Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 14/08/2021

  • L'économie du sport s'est mondialisée depuis deux décennies et ses principaux marchés sont mondiaux, de la pratique sportive au marché de la performance, du spectacle sportif au sport télévisé, des grands événements sportifs au sponsoring, de la production d'articles de sport aux paris sportifs, des infrastructures sportives aux transferts internationaux d'athlètes, des revenus des superstars au bénévolat sportif...

    Cette mondialisation économique touche les sports individuels et fait converger les sports d'équipe professionnels européens et américains. En outre, les ressorts économiques des dérives du sport (corruption, dopage, discrimination) conduisent à une réflexion pour une meilleure gouvernance du sport mondial face à la crise financière.

    Ce livre mobilise des instruments d'analyse économique pour étudier les diverses dimensions de l'économie mondiale du sport: comptabilité nationale, microéconomie de la concurrence imparfaite, étude d'impact, analyse coûts-avantages, théorie du déséquilibre, théorie des tournois, équilibre compétitif et partage des revenus dans un cartel, équilibre de Nash, course aux armements sur le marché du travail, structures de financement, gouvernance et régulation économique du sport.

    Il s'adresse tant aux enseignants et étudiants des filières Sport à l'université qu'à ceux de Sciences économiques et de Sciences de gestion ou encore des Ecoles de commerce. Il intéressera également les Organisations sportives : fédérations sportives nationales et internationales francophones, ligues de sports professionnels, comités olympiques (nationaux, régionaux, départementaux), clubs sportifs professionnels et associations sportives et les milieux sportifs : municipalités investies dans le sport, sponsors et publicitaires, médias sportifs, entreprises d'articles de sport, administration publique du sport...

  • Pour les pays engagés dans une transition vers le marché et la démocratie, de nombreuses interactions déterminent les évolutions respectives de l'économie et des institutions politiques : seule l'étude de ces interactions permet de comprendre en profondeur les modalités de cette double évolution. Telle est la démarche originale des auteurs de cet ouvrage, économistes et des politologues spécialistes des pays postcommunistes et en développement. Les économistes précisent ainsi le rôle des institutions dans l'analyse d'un changement de régime : consolider ce changement lors d'élections démocratiques fait jouer des comportements déterminés par des variables socio-économiques et mobilise de façon détournée des moyens budgétaires ; à l'inverse, des groupes d'intérêt influencent l'évolution des institutions démocratiques pour extraire des rentes ; enfin, la démocratisation des dépenses publiques joue sur la relation entre disparités de revenus et niveau des dépenses d'éducation. Avec la transition, les politologues revisitent quant à eux le concept d'élites. Ils analysent la conversion des anciennes élites au marché et à la démocratie et leur recomposition avec de nouvelles élites : des économistes libéraux est-européens sont ainsi devenus de réalistes professionnels de la politique, et les nouveaux sociaux-démocrates adhèrent également au marché. Les votes pour le capitalisme et la démocratie des nouveaux petits entrepreneurs consolident le changement. A contrario, le maintien d'une bureaucratie dominante peut conduire à nationaliser et ethniciser les enjeux et bloquer les réformes (Serbie). Et la nécessité d'une profonde réforme de l'administration (Afrique du Sud) conditionne des politiques publiques favorables au développement économique.

  • Premier ouvrage spécifiquement consacré à la crise de la mondialisation, il prolonge et approfondit des intuitions présentes dans l'oeuvre de Charles-Albert Michalet. Il analyse d'abord les espaces de crise de la mondialisation : la finance mondialisée et la concurrence entre bourses des valeurs, le commerce mondial et les réponses protectionnistes à la crise, dont celle de l'Union européenne, la technologie et la propriété industrielle, et la place du Tiers-Monde dans cette crise.
    Puis sont étudiées les stratégies des acteurs de la mondialisation face à la crise : concurrence entre les pouvoirs publics pour attirer les investisseurs étrangers, et surenchère à laquelle ils se livrent, d'un côté et, de l'autre, protection des systèmes nationaux d'innovation ; délocalisation et relocalisation d'activités dans l'industrie et les services ; recomposition de l'industrie mondiale de l'énergie ; émergence des firmes multinationales en provenance du « Sud » ; et impact de la mondialisation sur le travail.

