvent : dans certains pays, on ne part pas à l'assaut des gratte-ciels sans se frotter avec la justice.

    Il faut lire cette histoire pour comprendre comment une volonté s'éveille, s'affirme, s'impose.

    Alain Robert fait partie de ces hommes qui, dans une quête effrénée et vitale de liberté, interrogent nos limites, en les soumettant aux frayeurs viscérales des simples mortels que nous sommes. L'ennemi qu'il s'ingénie à combattre depuis toujours porte un nom que nous connaissons bien : le vide.

  • Adolescents, Olivier et Cécile s'étaient juré qu'ils partiraient ensemble, en voilier, au bout du monde. Puis ils se sont mariés et ont eu des enfants. Et, un jour, ils ont décidé de réaliser leur rêve.

    Traverser l'Atlantique, affronter les quarantièmes rugissants et les cinquantièmes hurlants, puis franchir le cap Horn pour aller s'enfoncer dans le labyrinthe de glace des canaux chiliens, là où d'autres - et non des moindres - se sont perdus. C'est l'objectif un peu fou que se fixe ce jeune couple - ils ont respectivement 30 et 28 ans - avec ses cinq enfants dont l'aîné a 8 ans ; le sixième, Mériadec, naîtra... pendant le voyage.

    De l'achat du bateau au grand départ de Bénodet, de la cocasse traversée du golfe de Gascogne au combat contre les tempêtes venues de l'Antarctique, cette famille pas comme les autres nous fait partager en direct son incroyable périple, sur les traces de Christophe Colomb et de Magellan.

    Olivier et Cécile de La Rochefoucauld travaillent dans le bâtiment. Ils vivent près de Lyon avec leurs enfants.

  • Né en 1903, le Tour de France s'aventure dans les Pyrénées en 1910. Les coureurs les surnomment aussitôt « le cercle de la mort ». Si le jeudi 21 juillet 1910 Gustave Garrigou gravit la montagne « l'âme angoissée », si Octave Lapize traite les organisateurs de « criminels », c'est qu'ils craignent, comme le reste du peloton, d'être dévorés par les ours dans les lacets du Tourmalet... Dans ce livre, Christian Laborde nous fait revivre les grands moments pyrénéens du Tour. Tout y est : les paysages, les lieux que l'auteur connaît très bien, les champions et ces gens qui, sur les pentes des grands cols, encouragent en anglais, en basque, en occitan, en italien, en français les héros de la Grande Boucle. Le premier Luchon-Bayonne, l'empoisonnement de Paul Duboc en 1911, la fourche brisée d'Eugène Christophe en 1913, Napoléon Paoli heurtant un âne dans Bayonne-Luchon en 1920, Lucien Buysse dans la boue du Tourmalet en 1926, mais aussi le sacrifice de René Vietto, la chevauchée fantastique de Jean Robic, le bidon de Fausto Coppi, l'élégance d'Hugo Koblet, le méchoui de Jacques Anquetil, Eddy Merckx à Mourenx, la chute de Luis Ocaña dans le col de Menté, l'attaque de Poulidor dans le Pla-d'Adet, Bernard Hinault, Miguel Indurain, Jan Ullrich, Lance Armstrong dans Luz-Ardiden... Un véritable roman d'aventures.

  • Les pensées, blagues et anecdotes réunies dans cet ouvrage, toutes plus désopilantes les unes que les autres, ne laissent aucun doute : le rire et le foot font très souvent bon ménage. Que l'humour soit volontaire ou non, cruel ou moqueur, il est en tout cas bien présent, sur le terrain comme dans les vestiaires. Paroles d'humoristes, de joueurs, d'entraîneurs, de commentateurs, c'est à un véritable festival que nous vous invitons ici, qui ne laissera personne sur la touche ! "Depuis que le PSG caracole en tête du championnat de France de football, les supporters parisiens ont retrouvé une bonne raison de se saouler. Ils en trouveront une autre si les résultats sont moins bons." (Coluche) "ça m'est égal de perdre tous les matchs si on est champion à la fin de la saison." (Mark Viduka) "Je suis fermement convaincu que si vous marquez un but, l'autre équipe doit en marquer deux pour l'emporter." (Howard Wilkinson) "Arriver dans la surface et ne pas pouvoir tirer au but, c'est comme danser avec sa soeur." (Diego Maradonna) "On a perdu parce qu'on n'a pas gagné." (Ronaldo) "J'aimerais bien jouer dans un club italien. Comme le FC Barcelone, par exemple." (Mark Draper)

  • 5 octobre 2003, hippodrome de Longchamp.
    Le Prix de l'Arc de triomphe vient de s'achever. Le vainqueur tend la main en se retournant vers la foule comme pour la prendre à témoin de son exploit. Il s'appelle Christophe Soumillon. Il vient de faire une entrée fracassante dans le gotha des jockeys. Et il n'a que 22 ans... Pour en arriver là, le petit « Soumi » a dû se battre. Issu d'un milieu modeste, élevé par des parents dont les relations tumultueuses ont contribué à forger son caractère rebelle, il s'est fabriqué un destin d'exception à force de volonté et de travail. Un destin qui l'a conduit des petites courses de la banlieue bruxelloise à la prestigieuse écurie de Son Altesse l'Aga Khan, l'un des plus grands propriétaires du monde. A 26 ans, Christophe Soumillon a déjà tout connu : la gloire et les épreuves, l'amour et les blessures, les défaites qui rendent plus fort et les victoires qui repoussent les limites. Mais il n'a pas fini de se lancer à la conquête de ses rêves d'enfance.

empty