• Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Joumana est le récit du drame intime d'un homme. Comme pour mieux saisir ce je de la confession, le narrateur remonte aux souvenirs de son enfance, une enfance difficile, marquée par les figures autoritaires du père et du grand-père, et la perte trop précoce d'une mère adorée, mais aussi par une forte éducation religieuse chez les jésuites installés dans un Liban encore français. C'est au cours de ses études de droit, que Joseph rencontre Rose, celle qui deviendra sa femme. Avec elle, il partage la même passion pour la culture française. Mais derrière la complicité livresque, l'attrait commun pour cette France, à la fois lointaine et enracinée dans un Liban en pleine mutation, se cache un vide, et rien ne saura combler l'absence de l'amour charnel, la démission du désir, rien excepté l'événement imprévu qui survient dans la vie de Joseph : l'arrivée de la petite Joumana, la nièce de Rose, dont il devient avec Rose le co-tuteur. L'amour de Joseph pour l'enfant que Rose, stérile, n'a jamais pu avoir, finira par dépasser, tragiquement, les frontières de l'amour paternel... Récit d'un amour incestueux, Joumana se déroule dans un pays partagé entre deux mondes : l'Occident et l'Orient, au moment du passage d'un Liban français à un Liban indépendant, où les incertitudes de l'avenir opposent l'optimisme d'une génération nouvelle aux angoisses des tenants du passé.

  • Le juge J., fils de cordonnier, exerce sa profession dans une ville de son pays, le Liban. Nanti de bons principes religieux et professionnels, il a fait un mariage chrétien, épousé Rose, une jeune bourgeoise, mariage voué à l'échec. Un accident d'avion rend orpheline la nièce de Rose, Joumana, pour laquelle le juge va se prendre d'une vive affection. Protégée par sa tante, Joumana devient une jeune fille moderne... que son oncle considère avec angoisse et amour. La découverte du journal intime de Joumana permet au juge de comprendre que son amour est partagé et il ne saura pas résister à l'éblouissement de sa passion. Les conséquences seront fatales pour Joumana qui entrera au couvent, pour le juge, qui se suicidera en nous laissant ses cahiers : le présent roman.

  • Boris Mourdec, archéologue, vient effectuer des fouilles dans une crique. A bord de l'avion, il rencontre Despina, qu'un mariage malheureux a fait fuir, avec son fils Gaétan. Celui-ci s'est attaché à elle au point de l'aimer. Despina s'éprend de Mourdec, incapable d'amour réel ; avec Despina, il tente pourtant d'aller au-delà de l'accord charnel. Mais il n'y parvient pas. Le long commerce avec les mythes et les dieux l'a rendu austère et assez impitoyable. Il doit se contenter de quelques instants de joie, et d'une quête incertaine de l'absolu. Renouvelle-t-on le mythe humain par le contact avec la nature ? Ce retour aux sources divines, Farjallah Haïk en fait un récit d'un rare bonheur d'expression : tout y est classicisme, poésie et plénitude.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Deux compagnies pétrolières rivales, la Real britannique et la Notharco américaine, dirigées respectivement par Sir Allen Brooker et par Isaiah Sooth, s'affrontent dans une lutte sans merci au Moyen Orient. Elles ont recours aux moyens les plus cruels pour triompher l'une de l'autre. Isaiah Sooth, américain réaliste et sentimental, est ennemi des complications. Sa vie est partagée en trois parts inégales : la première, la plus importante, est consacrée à l'archéologie, la seconde au pétrole, la troisième, et la plus petite, à l'amour. Nous faisons sa connaissance à Pompéi où il s'est arrêté pendant trois mois pour compléter ses connaissances archéologiques. Un guide astucieux lui donne une version originale de la destruction de Pompéi, et lui vend sa maîtresse, une belle Catalane, Juanita. Il emmène la jeune femme à Beyrouth où il redevient le pétrolier énergique décidé à se venger des succès remportés par son rival, Sir Allen Brooker. Sir Allen, à l'opposé de Isaiah Sooth, est un homme sec et pâle, les cheveux coupés ras, les yeux percés en vrille, d'une sévérité implacable. Généralement dépourvu d'humour « il possédait cependant une glande spéciale secrétant une sorte d'humour antiyankee tenant du venin plutôt que de la verve. Il vivait comme un clergyman enfermé dans une carapace de quaker ». Autour de ces deux hommes s'agite une bande d'espions, d'aventuriers et d'indigènes attirés par l'appât du gain, d'hommes de main à qui le meurtre ne fait pas peur. Serguei, tueur à gages au service de Sir Allen, dirige le cambriolage du laboratoire de recherches et d'analyses de la Notharco. Mais Sooth le fait disparaître et l'envoie prendre un « bain du désert » en s'engageant à payer la pension de sa fille élevée au couvent. Puis il fait enlever cette enfant par un de ses hommes et la fait incorporer à une cargaison de femmes destinées à égayer les princes de l'or noir. Il fait croire à Serguei que l'auteur de cette monstruosité est Sir Allen. Mais Serguei apprend la vérité. Il rentre et va tuer Isaiah Sooth au moment où il se décidait à épouser Juanita. L'Orient, le pétrole, le modernisme outrancier, le progrès « contre lequel on ne va pas », tout cela forme la trame de ce roman captivant plein de couleur et d'aventures.

empty