• Hatoko a vingt-cinq ans et la voici de retour à Kamakura, dans la petite papeterie que lui a léguée sa grand-mère. Le moment est venu pour elle de faire ses premiers pas comme écrivain public, car cette grand-mère, une femme exigeante et sévère, lui a enseigné l'art difficile d'écrire pour les autres. Le choix des mots, mais aussi la calligraphie, le papier, l'encre, l'enveloppe, le timbre, tout est important dans une lettre. Hatoko répond aux souhaits même les plus surprenants de ceux qui viennent la voir : elle calligraphie des cartes de voeux, rédige un mot de condoléances pour le décès d'un singe, des lettres d'adieu aussi bien que d'amour. A toutes les exigences elle se plie avec bonheur, pour résoudre un conflit, apaiser un chagrin. Et c'est ainsi que, grâce à son talent, la papeterie Tsubaki devient bientôt un lieu de partage avec les autres et le théâtre des réconciliations inattendues.

    Née en 1973, Ogawa Ito a écrit des livres pour enfants, des chansons pour le groupe de musique Fairlife, des textes pour des magazines de cuisine et de voyage, et des romans tous devenus immédiatement des bestsellers au Japon et en passe de le devenir en France.
    A découvrir également aux Editions Philippe Picquier Le Restaurant de L'Amour Retrouvé, Le Ruban et Le Jardin Arc-en-Ciel.

  • La vie est douce à Kamakura. Amis et clients se pressent dans la petite papeterie où Hatoko exerce ses talents d'écrivain public. Tendres, drôles ou tragiques, les destins se croisent sous son pinceau.
    Hatoko s'est mariée et découvre, en compagnie de Mitsurô et de sa petite fille, les joies d'être mère au sein de leur famille recomposée : elle enseigne à l'enfant l'art de la calligraphie comme le faisait sa grand-mère et partage avec elle ses recettes des boulettes à l'armoise ou du thé vert fait maison.
    Mais si Hatoko excelle dans l'art difficile d'écrire pour les autres, le moment viendra pour elle d'écrire ce qui brille au fond de son coeur.
    Après La Papeterie Tsubaki se dévoile une fois de plus tout le talent d'Ogawa Ito pour nous révéler les sources invisibles du bonheur.

    Ogawa Ito est née en 1973. Elle chante, écrit des livres pour enfants, des articles pour des magazines de cuisine et de voyage. Son premier roman, Le Restaurant de l'Amour retrouvé, a été adapté au cinéma au Japon et est devenu un best-seller mondial. Il a reçu en France le prix Eugénie Brazier.

    A découvrir également aux Editions Picquier : Le Restaurant de l'Amour retrouvé, Le Ruban, Le Jardin Arc-en-Ciel, La Papeterie Tsubaki.

  • En partant de la nature pour poser des questions sur l'existence, Kathleen Dean Moore, philosophe et naturaliste, nous offre la plus belle des réponses : l'amour de la vie pour elle-même. Parcourant l'Ouest américain, des côtes sauvages de l'Oregon aux rivages de l'Alaska, ce recueil s'appuie sur l'observation de phénomènes naturels pour nous replacer dans l'immensité du monde, mais aussi, tout simplement, auprès de nos proches. Avec respect, amour et délicatesse, chacun de ces brefs récits est l'occasion de se recentrer sur l'essence même des choses et de saisir la cristallisation de chacune de nos émotions pour mieux nous connaître nous-mêmes.

  • Songeuse, Tommy arpente la vaste maison du Connecticut qui désormais lui appartient. Pendant vingt-cinq ans, elle l'a partagée avec Morty, son employeur et ami, célèbre auteur de livres pour enfants. Après la mort soudaine de l'artiste, la voilà héritière de tous ses biens avec la lourde responsabilité de gérer son patrimoine littéraire. C'est donc elle qui doit accueillir l'acteur engagé pour incarner Morty à l'écran, et l'aider à s'approprier son rôle en fouillant le passé. Et Tommy de s'interroger : connaissait-elle vraiment cet homme qu'elle a côtoyé si longtemps ?

