• Barbares aux yeux des Grecs et des Romains, figures poétiques pour les Romantiques, héros nationalistes chez les historiens du XIXe siècle, les Gaulois gardent pour nous un certain mystère. Leur brillante civilisation, épanouie seulement en quelques siècles, a été submergée par celles de ses voisins, peut-être parce qu'elle en était trop proche. Grâce aux sources littéraires antiques et aux résultats les plus récents de l'archéologie, c'est à une redécouverte des Gaulois que ce guide convie.

  • En quelques décennies s'est constitué un réseau de vignerons nature, conjuguant les apports de la biodynamie et de la microbiologie pour proposer un autre modèle de vitiviniculture. Très implanté en France, ce modèle prétend surtout à une rééducation du goût et ne cesse d'engendrer de nouveaux adeptes, tant du point de vue des professionnels que des consommateurs.
    Dans les années 1980, des vignerons en dissidence avec le modèle vitivinicole productiviste et l'utilisation de produits chimiques de synthèse ont transformé leurs pratiques pour devenir des vignerons " nature ". Très implanté en France, ce réseau ne cesse depuis d'engendrer de nouveaux adeptes.
    Cette nouvelle paysannerie militante et hétérogène fonde son identité commune sur le respect des sols, du milieu, privilégiant les actions de prévention dans le but de tendre vers une autonomie du végétal et des vins. Chaque étape nécessite un investissement total de ces " vignerons-chercheurs " qui peuvent avoir recours à la biodynamie (compost fait à partir de bouse de vache introduite dans des cornes par exemple) et/ou à la microbiologie (observation des levures indigènes au microscope). Par-delà les frontières des savoirs renvoyés soit dans les catégories du sensible ou de l'ésotérisme, soit de l'intelligible ou de la raison, ils tissent des liens.
    Phénomène de société éphémère pour les uns, point de départ vers une redéfinition des façons de faire et de boire du vin pour les autres, les vins " nature " s'invitent dans les débats sur l'écologie et la santé publique. Entre attraction et répulsion, ils provoquent des réactions contrastées, rarement neutres ou pondérées.
    Partie dans les vignobles de France où se concentrent majoritairement ces vignerons (Anjou, Ardèche, Beaujolais, Jura, Minervois, etc.), Christelle Pineau a cherché à comprendre les motivations profondes de leurs choix radicaux et exigeants qui les conduisent à élaborer ces vins si singuliers et pluriels.

  • Ecrit au fil de la mémoire, ce Dictionnaire amoureux du Vin est, en fait, un livre très personnel, rempli d'histoires amusantes et d'anecdotes savoureuses, de culture aussi, forcément ! Chez les Pivot, l'artiste de la famille, le vigneron, c'est le frère Jean-Charles. Bernard, lui, se contente de l'ivresse des mots.Qu'il nous parle d'un temps révolu où, dans les rédactions de journaux, on buvait peut-être autant qu'on écrivait, qu'il nous entretienne de Montesquieu ou bien encore de Lamartine, tous deux propriétaires-récoltants, qu'il évoque pour nous la Romanée Conti ou le château Chasse-spleen, que nous lui emboitions le pas pour descendre à la cave ou bien encore pour une dégustation, tout dans ce livre respire le plaisir de la compagnie des autres, la gaîté communicative. Le Dictionnaire amoureux du vin, c'est un dictionnaire amoureux de la vie.
    Petit florilège :
    " La grande supériorité de la cave sur le grenier, c'est qu'en plus du passé qu'ils détiennent l'un et l'autre, la cave a de l'avenir. "" Les vins français dans la bouche des Français sont incontestablement les plus causants du monde. Même après avoir été bus, ils continuent de jacasser. "" Allez donc savoir pourquoi il y a tout de suite moins de plaisir lorsque la dégustation s'appelle examen organoleptique ! "" En Italie, après le Concile de Trente, les feuilles de vigne furent chargées d'une vilaine besogne : recouvrir sur les tableaux et sur les statues le sexe des femmes et des hommes. Combien d'Adam et Eve, alors, avec une feuille de delizia di vaprio, de lambrusco grasparossa ou de chingo bianco collée par un coup de vent miraculeux sur leurs zizis premiers ? On avait surnommé ces peintres retoucheurs des " braguetteurs ". La feuille de vigne est restée longtemps le symbole de la pudibonderie, de l'hypocrisie, de la censure, alors qu'elle protège le raisin et prélude aux vendanges et aux joies, quelques fois paillardes, qui en découlent. "

