Arts et spectacles

  • "Daho, le personnage réel est à l'image de ses chansons, là bien devant vous mais toujours à la marge d'un ailleurs intérieur, Daho forteresse, entier, secret."antoine giacomoni"Antoine se tient près de son modèle, juste derrière lui, sans apparaître dans le miroir. On entend seulement le cliquetis de son appareil, quelques mots glissés dans l'oreille avec douceur, le temps de rectifier une pose, de diriger un regard. Parfois, son coude frôle l'épaule de son modèle, furtif contact physique. Hors champs, l'objectif ne vise qu'un reflet.Dans cette traversée du miroir, Etienne Daho et ceux qui l'ont accompagné ont baissé leur garde, celle des protectrices apparences. Il n'y a ni glamour ni beauté dans ces portraits désarmés, seulement la peur, la surprise ou la sérénité de se regarder les yeux dans les yeux."josé-louis bocquet

  • «Farewell Jamaïca, farewell, au revoir la Jamaïque au revoir, quand on a eu la chance de te connaître un peu on ne peut que souhaiter te revoir».Antoine Giacomoni«Je ne souhaite rien, lorsque tu crois en Jah, tu sais que tout arrive. Le souhait ne peut donc exister. Le présent suffit».Lee PerryDe Rock & Folk à Gamma, du reportage au people, du portrait à l'art contemporain, Antoine Giacomoni a su imposer sa signature (les carrés lumineux dans les yeux c'est lui), auteur de Portraits à travers le miroir (La Sirène, 1991), La Corse à travers le miroir (La Marge, 2002), celui qu'on a surnommé le «wonder-boy de la photo rock», «le photographe le plus cold», prépare actuellement un livre sur son amie la chanteuse Armande Altaï et sur le make-up Art de Stathis.

empty