• Doublures

    Marie Redonnet

    Douze contes sur le thème du double avec en alternance six personnages féminins et six personnages masculins. Dans chaque conte, tout un jeu de dédoublements : du personnage qui devient la doublure d'un autre, mais aussi des doublures qui se multiplient dans un engendrement infernal, jeu vertigineux dans lequel les personnages sont pris, et dont ils cherchent inlassablement à se déprendre, noeuds où viennent se jouer les impasses de la filiation. Tous ces contes sont de petites machines infernales, au montage rigoureux, implacable, et dont l'issue, souvent fatale, témoigne en même temps de la quasi impossibilité de la transmission, du passage, et des tentatives faites pour y parvenir.

  • Tenter, après la mise à mort beckettienne, de recommencer le théâtre en écrivant, pour s'en délivrer et en sauver la mémoire, les drames et les énigmes d'une fin qui n'en finit pas d'en finir, tel serait, jusqu'à maintenant, l'enjeu des pièces que Marie Redonnet a écrites en double de ses romans. Par le pouvoir d'une nouvelle écriture dramatique, renaissent les personnages, l'histoire, le mythe, la poésie, s'invente un nouvel imaginaire scénique. Marie Redonnet veut prouver que c'est par le pouvoir imaginaire, dissident et subversif, de l'écriture, que le théâtre peut réinventer de nouvelles dramaturgies, en résistance aux images irréelles qui falsifient et détruisent, jusqu'à la perte totale du sens, notre rapport au monde et à la vie.

  • La mort & Cie

    Marie Redonnet

    Le Mort & Cie inaugure un genre littéraire ambigu. Cinq cents petits objets verbaux sont apparentés à la poésie, mais aucun d'eux ne peut se détacher de l'ensemble auquel il appartient et qu'il fait tenir. Ensemble rigoureux et précis que le lecteur doit peu à peu apprendre à faire fonctionner, pièces à monter-démonter, emboîter-déboîter, puzzle à reconstituer.

  • Candy story

    Marie Redonnet

    Candy Story est d'abord et avant tout une histoire d'amour dont l'héroïne principale, Mia, se transforme par amour justement, en Candy. Comme si une nouvelle vie commençait pour elle, et comme si, avec la mort de sa mère, elle passait de l'état d'enfant à celui d'adulte. Mais Candy Story, c'est aussi des histoires de meurtre, de détournement de fonds et de spéculation, des histoires d'éditeurs et d'auteurs, la mort d'une vieille femme, histoires qui s'enchaînent dans l'atmosphère glauque d'un lieu imaginaire, City Sise, qui pourrait être Venise ou une île au large de la Sérénissime. C'est une quantité de personnages, de rebondissements, de mystères. C'est un roman policier et un roman de moeurs.

  • Nevermore

    Marie Redonnet

    Willy Bost vient d'être nommé adjoint de Roney Burke, commandant au poste de police de San Rosa, petite ville de la côte Ouest en pleine expansion. Sur l'autoroute qui le mène à San Rosa, sa Pontiac tombe en panne et est remorquée par le coupé d'une jeune femme qui s'avère être la nouvelle chanteuse du Babylone, Cassie Mac Key, qui arrive elle aussi à San Rosa. En ville, ils cherchent à se loger et trouvent chacun une chambre dans la maison d'hôtes que dirige Lizzie Malik, ancienne acrobate du cirque Fuch et qui fut victime d'un «accident» en faisant son numéro... À partir de cette triple rencontre, les destins vont se nouer, des liens très forts d'amitié, d'amour vont se créer tandis que, poursuivant son expansion, la ville mettra à jour ses secrets, ceux de ses habitants, leurs désirs profonds de pouvoir, de liberté, de destruction... Enfin, le volcan appuyé à la ville se réveillera et avec lui, toutes les pulsions révélées éclateront afin que se mette en place une vie nouvelle. Nevermore est une parabole sur le monde contemporain : l'histoire d'un passage, vivant et violent, entre deux temps et deux histoires.

empty