• L'économie française Nouv.

    Chaque année, l'OFCE publie dans la collection " Repères " un bilan accessible et rigoureux de l'économie française. L'édition 2022 présente l'état de la conjoncture, les principales tendances et les grands problèmes contemporains. Elle apporte une analyse inédite de la crise de la Covid-19.
    Le gouvernement doit-il proposer un nouveau plan de relance ? Quels besoins d'intervention additionnels sont nécessaires pour accélérer la sortie de crise ? Le " quoi qu'il en coûte " a-t-il préservé le revenu de tous les agents privés, entreprises et ménages ? Quelle réforme est possible pour notre régime de retraite ? Quelles conséquences doit-on attendre de la réforme de l'assurance chômage et quelles sont les différences avec celle figurant dans le programme du candidat Macron ?
    Des références bibliographiques ainsi que de nombreux tableaux et graphiques complètent cet ouvrage.

  • Comment un certain désir s'y prend-il pour impliquer des puissances tierces dans ses entreprises ? C'est le problème de ce qu'on appellera en toute généralité le patronat, conçu comme un rapport social d'enrôlement.
    Marx a presque tout dit des structures sociales de la forme capitaliste du patronat et de l'enrôlement salarial. Moins de la diversité des régimes d'affects qui pouvaient s'y couler. Car le capital a fait du chemin depuis les affects tristes de la coercition brute. Et le voilà maintenant qui voudrait des salariés contents, c'est-à-dire qui désireraient conformément à son désir à lui. Pour mieux convertir en travail la force de travail il s'en prend donc désormais aux désirs et aux affects.
    L'enrôlement des puissances salariales entre dans un nouveau régime et le capitalisme expérimente un nouvel art de faire marcher les salariés. Compléter le structuralisme marxien des rapports par une anthropologie spinoziste de la puissance et des passions offre alors l'occasion de reprendre à nouveaux frais les notions d'aliénation, d'exploitation et de domination que le capitalisme voudrait dissoudre dans les consentements du salariat joyeux.

    Et peut-être de prendre une autre perspective sur la possibilité de son dépassement.

  • Le rideau s'ouvre : Messieurs les Banquiers, son Altesse le président de la République française, Monsieur le Premier ministre, Monsieur le Gouverneur de la Banque centrale et le petit peuple des conseillers de la Cour. La pièce peut commencer : lessivés par la crise des désormais célèbres " subpraïmes " (sic), les Banquiers s'apprêtent à sonner à la porte de l'État pour lui demander de mettre la main au porte-monnaie... avant que le résultat de leurs acrobaties ne fasse exploser les dettes publiques et conduise à la rigueur pour tous – pour tous les autres qu'eux.
    C'est une forme particulière, et inattendue, celle de l'alexandrin, qui est ici convoquée pour mettre en scène la crise de la finance mondiale. Peut-être en effet fallait-il l'ambivalence d'un vers qui convient à la tragédie aussi qu'à la comédie pour saisir et la déconfiture d'un système aux abois et l'acharnement bouffon de ses représentants à le maintenir envers et contre tout.
    Mais ce que ces " élites " aveuglées par leur domination, et déjà disqualifiées par l'Histoire, ne voient plus c'est qu'un retournement peut en cacher un autre. Et celui des marchés annoncer celui du peuple.
    Le texte de la pièce est suivi d'un post-scriptum : " Surréalisation de la crise ".
    Économiste, Frédéric Lordon est notamment l'auteur de Jusqu'à quand ? Pour en finir avec les crises financières (Raison d'agir, 2008), La Crise de trop (Fayard, 2009), Capitalisme, désir et servitude (La Fabrique, 2010).

  • L'économie française

    Ofce

    Chaque année, l'OFCE propose dans la collection " Repères " un bilan accessible et rigoureux de l'économie française. L'édition 2021 présente l'état de la conjoncture, les principales tendances et les grands problèmes contemporains, et offre une analyse inédite de la crise de la Covid-19.
    Quelles conséquences la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 aura-t-elle sur l'activité française ? Quels secteurs seront durablement impactés par cette crise ? Comment le marché du travail se transformera-t-il ? Doit-on s'attendre à une hausse des défaillances d'entreprises ? Quelles incidences ces défaillances d'entreprises auront-elles sur l'emploi salarié ? Quel impact doit-on attendre du contre-choc pétrolier sur le pouvoir d'achat des ménages et sur les marges des entreprises ?
    Des références bibliographiques ainsi que de nombreux tableaux et graphiques complètent cet ouvrage.

