Littérature générale

  • De la police de Louis XIV au dernier transfuge de la guerre froide, Bruno Fuligni présente plus de quarante affaires politiques ou judiciaires à travers son extraordinaire collection de documents historiques : lettres de cachet, fiches de police, avis de recherche, rapports des services secrets...
    Autant de trésors découverts sur le pavé des brocantes, aux puces, aux enchères ou sur des sites de vente en ligne et qui nous entraînent dans les méandres de la grande histoire.

  • L'ancienne église Sainte-Geneviève est devenue le temple des Grands Hommes. Mais que se passe-t-il vraiment derrière la colonnade de l'austère monument national ? Ensevelis sous dix-sept mille tonnes de pierre et de fer, ses illustres pensionnaires y connaissent-ils le repos ? La nuit, que font-ils, que se disent-ils, quelles vieilles querelles politiques et personnelles leur reste- t-il à régler ?
    Et que fait donc là, parmi les héros de l'humanisme et de la République, le cynique Claude-Ambroise Re- gnier, duc de Massa, politicien parjure et assassin, face noire de l'Histoire et agent de la raison d'État ?

  • Quel grand poète français fut-il soupçonné d'être un agent de l'Intelligence Service britannique ? Quel écrivain adressait-il des lettres d'amour à son percepteur ? Quel philosophe subversif les Renseignements Généraux épièrent-ils même le jour de ses obsèques ?
    En 2006, dans la première édition de ce livre, Bruno Fuligni révélait l'existence de dossiers de police sur les principaux écrivains français, de Victor Hugo à André Breton. Cette seconde édition est augmentée de nouveaux dossiers, récemment ouverts aux chercheurs, qui vont jusqu'en 1980. Des dossiers généralement constitués d'une succession de notes brèves accumulées sur des décennies :
    Comptes rendus de manifestations publiques, rapports sur l'origine et le milieu du personnage en cause, rapports de filature, indiscrétions diverses. Ils comportent aussi bien des jugements généraux sur la moralité de nos grands auteurs que des informations factuelles sur leurs activités, leurs amours, leurs ridicules et leurs petites manies.
    Témoignages historiques importants, ces dossiers sont parfois divertissants. Certaines notes sont drôles par la façon dont elles décrivent le génie en style administratif ;
    D'autres sont fort bien écrites et le lecteur devine que le policier, au contact de son suspect, tente à son tour de jouer l'écrivain. Dans tous les cas, nos classiques se retrouvent traités en délinquants.

  • À toutes les époques, l'Histoire compte des gens farfelus, à qui il est arrivé des aventures incroyables. Folle Histoire, une collection à mi-chemin entre revue et collection d'essais, attire les lecteurs dans l'Histoire par l'humour et par des anecdotes, en racontant ces faits drôles, saugrenus, mais. historiques ! Des faits véridiques, rédigés et attestés par des historiens : tout est vrai ! Mais la réalité dépasse parfois la fiction.
    Les aristos du crime conte des histoires à la fois d'aristocrates ayant commis des crimes, mais aussi de criminels qui ont gagné en notoriété ou usurpé des titres : Vlad III Tepes, dit « Vlad l'Empaleur » (1436-1476) ou encore Erzsébet Báthory, la comtesse sanglante (1560-1614) (cf.extraits).

  • Les assemblées françaises sont peuplées de poètes qui, depuis la Révolution, nous racontent à leur manière deux siècles d'histoire démocratique. De Marie-Joseph Chénier à Léopold Sédar Senghor, de Robespierre à Edgar Faure en passant par Lamartine et Victor Hugo, nous découvrons au fil des pages cette étonnante assemblée littéraire. On trouve parmi eux des lyriques, occupés à célébrer les valeurs et les institutions de la République ; des polémiques, à la muse contestataire ou partageuse ; des bucoliques, amoureux de leur terroir et de leurs traditions ; des classiques, adeptes de l'art pour l'art qui savent se détacher un moment de la vie publique ; des satiriques, qui jouent avec les mots pour mieux tourner en dérision leurs adversaires... Toutes les tendances cohabitent au sein du très informel groupe parlementaire des députés poètes, dont les oeuvres multiples constituent un merveilleux témoignage d'humanisme.

