• « La tolérance n'est pas une position contemplative dispensant les indulgences à ce qui fut ou à ce qui est. C'est une attitude dynamique, qui consiste à prévoir, à comprendre et à promouvoir ce qui veut être. La diversité des cultures humaines est derrière nous, autour de nous et devant nous. La seule exigence que nous puissions faire valoir à son endroit (créatrice pour chaque individu des devoirs correspondants) est qu'elle se généralise sous des formes dont chacune soit une contribution à la plus grande générosité des autres » Claude LEVIS-STRAUSS. In « Race et histoire ».

  • Ce travail vise une réflexion sur les notions de développement local et durable qui prend pour appui une monographie de la situation dans la commune d'Awala-Yalimapo. Nous proposons dans un premier temps une description du terrain d'étude, puis nous montrons quels en sont les enjeux, et enfin nous cherchons à montrer sous quelle forme un développement durable peut se construire dans la commune. Cette recherche répond à deux questions conjointes, d'une part la nécessité d'un développement économique dans une commune soumise à des règles strictes du point de vue environnemental (inscription dans le cadre du PNRG) et d'autre part le fait que la question de l'homme, de l'individu, s'assortit ici de l'appartenance de la quasi-totalité de la population à un groupe spécifique, les peuples autochtones et dont le mode de vie peut parfois se heurter tant aux règles environnementales qu'à la nécessité de développement économique.

  • Ce livre propose une description et une analyse de la question du droit des peuples autochtones au regard du droit international en l'appliquant à la situation spécifique des Autochtones du Canada et de Guyane française, notamment sur la question des droits collectifs. Ce projet s'inscrit donc dans une problématique visant à analyser l'impact de la prise en compte des peuples autochtones au niveau international sur leurs situations dans leurs Etats respectifs, sur la reconnaissance de leurs droits et plus spécifiquement sur la reconnaissance des droits collectifs ce qui sera au coeur de ce travail en tant que droits fondamentaux ayant une incidence sur les divers autres droits des peuples autochtones. Depuis ces 25 dernières années, les droits des peuples autochtones ont progressivement occupé une place de plus en plus importante dans les débats sur les droits de l'homme au niveau international ce qui a permis, en parallèle, une évolution notable en faveur de la reconnaissance de ces droits. Trois institutions se sont particulièrement intéressées à cette question: les Nations Unies, l'Organisation des Etats Américains et l'Organisation Internationale du travail.

empty