Vie pratique & Loisirs

  • Le sport aurait-il le diable au corps ? Jusqu'où acceptera-t-on l'artifice technique ? Un avenir prothétique se dessine par le biais d'exosquelettes. En rendant interchangeables tous les organes du corps, y compris des parties du cerveau, du visage, le sujet se trouve face à la question de son identité et de sa permanence.

    Si l'impératif de performance pèse dans le sport plus encore qu'ailleurs, et particulièrement dans le très haut niveau en projetant un corps indéfiniment perfectible, c'est la société tout entière qui est aujourd'hui traversée par l'obsession de la santé parfaite, de la jeunesse et de la beauté éternelles, occultant ainsi la souffrance, la mort, le handicap et la vieillesse. Que voulons-nous faire de notre propre corps ? Tout ce qui est techniquement réalisable doit-il se réaliser ? Par le prisme du sport, ces questions éthiques fondamentales nous sont posées.

  • Le projet du « petit abécédaire philosophique du sport » est venu de l'idée conjointe de surprendre et d'apprendre, c'est-à-dire de révéler des facettes du sport à la fois connues en apparence et méconnues dans leurs présupposés. « machine à faire penser », le sport de haut niveau exacerbe bien des aspects de la société contemporaine: culte de la performance, sculpture et formatage du corps, addictions pharmacologiques, médicalisation de la vie, artificialisation de l'humain. mais le sport de haut niveau n'est pas « tout le sport »... il s'agit de montrer aussi la réalité du sport de masse, de l'éducation physique et les significations sociales de la « sportivisation » des moeurs et des corps : injonction médicale à faire de l'exercice, modelage corporel, esthétisation des apparences, culte de la « forme ». de argent à violence en passant par dopage, longo (jeannie) et olympisme, la forme de l'abécédaire elle-même suggère la liberté de la lecture et de la réflexion, selon un ordre et un temps propre à chacun, des intérêts, des curiosités divers.

empty