Sciences & Techniques

  • On vous découvre une maladie, vous avez plus de chance de guérir si votre généraliste se montre optimiste ou empathique. C'est le fameux « effet placebo ». Ce phénomène étrange de guérison sans médicament, qui opère lorsqu'un autre prend le temps de s'intéresser à notre personne. C'est la raison du succès des psychothérapies, de l'homéopathie et des autres médecines « alternatives ». Mais d'où vient l'effet placebo ? Est-il propre à l'espèce humaine ?

    D'autres facteurs, dont on ose rarement parler, influencent fortement notre santé, tels que le niveau d'études, le rang dans la société, l'environnement alimentaire et social. Ainsi, le fait d'être entouré par sa famille, ses amis, ou d'avoir un animal de compagnie augmente considérablement l'espérance de vie. Pour la première fois, un livre révèle les interactions profondes entre santé et relations sociales. Des liens que la médecine feint d'ignorer, préférant le recours systématique au médicament qui s'attaque rarement à l'origine du problème. Mais quel docteur oserait prescrire « organisez une soirée avec vos voisins » ou « revendez votre téléviseur » ?

    Plus la médecine moderne s'éloigne des patients et oublie cette attention à l'autre pourtant à l'origine de la pratique médicale, plus elle perd son pouvoir de guérir.

    Un livre à conseiller à votre médecin !

  • D'un côté, il est possible de montrer que la maladie est l'unique objet de la médecine scientifique. D'un autre côté, il est évident qu'un malade, toujours sujet, n'est pas réductible à sa maladie. De ces deux constats naît un problème. Quelle en est la source ? Et quels en sont les enjeux éthiques et économiques ?
    L'injonction de qualité en tant que simple normalisation des pratiques et l'introduction du productivisme dans les hôpitaux sont-elles adaptées à la pertinence des soins ? Rentabilité et souci de véritable qualité (non quantifiable) ne sont-ils pas contradictoires dès lors qu'un soin n'est évidemment pas un bien de consommation ordinaire ?
    Accompagner de réflexion éthique chaque acte médical, y compris le plus courant, peut-il contribuer au maintien d'une médecine oeuvrant à la solidarité nationale ?
    La psychanalyse peut-elle orienter l'écoute d'un médecin et permettre une réponse non étroitement biomédicale à la demande d'un sujet ?
    Telles sont quelques-unes des questions auxquelles tente de répondre cet essai, qui explore les limites de la médecine scientifique non pour la mettre en cause mais au contraire pour en accroître la pertinence.

  • Que se passe-t-il quand nous dormons ? Quand nous rêvons ? Que savons-nous du sommeil, de ses cycles, de ses troubles ? Des pathologies - insomnies, apnées du sommeil, cauchemars, somnambulisme - concernent plus de 10 % des dormeurs. Fort heureusement, la médecine du sommeil progresse et des solutions existent.

  • Ce premier livre en langue française, qui traite tous les impacts environnementaux causés par l'usage des technologies de l'information et de la communication (TIC), vient à point nommé combler un déficit éditorial qui existe aussi, dans une moindre mesure, en langue anglaise.
    Tous les enjeux environnementaux y sont abordés, de même que chaque étape de la vie de ces technologies, de leur réalisation à leur fin de vie, qui soutiennent le développement d'économies soi-disant « dématérialisées ». Il puise pour cela dans des informations chiffrées publiées essentiellement dans des revues académiques, et n'omet pas d'offrir une présentation critique des différents outils de mesure des impacts écologiques des TIC afin d'en comprendre les limites et la portée parfois limitée de leurs résultats.

  • Une personne sur quatre vivra un trouble psychique. Peu d'entre elles se risqueront à consulter un psychiatre. La maladie mentale reste une maladie honteuse qui renvoie régulièrement à des images de violence et à des situations d'exclusion. La personne atteinte est perçue à travers des préjugés tenaces qui en font un "fou" incurable et dangereux. Les stigmates engendrés sont souvent plus nuisibles que la maladie elle-même, sans oublier les souffrances éprouvées par les proches du malade.

    L'auteur de ce livre a exercé et enseigné la psychiatrie pendant plus de trois décennies dans plusieurs pays culturellement différents. Il dresse ici un état des lieux et montre les multiples facettes de la psychiatrie et de la maladie mentale afin de dissiper les peurs et d'effacer les stigmates.

    L'auteur nous présente l'histoire du malade mental de l'Antiquité à nos jours, les différents courants qui ont traversé la psychiatrie ainsi que la classification des troubles psychiques dans notre monde d'aujourd'hui. Ce livre se lit comme un roman.

  • «Avec le père Noël Mailloux, Clifford Scott, Julien Bigras, François Peraldi et quelques autres fondateurs, le docteur Camille Laurin (1922-1999) est lun de ceux qui ont véritablement modelé le développement de la psychanalyse québécoise. Connu comme politicien et médecin psychiatre, il lest toutefois beaucoup moins comme analyste. Pourtant, la discipline fondée par Freud et ses compagnons fut un des moteurs essentiels de sa conception de lhumain et du destin de la société québécoise, laquelle mariait le vieux nationalisme ecclésiastique et le nouvel indépendantisme laïque. Idéaliste, il gardera toujours un penchant socialiste chrétien» (extrait de la présentation).

  • Le Drame de Freud

    Xavier Saint-Martin

    Eh bien oui, Freud encore. Parce qu'il a fondé, n'en déplaise à ses détracteurs, une des révolutions intellectuelles et morales du XXème siècle : celle qui s'attachait à comprendre les lois de fonctionnement de l'appareil psychique. Un appareil donc, une machine, comme l'avait souligné Lacan.
    Hélas, sa quête était vaine, impossible, et le présent essai tente de montrer en quoi sa méthode ne pouvait pas venir à bout de la complexité de son sujet.
    Drame de Freud, donc, mais non pas tragédie. Car il reste de son oeuvre - et de celles de ses successeurs - tout ce que les spécialistes qui se penchent, chacun dans son domaine, sur la complexité de l'humain, gagneraient à comprendre, sinon à admettre.

  • Quel rôle le père doit-il jouer vis-à-vis de sa fille alors que Freud et la révolution sexuelle de 1968 ont bousculé les modèles établis, que les filles s'émancipent et se destinent à une vie sociale et professionnelle. Le début du livre dresse le tableau du contexte culturel et historique dans lequel se situe la relation père-fille. En quoi notre mythe d'un dieu paternel créant Adam et Ève sans le recours à une mère influence encore nos comportements ? Pourquoi le rôle du père « omnipotent » et « omniscient » a-t-il disparu ? L'ouvrage décrit ensuite l'évolution psychologique de la fille, de sa conception à sa maturité. A chaque étape, le rôle du père est décrit : que doit-il faire ? Ne pas faire ? Quel est son rôle dans les premiers mois ? Comment doit-il intervenir dans la relation souvent fusionnelle entre la fille et sa mère ? Comment répondre à l'amour oedipien de la fille ? Qu'est-ce que la jalousie du père au moment de l'adolescence ? Et la fille, de quel père a-t-elle besoin ? Un chapitre est consacré aux différents discours de la psychanalyse sur le père, du nom-du-père lacanien au père charnel que décrivent les psychanalystes aujourd'hui. Enfin, les situations difficiles sont étudiées : quelle attitude adopter avec un père violent ? un père incestueux ? Quel rôle tenir quand on est beau-père ou compagnon de la mère ? Quelle conduite peut adopter le père séparé de sa fille ? Comment être homoparent ?

empty