Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 14/08/2021

  • Au XXe siècle, la philosophie analytique est devenue le mouvement philosophique dominant dans le monde anglo-saxon. Ce manuel expose de manière très claire les fondements et les enjeux de ce courant de pensée parfois méconnu dans le monde francophone.
    Limpide et accessible au plus grand nombre, cet ouvrage explore les grandes questions posées par ce mouvement qui met au coeur de la pensée l'exigence d'une analyse précise du langage. Il présente la naissance de ces interrogations chez Frege, Russell et Moore et leur développement par Wittgenstein, Carnap, Quine, Ryle ou encore Austin, d'une manière nouvelle, qui met en avant la cohérence et les enjeux fondamentaux de la philosophie analytique. Un appareil pédagogique poussé (résumés de fin de chapitre, glossaire...) vient encore faciliter l'apprentissage.

    Cette introduction - l'une des seules en français - à l'un des courants les plus importants de la pensée contemporaine passionnera tous ceux qui s'intéressent à la philosophie ou à la logique, mais aussi aux mathématiques ou aux sciences du langage.

  • Formé en mathématiques par Kronecker et Weierstraß, puis en psychologie par Brentano et Stumpf, évalué par Cantor, critique de Schröder, correspondant de Frege, collègue de Hilbert, maître de Weyl et Becker, Edmund Husserl est l'exact contemporain des débats célèbres qui ont opposé positions pyschologistes, logicistes, intuitionnistes et formalistes au cours de ce qu'on a appelé la « crise des fondements » des mathématiques. Initié sur le terrain de l'arithmétique, puis très vite confronté à ces « fines fleurs de la mathématique moderne » que sont la théorie des systèmes de nombres, la théorie des géométries de Riemann ou la théorie des groupes de transformation de Lie, son projet phénoménologique vise à rendre compte du type de signification et d'intuitivité que peuvent revendiquer des « objets » dont la connaissance est médiée par leurs rapports rationnels les uns aux autres. Or, après s'être montré sensible aux arguments de ses différents interlocuteurs et avoir ponctuellement adopté certaines de leurs positions, ce sont en définitive des thèses formalistes que Husserl va tout à la fois défendre et s'efforcer d'élucider par des analyses constitutives statiques puis génétiques.

  • À la fin du XVIIIe siècle, Emmanuel Kant pouvait encore voir dans les mathématiques le modèle même des jugements synthétiques a priori, c´est-à-dire dotés d´un contenu intuitif propre quoique non dérivé de l´expérience sensible. Des géométries non-euclidiennes à la théorie des transfinis de Cantor, les mathématiques du XIXe siècle vont cependant faire triompher des systèmes mathématiques résolument déductifs et non plus intuitifs. Sur fond d´interrogations quant à la légitimité de ces développements récents, interrogations renforcées par la découverte de paradoxes, d´âpres débats vont alors opposer différentes écoles quant aux méthodes de preuve acceptables ainsi que quant à ce qui constitue le fondement même du savoir mathématique. Logicisme, formalisme et intuitionnisme ; ce sont, à l´époque, pas moins de trois conceptions des mathématiques (et trois programmes pour les mathématiques) qui s´affrontent, conceptions auxquelles il faut ajouter le psychologisme, qui se nourrit de l´essor des sciences humaines et de leurs prétentions épistémologiques. En collant au plus près des textes des principaux protagonistes, l´ouvrage présente de manière tout à la fois synthétique et précise les différentes positions en présence, en soulignant autant que possible leurs divergences, mais en montrant aussi les variations et inflexions qui ont marqué leur développement durant la période 1870-1930.
    A PROPOS DE L´EDITEUR :
    La communication scientifique et culturelle est notre affaire à tous, spécialistes et citoyens.
    Editions EME (Editions Modulaires Européennes) propose à chacun d´y participer en facilitant la production et la communication de textes relatifs aux sciences de l´homme.

  • Née en même temps que la philosophie et la science, la logique est l'étude des contraintes de cohérence, de consistance et de conséquence qui pèsent sur la pensée rationnelle. Cette discipline s'est donné pour tâche de dégager les grands principes théoriques permettant de distinguer les raisonnements corrects des raisonnements fallacieux. Au cours de son histoire, elle a forgé des outils d'analyse de plus en plus précis et rigoureux. Ces efforts ont abouti aux divers systèmes formels de la logique symbolique dont nous disposons aujourd'hui. Il est désormais possible de traiter les raisonnements comme de simples calculs dont la validité est assurée par le seul respect de règles d'inférence préalablement établies. Mais l'entreprise formaliste ne constitue pas l'unique voie d'accès à la rationalité argumentative. La question du caractère correct ou non de nos raisonnements suppose aussi que l'on envisage des critères de pertinence et de légitimité, que l'étude des sophismes permet de dégager a contrario. En outre, il importe de prendre en compte les dimensions dialectique et rhétorique de l'argumentation quotidienne, c'est-à-dire la manière dont les raisonnements interviennent dans les débats et y sont présentés de façon plus ou moins convaincante pour tel ou tel auditoire. Parce qu'il envisage l'étude des raisonnements sous ces différents aspects, ce livre constitue véritablement une introduction générale à la logique.

