Seuil

  • Jacques Lacan continue de faire l'objet des interprétations les plus extravagantes, tantôt idole, tantôt démon. Mais l'époque héroïque de la psychanalyse, elle, a pris fin. Nous vivons l'éclosion des psychothérapies, mille et une façons d'apaiser les souffrances en vertu de pratiques toujours plus réglementées. Rappeler, dans ces conditions, ce que fut la geste lacanienne, c'est se souvenir d'une aventure intellectuelle qui tint une place fondatrice dans notre modernité. Car si Lacan se situa à contre-courant de bien des espérances de l'après-68, il en épousa les paradoxes, au point que ses jeux de langage et de mots résonnent aujourd'hui comme autant d'injonctions de réinstituer la société. Retour sur sa vie, son oeuvre, ce qu'elle fut, ce qu'il en reste, avec pour guide sa meilleure spécialiste.

  • "Plus de cent ans après son invention, où en est la psychanalyse ? On annonce régulièrement sa crise, voire sa disparition, mais est-ce la psychanalyse en tant que discipline qui est menacée ou bien sa pratique ?
    Bien que relativement inchangée depuis qu´elle a été forgée par Freud au tournant du XXe siècle, la « cure-type » a été l´objet de nombreux conflits. Conflits violents entre Freud et deux de ses disciples, Rank et Ferenczi, dans les années 1920. Conflits passionnels autour de Lacan et de sa révolution analytique à partir des années 1950. À chaque fois, ce sont les mêmes interrogations qui font retour : le pouvoir de la méthode, son efficacité thérapeutique, les implications du transfert, la finalité de la cure. À chaque fois, les débats sont houleux et provoquent des scissions. Pourquoi une telle violence ? Pourquoi les psychanalystes, qu´on attend libérés du dogmatisme, ont-ils le plus souvent montré le visage inverse ? Quelles en sont les conséquences pour la psychanalyse ?
    Rigoureusement documentée et argumentée, cette réflexion critique d´une psychanalyste qui s'interroge sur son métier se lit comme le récit vivant de la psychanalyse et des hommes qui l´ont faite. Que certaines légendes et illusions en soient dissipées n´est pas le moindre de ses mérites."

  • Le chagrin d'amour naît de multiples causes, mais fait toujours irruption comme une condamnation sans appel. Certains, comme Werther, n'y survivent pas. D'autres l'endurent, taciturnes ou ressassant leur plainte, seuls ou entourés. Tous cependant font figure de héros, car ils se confrontent au plus profond des cataclysmes : la perte d'amour. Surmonter ce désastre, c'est faire un pas de plus dans la condition humaine, c'est, tel Orphée, revenir des enfers en laissant l'être aimé derrière soi. Toutefois, il y a toujours dans l'amour une part de tromperie. On aime dans l'autre une image idéalisée, miroir de nos désirs. Alors le chagrin décille. Moment de vérité, il ouvre à la connaissance de soi. Il peut même nous révéler une chose essentielle : cette faille en chacun qui fait qu'on n'est jamais tout pour l'autre.
    À partir des plus célèbres chagrins amoureux de la littérature et de son expérience clinique, Patrick Avrane met en scène la dynamique de ce drame humain. Il nous montre dans un texte vivant que si la perte d'un être aimé ne peut être oubliée, le chagrin d'amour, lui, se traverse.

empty