Sports généralités

  • 50 ans dans les coulisses du tennis mondial Nouv.

    " Mon boulot consiste à accueillir des joueurs de tennis venus de tous les pays, champions en devenir, à l'apogée ou sur le retour, des types formidables ou bien des "baltringues' de toutes espèces. " A 82 ans et toujours sur la brèche, incollable sur la jeune génération comme sur les champions du passé, c'est comme ça qu'elle s'exprime, Danielle Bombardier - Babie pour les intimes : de sa voix rocailleuse, ensoleillée par son enfance au Maroc, voilée par trop de cigarettes fumées nerveusement, avec des mots crus qu'on lui pardonne.
    Un parcours en forme de feu d'artifice, dont le final n'est pas à l'ordre du jour. Attachée au service " Relations joueurs " à Roland- Garros de 1973 à 1983, en plein boom du tennis, puis dans les plus prestigieux tournois français qu'elle a contribué à faire prospérer, ce petit bout de femme est une grande gueule, dotée d'un coeur débordant d'amour et d'humour. Danielle Bombardier, meilleure amie de Yannick Noah, nous propose une immersion totale dans l'univers bruissant des coulisses du tennis professionnel.
    Une aventure humaine, riche en amitié.

  • « Le sport est comme un point d'un hologramme qui porte le tout de la société en lui, mais aussi sa singularité : le jeu, dont le péril de la dégénération en violence est contrôlé par l'arbitre. Il en est de même de la démocratie, contrôlée par le vote. Tout système vivant démocratique vit à la limite du danger. La démocratie elle-même manque du système qui lui permettrait d'empêcher un parti totalitaire de prendre le pouvoir. Nous sommes certes dans un monde où la violence délirante s'accroît, et il est curieux que le sport n'y soit pas plus entraîné. On ne lance pas des bombes dans les stades. » Edgar Morin aime le sport en tant qu'il procure de la joie au « peuple ». Il connait la liesse des stades, et particulièrement celle du Maracanã Mais c'est en sociologue qu'il nous livre son analyse critique du phénomène sportif. Infatigable combattant de la cause des opprimés, le penseur de la complexité s'exprime ici sur l'idéologie de la performance, le culte de la jeunesse et l'identité nationale.
    Face à une vision économique et sociale regrettable, qui peut faire du sport une aliénation, Edgar Morin nous rappelle que l'un des caractères fondamentaux de l'être humain, c'est d'être Homo ludens, l'homme du jeu.

  • « L'homme de Néandertal était petit, râblé, puissant. On le voit bien meilleur boxeur et catcheur, quand les premiers Homo sapiens étaient certainement plus forts à la course à pied. Ce serait drôle de voir leurs différentes qualités sportives si vous les mettiez tous les deux sur un stade ! » Comment s'est opéré le passage de la quadrupédie à la bipédie ? Qu'appelle-t-on chez les sportifs le syndrome de Lucy ? Quand l'homme a-t-il développé sa capacité à jouer ? Quel avenir envisager pour l'Homo sapiens toujours en quête de performances nouvelles ?
    Par le prisme du corps et du sport, Yves Coppens nous livre un passionnant petit traité de l'évolution humaine, faisant le point sur les connaissances que nous en avons aujourd'hui et sur le fruit de ses propres recherches. Il décrit le passé et questionne l'avenir de l'homme, préférant à un certain pessimisme ambiant une curiosité et un enthousiasme toujours renouvelés.

  • « La résilience par le sport, c'est la métamorphose du handicap auquel on ne se soumet pas, et qui nous conduit ainsi à la réparation narcissique. Au concept de "morale sportive", je préfère celui d'empathie, dans lequel je me représente le monde de l'autre. Même sans loi, quelque chose m'empêche. Dans le sport, c'est le règlement qui freine, et non le sujet lui-même. L'empathie est plus morale que le sport.
    J'aime le sport de «petit niveau» parce qu'il socialise, il moralise, il produit une relation humaine, et fait naître une épopée. » Par le prisme du sport, qu'il a pratiqué jeune adulte, Boris Cyrulnik nous entretient de la « condition humaine », avec la bienveillance qui le caractérise.
    Phénomène social majeur du xxe siècle, le sport constitue à ses yeux un magnifique terrain de reconstruction. Le concept de résilience, qu'il a fait connaître, trouve dans le sport une application exemplaire.
    Son approche anthropologique le conduit aussi à former l'hypothèse de la naissance des conventions de jeux dès l'avènement de la conscience de l'autre chez l'enfant, et du plaisir qui jaillira de se mesurer à lui. Ainsi, ce « protosport » de l'Homo ludens s'enracinerait dans l'être en devenir dès les premiers temps de l'humanité.

