Albin Michel (réédition numérique FeniXX)

  • Comme d'autres chassent le lion, l'éléphant ou le papillon, voilà plus de trente ans que George Langelaan chasse le fantôme. Il n'a jamais hésité à passer de longues heures, des jours, parfois des nuits entières, dans des endroits, des maisons hantés, allant jusqu'à coucher dans des lits réputés occupés par des fantômes. Pour Langelaan, l'existence des fantômes ne fait pas le moindre doute, et ils sont, pour lui, de deux sortes : ceux dont on constate la présence sans jamais rien savoir de plus, et ceux dont on connaît ou dont on découvre l'origine. Il a ainsi mis à jour une mine extraordinaire d'histoires hallucinantes, tragiques, fantastiques, parfois comiques. Certaines de ces histoires sont connues localement, certaines ont déjà été contées par le passé, d'autres ont été dénichées, découvertes à la suite de longues et patientes recherches de l'auteur. Ce conteur né qu'est George Langelaan nous conduit en Bretagne au temps des grands voiliers, dans l'Irlande de Charles Leaver, dans l'Angleterre du temps de Cromwell, puis de la reine Victoria, dans le Londres de Dickens, dans l'Écosse de Walter Scott, enfin aux Pays-Bas où, dans des cadres paisibles de verdure et d'eaux calmes, de moulins dont les ailes tournent lentement, se déroulent parfois des histoires extraordinaires dignes d'Edgar Poe. Bien qu'il soit composé de treize histoires très différentes les unes des autres, ce livre est de ceux qu'il est difficile de quitter.

  • A vingt-cinq ans, Jean-Pierre Isal, interne des hôpitaux de Paris, s'apprête à accomplir son service militaire au titre de la Coopération. Le ministère des Affaires étrangères lui propose alors un poste que l'on vient de créer à la demande du consulat de France à Bombay. Il s'agit de s'occuper des jeunes drogués qui assiègent le consulat pour demander des secours ou leur rapatriement. Jean-Pierre Isal n'est pas un spécialiste. Sa seule expérience tient dans un stage de six mois qu'il vient d'effectuer à Saint-Cloud au service de désintoxication alcoolique. Mais il a l'âge de ceux qu'on lui propose de secourir, l'envie de voyager et de voir autre chose, et le goût des décisions rapides. En deux heures, il accepte de partir. Pendant plus d'un an, du 24 juillet 1972 au 2 septembre 1973, il sera le premier titulaire du poste de médecin coopérant du consulat de France à Bombay, poste qui s'avérera tout de suite d'une grande nécessité. Car des milliers de jeunes continuent à prendre la route de l'Inde. Ils partent à la poursuite d'un rêve et ne trouvent le plus souvent, au bout de leur voyage, que la drogue. Traqués par les Indiens, oubliés par leurs familles, trahis par les leurs, ils se retrouvent seuls, à Goa ou à Bombay, drogués, malades, sans argent, sans papiers, sans recours. Parmi ces hippies, les jeunes Français sont proportionnellement les plus nombreux. Ils étaient aussi, jusqu'à l'arrivée du docteur Isal, les plus démunis. Celui-ci a réussi à les connaître, à se faire admettre par eux et à les aider. Il est parvenu à arracher ces garçons et ces filles de vingt ans aux prisons et aux hôpitaux psychiatriques, à les rapatrier malgré les innombrables difficultés administratives, et en tout cas à leur permettre de survivre. C'est son aventure, et la leur, qu'il raconte aujourd'hui avec flamme dans ce livre passionnant.

empty