Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 14/08/2021

  • La lutte contre les fakes (infox)... mobilise presse, ONG, législateurs, grands du Net et internautes. Hier on rendait la manipulation responsable de votes irrationnels (Brexit, Trump..) et de pertes de confiance en la démocratie. Aujourd'hui une infodémie - fausses nouvelles, théories complotistes, désinformation d'État - accompagne la pandémie du coronavirus et le chaos qu'elle enclenche. Demain, la post-vérité ?

    Peut-on mesurer l'impact de la falsification ? L'attribuer, la vaincre ? Elle ne passe pas que par les grands médias ; elle se démocratise avec les réseaux sociaux. Le fossé se creuse entre élites pour qui seuls les manipulés ou les délirants doutent de l'évidence des faits et populations (ou populistes) imperméables au discours d'en haut. Un affrontement international par manipulation de l'information se développe. Tandis que chacun trouve en ligne de quoi confirmer ses croyances.

    Le livre pointe les causes technologiques, sociales, culturelles, idéologiques. Il explique les méthodes de repérage du faux, de vérification, de dénonciation et de contre. Il explique les idées et les termes (français et anglais) que nous utilisons. Il nous arme pour un de nos pires défis : falsification, doute et contrôle des esprits.

  • Tuer pour l'idée, répandre l'idée...Les milliers d'attentats commis chaque année sous toutes les latitudes montrent la permanence d'une violence politique et symbolique née vers 1880 dans la Russie tsariste. Depuis, des centaines de groupes ont pratiqué la lutte armée clandestine au nom de leur idéologie : nihilisme ou anarchisme, indépendantisme ou anticolonialisme, réaction ou révolution mondiale, peurs apocalyptiques ou jihad planétaire. IRA, ETA, "bande à Baader", Action directe, Brigades rouges, groupes palestiniens, Tigres tamouls, FARC ou Al-Qaïda marquent leur époque. François-Bernard Huyghe décrypte leurs méthodes, leurs modes d'action, leurs discours et pose la question : y a-t-il une fin au terrorisme ?

    Sur commande
  • Info, intox ? Complot, rumeur ? La désinformation serait partout, et la vérité nulle part. Ces questions obsèdent nos sociétés où il semble qu'en ligne tous puissent s'exprimer et que rien ne doive rester caché. Pourtant, la désinformation a une histoire. Elle s'exprime pendant la guerre froide et accompagne la mondialisation, avant que le web et les réseaux sociaux ne lui ouvrent de nouveaux horizons.
    En explorant les mécanismes de ce qui nous abuse et que nous refusons parfois de croire, des systèmes de pouvoir apparaissent et de nouvelles formes d'idéologies se manifestent. Quand la vérité des faits devient l'objet central de nos luttes, la désinformation n'est plus qu'une question morale : elle est un enjeu stratégique.

  • La lutte contre les "fakes" (infox, fausses nouvelles, désinformation)... mobilise presse, ONG, législateurs et grands du Net. On rend la manipulation responsable des votes irrationnels (Brexit, Trump..) et de la perte confiance en la démocratie, demain de l'avènement de la "post-vérité". Pour certains, les Gilets jaunes sont les marionnettes des trolls russes et des extrémistes.

    Peut-on mesurer l'impact de la manipulation ? L'attribuer, la vaincre ? Elle ne passe plus seulement par les grands médias ; elle se démocratise avec les réseaux sociaux. Le fossé se creuse entre des élites pour qui seuls des gens manipulés ou délirants peuvent douter de l'évidence et des populations imperméables au discours d'en haut. Chacun trouve, dans les médias ou sur Internet de quoi confirmer ses croyances.

    Au moment où les citoyens n'arrivent même plus à débattre d'une réalité commune, le livre pointe les causes technologiques, sociales, culturelles idéologiques. Il explique les méthodes de repérage du faux, de vérification, de dénonciation et de contre. Il montre aussi les effets pervers. Il nous prépare à un de nos pires défis : falsification, doute et contrôle des esprits dans l'espace public.

  • Fondée en 1941 par Paul Angoulvent, traduite en 40 langues, diffusée pour les éditions françaises à plus de 160 millions d'exemplaires, la collection " Que sais-je ? ", est aujourd'hui l'une des plus grandes bases de données internationales construite, pour le grand public, par des spécialistes.
    La politique d'auteurs, la régularité des rééditions, l'ouverture aux nouvelles disciplines et aux nouveaux savoirs, l'universailité des sujets traités et le pluralisme des approches constituent un réseau d'informations et de connaissance bien adapté aux exigences de la culture contemporaine.

