• À travers son expérience professionnelle et ses voyages naturalistes, Jean-Claude Génot nous révèle l'ambiguïté de notre relation à la nature. Dans cet essai, il nous montre pourquoi la gestion de la biodiversité parachève la domination de la nature par l'être humain, et comment sa protection, victime de la société technicienne, laisse place à une biodiversité écologiquement correcte, acceptée et jardinée.
    Pourtant, l'urgence n'est pas de conserver la nature du passé, en créant des milieux ouverts faciles à entretenir. En réalité, ce n'est pas tant la nature qu'il faudrait soigner, mais l'être humain, malade de son obsession de contrôle qui lui fait envisager la nature comme un milieu hostile à dominer, et non comme un monde à part entière à respecter.
    /> Préfacé par Marie-Claude Terrasson, cet ouvrage salutaire bouleverse le regard que l'on pose sur la nature et les dérives des politiques de gestion de la nature, tout en proposant de nouvelles pistes au problème épineux de la protection de l'environnement.

  • Né au États-Unis, dans l'Iowa, en 1887, Aldo Leopold fut forestier, écologue, universitaire, écrivain. Grand défenseur de l'environnement et de la nature « sauvage », il est considéré comme l'un des pères fondateurs de la gestion et de la protection de la nature au États-Unis. Son oeuvre, constituée de nombreux essais ayant trait à la nature, a fortement influencé le mouvement pour la protection des espaces naturels ainsi que les penseurs de l'éthique environnementale moderne, comme John Baird Callicot.
    Jean-Claude Génot nous livre ici la première monographie en langue française de ce pionnier de l'écologie et de la protection de l'environnement.

  • Dans une société caractérisée par la maîtrise des hommes sur la nature, l'auteur propose de laisser faire l'évolution naturelle car c'est justement dans la nature spontanée que résident la liberté et l'enchantement. Il plaide pour la nature férale (autrefois domestiquée puis redevenue sauvage). A l'heure où une prise de conscience des enjeux écologiques de nos écosystèmes commence à se développer, une nouvelle nature apparaît, faisant renaître l'espoir.

  • Originaire du Berry, pays des sorciers, François TERRASSON (1939-2006) est né en lisière de la célèbre forêt de Tronçais. Maître de conférence au Muséum national d’histoire naturelle de Paris, grand défenseur du bocage, pionnier de l’agroécologie, il a dénoncé les travers des espaces protégés et milité pour une gestion intégrée de la nature. L’essai biographique de Jean-Claude Génot fait découvrir un scientifique hors norme, un esprit libre et un voyageur infatigable qui a passé sa vie à analyser notre peur de la nature et à dénoncer notre civilisation anti-nature qui mène à l’artificialisation de la planète. Féru de communication, François Terrasson a publié trois ouvrages, dont La peur de la nature qui l’a fait connaître d’un large public, quantité d’articles au style incisif mêlé d’humour, et donné de multiples conférences. Militant dans des associations de protection de la nature, il fut un pilier des ‘‘Journalistes écrivains pour la nature et l’écologie’’.
    Jean-Claude GÉNOT est écologue, chargé de la protection de la nature au Syndicat de coopération pour le Parc naturel régional des Vosges du Nord. Membre de l’association ‘‘Forêts sauvages’’ et des ‘‘Journalistes écrivains pour la nature et l’écologie’’, il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Vivre avec le lynx aux éditions Hesse.

  • "Plus nous étendons notre domination sur la nature, plus le sauvage devient nécessaire. Dans ce nouvel ouvrage, l'auteur relate les nombreuses initiatives européennes pour préserver les derniers bastions de nature sauvage, voire pour renforcer l'ensauvagement de régions en déprise agricole. La nature sauvage n'est pas une vue de l'esprit mais une perspective réelle pour l'avenir. Elle témoigne du sauvage qui sommeille en nous, épris d'espoir, de rêve, de liberté et d'un profond respect de la nature. Mieux comprendre la nature pour mieux nous connaître ?"