  • Bleu à l'âme

    Christophe Dominici

    Joueur talentueux, ancien ailier du XV de France, Christophe Dominici est brutalement décédé le 24 novembre 2020, à l'âge de 48 ans. La nouvelle de sa mort a provoqué un choc et une très vive émotion dans le milieu du rugby et, plus largement, chez tous les amoureux du sport, chacun se souvenant de ses exploits à Toulon, à Paris et en équipe de France.
    Cette nouvelle édition de l'ouvrage très personnel qu'il a publié en 2007 est enrichi d'une Lettre à mon fils, signée de son père, Jean Dominici. Quatre personnalités du rugby lui rendent également hommage dans des préfaces : Yann Delaigue, son coéquipier au Racing Club de Toulon, Max Guazzini, ancien président du Stade Français Paris, Fabien Galthié, coéquipier de Christophe Dominici à Paris et en équipe de France, devenu ensuite son entraîneur, actuel sélectionneur du XV de France, et Bernard Laporte, ancien sélectionneur et président de la Fédération française de rugby.
    Bleu à l'âme n'est pas une autobiographie comme les autres. Le livre de Christophe Dominici est une confession bouleversante, celle d'un homme qui ne cache pas ses doutes et ses souffrances, et qui, sans doute, portait en lui les germes du drame à venir. Douleur immense de la perte brutale d'une grande soeur adorée ; dépression terrible lorsque sa femme Ingrid décide de le quitter. Jamais impudique mais toujours sincère, Christophe Dominici met à nu ses paradoxes, les subtilités du psychisme d'un champion d'exception. Le portrait d'un joueur vif et subtil, tantôt désarmant de simplicité, tantôt fougueux, à qui la vie a beaucoup donné mais aussi beaucoup repris.

  • Le Russe Dmitry Rybolovlev, 50 ans, est classé 148e fortune mondiale par le magazine Forbes. Installé en principauté, il est depuis Noël 2011 le président de l'AS Monaco, régénérée depuis son arrivée : alors dernier de Ligue 2, le club a atteint les quarts de finale de la Ligue des champions. Figure polymorphe, médecin urgentiste diplômé de cardiologie, homme d'affaires de dimension internationale ayant transformé l'entreprise Uralkali en géant du potassium, il a été marqué par ses onze mois de prison.

    Des confins de l'Oural au stade Louis-II... Cet essai biographique reconstitue la saga épique de ce personnage timide, déterminé et mystérieux. Il dissèque son destin hors du commun et plonge au coeur des coulisses d'une équipe de football, entre transferts et négociations. Une enquête de sa ville natale de Perm à l'île de Skorpios d'autant plus complète que, pour la première fois, Dmitry Rybolovlev a accepté de lever le voile et de se confier.

    Un document rare.

  • Champion

    Raymond Poulidor

    Les confessions d'une destine hors normes... Il a crois le fer avec les plus grands champions, a vaincu Eddy Merckx et fut l'adversaire privilgi de Jacques Anquetil, d'abord ennemi farouche, ensuite ami, enfin frre de lgende. Leur ascension du puy de Dme, notamment, est encore dans toutes les mmoires... presque 80 ans, " cet ternel jeune homme ", comme l'crivait son ami Antoine Blondin, tmoigne avec motion, nous raconte ses coups d'clat, ses victoires, sa malchance, les entourloupes dont il fut parfois victime, ses deuximes places, ses invraisemblables cabrioles, la qute du maillot jaune de ses rves d'enfant. Jamais il n'avait parl ainsi de sa trajectoire. Lui qui semblait condamn, par ses origines modestes dans une ferme creusoise, une vie laborieuse, anonyme et ingrate, voici qu' force de bravoure il a fonc vers la lumire jusqu' devenir l'une des personnalits prfres des Franais. " Je rponds, confie-t-il, presque toutes les sollicitations, conscient d'apporter du bonheur, mme si c'est avec le rcit de mes malheurs. " Non, sa " Poupoularit ", comme il l'appelle, ne l'a pas gn, bien au contraire : " Le jour o plus personne ne me reconnatra sera le pire de ma longue vie. " Qu'il se rassure, ce n'est pas encore demain la veille. dition tablie avec la collaboration de Bernard Verret.

