• Dans le monde de l'entreprise, chacun sait ce qu'il faudrait faire, mais personne ne sait comment s'y prendre. Pour sortir de l'immobilisme, François Dupuy jette les bases d'une théorie de l'action managériale.
    Après avoir montré ce qui n'allait pas (Lost in management, tome 1), puis identifie´ les causes des errements (La Faillite de la pensée managériale, tome 2), l'auteur s'attelle aux solutions concrètes dans ce troisième volume de la série. Loin des modes successives qui prétendent révolutionner le management, il s'appuie en sociologue sur le fonctionnement réel des organisations pour montrer qu'il est possible de travailler autrement. A` condition de savoir cultiver la confiance et de développer l'intuition, les dirigeants peuvent éviter les faux remèdes qui ne font qu'aggraver le mal et accomplir la nécessaire transformation de leur entreprise.
    Cet essai énergique, illustré d'exemples et d'études de cas approfondis, est aussi un parcours au coeur de la diversité et de la complexité des organisations, au service de leur performance.

  • L'entreprise serait, dit-on, le lieu de l'autorité, du pouvoir et du commandement vertical. La réalité, telle que peut l'observer le sociologue de terrain, est le plus souvent très éloignée de cette supposée dictature. S'appuyant sur dix-huit enquêtes et près de huit cents interviews, François Dupuy montre que les entreprises sont en passe de perdre le contrôle d'elles-mêmes : le pouvoir est descendu d'un ou plusieurs crans pour se disperser à la base, au niveau des intermédiaires et des exécutants.
    Dans de nombreuses entreprises, le problème est aujourd'hui de reconstruire une maîtrise minimale de la direction et de ses managers sur l'organisation et ses personnels en redécouvrant les vertus de la confiance et de la simplicité.

    Ajouter au panier
    En stock
  • En apparence, les méthodes de management ne cessent de se renouveler. En réalité, le management tourne en rond.

    Dans ce second volume de Lost in management, François Dupuy s'attache à démonter les mécanismes de l'appauvrissement de la pensée managériale et à en montrer les graves conséquences pour les entreprises. Habillant les idées reçues d'un jargon déconnecté de la « réalité », dirigeants et managers commettent des erreurs de raisonnement et des confusions qui pénalisent toujours plus leurs décisions.

    À travers des exemples de la vie quotidienne en entreprise, cet ouvrage montre la responsabilité des grands cabinets de conseil et des business schools dans la diffusion de cette pensée paresseuse et de ces pratiques surannées avec lesquelles il est encore temps de rompre.

    Ajouter au panier
    En stock
  • La fatigue des elites

    François Dupuy

    • Seuil
    • 15 April 2005


    les cadres passent pour les " compétitifs " de l'économie moderne, ceux à qui le capitalisme promet l'accomplissement et la réalisation de soi.
    pourtant, ces hommes et ces femmes dont l'entreprise attend dévouement et solidarité, donnent aujourd'hui le sentiment de ne plus y croire. ils ne s'identifient plus aussi facilement au destin de leur société, cherchent à se dérober aux pressions de leur environnement, voire adhèrent aux critiques les plus frontales du nouvel ordre économique. bref, ils commencent à " jouer contre ", eux dont on croyait qu'ils joueraient toujours " avec ".
    le spectre d'une " révolte des cadres ", hier encore inimaginable, entre peu à peu dans l'ordre du pensable. on se prend à imaginer que le désordre social ne surgisse pas d'une mobilisation des " petits " contre le capitalisme, mais du coeur même de ses élites. ce serait là le tribut paradoxal d'une révolution des organisations qui, en consacrant la domination de l'actionnaire et du client, a progressivement privé d'autonomie et de protection ceux-là mêmes dont elle prétendait faire ses messagers auprès des autres salariés.


  • Guide d'accompagnement à la réflexion et à la mise en oeuvre des projets de changement rencontrant des résistances, dans les organisations privées et publiques. De très nombreux cas d'entreprises analysés. Cet ouvrage est issu de la fusion des deux précédents ouvrages de l'auteur (Le Client et le bureaucrate, L'Alchimie du changement). Une bible. Ouvrage lauréat du Prix du livre RH 2005 Sciences Po/Syntec Recrutement, organisé en partenariat avec Le Monde et alapage.com.