  • Il existe de nombreuses façons de respirer. Celle que nous présentons est celle qui convient le mieux aux activités physiques nécessitant un rendement optimum. Cette technique est utilisée de façon empirique depuis la plus ancienne antiquité. Nous décrivons ses caractéristiques, ses avantages mécaniques et physiologiques. De nos jours, elle est négligée. L utiliser c est améliorer la force et la résistance dans l action, de la boxe à l accouchement.

  • Proche des grands textes et centrée sur les questions philosophiques elles-mêmes, cette introduction à la méthode analytique s'efforce de montrer précisément comment les solutions esquissées par Frege, Russell et Moore à quelques grands problèmes de la philosophie ont " fait école " et suscité les développements que représentent les travaux de Wittgenstein, Carnap, Quine, Ryle ou Austin. La philosophie analytique est ainsi visitée à travers ses interrogations majeures, dans une perspective qui permet à la fois de montrer toute la cohérence de cette pensée et de la présenter d'une manière nouvelle qui devrait intéresser tous ceux que la radicalité de certaines thèses analytiques avait convaincus de s'en détourner. Sans véritable présupposé en histoire de la philosophie ou en logique, l'ouvrage est accessible à un public très large. Il est augmenté d'un glossaire riche qui explicite les principales notions et en retrace l'évolution dans le développement de la pensée analytique. Cet ouvrage est destiné aux étudiants de 1er et 2e cycles en philosophie, de même qu'aux chercheurs de cette discipline. Il s'adresse également à toute personne intéressée par les sciences du langage et les mathématiques.

  • Science de la pensée rationnelle, la logique s'est donné pour tâche de dégager les grands principes théoriques permettant de distinguer les raisonnements corrects des raisonnements fallacieux.

    Au cours de son histoire, elle a forgé des outils d'analyse de plus en plus précis et rigoureux. Ces développements ont abouti aux divers systèmes formels de la logique symbolique dont nous disposons aujourd'hui. Il est désormais possible de traiter de nombreux raisonnements comme de calculs dont la validité est assurée par le seul respect de règles d'inférence préalablement établies.

    La question de la légitimité de nos argumentations quotidiennes suppose cependant que l'on prenne également en compte des critères qui relèvent d'autres dimensions - dialectique, topique, rhétorique ou linguistique - de l'argumentation. C'est en se fondant sur l'ensemble de ces analyses que l'on peut évaluer l'usage en contexte de tel ou tel schéma d'inférence et déterminer, par des questions critiques, s'il fait l'objet d'une utilisation globalement rationnelle ou d'un abus sophistique.

    Parce qu'il envisage l'étude des raisonnements sous ces différents aspects, ce livre constitue une véritable introduction générale à la logique. L'approche choisie est délibérément pédagogique. L'ouvrage analyse plus de 280 raisonnements et propose au lecteur 360 exercices dont les corrigés sont disponibles en ligne.

  • Les textes rassemblés dans ce volume font état de la diversité des pratiques internationales, en ce qui concerne les méthodes, les critères et surtout les usages très différents de l'évaluation des formations ainsi que de l'irréductible multiplicité des projets que cherche à servir simultanément la démarche " Qualité " dans l'enseignement supérieur. En soulignant les ambiguïtés d'un dispositif tout à la fois discursif et technique, ils cherchent à en déjouer les éventuels " leurres ".

  • De l'histoire de l'idée d'« idée », certains jalons semblent particulièrement bien connus : le statut objectif des Idées chez Platon et leur nette opposition avec les apparences sensibles; le statut subjectif des idées dans la philosophie moderne, où elles tendent au contraire à coïncider avec les apparences et à s'opposer aux éventuelles « choses en soi » ; la fonction rationalisante des Idées chez Kant, qui prend acte de l'irréalité des idées mais ne renonce pas à rendre compte de leur nature régulatrice. La question reste cependant de savoir comment un même terme a pu recouvrir des conceptions aussi diverses et, en apparence, même antithétiques. C'est à élucider cette énigme et à éclairer par là même le problème de l'idéalité dans l'extraordinaire continuité de son traitement philosophique que se sont collectivement livrés des spécialistes de ces différentes périodes de l'histoire de la philosophie.
    Avec les contributions de L. Bouquiaux, A. Dewalque, M.-A. Gavray, O. Gilon, M. Hagelstein J. Herla, J. Pieron, D. Seron et A. Stevens.

  • Cet ouvrage traite des moyens qui permettent de distinguer les raisonnements corrects et ceux qui ne le sont pas. Il est articulé en deux grandes parties : la première se basant sur la déduction et la seconde sur l'argumentation.

empty