  • L'homme araignee

    Robert/Hoel

    1 m 65, 50 kilos. Alain Robert n'était pas taillé pour réaliser des exploits surhumains. Et pourtant, il a, toute sa vie, relevé les défis les plus inouïs. Depuis les huit étages de l'immeuble familial qu'il grimpe à l'âge de 12 ans parce qu'il a perdu ses clés, jusqu'aux 828 mètres de la Burj Khalifa qu'il escalade devant 100 000 spectateurs au souffle coupé à Dubaï, en passant par les voies les plus extrêmes des falaises sur lesquelles il parfait sa technique, Alain Robert n'a jamais reculé devant la difficulté ni même l'impossible.Malgré son vertige chronique. Malgré ses crises d'épilepsie. Malgré ses nerfs sectionnés, ses os broyés et autres séquelles de chutes qui le rendent invalide à 66 % selon le verdict des experts médicaux, bluffés par son mépris de la douleur et des pronostics alarmistes. Malgré la prison, aussi, où il séjourne souvent : dans certains pays, on ne part pas à l'assaut des gratte-ciels sans se frotter avec la justice.

    Il faut lire cette histoire pour comprendre comment une volonté s'éveille, s'affirme, s'impose.

    Alain Robert fait partie de ces hommes qui, dans une quête effrénée et vitale de liberté, interrogent nos limites, en les soumettant aux frayeurs viscérales des simples mortels que nous sommes. L'ennemi qu'il s'ingénie à combattre depuis toujours porte un nom que nous connaissons bien : le vide.

  • Né en 1903, le Tour de France s'aventure dans les Pyrénées en 1910. Les coureurs les surnomment aussitôt « le cercle de la mort ». Si le jeudi 21 juillet 1910 Gustave Garrigou gravit la montagne « l'âme angoissée », si Octave Lapize traite les organisateurs de « criminels », c'est qu'ils craignent, comme le reste du peloton, d'être dévorés par les ours dans les lacets du Tourmalet... Dans ce livre, Christian Laborde nous fait revivre les grands moments pyrénéens du Tour. Tout y est : les paysages, les lieux que l'auteur connaît très bien, les champions et ces gens qui, sur les pentes des grands cols, encouragent en anglais, en basque, en occitan, en italien, en français les héros de la Grande Boucle. Le premier Luchon-Bayonne, l'empoisonnement de Paul Duboc en 1911, la fourche brisée d'Eugène Christophe en 1913, Napoléon Paoli heurtant un âne dans Bayonne-Luchon en 1920, Lucien Buysse dans la boue du Tourmalet en 1926, mais aussi le sacrifice de René Vietto, la chevauchée fantastique de Jean Robic, le bidon de Fausto Coppi, l'élégance d'Hugo Koblet, le méchoui de Jacques Anquetil, Eddy Merckx à Mourenx, la chute de Luis Ocaña dans le col de Menté, l'attaque de Poulidor dans le Pla-d'Adet, Bernard Hinault, Miguel Indurain, Jan Ullrich, Lance Armstrong dans Luz-Ardiden... Un véritable roman d'aventures.

  • 5 octobre 2003, hippodrome de Longchamp.
    Le Prix de l'Arc de triomphe vient de s'achever. Le vainqueur tend la main en se retournant vers la foule comme pour la prendre à témoin de son exploit. Il s'appelle Christophe Soumillon. Il vient de faire une entrée fracassante dans le gotha des jockeys. Et il n'a que 22 ans... Pour en arriver là, le petit « Soumi » a dû se battre. Issu d'un milieu modeste, élevé par des parents dont les relations tumultueuses ont contribué à forger son caractère rebelle, il s'est fabriqué un destin d'exception à force de volonté et de travail. Un destin qui l'a conduit des petites courses de la banlieue bruxelloise à la prestigieuse écurie de Son Altesse l'Aga Khan, l'un des plus grands propriétaires du monde. A 26 ans, Christophe Soumillon a déjà tout connu : la gloire et les épreuves, l'amour et les blessures, les défaites qui rendent plus fort et les victoires qui repoussent les limites. Mais il n'a pas fini de se lancer à la conquête de ses rêves d'enfance.