  • Le néolibéralisme engage une mutation d'ensemble des rapports politiques et sociaux, et une véritable révolution anthropologique, qui voit l'émergence d'un sujet néolibéral calqué sur le modèle de l'entreprise, soumis à la logique de la concurrence. Un défi politique et intellectuel inédit.
    Il est devenu banal de dénoncer l'absurdité d'un marché omniscient, omnipotent et autorégulateur. Cet ouvrage montre cependant que ce chaos procède d'une rationalité dont l'action est souterraine, diffuse et globale. Cette rationalité, qui est la raison du capitalisme contemporain, est le néolibéralisme lui-même. Explorant sa genèse doctrinale et les circonstances politiques et économiques de son déploiement, les auteurs lèvent de nombreux malentendus : le néolibéralisme n'est ni un retour au libéralisme classique ni la restauration d'un capitalisme " pur ". Commettre ce contresens, c'est ne pas comprendre ce qu'il y a précisément de nouveau dans le néolibéralisme : loin de voir dans le marché une donnée naturelle qui limiterait l'action de l'État, il se fixe pour objectif de construire le marché et de faire de l'entreprise le modèle du gouvernement des sujets. Par des voies multiples, le néolibéralisme s'est imposé comme la nouvelle raison du monde, qui fait de la concurrence la norme universelle des conduites et ne laisse in-tacte aucune sphère de l'existence humaine. Cette logique érode jusqu'à la conception classique de la démocratie. Elle introduit des formes inédites d'assujettissement qui constituent, pour ceux qui la contestent, un défi politique et intellectuel inédit. Seule l'intelligence de cette rationalité permettra de lui opposer une véritable résistance et d'ouvrir un autre avenir.

  • Les apparences sont trompeuses : la mondialisation laisse accroire que l'économie est partout, qu'elle triomphe des États et mine leur souveraineté. Or une nouvelle économie politique, développée surtout dans les pays anglo-saxons et que cet ouvrage entend faire connaître en France, soutient résolument l'inverse : l'économie ne peut se comprendre sans le rôle des institutions, c'est-à-dire, selon Douglass North, "les règles du jeu de la société ou, plus formellement, les contraintes conçues par l'homme qui façonnent les interactions humaines."

    Ces règles, issues de la coutume, de la religion, de la politique ou du droit de chaque culture, déterminent la coordination et les performances économiques des sociétés. La Grèce des années 2010 est surendettée parce qu'elle peine à collecter l'impôt, à fixer le cadastre, à se défaire de pratiques clientélistes qui, depuis cent cinquante ans, ruinent ses finances publiques, parasitent l'État de droit, désespèrent l'opinion. Son défaut est institutionnel. La monnaie commune le transmet au reste de l'Europe. Laquelle est confrontée, dans des formes désormais pacifiques, à la régulation institutionnelle de ses États. Dans la mondialisation, c'est désormais sur les institutions que porte la concurrence car celles-ci façonnent la compétitivité des territoires.

    La plupart des institutions préexistant au développement de l'économie, la nouvelle économie politique des "ordres sociaux" nous rappelle que la manière dont s'évalue le profit dérivable de telle ou telle action dépend avant tout des règles sociales en vigueur et des conditions de leur application.

  • Comment la dette de l'État s'est-elle installée au centre de la scène politique, au point d'y devenir omniprésente ? Ce livre original constitue la première enquête historique et sociologique sur les modalités concrètes qui ont peu à peu arrimé les comptes de la puissance publique aux intérêts privés de la finance. Une histoire de la dette méconnue et passionnante, qui offre une clé de lecture incomparable pour comprendre notre présent, tant français qu'européen. Pourquoi la dette publique occupe-t-elle une telle place dans les débats économiques contemporains, en France et ailleurs ? Comment s'est-elle imposée comme la contrainte suprême qui justifie toutes les politiques d'austérité budgétaire et qui place les États sous surveillance des agences de notation ?
    À rebours de ceux qui voient la dette comme une fatalité et une loi d'airain quasi naturelle, Benjamin Lemoine raconte dans ce livre comment, en France, l'" ordre de la dette " a été voulu, construit et organisé par des hommes politiques, des hauts fonctionnaires et des banquiers, de gauche comme de droite - parmi lesquels François Bloch-Lainé, Charles de Gaulle, Antoine Pinay, Valéry Giscard d'Estaing, Michel Pébereau, Laurent Fabius, Lionel Jospin, Dominique Strauss-Kahn... Autrement dit, il fut le fruit d'un choix politique.
    Ce livre reconstitue la généalogie détaillée de ce choix stratégique, et prend la mesure de la grande transformation de l'État dans l'après-guerre. On réalise alors à quel point les nouveaux rapports entre finance privée et finances publiques sont au coeur des mutations du capitalisme, dans lequel l'État est devenu un acteur de marché comme les autres, qui crée et vend ses produits de dette, construisant par là sa propre prison.
    " Ce qui est mis en cause dans ce livre, c'est l'évidence même de la dette. " André Orléan.