  • En apparence, les méthodes de management ne cessent de se renouveler : d'innombrables ouvrages et de multiples sessions de formation affirment s'appuyer sur les dernières innovations de la discipline pour livrer aux entreprises les clés du succès. En réalité, le management tourne en rond : les organisations sont invariablement confrontées aux mêmes problèmes et leurs dirigeants s'obstinent à puiser dans un corpus de doctrines simplistes et standardisées les moyens de les résoudre.
    Dans ce second volume de Lost in management, François Dupuy s'attache à démonter les mécanismes de l'appauvrissement de la pensée managériale et à en montrer les conséquences désastreuses pour les entreprises. Dans l'inculture générale qui y sévit, l'ignorance des acquis des sciences sociales est celle qui cause le plus de ravages. Habillant les idées reçues d'un jargon déconnecté de la « réalité » au nom de laquelle ils disent agir, des managers en mal d'inspiration commettent les erreurs de raisonnement les plus élémentaires et les confusions les plus manifestes.

  • Une représentation, sinon une idéologie, domine aujourd'hui dans notre pays : celle d'une entreprise régie par la tyrannie du profit et prête à écraser les individus pour atteindre ses fins. L'entreprise serait ainsi le lieu de l'autorité, du pouvoir et du commandement vertical. La réalité, telle que peut l'observer le sociologue de terrain, est le plus souvent très éloignée de cette supposée dictature. Ce qui le frappe au contraire, c'est la progressive liquéfaction des relations de pouvoir traditionnelles dans les communautés de travail. Le pouvoir n'a pourtant pas disparu. Il ne s'est même pas simplement euphémisé en " gouvernance " et " contrôle de performance ". Il est plutôt descendu d'un ou plusieurs crans pour se disperser à la base, au niveau des intermédiaires et des exécutants. De sorte qu'on ne sait plus toujours très bien qui décide quoi, ni même si ceux qui décident sont aussi ceux qui sont responsables. Dans de nombreuses entreprises, le problème n'est plus tant de limiter un pouvoir potentiellement excessif, que de reconstruire une maîtrise minimale de la direction et de ses managers sur l'organisation et ses personnels, y compris ses cadres dont François Dupuy avait dans son précédent ouvrage analysé la grande " déprime ". Tel est le " nouveau combat des chefs ".

  • Nièce directe du général de Gaulle, Geneviève entre très tôt en résistance. Arrêtée, elle est déportée à Ravensbrück où elle passe des mois dans des conditions inhumaines avec ses compagnes de misère. Après quelques années à se reconstruire, elle découvre grâce au père Wresinski la situation de ceux qui vivent le dénuement le plus total à quelques kilomètres de Paris. Leur cause ne la quittera plus. Toute sa vie, elle se bat pour que les exclus du système soient reconnus dans leur humanité. Elle entre au Panthéon en 2015.

  • La surdispersion est un phénomène couramment rencontré en analyse statistique des données de comptage. Elle survient dans de nombreux domaines comme l'assurance, l'économie et l'épidémiologie. Ses causes sont variées, par exemple la présence d'une hétérogénéité inobservée entre individus ou l'inflation de zéros.

    Cet ouvrage présente des méthodes et modèles statistiques qui permettent de prendre en compte cette surdispersion. Il met l'accent notamment sur les avancées récentes obtenues dans le domaine des modèles de régression à inflation de zéros. Des applications sur données réelles, traitées avec le logiciel R, accompagnent la présentation. En particulier, un jeu de données issu du champ de l'économie de la santé sert de fil conducteur dans la majeure partie de l'ouvrage.

    Méthodes statistiques pour l'analyse de données de comptage surdispersées est accessible à tout lecteur, statisticien de formation ou non, qui sait mettre en oeuvre les modèles de régression linéaires et linéaires généralisés.

  • La Révolution française suscita d'emblée de vives résistances qui furent longtemps considérées comme une simple réaction à l'initiative révolutionnaire, un phénomène nostalgique mineur. Cependant, il convient de ne pas réduire la Contre-Révolution au négatif pur et simple de la Révolution. Sans nier l'oeuvre de 1789, il est temps de restituer à ces « résistances » leur diversité, leur complexité et leur signification. Dans la perspective d'un inventaire nuancé, une cinquantaine d'historiens, spécialistes éminents de la période, sont réunis ici pour analyser les grands problèmes posés par la Contre-Révolution en France et en Europe, et les bouleversements idéologiques, économiques et sociaux qui l'accompagnèrent. Dans un domaine trop souvent abandonné au débat partisan, cet ouvrage constitue un véritable événement historiographique.

empty