  • À l'origine de ce récit, une rencontre improbable, lors d'un meeting aérien à Megève, entre Jacques Arnould, théologien, spécialiste au CNES des questions d'éthique, et Catherine Maunoury, double championne du monde de voltige aérienne. Quelque temps plus tard, au cours d'un vol au-dessus de la Beauce, avec la cathédrale de Chartres jamais très loin en bout d'aile, Catherine initie son nouvel ami.
    Dans l'habitacle du petit avion, les conversations entre la championne et son passager novice donnent naissance à ce récit à double entrée. À mesure que le vol se déroule, dans un ciel bleu propice aux confidences, de nombreux souvenirs, qui ne se limitent pas au seul univers du sport aérien, ressurgissent : un vol en Rafale avec un pilote d'essai de Dassault Aviation, le travail à bord des long-courriers d'Air France, où Catherine a longtemps officié comme chef de cabine tout en assumant son statut de sportive de haut niveau, les expériences en impesanteur dans un Airbus A300 Zéro-G spécialement équipé... Tout ce qui vole intéresse Catherine.
    Jacques écoute, questionne, provoque.
    Des considérations, souvent philosophiques, découlent de ces échanges et guident notre propre réflexion sur cette troisième dimension si fascinante que l'homme a finalement réussi à maîtriser au fil du temps pour s'y mouvoir avec un étrange bonheur.

  • Vivez vos rêves

    Thibaut Derville

    Thibaut Derville est un rêveur qui... a les pieds sur mer. Depuis son enfance, non loin des côtes du Nord de la France, il fixe l'horizon en véritable marin. Son caractère, sa volonté, sa brillante carrière d'entrepreneur et de manageur ont forgé chez lui une détermination à toute épreuve.
    Il s'enthousiasme très tôt pour la course au large et, de 1996 à 2002, accompagne Marc Thiercelin dans tous ses projets et circumnavigations. La suite de son destin, il en décide le 9 novembre 2002, jour du départ de la désormais mythique Route du Rhum entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre. « La prochaine fois, je serai sur la ligne de départ. » Quatre ans plus tard, il est sur la ligne de départ et frôle à l'arrivée le temps réalisé par le célèbre Mike Birch lors de la première édition. Une victoire sur les éléments, avec des hommes. Avec des hommes, car il a su convaincre ses partenaires. Il a également fait partager son aventure à des milliers de gens. Thibaut Derville a fédéré les structures et les coeurs, donné une âme à un immense public, à une région et à une profession.
    Didier Parsy, journaliste à La Voix du Nord, a suivi le marin dans chacune de ces étapes. Fidèle parmi les fidèles, il a apporté son soutien à la rédaction de cet ouvrage, qui nous fait partager le frisson sublime des passionnés de l'océan. Pas seulement pour l'océan, mais pour l'accomplissement des rêves d'enfants... Un véritable livre d'aventure.

  • Laure Manaudou, la triple médaillée d'Athènes, nous ouvre son album photo et nous fait découvrir les petits et les grands moments de sa vie. Vacances au bord de la mer, chahuts avec ses frères, premiers exploits dans la piscine Tournesol du club d'Ambérieu... Au fil des pages de l'album familial, plongée dans l'enfance insouciante d'une grande championne qui s'ignore encore. Puis c'est la carrière stupéfiante connue du monde entier, mais dont nul, à ce jour, n'a percé le mystère. Que ressent une jeune fille de 17 ans devenant du jour au lendemain une légende du sport ? À quoi pense-t-elle lorsque, posant la main sur le bord du bassin, elle découvre qu'elle a battu le mythique record du monde du 400 mètres nage libre ? Que cache ici ce regard songeur, là ce sourire malicieux ? À travers plus de 150 photographies choisies et commentées par elle-même, le lecteur découvre une Laure aux multiples facettes - déterminée, farouche, rieuse, glamour, éprise de nature et de grands espaces - mais toujours animée d'une même exigence : celle de l'excellence et de la liberté.