  • Que se passera-t-il lorsque la bulle obligataire mondiale éclatera ? On peut craindre, entre mille maux, des explosions sociales massives et un délitement instantané des tissus économiques. Ni l'inflation ni la croissance ne réduiront l'endettement mondial.

    Notre seule planche de salut est de mettre en place un nouveau système dès maintenant : il faut saigner la finance avant qu'elle ne nous saigne !

  • Texe de base :
    Convention collective nationale étendue du 19 mars 1976, étendue par arrêté du 21 juin 1978
    Texte d'application :
    Sont soumises à la présente convention collective les entreprises dont l'activité principale consiste à fabriquer et vendre, essentiellement au consommateur final, du pain, de la viennoiserie et de la pâtisserie.
    Ces entreprises sont constituées d'un ou de plusieurs établissements dont chacun répond au moins à 2 des critères suivants :
    - fabrication de pain inférieure à 5 400 quintaux annuels ;
    - effectif inférieur à 50 salariés ;
    - vente directe au consommateur final constitue l'essentiel de l'activité commerciale de l'entreprise.
    Ces entreprises ressortent notamment du code NAF 158C.
    Il s'agit notamment de boulangerie, de boulangerie-pâtisserie, de points de vente de pain dépendant d'une boulangerie ou d'une boulangerie-pâtisserie.

  • Vecteur de l'ascension sociale et des valeurs progressistes pour les uns, lieu de cristallisation du mécontentement du repli social et de la crainte du déclassement pour les autres, les classes moyennes véhiculent des images pour le moins contrastées. Analyses croisées, synthèses et commentaires dans ce dossier très fouillé et à jour des toutes récentes évolutions.

  • 5 millions d'inscrits à Pôle emploi, la désindustrialisation qui s'aggrave, des inégalités qui se creusent : les Français ont le blues, souvent à raison. Guillaume Duval, qui s'est fait une spécialité de tordre le cou aux idées reçues qui traînent dans le débat économique et social, montre ici que ce déclin incontestable n'a pourtant, en soi, rien de catastrophique. La France dispose de nombreux atouts pour s'insérer positivement dans l'économie mondiale.
    Les Français ont le blues. Avec plus de 6 millions d'inscrits à Pôle emploi, la désindustrialisation qui s'aggrave et les inégalités qui se creusent, les raisons de s'inquiéter ne manquent pas. Ce blues n'en est pas moins excessif. Il s'explique notamment par le sentiment d'un déclin ininterrompu du pays, par rapport à un " âge d'or " fantasmé où la France était un modèle pour le reste du monde.
    Pour Guillaume Duval, il faut se rendre à l'évidence : avec moins de 1% de la population mondiale, la France n'a aucune chance de redevenir une grande puissance. Ce déclin incontestable n'a pourtant rien de catastrophique : on peut vivre - et bien vivre - sans avoir besoin de s'imposer au reste du monde. Avec sa démographie équilibrée, ses infrastructures et sa protection sociale de qualité, ses salariés productifs et motivés, ses scientifiques bien formés ou encore ses espaces agricoles importants et ses rapports privilégiés avec le sud de la Méditerranée, la France dispose de nombreux atouts pour s'insérer dans l'économie de demain. D'autant que l'ère de la mondialisation sauvage, qui a sérieusement mis à mal le modèle social français, pourrait bien s'achever. À condition, toutefois, que la France parvienne à surmonter ses antagonismes traditionnels pour mobiliser ses énergies, réformer son État, rattraper son retard en matière d'écologie et rassembler autour d'elle pour construire une Europe plus solidaire.

