Champ social Editions

  • La santé mentale est au coeur d'un combat politique, d'un enjeu de contrôle social de la population. Le fou continue de déranger profondément l'ordre néolibéral, et sa culture de l'efficience. Décrypter à travers une douzaine d'interventions thématiques sur des situations concrètes ce qui se cache derrière les belles formules des protocoles de soins psychiatriques du DSM ; interroger la folie du monde et sa traduction en guides de bonne pratique à partir du regard singulier du géographe ; creuser les discours de la méthode scientiste où la statistique et les preuves supposées scientifiques remplacent la clinique de la parole et masquent l'intention idéologique propre au néolibéralisme d'un contrôle social sur la population et sur les différences, n'est pas un réflexe de paranoïaque, mais la tentative parfois désespérée de redonner une éthique et un sens à la santémentalisation de la psychiatrie, qui tente d'éradiquer la psychanalyse et la pédopsychiatrie, à réduire la psychiatrie à une « spécialité comme une autre », qui gère et ne soigne plus les laissés-pour-compte du développement inégal, dans un monde où la moyenne et les groupes homogènes ont remplacé progressivement l'anamnèse médicale, le sujet et son inconscient.
    Alerter chacun sur les risques de la privatisation de la santé publique et mentale, au profit d'une technostructure médicale mondialisée sans âme, l'hôpitalentreprise, tourné vers la biologie et les laboratoires, préfigurant le transhumanisme qui se trame vite et sans bruit dans les start-up hors-sol de la Silicon Valley : est-ce vraiment perdu d'avance que chercher à comprendre pour agir ?

  • Présentation de l'ouvrage : La présence du chercheur n'est-elle pas porteuse de dérangements aussi minimes soient-ils ? Les chercheurs qui contribuent à cet ouvrage partagent ce constat et construisent en conséquence leurs dispositifs de recherche. Plutôt que de chercher vainement à se faire les plus discrets ou transparents possible, plutôt que de se croire neutres ou objectifs, ils cherchent à tirer les conséquences méthodologiques, éthiques et épistémologiques du fait que leur travail de recherche intervient sur les pratiques et situations qu'ils étudient. Bien que venant d'origines nationales (France, Brésil, Canada) et théoriques (analyse institutionnelle, anthropologie sociale, psychanalyse, psychologie sociale et institutionnelle, santé collective...) différentes, ils adoptent des dispositifs qui associent les sujets (adolescents, parents, professionnels, malades...) de leurs recherches à la réalisation de celles-ci. Le fait qu'enquêter puisse aussi être intervenir n'est plus alors un problème à neutraliser mais une opportunité d'accéder à une analyse plus complexe des pratiques et situations sociales.
    Auteur : Gilles Monceau est Professeur des universités au Laboratoire EMA, Université de Cergy-Pontoise. Il est co-président du Comité scientifique du réseau international interdisciplinaire « Recherche avec ». Il développe une démarche socio-clinique institutionnelle qu'il mobilise dans l'analyse des pratiques professionnelles en éducation, santé et action sociale et l'étude des dispositifs et politiques de la parentalité.
    Contributeurs : Patricia Bessaoud-Alonso, Pascale Breugnot, Arnaud Dubois, Dominique Fablet, Cinira Magali Fortuna, Laurence Gavarini, Solange L'Abbate, Lucia Cardoso Mourão, Maria Livia do Nascimento, Tuany Nobre Soussume, Cláudia Maria Filgueiras Penido, Sébastien Pesce, Bruno Robbes, Roberta Carvalho Romagnoli, Anna Rurka, Marguerite Soulière, Silvia Tedesco.

  • Présentation de l'ouvrage : Dans cet ouvrage l'auteur reprend le déroulement de quelques séances, où il nous livre sa façon de voir, de ressentir, d'analyser le dessin au fur et à mesure de sa construction. On assiste aux effets de ses interprétations sur le dessin. Son analyse du dessin ne se limite pas aux dires de l'enfant. Il propose une nouvelle façon de le regarder, en repérant dans la structure du dessin ce qu'il nomme les « formes énigmatiques ». Véritable signifiant archaïque qui permet de repérer comment le dessin, dans une relation transférentielle, permet de métaphoriser et symboliser les éléments traumatiques de l'histoire de l'enfant, et de sa famille, avec leurs effets thérapeutiques.
    Auteur : Michel Fruitet est pédopsychiatre, psychanalyste. Thérapeute d'enfants depuis trente-cinq ans, le dessin est son quotidien. Il s'inscrit dans la lignée de F. Dolto, de D.W. Winnicott, mais aussi de S. Tisseron. Ce livre participe à un travail de transmission entrepris depuis plus de dix ans.