  • Il y a des hommes que les combats subliment.
    André Auberger est de ceux-là.

    1962 : il est appelé sous les drapeaux. La guerre d'Algérie s'achève. Mais les opérations de maintien de l'ordre se poursuivent. Un soir, en route vers une mechta (un hameau), sa section tombe dans une embuscade. Les rafales crépitent. André est grièvement touché. Ses jambes ne répondent plus. On le dit mort.

    Cloué au lit, il sait que jamais plus il ne remarchera.

    La France lui offre « un fauteuil pour la vie ». Il sera son compagnon. Un lien. Un associé. Un mariage de raison. Le complice de chacune de ses actions.

    De son fauteuil, il apporte son soutien aux autres. Il entre au sein de la Fédération française Handisport. Il en sera le président vingt-sept ans durant.

    En bâtisseur, il dirigera à Paris les travaux d'une résidence internationale d'hébergement pour les handicapés, inaugurée par Jacques Chirac.

    Juan Antonio Samaranch, Jacques Rogge, Henri Sérandour, Jean-François. Lamour, Bertrand Delanoë et Jean-Paul Huchon l'épauleront dans toutes ses initiatives.

    Dans ce livre, il veut témoigner que tout homme animé d'une conviction, quel que soit son état, peut « construire des cathédrales sociales et culturelles ». Il se veut être « lui ». Être, donc, comme les autres.

    Il l'est !

    Cet ouvrage est un livre de chevet, pour qui entend sauter tous les obstacles de la vie.

    Michel DRUCKER Les droits d'auteur, à la demande d'André Auberger, sont intégralement reversés à la Fédération française Handisport.

  • Entré en 1996 dans la légende du sport aux Jeux d´Atlanta, avec un nouveau doublé olympique sur 50 m et 100 m nage libre, Alexandre Popov manque de mourir, quelques semaines plus tard, suite à une agression au couteau dans une rue de Moscou. Il lui faudra seize mois pour se remettre de ses blessures et conserver son titre mondial sur 100 m, avant de battre le record du monde du 50 m.



    Ce livre est l´histoire du combat et du retour au sommet de l´un des plus grands athlètes du XXe siècle mais aussi une formidable aventure humaine au côté d´un entraîneur, Guennadi Touretski, dont la science et le talent dérangent bien des conformistes. Un récit mené tambour battant, comme un roman policier, qui lève également un voile sur le monde si particulier des champions.

  • L'argent, la politique, le dopage, la corruption, la surmédiatisation, aujourd'hui le terrorisme, menacent plus que jamais les Jeux Olympiques et peuvent, à terme, les tuer.

    Entre les J.O. d'Athènes 1896 et ceux d'Athènes 2004 - en attendant Pékin 2008 -, l'olympisme a été sérieusement exposé aux grandes convulsions de l'histoire. Si l'idéal de pureté sportive et humaniste du baron Pierre de Coubertin s'est altéré dangereusement, l'essentiel, comme le souligne Jacques Rogge, président du CIO, a été préservé : « Les Jeux olympiques, le plus beau spectacle du monde, attirant des milliards de téléspectateurs, ont brillamment "survécu" ! » Périls sur les JO dresse le constat objectif d'un long siècle d'olympisme où la passion, l'enthousiasme pour les exploits ont aussi côtoyé drames et scandales. À partir de faits, de témoignages, de révélations, cet ouvrage dévoile les dessous d'un phénomène unique où, malgré les périls, la noblesse de l'esprit, alliée à la beauté du geste sportif, constitue toujours un espoir en la fraternité universelle des hommes.

  • « J'avais parlé sans m'arrêter pendant presque trois heures et ils n'étaient pas lassés, ils en voulaient encore. À la fin de mon long monologue, Peter a lâché, enflammé : Ce n'est pas une vie, c'est un roman d'aventures. »
    Enfance pauvre à Téhéran, exil forcé, débuts difficiles de clandestin et, enfin, le succès sur les courts : la vie de Mansour Bahrami, le célèbre tennisman iranien, est en effet hors du commun.
    Rien ne destinait l'apprenti joueur qui n'avait qu'un bâton de bois pour raquette, à affronter les plus grands lors de matchs à l'ambiance survoltéeoe Noah, McEnroe ou Borg ont tous été conquis par le charme et la sensibilité de cette figure atypique du tennis mondial.
    Dans ce récit autobiographique où se mêlent souvenirs d'enfance, anecdotes savoureuses et portraits des stars du tennis, Mansour Bahrami dévoile avec pudeur et justesse les petits et grands secrets des coulisses de la compétition.
    Joueur facétieux et charmeur, Bahrami défend avec élégance l'esprit sportif et la générosité du jeuoe