  • Dans un paysage de mer et de falaises d'une beauté paisible, bien loin de Tôkyô, une femme en désaccord avec le monde entreprend la redécouverte d'elle-même et passe des jours heureux d'une grande douceur.
    En compagnie de son chat, elle fera durant douze mois l'apprentissage des vingt-quatre saisons d'une année japonaise. A la manière d'un jardinier observant scrupuleusement son almanach, elle se laisse purifier par le vent, prépare des confitures de fraises des bois, compose des haïkus dans l'attente des lucioles de l'été, sillonne la forêt, attentive aux présences invisibles, et regarde la neige danser.
    Dans ce hameau au bord du monde, l'entraide entre voisins prend toute sa valeur, les brassées de pousses de bambou déposées devant sa porte au moment de la récolte, et les visites chaleureuses à l'atelier du miel de son amie Kayoko.
    Vingt-quatre saisons, c'est le temps qu'il faut pour une renaissance, pour laisser se déployer un sensuel amour de la vie.

  • La Petite Sirène, Poucette, La Reine des Neiges, Le Vilain Petit Canard, La Princesse au petit pois, Les habits neufs de l'Empereur, six contes traditionnels, magnifiquement illustrés, à lire et à relire avec les petits.

  • « Quand il en avait besoin, il se tournait vers moi, me faisait un signe de la main, le bras tendu, il disait « après ? », je lui soufflais son texte à voix haute et il continuait (...). Ça s'était fait tout simplement, sans vraiment le décider. Jour après jour, pendant les répétitions, il s'était habitué à cette manière de jouer. Mais on n'en parlait pas. Il y avait entre nous comme un accord tacite. »
     
    J'ai longtemps hésité avant d'écrire cette histoire. D'abord par égard pour lui, pour son goût du secret et du silence, pour sa pudeur, il me semblait plus juste et plus fidèle de ne pas en parler. Ensuite, parce que j'ai toujours pensé que tout n'a pas à être raconté.
     
    Et puis dans un livre paru récemment, il parlait de son métier d'acteur, un métier qu'il qualifiait d'extravagant, avec lequel il s'était régalé. Il disait que la vie l'avait aidé à apprendre à jouer, et que jouer l'avait aidé à apprendre à vivre. Pour lui, l'acteur parfait, le modèle absolu, c'était Mastroianni, son partenaire dans plusieurs films.
     
    Dans ce livre, il parlait aussi de sa mémoire qui s'en allait, de sa difficulté aujourd'hui à travailler, de la douleur de ne plus pouvoir jouer.
     
    J'ai pensé que cet aveu me donnait la permission de raconter.
     
    G. K.

  • Sissie est une jeune orpheline qui rêve de devenir Chanteuse, mais elle devra grandir et persévérer pour devenir une diva ! Sans oublier le retour agaçant de sa rivale, l'ex de son futur mari, une fille insupportable... Les problèmes s'accumulent : la vie du couple est en balance, le voisin est au courant, la belle-mère s'y ingère, y compris les paparazzis... Un roman mené avec beaucoup d humour, qui mêle jalousie et persiflage.

    Biographie de l'auteur :
    Née en 1984, Divine Kanza est éditrice des éditions La lettrine Culture et Journaliste littéraire du magazine La lettrine Culture, mais elle reste avant tout une auteure. Son style d'écriture est cinématographique, loufoque, avec plein d'humour. Elle trouve sa place dans tous les registres littéraires. Son mouvement littéraire est le Burlesque : se traduisant par le cinéma, l'humour, le ton... Elle est également proverbiale et crée ses propres expressions françaises.Ses oeuvres contemporaines et classiques adaptées au style de Voltaire, Molière donnent un grand plaisir aux lecteurs.
    Son proverbe : - Sans l'amour je te hais, même étant borgne, et sans la haine je t'aime au point de ne plus te haïr.

  • À travers le regard de quatre femmes, différentes mais en quête de liberté, l'auteur explore ce que peut être le quotidien. Sur les pas d'Élise, Anne, Sophie et Ève, nous découvrons leurs sentiments, leurs difficultés et, par-dessus tout, leur force.
    Marcel Nuss donne la part belle dans ces récits à ses personnages féminins, aussi complexes qu'attachants. Ève, Walkyrie en fauteuil roulant, en est la flamboyante quintessence.


    Militant dans le monde associatif, Marcel Nuss est le fondateur de la Coordination handicaps et autonomie (CHA) et de l'Association pour la promotion de l'accompagnement sexuel (APPAS).

  • Doublure du monde Nouv.

    Dans une série de tableaux épurés, une femme ouvre l'envers du réel, accueille les révélations qui s'agitent au creux du quotidien. Les yeux rivés vers l'intangible, elle se penche successivement sur l'espace personnel du matin, les lieux publics partagés et la vastitude des paysages. Au fil de cette déambulation, les composantes de son environnement se font tour à tour témoins, miroirs, remparts et passerelles. Ainsi affleure la texture de son propre sillage.
    «Doublure du monde» dresse un inventaire singulier et intimiste qui se veut un hommage à l'arrière-plan et au dialogue auquel il invite.


