Cnrs

  • Pendant trente ans Victor Hugo rêva de l'Élysée. Déçu par les puissants, qui ont dédaigné sa « politique des idées », le mage décide un jour d'en appeler au peuple. « Quelqu'un viendra, annonce-t-il aux Français, quelqu'un qui aimera à la fois la loi et le peuple, la patrie et la pensée, et qui aura cet honneur et ce bonheur de compléter la liberté par l'ordre et l'ordre par la liberté. » Investi de cette mission sacrée, Victor Hugo va se déclarer candidat à l'élection présidentielle à deux reprises : pour le scrutin de 1848, mais il se désiste au début de la campagne officielle ; et pour l'échéance constitutionnelle de 1852, mais l'élection n'aura jamais lieu. Le coup d'État du 2 décembre rejette Hugo dans l'exil où, à défaut de présider la République, il va la personnifier. Mais, jusqu'à la fin de ses jours, le grand poète continuera de croire en sa destinée présidentielle.
    Bruno Fuligni nous raconte toutes les péripéties de ce rêve romantique d'un poète-président. Il nous livre aussi, en 99 points, le programme électoral du candidat Hugo, tiré de ses textes et discours politiques. Sur la République, le socialisme, l'Europe mais aussi la mondialisation, ce candidat, qui se disait « appartenir à tous les partis par ce qu'ils ont de bon et de légitime », reste d'une actualité déroutante.

  • Quel auteur la police épia-t-elle même le jour de ses obsèques ? Jules Vallès, bien sûr ! Quel grand poète français fut soupçonné d'être un agent de l'Intelligence Service britannique ? Jacques Prévert, sans nul doute ! Quel écrivain adressait des lettres d'amour à son percepteur ? Boris Vian, pardi !
    Dans ce livre, Bruno Fuligni révèle l'existence de dossiers de police sur les principaux écrivains français, de Victor Hugo à Jean-Paul Sartre. Des dossiers généralement constitués d'une succession de notes brèves, accumulées sur des décennies, émanant d'indicateurs plus ou moins bienveillants : comptes rendus de manifestations publiques, rapports sur l'origine et le milieu du personnage en cause, rapports de filature, indiscrétions diverses... Ils comportent aussi bien des jugements généraux sur la moralité de nos grands auteurs que des informations factuelles sur leurs activités, leurs amours, leurs ridicules et leurs petites manies.

  • Au sud de la Sicile, une île est en train d'émerger, ou plus exactement de resurgir. Julia pour les Français, Ferdinandea pour les Italiens, Graham pour les Britanniques, l'île avait déjà fait parler d'elle en 1831, quand les revendications des trois pays avaient failli dégénérer en guerre navale. Puis elle disparut subitement après six mois d'existence. Pour elle, un duel opposa un officier français à un prince sicilien. L'île intermittente reçut la visite de Walter Scott ; elle inspira aussi Fenimore Cooper, Alexandre Dumas et Jules Verne.

    Aujourd'hui, l'île est en train de remonter à l'air libre et devrait bientôt réapparaître. Sa position stratégique nourrit de nouveau les ambitions des puissances riveraines. Or la France a des droits sur cette terre, dont elle a formellement pris possession le 29 septembre 1831. À partir de sources diplomatiques, scientifiques et littéraires, Bruno Fuligni nous dépeint l'île Julia comme un être vivant, capricieux et mystérieux : une belle qui fit rêver de grands noms de la littérature et que les puissants n'ont jamais cessé de convoiter.

  • Poètes, prophètes, mystiques, spirites, visionnaires, précurseurs, voyageurs et autres abstracteurs de quintessence, tels sont les députés d'exception, toutes tendances politiques confondues, qui composent de 1789 à nos jours une étonnante galerie de portraits. On trouve de tout, au Palais Bourbon : un vélocipédiste émérite, un collaborateur de Jules Verne, l'inventeur du lave-linge, un chansonnier proxénète, un artiste peintre communiste, un gentleman cambrioleur, un explorateur du Tibet, un officier britannique de l'armée des Indes, un Franc-comtois musulman qui siège en gandoura et turban, quelques fous de génie et plusieurs fondateurs de républiques idéales. Autant d'élus hauts en couleurs, à la destinée particulièrement romanesque, et dont les audaces font partie de notre histoire. Bruno Fuligni n'a pas voulu se contenter de raconter leur riche existence : il leur donne aussi la parole, faisant revivre la belle langue parlementaire d'autrefois.

    L'histoire de France par ceux qui l'ont rêvée.

empty