  • Un petit voilier,
    trois amis,
    quarante-cinq jeunes handicapés,
    un magnifique carnet de bord illustré qui dope l'énergie par le rêve.

    En août 2003, trois jeunes, passionnés de voile et d'aventure, se lancent dans une grande boucle autour du monde de trois ans, sur Kifouine, un petit voilier de 8,60 mètres qui les emmène du canal de Panamà au cap Horn, en passant par la Polynésie et les canaux de Patagonie.
    Plus encore que le voyage, c'est le sens de l'Autre qui donne à cette aventure ses lettres de noblesse. Personnellement concernés par le handicap, les trois amis ont permis à quarante-cinq adultes infirmes moteur cérébraux de larguer les amarres avec eux, au cours d'escales communes en Guadeloupe, à Tahiti, en Nouvelle-Calédonie, en Afrique du Sud, en Égypte ou à Malte.
    Une expérience originale, intense et profondément humaine, qui vous fera rêver et changera votre regard sur le handicap !
    Brice Monégier du Sorbier, Éric Bellion et Hervé Olagne ont tous les trois 30 ans. Ils se sont connus sur les bancs d'une grande école de commerce. Aujourd'hui, ils continuent à s'investir dans des projets mêlant personnes en situation de handicap et personnes valides.
    Tous les droits d'auteur sont reversés à l'association "Ensemble, c'est mieux". Par l'achat de cet ouvrage, vous soutenez cette initiative.

  • L'impossible deuil

    Deblicker

    le 19 septembre 1989, en début d'après-midi, le vol uta 722 disparaît des écrans de contrôle.
    l'avion a explosé en plein vol, au-dessus du désert du ténéré. bilan : 170 victimes, passagers et équipage. c'est un attentat. a son bord, une jeune hôtesse de l'air. elle rentrait à paris pour fêter l'anniversaire de son fils benjamin, âgé de huit ans.
    après dix-sept ans d'un deuil impossible, dix-sept ans de silence et de douleurs rentrées, eric deblicker, entraîneur de l'équipe de france de tennis victorieuse en 1991 de la coupe davis avec la bande à noah, raconte enfin, avec son fils benjamin, ce drame qui a bouleversé leur existence.
    comment un père peut-il annoncer à un enfant de 8 ans qu'il ne reverra plus jamais sa maman ? comment lui expliquer que des terroristes ont placé une bombe dans l'avion ? comment un enfant peut-il affronter l'avenir avec confiance quand il découvre que personne ne cherche vraiment à retrouver les assassins ? et comment accomplir son deuil, quand l'affaire devient une affaire d'état et que les rumeurs les plus folles courent autour des commanditaires oe
    il faudra la passion du tennis, l'enthousiasme d'un entraîneur et tout l'amour d'un enfant pour que le père et le fils surmontent ensemble cette douloureuse épreuve.
    cette confession à deux voix, bouleversante et pudique, est une leçon de courage et un cri d'amour déchirant.

  • Les Jeux olympiques s'ouvriront à Pékin le 8 août 2008. Ainsi en a décidé le Comité international olympique il y a maintenant sept ans. Si les installations sportives sont fin prêtes, la contestation monte. Au Tibet, les récents heurts auraient fait des centaines de morts. Un chiffre difficile à confirmer, les journalistes étant interdits de séjour dans la région. Mais la répression frappe aussi à Pékin et dans toute la Chine, où des dissidents tels que Hu Jia et Yang Chunlin ont été arrêtés.

    À Reporters sans frontières, nous avons fait campagne dès 2001 contre l'attribution des JO à la Chine, en utilisant cette image où les anneaux olympiques sont remplacés par des menottes. Nous avons été présents à Olympie, lors de l'allumage de la flamme, puis à Londres, à Paris, à San Francisco, à Nagano.