  • "Jean-Claude Génot enrichit sa vision d'écologue à travers ses voyages naturalistes dans le monde. Ils sont l'occasion d'observer toujours plus et de chercher à comprendre les relations entre l'homme et la nature. Du parc national de Yellowstone à celui de Suisse, des forêts biélorusses à celles des Balkans et de la nature sauvage africaine à celle du Costa Rica, tous les exemples présentés dans ce livre soulignent la singulière richesse irremplaçable des milieux en libre évolution, rappelant la difficulté des hommes à vivre dans la nature sans la détruire. Ces récits de voyage sont l'occasion de formidables leçons d'écologie et conduisent à faire preuve d'humilité."

    1 autre édition :

  • Instinct Nature est un recueil de souvenirs naturalistes et de réflexion sur la nature de certains pays de l'Est, en particulier la Biélorussie, visitée régulièrement par l'auteur.
    Cet ouvrage montre que, des tourbières de Berezinsky aux forêts des Carpates slovaques et roumaines, une nature encore sauvage se maintient dans les montagnes des pays de l'Est et les régions forestières des anciennes républiques soviétiques. Tous ces lieux présentent une plus grande naturalité que les espaces protégés d'Europe de l'Ouest, jardinés et domestiqués. Cet ouvrage cherche surtout à faire ressentir le puissant sentiment de nature inspiré par ces forêts multiséculaires.

  • A travers son expérience professionnelle et ses voyages naturalistes, Jean-Claude Génot nous révèle l'ambiguïté de notre relation à la nature. Il nous montre comment et pourquoi la gestion de la biodiversité parachève la domination de la nature par l'homme, comment sa protection est victime de la société technicienne. Une biodiversité écologiquement correcte, acceptée et jardinée. L'intervention dans la nature dite " protégée " est un tel dogme, que laisser faire la nature semble désormais une utopie. Pourtant l'urgence n'est pas de conserver la nature du passé, en créant des milieux ouverts faciles à entretenir. Il faut penser la nature de demain, celle des friches et des milieux boisés spontanés qui ont tant à nous apprendre sur la dynamique naturelle, celle des milieux forestiers anciens, très menacés, qui se récréent difficilement car il leur faut du temps, ce que nous avons oublié ! En fait, ce n'est pas la nature qui est véritablement malade mais l'homme, atteint par son obsession de contrôle, qui fait de la nature sa victime. Il ne faudra donc pas soigner la nature mais guérir l'homme de sa maladie obsessionnelle qui envisage la nature comme un milieu hostile à dominer et non comme un monde à part entière à respecter.

  • Nous vivons dans un monde où l'homme cherche à dominer la nature. Mais quand l'homme abandonne des terres à la nature à la suite d'une déprise agricole ou d'une catastrophe industrielle, la nature reprend très vite ses droits. À l'image d'un animal domestique qui redevient sauvage et que l'on qualifie de féral, des terres dont l'homme n'a plus l'usage et qui sont laissées à elles-mêmes deviennent de la nature férale. Ces espaces en libre évolution (friches, landes, maquis, forêts spontanées) sont trop souvent rejetés par notre civilisation avide de valoriser le moindre espace. Ce livre présente, à travers certains exemples, les multiples trajectoires de cette nature ensauvagée, qui si on la laisse faire peut mener à des forêts âgées naturelles.

  • Parmi les cinq espèces de chouettes présentes en france, la chevêche occupe une place particulière.
    Cet oiseau " de nuit " est, en effet, l'un des rares rapaces nocturnes à se montrer le jour. les noms de la chevêche sont parfois révélateurs des caractéristiques de l'espèce : oiseau de minerve (la mythologie), chouette des pierres, chouette des pommiers (l'habitat), petite chouette (la taille), chouette des moineaux, chouette des alouettes (l'alimentation), oiseau de la mort (la superstition), chouette aux yeux d'or (l'apparence), etc.
    Destiné autant aux passionnés de l'espèce qu'aux amateurs de nature, ce livre fait le point des connaissances acquises et présente des pistes pour la protection de la chevêche.

empty