    Sur commande
  • Des armes qui ne tuent pas (ni ne laissent de lésion définitive) ? Cet apparent paradoxe est né dans les années 1960 est s'est développé dans une perspective de « Révolution dans les Affaires Militaires » d'après guerre froide, mais la notion joue désormais un rôle crucial dans les stratégies policières de maintien de l'ordre au quotidien. La gamme des armements s'étend depuis des moyens bien connus de disperser une foule par des gaz, des sons ou autres moyens « incapacitants » jusqu'à des armes de
    science-fiction comme des radars émettant des radiations. La controverse très médiatisée sur le Taser, le pistolet à impulsion électronique assurant la neutralisation neuromusculaire montre que le débat n'est pas seulement technique (sur l'efficacité des systèmes) mais qu'il porte sur le mode de gestion de la violence dans nos sociétés. L'arme non létale est-elle la solution intermédiaire entre l'impuissance face à la violence privée et les dérives du monopole de la violence légitime ?

    Sur commande
  • Depuis le temps que l'an 2000 est pour demain, depuis le temps que les experts prédisent, et se dédisent, depuis le temps qu'ils annoncent la société d'abondance ou la civilisation de la communication, la croissance zéro ou la catastrophe écologique, les lendemains qui chantent et les surlendemains qui déchantent, la fin de la crise ou la crise finale, il est temps de vérifier. C'est ce que fait ce livre. Prophètes, futurologues, technocrates, écologistes, devins et planificateurs, ont la mémoire courte et la bourde récurrente. À nous d'être plus malins et moins oublieux. Que valaient les prédictions d'hier ? Pourquoi y avons-nous cru ? Pourquoi les spécialistes du futur se trompent-ils toujours ? Pourquoi les plus audacieuses anticipations, noires ou roses, rappellent-elles tant celles de grand-papa ? Comment serons-nous dirigés demain, au nom d'avenirs inventés avant-hier ? Cet ouvrage dénonce des illusions et, en même temps, indique une méthode pour ne plus être dupes.

  • Les think tanks tiennent une place croissante dans le débat public. Leur double fonction - produire des solutions originales en politique et persuader les décideurs ou l'opinion - suscite des fantasmes à la mesure de leur méconnaissance. Cet ouvrage vise à clarifier la nature de ce phénomène - qui n'a maintenant plus rien de spécifiquement américain ni même occidental -, de le replacer dans le cadre de la montée des contre-pouvoirs et groupes d'influence. Un éclairage sur une actualité décisive qui ouvre un débat de fond sur la nature et les mécanismes du pouvoir dans nos sociétés.

  • Après la défaite militaire de Daech, comment casser sa machine à croire ? Parmi les ouvrages sur l'État islamique, voici le premier à décrypter le pouvoir de persuasion qui incite des milliers d'hommes à tuer ou à mourir pour un califat mythique. Implanté sur sa terre sacrée, Daech attire et redéploie des "foreign fighters" ou moudjahidines du monde entier.

    Le spectacle de la mort, les mots et les images, mais aussi l'argumentation théologique sophistiquée et l'utopie du califat servent une offre idéologique sans précédent : gagner son salut, soumettre la Terre à une seule loi et venger des siècles d'humiliation. Cela fonctionne y compris (surtout ?) sur des cerveaux formés par nos sociétés de communication et de consommation.

    /> Pour cela, le califat a développé une méthode de propagande qui est déconstruite, brique par brique, dans cet ouvrage après analyse de centaines de publications et de vidéos, chacune avec leur style visuel, leur logique et leurs affects ; L'EI utilise les outils les plus modernes de diffusion en ligne et mobilise réseaux sociaux et humains pour recruter et propager l'exemple : la technologie occidentale passe au service de ceux qui haïssent l'Occident. Contre cela, nos contre-discours, nos déradicalisations ou nos tentatives d'assainir le Net sont de peu d'effet.

    Pour combattre, il faut commencer par comprendre leur message, sa redoutable mécanique, ses relais et ses vecteurs.

  • Tous écoutés ? Tous fichés ? Entre craintes de l'émergence d'une société de la surveillance totale et reconnaissance de l'utilité des écoutes dans la lutte contre la criminalité et le terrorisme, le débat fait rage autour des « interceptions de télécommunications ». Pour éclairer ce débat, cet ouvrage analyse ce que sont les écoutes et interceptions sur le plan historique, sur le plan juridique (en France en particulier), sur le plan « stratégique » (les usages qui en sont faits) et sur le plan technique. Il explique également ce que les écoutes représentent sur le plan pratique : le quotidien des policiers qui utilisent des interceptions pour prendre des voleurs de voiture ne ressemble pas forcément à ce qu'on peut lire chez les spécialistes du Web 2.0 toujours au courant de la dernière faille sécuritaire et de la prochaine invention.

  • L'Orient utilisait bien avant nous racines, graines et fruits aux mille vertus, mais c'est en Occident que le désir d'épices servit de prétexte à l'exploration du monde. Cette quête d'horizons lointains se joua comme une course de relais dont Rome, Byzance, Alexandrie et Venise se passèrent le témoin, jusqu'à ce que les Portugais inventent la route africaine et remportent la mise... que les Hollandais leur ravirent à leur tour.