  • Chaque année, l'OFCE propose dans la collection " Repères " un bilan accessible et rigoureux de l'économie française. L'édition 2020 présente l'état de la conjoncture, les principales tendances et les grands problèmes contemporains.
    Quelle stratégie de décarbonation pour l'économie française ? Faut-il mettre en place un bonus-malus pour lutter contre le recours abusif aux contrats courts ? Quels effets faut-il attendre de la transformation du CICE en baisse de cotisations sociales ? Quel bilan peut-on dresser des mesures socio-fiscales prises au cours de la période d'après crise ? Quels seront les effets sur la croissance et qui seront les gagnants et les perdants du budget 2019, notamment après la loi portant sur les mesures d'urgence économiques et sociales ?
    /> Des références bibliographiques ainsi que de nombreux tableaux et graphiques complètent cet ouvrage.

  • Le 1er janvier 2019, le régime de retraite complémentaire des cadres (Agirc), qui assure 60 % de leur pension de retraite, fusionnera avec celui des non-cadres (Arrco), qui en assure plus de 30 %.
    Pourquoi ce rapprochement ? Selon quelles modalités ? Quelles seront les solutions de remplacement pour les cadres ?
    Afin de comprendre les enjeux de cette réforme et mesurer les conséquences des regroupements qui en découlent dans les groupes de protection sociale à gestion paritaire, il faut en revenir aux origines de ces régimes qui, au lendemain de la guerre, ont permis de sortir les personnes âgées de la misère en leur dispensant des revenus décents. À lire également en Que sais-je ?...
    La réforme des retraites, Bruno Palier
    La sécurité sociale, Julien Damon et Benjamin Ferras

  • La dette publique a atteint des niveaux extrêmement préoccupants. A tel point que, depuis 2008, on parle d'une crise de la dette. Celle-ci a secoué particulièrement la zone euro. Mais d'où vient-elle ? Quels sont ses mécanismes ? Comment la résorber : par l'austérité ou la relance ? Cette deuxième édition entièrement mise à jour permet de faire le point sur un sujet qui reste d'actualité grâce à une sélection de 30 questions primordiales auxquelles un spécialiste répond de manière claire et accessible.

  • Cet ouvrage fait le point sur la situation et les problématiques des personnes SDF ainsi que sur l'orientation des politiques publiques de prise en charge. L'ensemble s'inscrit dans les questions plus globales ayant trait à la pauvreté et à l'exclusion. Le propos, divisé en huit chapitres didactiques, vise à proposer un panorama des connaissances sur une population qui se trouve, d'une part, au coeur des interrogations individuelles sur les évolutions sociales contemporaines, et, d'autre part, au coeur des interrogations collectives sur les priorités et l'efficacité des politiques publiques.

  • Les trois océans de l'outre-mer français sont ici mis en relations concrètes, soit l'espace Atlantique des Antilles/Guyane/St-Pierre-et-Miquelon, les terres de l'océan Indien, La Réunion/Mayotte/TAAF, et les collectivités de l'océan Pacifique, Nouvelle Calédonie/Polynésie française/Wallis-et-Futuna. Une première partie, présente des pans entiers de l'actualité politique, économique, sociale et culturelle. La seconde partie pose des questions de fond : identité, « génocide », éducation, politique, fiscalité.SS

  • On oublie trop souvent que les banques sont des entreprises et que, de ce fait, elles obéissent aux logiques de rentabilité et de performance. Les banques françaises ont développé des stratégies de concentration, ce qui a eu des effets sur leur taille. Dans quelle mesure la taille peut-elle influencer les banques dans leur développement ? Quel modèle élaborer pour optimiser la taille critique ?

  • Ces travaux sur la décentralisation outre-mer montrent que, sur fond d'incertitudes et d'interrogations quant au devenir institutionnel et statutaire de ces collectivités, les velléités de coopération et de coordination de l'action publique territoriale sont souvent contrariées par l'exacerbation de la concurrence et l'enchevêtrement des compétences entre les différents niveaux d'administration.

  • « Livre numérique, le début de la fin ? », titrait un article de Télérama fin 2015. Pourtant, cinq ans auparavant, on pouvait lire dans Livres Hebdo un article évoquant les progrès de l'e-book intitulé : « 2010, l'année où tout a basculé ». Une révolution aurait-elle entre-temps avorté ? En réalité, la numérisation de l'information participe aux mutations de la filière des livres depuis déjà un demi-siècle. Ainsi, cela fait maintenant deux décennies que la quasi-totalité des ouvrages imprimés sont d'abord électroniques. Les encyclopédies en plusieurs volumes ont, elles, disparu du marché au tournant du millénaire. Et aujourd'hui, des blogueurs ou même des youtubers deviennent auteurs de livres « papier », tandis que les romans sentimentaux sont, pour une bonne part, lus sur un écran. Cette influence multiforme du numérique affecte donc depuis longtemps la manière dont nous écrivons, nous lisons et, finalement, nous pensons. Décrire et analyser ces transformations dans une perspective de long terme, en matière de création, d'édition, de diffusion ou encore de lecture des livres, telle est la raison d'être de cet ouvrage mis à jour.