  • Outre les batailles stupidement perdues (Adoua, Waterloo) et les opérations ratées (comme la baie des Cochons), les auteurs se sont intéressés aux guerres qui n'auraient jamais dû avoir lieu et aux situations les plus absurdes sur le champ de bataille. Au total, soixante histoires incroyables mais authentiques.

    Le directeur de collection, Bruno Fuligni, est historien et auteur ou directeur d'ouvrages à succès (Dans les secrets de la police, La Tortue d'Eschyle et autres morts stupides) et s'entoure d'auteurs reconnus pour les textes de cette collection.

    Quelques exemples de bourdes militaires abordées dans le livre :
    Les États-Unis, tout juste indépendants, se sont déchirés pendant trois ans sur les tarifs des taxes sur le whisky.
    En France, dans les années 1820, l'armée a dû combattre dans les Pyrénées des rebelles travestis en demoiselles.
    Si la guerre anglo-zanzibarite n'a duré que 40 mn, celle qui opposa les îles Sorlingues aux Pays-Bas s'étala sur 335 ans : plus personne ne se souvenait du conflit en cours quand des érudits proposèrent de signer le traité de paix qui y mettrait fin, en 1986.

  • This handsome, unique package-'containing a stereoscopic viewer, 34 3D photographic cards, and a photo-packed paperback book-'offers a rare view of Paris, the world's most beautiful city, during an era when art, literature, poetry, and music blossomed and reigned. Paris during the Belle époque (1880-1914) was a time when peace and prosperity allowed for towering innovation in art, fashion, architecture, and gastronomy. The city at this time was the epicenter of art and music. Faure, Saint Saëns, Debussy, and Ravel were composing; Rodin was working on The Thinker; Renoir, Monet, Cezanne, Pissarro, and Degas painted scenes depicting everyday life; and Pablo Picasso embarked on his Blue Period. As Art Nouveau came into fashion, new buildings followed suit. Opera Garnier, Castel Beranger, Moulin Rouge, and the Paris Metro entrances were all built during this time. Galeries Lafayette unveiled its gilded department store, which sold couture to the aspiring middle class. This burgeoning creativity and prosperity, as well as the city and the inhabitants who embraced it, are all captured here, with stunning clarity and realism. Paris in 3D's innovative and inimitable package includes a sturdy metal stereoscopic viewer, 34 rarely seen stereoscopic photographs of the city at the turn of the century, and an accompanying 128-page paperback, which provides a brief history of the stereograph craze and an overview of the city's evolution during that time.

  • Les quinze mille

    Bruno Fuligni

    • Horay
    • 22 March 2006


    Député
    Un député peut-il se munir d'accessoires à la tribune oe
    Peut-on siéger en blouse, en gandoura ou en col Mao oe Pourquoi le président de l'Assemblée nationale entre-t-il au son du tambour oe
    Un prêtre député peut-il bénir une République laïque oe Qu'appelle-t-on « le Barodet » oe
    Qu'est-ce qu'une « députette » oe Comment paralyser un débat oe Qui a gagné le dernier duel parlementaire oe
    Depuis quand légifère-t-on sur l'environnement oe
    Que se passe-t-il à la buvette du Palais Bourbon oe
    A partir de ce feuilleton de la France républicaine que forment les comptes rendus de séance, Bruno Fuligni raconte les faits et gestes des quinze mille députés recensés depuis 1789.
    Grands débats et bagarres mémorables, actions rituelles et coups d'éclat : son livre, qui fourmille d'anecdotes surprenantes, fait revivre les incidents de séance qui ont marqué l'hémicycle.



  • Le suffrage universel a été institué en France en 1848. Depuis, chaque scrutin voit un certain nombre d'individus isolés tenter leur chance en marge des partis organisés. B. Fuligni distingue ces candidats plus ou moins fantaisistes : humanitaires, spirituels, inventeurs, séparatistes, imposteurs, poètes, grotesques, farceurs, libidineux et enfin inclassables.


  • D’Acacia à Zozo, mille mots d’argot politique de la Révolution à nos jours, réunis pour la première fois en dictionnaire.

    Les hommes politiques aussi ont leur argot, pittoresque et méconnu.