  • La transition est-elle finie ? Non, seule a pris fin la phase de la mutation des économies postsocialistes guidée par le "consensus de Washington". Les expériences de privatisation sont critiquées pour avoir souvent choisi les méthodes les plus rapides, mais les moins efficaces, pour avoir empêché l'indispensable restructuration des firmes et de l'économie. La perspective d'adhésion à l'Union européenne a différencié les pays bénéficiaires en y attirant plus de commerce et d'investissements étrangers. Elle a facilité leur entrée dans la mondialisation de l'économie.

  • Face à la mondialisation économique du sport, l'auteur a choisi de croiser l'économie du sport avec l'économie internationale, une approche encore inédite aujourd'hui.
    Il analyse les déterminants économiques des performances sportives mondiales, la spécialisation des nations dans le commerce mondial de biens sportifs, l'investissement direct étranger des firmes multinationales dans l'industrie d'articles de sport, les transferts internationaux de joueurs et les dérives financières du sport mondial. La mondialisation donne lieu aussi à une économie comparative internationale, entre les modèles économiques des sports professionnels nord-américains et européens, et entre les différentes sources de financement du sport dans les pays de l'Union européenne.

  • La face cachée du sport : dérives économiques et scandales financiers ; lutter contre la corruption Nouv.

    Quelles sont les grandes malversations et les principales dérives dans le sport ? Le Professeur Wladimir Andreff, père fondateur de l'économie du sport en France et plus largement en Europe tente de les analyser et de trouver des solutions.
    Ce livre portant sur l'économie de la face cachée du sport rassemble les manipulations et les dérives du sport réalisées pour gagner de l'argent ou acquérir un avantage économique. Ce livre lance l'alerte sur leur ampleur et leur expansion, en présente l'analyse économique et propose des recommandations pour les combattre plus efficacement

    awaiting publication
  • Le monde diplomatique.
    " une mise au point dense et complète sur les données disponibles et les principaux travaux sur l'investissement direct à l'étranger, ainsi que sur les opérations, les modes d'organisation et les choix stratégiques des grands groupes multinationaux. des informations synthétiques, mais aussi un tableau clair des principales lacunes dans la collecte des données et l'élaboration des études de cas indispensables dans ce domaine.
    " le point. " pour mieux les connaître, il suffit de se reporter à l'ouvrage de wladimir andreff, expert international reconnu sur le sujet. " l'expansion. " ouvrage à la fois critique et synthétique auquel on ne fera qu'un petit reproche : l'abus des sigles. " economic systems. " the book is a must reading for students in international economics and industrial policy and a very good introduction to the subject for every economist.
    ".

  • économie de la transition

    Wladimir Andreff

    • Breal
    • 21 February 2007


    cet ouvrage expose tous les grands thèmes empiriques et analytiques de la transition entre l'économie centralement planifiée et l'économie de marché (en europe de l'est).
    il est principalement destiné à des étudiants de master, mais il est conçu pour être accessible à tout niveau d'études en sciences économiques. il fournit également des informations détaillées sur les économies en transition et propose des annexes dont l'intérêt peut aller au-delà d'un public strictement universitaire. dans une première partie, ce livre présente l'analyse économique standard de la transition d'inspiration néo-libérale, sous-tendue par le consensus de washington, dont les grands axes sont la libéralisation des prix et des transactions, les programmes de stabilisation et d'ajustement, la réallocation des ressources et la restructuration, la privatisation, ses méthodes et ses résultats, la thérapie de choc et le gradualisme, la désintégration économique internationale, l'ouverture à l'économie mondiale, les surprises de la transition néo-libérale.
    la deuxième partie traite de la transition instituée, ouvrant la voie à une deuxième phase davantage axée sur l'évaluation du consensus de washington par les analyses non standard de la transition, les problèmes de gouvernance de l'entreprise et de l'etat, le rôle des petites entreprises privées dans la restructuration, les nouvelles institutions et régulations économiques, le rôle de l'etat, la réforme du système bancaire et les marchés financiers émergents, les variantes du capitalisme est-européen, les coûts sociaux de la transition, l'élargissement de l'union européenne à l'est.


  • Fondée en 1941 par Paul Angoulvent, traduite en 40 langues, diffusée pour les éditions françaises à plus de 160 millions d'exemplaires, la collection " Que sais-je ? ", est aujourd'hui l'une des plus grandes bases de données internationales construite, pour le grand public, par des spécialistes.
    La politique d'auteurs, la régularité des rééditions, l'ouverture aux nouvelles disciplines et aux nouveaux savoirs, l'universailité des sujets traités et le pluralisme des approches constituent un réseau d'informations et de connaissance bien adapté aux exigences de la culture contemporaine.

    Indisponible
empty