    Aujourd'hui, il s'agit de peser sur Pékin, d'obtenir la libération d'un maximum de prisonniers d'opinion, de faire en sorte que les journalistes étrangers puissent travailler librement pour rendre compte non seulement des exploits sportifs des JO mais aussi de l'arrière-cour d'un des régimes les plus répressifs qui soient.

    Ce petit livre, écrit en collaboration avec la sinologue Marie Holzman, n'a qu'un objectif : expliquer pourquoi nous demandons aux chefs d'État, et notamment à Nicolas Sarkozy, de ne pas assister à la cérémonie d'ouverture des JO de Pékin.

  • En 2016, la France va vivre au rythme du foot et se passionner pour son équipe nationale, à l'occasion du Championnat d'Europe des Nations, organisé dans l'Hexagone pour la première fois depuis 1984. En mai prochain, Didier Deschamps, le sélectionneur des Bleus, annoncera le nom des vingt-trois privilégiés qui porteront les couleurs du pays. Depuis le mois d'octobre, une question tourne en boucle : Mathieu Valbuena en fera-t-il partie ?

    Sur le plan purement sportif, la question est vite réglée. Joueur le plus utilisé par Deschamps depuis sa prise de fonction en août 2012, Valbuena a toujours été exemplaire. Le problème est ailleurs. Un jour, Valbuena a filmé ses ébats avec son téléphone portable. Un autre jour, il a confié ce téléphone à un type de l'environnement familier auquel il avait accordé sa confiance... comme beaucoup de footballeurs ! Celui-ci, détournant ces images intimes, les a remises à des proches aussi peu recommandables que lui, dans le but de faire chanter le meneur des Bleus. Et, pendant que ce dernier portait plainte, les escrocs faisaient appel à un autre voyou, ami de Karim Benzema, pour "taxer" Valbuena de 150 000 euros. Si Valbuena a évidemment refusé, Benzema, lui, est rentré dans la combine. Il est aujourd'hui mis en examen. Depuis l'explosion de ce scandale, Valbuena vit avec l'amère impression de déranger, en victime pas toujours bien soutenue. Au départ, Noël Le Graët, président de la FFF, se montre plus réconfortant avec Benzema qu'avec Valbuena, privé de matches contre l'Allemagne et l'Angleterre par Deschamps "pour calmer les esprits" à cause de cette affaire. Heureusement, les parents et Fanny, la fiancée de Valbuena (enceinte) font bloc derrière lui..

    Avec Raphaël Raymond, rédacteur en chef adjoint au journal L'Équipe, chargé du suivi de l'Équipe de France - et qui connaît Valbuena depuis presque vingt ans - Guy Carlier signe un livre engagé pour défendre, à travers Valbuena, une certaine idée du jeu, du football et de la morale.

    Valbuena, c'est un petit gars parti de rien, viré du centre de formation des Girondins de Bordeaux, qui s'est battu dans l'univers amateur (du foot, pas du X) pour se faire une place à l'Olympique de Marseille où il a été sévèrement bizuté à son arrivée. Valbuena, c'est un joueur atypique. Petit par la taille, immense par ses inspirations, son courage admirable. Valbuena, c'est des buts venus d'ailleurs. Celui à Liverpool pour la seule victoire d'un club français à Anfield Road, stade mythique, celui à Dortmund qui a qualifié l'OM pour les 8es de finale de la Ligue des Champions, celui contre Bordeaux en finale de la Coupe de la Ligue, celui en Italie qui permet à la France de s'imposer à Parme, celui, encore, au Portugal qui offre la victoire aux Bleus, etc. Valbuena, c'est un garçon bien éduqué, à cheval sur des valeurs comme l'honnêteté, le goût du travail, la convivialité, l'humilité. Valbuena, c'est un joueur auquel le grand public s'identifie, un joueur aimé, en témoignent les derniers sondages d'opinion qui le placent, avec Hugo Lloris et Paul Pogba, dans le tiercé de tête des Bleus les plus appréciés.

    Après être allé à la rencontre du joueur et de ceux qui l'entourent, Guy Carlier remonte un parcours exemplaire. Quel que soit le sort de Valbuena, cet ouvrage s'annonce déjà comme celui qu'il faudra lire, avant, pendant et après l'Euro.

empty