  • Si on peut affirmer que la finance est au service de l'économie, il n'en demeure pas moins qu'elle est source de controverses et d'interrogations : est-elle un facteur de creusement des inégalités ? Quelle est la situation des banques centrales après tant d'années de gestion de crise financière ? Faut-il avoir peur de la finance chinoise ? Pourquoi observe-t-on la fuite des talents vers Londres ? Comment réguler demain la banque-finance ? Et quel sera l'avenir de la monnaie ? Ce dernier dossier hors série de Problèmes économiques fait le point sur les principales évolutions en matière de finance et propose une synthèse claire et pédagogique des grandes controverses et des défis de l'économie financière contemporaine.

  • Depuis 2007, le monde connaît une des plus graves crises économiques de son histoire. Crise des subprimes, bancaire, des dettes souveraines, le qualificatif change mais le mot reste omniprésent dans l'actualité quotidienne. Avant cela, le monde avait déjà traversé de nombreuses crises (pétrolières en 1973 et 1979, krachs boursiers de 1987 et 2001, bulle internet...). Est-il toujours pertinent de parler de crise lorsque celle-ci semble avoir été quasi-permanente depuis quarante ans ? Ne sont-elles pas les témoins d'une « grande transformation » du monde, d'un changement de modèle de développement ? Pour répondre à ces questions, « Place au débat » vous propose l'analyse d'auteur spécialiste.

  • Entre complexité administrative et conservatismes, la France est prisonnière d'un temps trop long. Comment la réveiller ? Dans cet essai percutant, Guillaume Poitrinal nous incite à aller plus vite ! Si la France produisait en 355 jours ce qu'elle réalise en 365, elle augmenterait sa croissance de 3%.

  • Après un état des lieux du secteur, l'Observatoire du métier de la scierie trace trois scénarios de développement en termes de productivité et d'augmentation de volume de sciages. Une étude des tendances centrées sur la construction et l'emballage permet de dessiner des perspectives d'adaptation des scieries à l'horizon 2020.

  • Jusqu'à une date récente, l'historiographie française ne s'est guère investie dans l'étude des transformations sociales et politiques des mondes agricoles dans la France du premier XXe siècle. Les mutations des sociétés rurales amorcées au XIXe siècle restaient un terrain d'investigation privilégié tandis que les sociologues et politistes s'emparaient de l'étude des transformations rapides connues après 1950. 
    L'entre-deux-guerres marque pourtant une étape décisive. Grâce à Georges Monnet et au gouvernement de Front populaire, l'État crée un premier outil de politique publique: l'Office national interprofessionnel du blé (ONIB). Cette action répond à une crise des marchés agricoles durant les années trente, qui concerne aussi bien les céréales que le vin, la viande, le lait ou le sucre. Au-delà de la déstabilisation des prix à l'échelle mondiale, en France, on bascule d'une paysannerie composée de polyculteurs éleveurs à des groupes de producteurs érigés en acteurs économiques d'un marché national et international. Cette étape, traversée par les nombreux débats sur le corporatisme, se confronte à la difficile question du ravitaillement durant la Seconde Guerre mondiale. À la Libération, le maintien de l'Office montre l'intérêt de l'expérience, qui annonce certains choix lors de l'établissement de la politique agricole commune.
     C'est ce tournant qu'étudie le présent ouvrage, issu d'un colloque organisé en avril 2012 avec le soutien de FranceAgriMer. Réunissant des historiens français et étrangers, il s'appuie sur un travail d'archives, mais aussi sur l'histoire orale afin de montrer qu'à partir de 1930, les mondes agricoles font un pas décisif vers la modernité. 
    Alain Chatriot est chargé de recherche au CNRS, CRH, Paris. 
    Edgar Leblanc est Inspecteur général honoraire de l'agriculture et vice-président de l'Association d'histoire des sociétés rurales. 
    Édouard Lynch est Professeur à l'Université Lyon 2, Laboratoire d'études rurales, Université Lyon 2..

empty