Entreprise, économie & droit

  • Face à la crise globale du capitalisme, on voit désormais le FMI, des gouvernements ou des économistes célèbres brûler ce qu´ils ont adoré - le marché - et réhabiliter l´État qu´ils honnissaient. Nous vivons en fait l´amorce d´une « démondialisation ». L´histoire, la politique et les nations reprennent leurs droits avec le retour des États, que l´on disait naguère impuissants, et le recul des marchés, que l´on prétendait omniscients. Ce mouvement réveille de vieilles peurs. Et si cette démondialisation annonçait le retour au temps des guerres ?
    Ces peurs ne sont que l´autre face d´un mensonge qui fut propagé par ignorance et par intérêt. Non, la mondialisation ne fut pas, ne fut jamais « heureuse ». Le mythe du « doux commerce » venant se substituer aux conflits guerriers a été trop propagé pour ne pas laisser quelques traces... Mais, à la vérité, ce n´est qu´un mythe. Les puissances dominantes ont en permanence usé de leur force pour s´ouvrir des marchés et modifier comme il leur convenait les termes de l´échange. Dans ce fétichisme de la mondialisation, il y eut beaucoup de calculs et de mensonges. Il faut donc établir le vrai bilan de cette mondialisation - de ces apports et de ces méfaits - pour penser rigoureusement la phase suivante qui s´ouvre.
    Ce livre propose précisément les voies d´une démondialisation pensée et ordonnée par une nouvelle organisation du commerce et des relations financières internationales.

  • AAA... Telle est la note maximale décernée par les agences de notation financière, précieux label de bonne gestion qui obsède les gouvernements soucieux d'inspirer confiance aux prêteurs et aux spéculateurs. Pour sauver leur triple A, les dirigeants européens, avec le concours de la Commission européenne et du Fonds monétaire international, imposent à leurs peuples, austérité, régression sociale et violations des droits humains.
    Les auteurs analysent la crise et les mesures appliquées depuis qu'elle a éclaté, en refusant la logique néolibérale qui protège les responsables et fait payer le prix aux peuples qui en sont victimes. Un audit complet de la dette publique est la seule solution pour en déterminer la part illégitime qui doit être annulée. Ainsi débarrassés du fardeau de la dette, les Européens pourront sortir de la crise en menant une autre politique que celle d'austérité, dangereuse et injuste, aujourd'hui en vigueur.
    Audit-Annulation-Autre politique, voilà le AAA que nous voulons, celui des peuples et non celui des agences de notation. Seules des luttes sociales puissantes lui permettront de voir le jour, afin d'opérer un changement radical de logique à la hauteur de l'enjeu.

  • Les États se livrent une guerre économique aussi discrète qu'implacable. En temps de crise mondiale, il y va de leur survie. La guerre s'étend dans le dédale des couloirs de l'Union européenne, de l'OMC, ou des institutions financières internationales. Elle s'invite dans les programmes secrets des laboratoires universitaires et des agences gouvernementales engagés dans des recherches stratégiques liées aux nanotechnologies, à la biométrie ou à la robotique.Les soldats eux-mêmes sont le plus souvent indécelables. Agents secrets ou personnels de puissants et opaques réseaux d'influence, ils opèrent sous le couvert de grands groupes industriels, de cabinets d'enquête et de sociétés militaires privés. Ils se camouflent dans des centres de recherche et des fondations, infiltrent des ONG, n'hésitent pas à instrumentaliser ces modernes chevaux de Troie que sont les fonds d'investissement. À leur disposition, ils ont tous les moyens de l'intelligence économique : recherche, technologie, argent...Frédéric Charpier a exploré les zones d'ombre, interrogé les acteurs et fouillé des milliers de documents. Des États-Unis à la Chine en passant par l'Irak, la Mauritanie ou Israël, il raconte les batailles, dévoile les coups tordus et les stratégies, s'interrogeant, enfin, sur la position de la France sur ce théâtre d'opération.Frédéric Charpier, journaliste d'investigation, est l'auteur de nombreux ouvrages. Il a publié au Seuil Génération Occident (2005), La CIA en France (2008) et Une Histoire de fous. Le roman noir de l'affaire Clearstream (2009).

  • L'auteur propose les différentes techniques d'échantillonnage statistique et d'examen analytique dans une perspective où l'évaluation des facteurs de risques rend la vérification plus efficace et efficiente. Il souligne l'importance qu'acquièrent les notions de seuil de signification et de risque dans les stratégies globales de vérification.

  • Billets

    Robert Solé

    Robert Solé a, pendant 4 ans (de 2006 à 2010), écrit un billet quotidien en dernière page du journal Le Monde. Humoristiques, mais incitant aussi à la réflexion (ou à l'indignation) sur les travers de nos sociétés, ces billets ont eu un grand succès et ont suscité un abondant courrier de lecteurs.Solé a sélectionné 200 de ces billets qu'il a regroupés sous 16 chapitres. Chaque billet est composé de 1050 signes. Il a bien sûr choisi les billets qui n'étaient pas directement reliés à l'actualité - vite oubliée - qui les suscitait.Le livre d'une centaine de pages, en petit format, avec un dessin de Plantu en couverture, s'inscrit dans la veine des ouvrages d'humour du Seuil.Un livre pour sourire et pour faire sourire ceux à qui on l'offre.

empty