    Notre époque n’est pas avare de néologismes, comme l’attestent des inventions aussi parlantes que le bling-bling, la Firme, le Sarkoland et la datillotine. Mais le millier de mots recensés dans ce livre nous fait revivre aussi des épisodes lointains, des tendances oubliées de la vie politique française. Qui ouvrira encore l’armoire de fer ou le cagibi des belles madames ? Que sont devenus les bousingots et les burgraves, les mascurauds et les blocards ? Où siégeaient les puritains, les matois, les arcadiens, les aragouins, les picrocholins ? Les Jeunes Turcs, qui n’étaient pas des mamelucks, réprouvaient-ils la danse du ventre ? Les guesdos ont-ils voté le dromadaire ? L’inventeur du tamisier est-il dans le Barodet ou dans le Pierre ? Trouve-t-on toujours des deputados chez ma tante ? Quand la simyanette a-t-elle remplacé la mougeotte ? Qu’est-ce qu’une ragusade, une couesnonnade, une transnoninade ? Est-il bien ou mal de ronsiner, camboniser, bentaboliser ? Vaut-il mieux sortir par la porte de Tellier ou par la grille du coq ? Pourquoi le lavelua dispose-t-il d’un kivalu, alors que le tuisigave et le tuiagaifo n’en ont pas ?

    Autant de questions essentielles auxquelles les initiés ne seront plus seuls à répondre. S’il est naturel que les hommes politiques aient leur jargon, il faut aussi que tout citoyen puisse le comprendre. Ce lexique ne revendique que le charme du pittoresque ; mais il est peut-être indispensable.





  • À travers l'Histoire, des femmes hors du commun ont vécu des aventures incroyables. Le 2ème tome de la collection Folle Histoire met en avant les grandes hystériques, ces femmes rendues célèbres par leurs crimes extraordinaires : des histoires de meurtrières, de femmes manipulatrices ou ayant eu des accès de folie, et qui ont marqué les esprits : À travers les anecdotes drôles, saugrenues, mais historiques, qui font le charme de cette collection, Les grandes Hystériques retracent d'incroyables destins de femmes racontés par des auteurs et des historiens reconnus.
    Les rubriques :
    « L'Objet » par Claude Quétel : Le compresseur d'ovaires.
    « Le Mythe », par Bruno Léandri : Le Casque d'or.
    « La Caricature », par Bruno Fuligni : commentaire d'un dessin de presse ancien.
    « La Filmographie », par Guillemette Odicino (de Télérama).
    Et bien d'autres textes, signés par : Clémentine Portier-Kaltenbach (Les grands Z'héros de l'Histoire de France), Philippe Charlier, Frédéric Chef, Philippe Di Folco, Matthieu Frachon, Franck Sénateur, Marieke Stein. et les dessins de Daniel Casanave .

  • De la naissance de la République à nos jours, un florilège tour à tour amusant, ridicule et parfois terrible de ce que les hommes et les femmes politiques français ont dit et écrit de leurs adversaires.

  • Il ne faudrait pas détruire toutes les statues des Pères de la Nation, des Grands Timoniers, des Génies des Carpates... Vide, le socle appelle l'effigie d'un successeur : l'amnésie est redoutable.

    Non, il faudrait en convertir quelques unes en statues d'infamie placées au milieu des terrains vagues.

    Rien qui ne ressemble plus à un homme providentiel qu’un autre : dans la soixantaine de portraits qui composent le présent livre, le lecteur aura tôt fait de constater que les vieilles ficelles du pouvoir fonctionnent indépendamment de l’idéologie dont se réclame le chef.

    Impudents, sanguinaires et corrompus, ils ont pour beaucoup la même faiblesse cachée : le désir d’être appréciés pour autre chose que ce pouvoir qu’ils ont conquis, d’être considérés comme grands poètes ou écrivains, scientifiques ou philosophes...

    « Le Guide Suprême » et ses fiches détaillées permettra à l’apprenti dictateur de s’inspirer utilement de 60 modèles « remarquables » et peut-être, qui sait...

  • C'est maintenant un rite : chaque année, un jury de journalistes et d'humoristes distingue la personnalité politique française ayant prononcé la phrase la plus drôle, qu'il s'agisse d'humour volontaire ou involontaire. Fondé en 1988 par la conseillère de Paris Jacqueline Nebout, le « prix de l'humour politique » s'est interrompu en 1997, avant de reprendre après l'élection présidentielle de 2002, sous l'égide du Press Club de France et la présidence de Jean Miot. Pour la première fois, un livre reprend l'ensemble des réjouissantes « petites phrases » sélectionnées pour le « prix Press Club humour et politique ».

empty