  • Qu'est-ce que vous vous dites quand vous vous levez fièrement, rempli
    de patriotisme, pour accomplir votre devoir civique et que l'on vous
    dit que vous l'avez déjà fait ? Y a-t-il un double de vous qui
    participez aux activités électorales à votre place ?
    A travers une écriture maîtrisée, St Antoine de La Vuadi nous livre sa plus belle nouvelle.

  • En intitulant son premier recueil «La glaneuse», Catherine Laratte nous invite d'entrée de jeu à communier avec l'âme du haïku.
    Sur ce parcours baigné de reflets d'ocre, le glanage de Catherine est marqué du sceau de la modestie et de la délicatesse. Dans cet hommage au charme subtil du quotidien, elle habite le coeur de l'instant, tous sens aux aguets.
    Sa cueillette de femme discrète est une généreuse offrande à savourer, le dos redressé, les yeux au loin.
    France Cayouette

    yoga sur la plage / des poses biscornues / sous l'oeil des sternes

  • Charles cherche la femme de ses rêves, il va lui falloir essuyer ses échecs, mais parmi toutes ses déceptions se trouvera peut-être celle qui comblera son bonheur.
    Découvrez comment les échecs peuvent aussi être un tremplin vers le bonheur.


    Un récit touchant, concis, et plein de délicatesse.


    Savourez la nouvelle de Divine Kanza.
    Extrait d'un paragraphe :
    - Ensuite, elle me fait un résumé de sa vie, pleine de déceptions : l'histoire d'Yvan, de Marc, de Joël, sans oublier celui de Pierre le plus acerbe.
    Yvan l'avait trompée avec une maîtresse, Marc avait fermé la porte et elle s'en était prise en pleine figure. Joël l'avait quittée un lendemain,
    sans aucune raison, et enfin Pierre avait annulé le mariage au dernier moment.

  • « Les mots suivis ondoient au-dessus et au-dessous des cases, ils flottent librement - librement, dites-vous ? Librement... pas tout à fait, et même, le plus souvent, pas du tout. Librement, c'est ce que l'on voudrait, mais c'est comme une illusion, puisqu'il faudra finir, tant bien que mal, à coups de ratures, par les aligner. Alors échappons aux cases, effaçons, déchirons, recommençons. Renonçons au temps des mots croisés, courons après celui du récit. »

  • Révélez vos sentiments grâce à ces motifs pleins de tendresse ! Pour toutes les célébrations et les petits bonheurs du quotidien, prenez plaisir à reproduire cet éternel symbole d’amour et d’amitié. Découvrez des compositions romantiques ou plus amusantes, où les coeurs se déclinent de mille façons : en dentelles, en fleurs, en frises, en monochromes…
    Faites passer un message en brodant vos plus belles pensées et confectionnez ainsi des cartes raffinées, de doux marquepages, des biscornus poétiques… en toute délicatesse.

  • « Corps ensablé et sable ongulé, Au rebours d'un commun enlacement, Nous nous enveloppons dans un jaune torride. Quelques mouvements d'interpénétration, et déjà Nous constituons une lubrique dune, Sans qu'aucun amas de grains ne crisse de jalousie, Ni ne dévale dans un tourbillon assassin. » Trois temps - « Adam floué », « Mithridatisé », « Tourmenté » - pour un recueil où la plume se fait dense, profonde, lourde de sens et de mystères. OEuvre poétique fascinante et troublante, passant des vertiges de l'exaltation à des pièces poétiques plus ténébreuses, Assigné à l'impossible laisse résonner une voix poétique balançant entre exigence, délicatesse et sévérité.

  • Durant les dernières années de sa vie, Ariane Buisset a beaucoup écrit de nouvelles. Venant à la suite du premier tome "Comme un duvet sur la vitre" , ce deuxième tome regroupe - comme elle le souhaitait - des oeuvres variées, graves ou plus légères qui, à la façon d'un kaléidoscope, constituent une sorte de testament. Et si la Terre était une planète inconnue, quel regard extérieur poserait-on sur l'humanité ? Thèses philosophiques, textes législatifs, rituels, tranches de vies, extraits d'oeuvres fictionnelles..., autant de vestiges d'un métissage de cultures sur lequel l'auteur choisit de se pencher avec humour. Au fil de nouvelles décalées, variées dans leurs formes et thématiques, Ariane Buisset se moque, s'interroge, s'amuse, s'étonne. Il y a de quoi !

empty