  • Présentation de l'ouvrage : Cet ouvrage est un recueil de textes choisis, qui, depuis presque vingt ans, ont été, chacun à leur époque, des Dires ; à chaque fois, un propos dans un contexte particulier du champ clinique. En effet, l'immense majorité de ces travaux sont des conférences dont le cadre varie : universitaire, confidentiel, associatif, local, régional ou international. Cela signifie que la forme orale est privilégiée dans l'écriture, et que le souci didactique y est toujours présent. Les publics auxquels se sont adressés ces Dires étaient souvent hétéroclites. La plupart du temps, l'adresse est ce que l'on appelle « grand public », autrement dit, pas spécialement initiés au discours et à la culture psy, notamment la psychanalyse.
    /> Le psychanalyste qui s'adresse au public, prend toujours le risque de faire scandale (étymologiquement parlant), et peut facilement devenir ou passer pour un fou, car il est soumis à une double contrainte paradoxale ; dire ce qu'il ne sait pas sous la forme du vrai à des gens qui ne veulent pas le savoir et qui vont le croire ; alors autant faire « simple » et ne faire que Dire... pour que ceux qui se pensent ignorants s'interrogent autant que ceux qui croient savoir.
    Auteur : Bernard Quatelas. Psychologue clinicien au CHRU de Nîmes, Service de pneumologie. Sociologue, Docteur en psychologie (PhD). Chargé de cours à l'Université Paul Valéry Montpellier III, psychanalyste en libéral.

  • Cet ouvrage collectif a été envisagé afin de penser les questions majeures soulevées par l'histoire et les traumatismes du XXe siècle, à l'issue des deux grandes Guerres mondiales. À l'aube du XXIe siècle, et surtout à partir de 2015, une série d'attentats a bouleversé le monde. Ces attentats, perpétrés par de jeunes terroristes en plein Paris puis en France et ailleurs, le furent au nom d'une Guerre contre l'Occident, qui a débuté en 2001 avec la destruction des Twin Towers à New York. Ces événements et leurs effets ne peuvent qu'encourager les psychanalystes à prendre la parole. La communauté analytique, quand elle fait oeuvre et pensée commune, peut se faire entendre au sein de la cité, de façon à pouvoir penser notre civilisation et tenter d'éviter qu'elle ne devienne au XXIe siècle, celle de la « dévastation ».
    Les événements traumatiques de l'histoire du XXe siècle, qui ont amené Freud à conceptualiser la pulsion de mort, ouvrent sur des problématiques au niveau du sujet, de ses idéaux, de ses oeuvres, de la civilisation et de l'histoire de sa culture dont la psychanalyse hérite et tente ici de rendre compte. Cet ouvrage fait suite à un congrès qui s'est déroulé à Vienne, la ville de naissance de Freud, fin 2014. La culture et la civilisation sont dans une croisée, nous sommes face à des questions dont les réponses seront décisives pour le futur, engageant parallèlement l'avenir de la psychanalyse.

  • L'enfant demande au kabbaliste : pourquoi suis-je né ? Le kabbaliste répond : parce que tu l'as désiré.
    Le ton est ainsi donné qui met à distance le gène, l'hormone et la synapse tout en écartant le désir de l'envie, du besoin, du souhait... Si le desiderium latin évoque le « regret d'une absence », c'est sans doute pour corréler le désir au manque. Mais ce manque, peut-on le combler ? Les objets échangés, accumulés, collectionnés avec frénésie s'avèrent inaptes à satisfaire le désir lequel, de ce fait, impassible et indestructible ne se connaît qu'un objet : lui même !
    Bien sûr que l'Autre y est intéressé. Cet Autre, que me veut-il ?
    /> L'objet de mon désir n'est-il pas d'abord le sien ? Ainsi serai-il, le désir, passant par ici, repassant par là, glissant entre les mots, insaisissable, toujours énigmatique...

  • Présentation de l'ouvrage : Porté par un souci constant de mieux comprendre les patients atteints de psychoses au long court, l'auteur tente d'en éclairer les mécanismes profonds en se référant aux études sociologiques et surtout psychanalytiques de diverses écoles. Le rôle des équipes infirmières, en contact plus étroit avec les patients que ne peut l'être les médecins, apparait un apport incontournable dans la cohérence théorique et la pratique des soins et du suivi des patients. Des exemples cliniques permettent de mieux comprendre l'indispensable étayage d'une psychologie des profondeurs, dont une compréhension partagée est le minimum exigible pour qu'une équipe soit solidaire et stable dans sa pratique. Trois expériences différentes en centres hospitaliers relatent les difficultés, le temps nécessaire pour atteindre cette cohérence. L'incidence de la psychanalyse sur la conduite d'un service, sur la qualité des liens qui s'y nouent et sur la vie même de l'auteur est un témoignage des modifications qu'une analyse personnelle peut induire dans la pratique des soins et le regard sur l'existence.
    Auteur : Michel Nique a été psychiatre des hôpitaux et chef de service.

empty