• Ruse

    Eric Naulleau

    « En retrait de la route surgit un motel, seule bâtisse visible à des kilomètres à la ronde. Des tubes au néon d'un rouge vibrant soulignaient en plein jour le contour de ses fenêtres, comme une femme qui trainerait encore dans sa robe de soirée un lendemain de fête. Tout disparut avec le reste du paysage. Le soleil cognait toujours plus fort à la vire. Deliana tira le rideau comme une dérisoire protection contre la chaleur et les complots ourdis au plus hait des cieux vierges de tout nuage.»

  • LA PUBLICATION du livre de Pierre Jourde La Littérature sans estomac à L'Esprit des Péninsules en 2002 (prix de la critique de l'Académie française) provoqué un vaste débat et quelque furieuses empoignades au sein de république des lettres.
    Les coups furent rudes et pas toujours loyaux. En analysant, documents à l'appui, le réactions et les manoeuvres d'un certain milieu littéraire, Pierre Jourde et Eric Naulleau, respectivement auteur et éditeur de La Littérature sans estomac, font le portrait, certes non dénué d'humour, mais aussi passablement inquiétant, d'une nomenklatura décidée à écraser la dissidence par tous les moyens.

  • Eric Naulleau revient sur la scène littéraire avec un livre hybride, un roman consacré à un artiste qu'il vénère : le rockeur anglais Graham Parker. On dit de lui qu'il est le Bruce Springsteen anglais et surtout, l'un des plus grands compositeurs de l'histoire du rock.
    Eric Naulleau a découvert Graham Parker sur scène en 1977, au Bataclan. Il est depuis devenu un fan inconditionnel : tous les ans, en juillet, il va voir son idole en concert aux Etats-Unis. Comment expliquer sa relation exclusive avec Graham Parker ? Cette question à élucider est prétexte à une enquête littéraire passionnante, au gré des anecdotes, des textes de l'auteur-compositeur éclairés par Graham Parker lui-même, des références littéraires. On retrouve certes la verve caustique d'Eric Naulleau, mais celui que les médias détestent se livre ici dans un texte sensible et pudique.

  • « Il existe quatre grands plaisirs liés au football. Y jouer, le regarder, en parler, écrire à son sujet.
    J'ai longtemps goûté le premier comme joueur du dimanche, je ne me lasserai jamais du deuxième et du troisième.
    Dans les textes qui composent ce volume, je me suis intéressé aux moments où la Coupe du monde déborde, où un match bascule soudain de l'histoire dans la légende. Il s'en faut parfois d'une main, d'une tête, d'un centimètre devant ou derrière la ligne de but, d'un scandale instantané (l'agression de Battiston par Schumacher) ou à mèche lente (le match de la honte RFA-Autriche en 1982).
    Onze rencontres où la Coupe déborde aussi de la chronique sportive vers la rubrique culturelle. Les journalistes les ont commentées, les écrivains s'en saisissent ensuite pour les élever au statut d'objets littéraires. En plus de la trace laissée par ces instants d'éternité dans l'imaginaire collectif, j'ai donc voulu suivre celle qui en demeure chez quantité de romanciers et d'essayistes.
    Je marche ici sur mes deux pieds, je m'obstine à mêler dans ces pages deux des grands bonheurs de mon existence : football et littérature.
    Il était temps que je connaisse les quatre saisons du plaisir »

  • Amis de la " tête à clashs ", du " flingueur du samedi soir " et du " bad boy de la critique ", ce livre est pour vous ! Suivez le guide, Éric Naulleau vous fait visiter son musée des horreurs littéraires : Frédéric Beigbeder, Virginie Despentes, Amélie Nothomb, Bernard-Henri Lévy, Michel Houellebecq, Christine Angot, Francis Lalanne, Alexandre Jardin, Charles Dantzig, Guillaume Musso, Muriel Barbery - et même Philip Roth !
    Amoureux des grands écrivains, des belles-lettres et du style, ce livre est aussi pour vous ! Éric Naulleau ouvre ici sa malle aux trésors : Ismail Kadaré, Claudio Magris, Jonathan Littell, Paul Gadenne, Michel Polac, Patrice Delbourg, Imre Kertész, Angelo Rinaldi - et même les frères Bogdanov !
    /> Goûts et dégoûts, un herbier textuel où les orties seraient parfois à l'honneur. Sans oublier le cinéma, la musique, la bande dessinée, la politique - et même le football !

    Pertinentes et impertinentes, érudites et ironiques, polémiques et passionnées, ces chroniques finissent par composer l'autoportrait façon puzzle de ce lecteur devenu malgré lui un personnage médiatique.

  • « Lagarde et Michard conservaient cette denrée désormais introuvable : la littérature. Ils se sont arrêtés au XXe siècle. Animés par le pieux désir de prolonger la tâche de ces maîtres, nous avons voulu réunir quelques morceaux choisis parmi les dernières grandes oeuvres qui illuminèrent les lettres françaises à l'orée du XXIe siècle.

    Nous les avons annotées afin d'en souligner les beautés et d'en faciliter la compréhension pour le lecteur moderne. Les extraits sont assortis d'une panoplie d'exercices qui permettra à l'amateur de s'amuser à tester ses connaissances ou son savoir-faire en littérature. »

  • Pierre Jourde et Éric Naulleau persistent et signent dans leur entreprise de nuisance littéraire.
    Enfin une version revue et augmentée de leur pastiche du Lagarde et Michard, dans laquelle ils s'amusent à épingler, avec une certaine ironie, des écrivains remarquables et remarqués.
    Si l'on retrouve leurs cibles de toujours : Marie Darrieussecq, Alexandre Jardin, Camille Laurens, Bernard-Henri Lévy, Philippe Labro, Christine Angot, Philippe Sollers... viennent enfin se joindre à ce brillant aréopage : Patrick Besson, Anna Gavalda, Marc Lévy, Florian Zeller... Enfin, pour couronner le tout, découvrez Olivier Adam, François Bégaudeau et Philippe Djan.
    Leurs oeuvres sont présentées et annotées, afin de goûter toute la saveur de leur style. Et pour ceux qui désireraient tester leurs connaissances : des sujets de devoirs et leurs corrigés !

empty