    En stock
    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Par les routes de la soie ont circulé, d'Alexandre le Grand à Tamerlan, richesses, influences et savoirs, mais aussi toutes les fantasmagories. Si nombre d'ouvrages ont été consacrés au sujet, la fresque magistrale d'Édith et François-Bernard Huyghe, récit de voyage à travers le temps, se singularise par son remarquable esprit de synthèse pour expliquer la circulation matérielle des richesses et des hommes par la circulation invisible des idées, des croyances, des cultures.

    Sur commande
  • La passion des poudres rares aux "Indes fabuleuses" et à un Orient imaginaire bouleversa l'Occident, dessinant sur les terres et surtout les mers un réseau de communications aui allait déterminer l'histoire des siècles à venir.
    Pourtant, cette quête des horizons lointains se joua comme une course de relais. Romme, Byzance, Alexandrie, Venise allaient se passer le témoin, jusqu'à ce que la Renaissance, les Portugais, en transformant les règles, tracent une nouvelle carte, inventent la route africaine et remportent la mise que, plus tard, leur raviraient les Hollandais. C'est sur cette trame tissée de périls et de coups de force, d'appât du gain et d'audace, que devaient se développer les belles aventures, celles des découvreurs, celles des missionnaires, tels les jésuites de Chine, ou encore celles des coureurs de richesses, partis chercher fortune à l'autre bout du monde.
    Mais, plus que l'histoire des marchandises ou des conquêtes, cet ouvrage, alliant à l'érudition un style vif et captivant, montre comment, avec les épices, voyagèrent aussi savoir, pouvoir et rêves. Des cités marchandes à la découverte systématique du globe, les coureurs d'épices contribuèrent de façon décisive à la formation de la conscience européenne.
    Un livre d'évasion à lire sous tous les cieux.


    Edith Huyghe, qui a travaillé sur les rapports du cheval et de la culture, est l'auteur de Léonard, le cheval et la puissance.
    François-Bernard Huyghe enseigne la sociologie des médias. Il est l'auteur de La Soft-idéologie et de La Langue de coton. Ensemble, ils ont écrit Les Empires du mirage, qui racontait la route de la soie, et pour lequel ils ont reçu le prix de l'Académie française Louis Castex et le prix des Intellectuels indépendants, en 1994.

  • De la découverte du feu au code secret en passant par l'imprimerie, l'atome, ou les pierres précieuses, ce sont tous les grands secrets du monde qui se trouvent ici rassemblés.

    Où trouver de l'or, des épices ? De quoi sont constitués la soie, le verre, la porcelaine ? Comment se procurer des cartes ou des armes pour devenir tout-puissant ? Comment est née la monnaie ? Autant de questions, et bien d'autres, auxquelles Edith et François-Bernard Huyghe apportent des réponses historiques, en un récit vivant et documenté où les anecdotes de toutes époques et du monde entier foisonnent.

  • Action Directe, Brigades Rouges, Fraction Armée Rouge, années de plomb, une simple parenthèse historique ? Pour savoir si de nouvelles révoltes peuvent engendrer de nouveaux terrorismes, le livre explore les rapports, parfois séculaires mais toujours actuels entre des écrits révolutionnaires et ces violences qui prétendent accélérer ou provoquer une révolution. Que se passe-t- il dans la tête d'un terroriste qui se dit révolutionnaire ? Quelles idées tuent qui ? Quels écrits annoncent ou justifient l'attentat ? Comment dans des démocraties européennes des années 70/80, social-démocrates ou libérales, finit-on par abattre des civils, au nom de masses qui rechignent à se révolter ? Quelles vagues ont précédé, quelles vagues suivront ? Avant de juger ou d'anticiper, il faut commencer par savoir comment, à partir des notions très contestées de terrorisme et de révolution, s'élabore un corpus idéologique, comment il est interprété. Et comment les circonstances transforment parfois des intellectuels d'encre en intellectuels de poudre ou des tueurs en théoriciens. C'est désormais possible avec cette anthologie - sources, confessions, justifications, doctrines, communiqués... - dont se nourrit l'action armée et qui éclaire les mécanismes du passage à l'acte, ses constantes et ses répétitions. Hier, un lecteur attentif aurait sans doute plus prévoir quelles idées déboucheraient sur quelles violences. Regretterons-nous demain de ne pas l'avoir fait maintenant ? Alain Bauer, professeur de criminologie au CNAM, à New York et Beijing. Consultant sur le terrorisme des Polices de New York ou Los Angeles, auteur de nombreux ouvrages sur la police, les questions criminelles ou le terrorisme. François-Bernard Huyghe, docteur d'État en sciences politiques, chercheur à l'IRIS (Institut de recherches internationales et stratégiques), blogger influent, spécialiste de médiologie et des conflits, est l'auteur d'ouvrages sur les rapports entre idéologies, information et violence, comme L'ennemi à l'ère numérique (PUF) ou Maîtres du faire croire, de la propagande à l'influence.

empty