  • Vous avez du cholésterol ? Buvez des vins de Loire ou des Côtes de Provence. Vous êtes pris des bronches ? Descendez vite à la cave chercher une bouteille de bordeaux rouge ou de bourgogne titrant à 10°. Vous avez des calculs biliaires ? Privilégiez le sancerre ou le pouilly. Vous êtes enceinte ? N´oubliez pas vos deux verres de bordeaux rouge à chaque repas. Vous avez une angine ? Un peu de médoc ou de beaujolais et ça ira mieux. Vous présentez des risques d´infarctus ? Carburez au champagne sec. Vous avez des problèmes de vue ? Il vous faut un vin rouge léger de Bordeaux ou Bourgogne. Vous êtes neurasthénique ? Mais qu´est-ce que vous attendez pour déboucher une blanquette de Limoux ?


    Ce ne sont pas des blagues. Ce sont les très sérieuses recommandations de l´éminent docteur Maury qui ont fait le succès deSoignez-vous par le vin, publié pour la première fois en 1974, réédité de nombreuses fois, y compris à l´étranger, mais introuvable depuis plus de quinze ans. Pour ne pas réserver cette lecture désopilante aux quelques initiés qui le chinaient aux Puces ou chez les bouquinistes, les Éditions NiL ont décidé de le republier, dans sa version d´origine, et donc avec son lot de « perles ». Vous apprendrez ainsi que le vin n´est pas une « boisson alcoolique », que les dicours anti-vin détournent l´attention des vrais dangers que sont la consommation excessive d´eau et de jus de fruits, et que si les français buvaient plus de vin... l´alcoolisme... ne serait plus un problème !


    Les best-sellers disent quelque chose de leur époque. Guide médical au moment de sa sortie,Soignez-vous par le vinest devenu un édifiant et stupéfiant témoignage sur les rapports passionnés que nous entretenons avec le « jus fermenté de la vigne ».

  • 11 h 20.
    Je voudrais discuter 2 minutes avec ceux qui disent, quand t'as faim : " Mange un fruit. "
    Vania Pagano est italienne et vit à Longwy, un petit patelin du Nord-Est de la France. Elle affronte le climat, sa quarantaine et ses trois filles avec une lucidité tranchante et un humour caustique décapants.
    Je ne suis pas étrange, mais je sais que, dans quelques années, on ajoutera " syndrome de " juste avant mon nom.
    J'ai calculé : élever un enfant jusqu'à ses 20 ans, ça me coûte 120 000 euros, à raison de 6 000 euros par an.
    Et ça, c'est que pour l'alcool.
    2 674e jour consécutif où ma fille a l'air étonnée de devoir se laver les dents.


  • Comment les papes d'Avignon firent-ils jadis la promotion des vignes des côtes du Rhône ? Pourquoi la cave de l'impératrice Joséphine comptait-elle tant de vins du Médoc ? Les vins produits à l'étranger, tels ceux des Canaries vénérés par George Washington, ou ceux du Caucase dont Alexandre Dumas vantait la qualité, étaient-ils appréciés en France ?
    Le vin, c'est aussi une histoire de paysage, de terre et de soleil, de voyages entre les continents, avec le roulis sur les mers, la batellerie et le charroi des tonneaux sur les routes caillouteuses.
    Yves-Marie Bercé nous apprend que le goût est une affaire de modes qui se transforment au gré des politiques et des rivalités entre puissances. Les secrets du vin se dévoilent enfin sur la table des rois et dans l'atmosphère des cabarets, de Londres à Paris, dans les ports de Boston ou de Buenos Aires.
    Fourmillant d'histoires et d'anecdotes, cet ouvrage enchantera le palais et l'imaginaire des amateurs comme des néophytes.
     
    Professeur émérite d'histoire moderne à la Sorbonne, Yves-Marie Bercé est l'auteur de nombreux livres sur les anciennes sociétés campagnardes. Il signe ici un livre personnel et formidablement documenté.

  • Grenouilles au riesling, fromage et malaga... Marier les vins et les mets est depuis deux siècles l'âme même du " Repas gastronomique des français " inscrit par l'UNESCO en 2010 sur la liste du patrimoine immatériel de l'humanité.

    Grenouilles au riesling, fromage et malaga... Marier les vins et les mets est depuis deux siècles l'âme même du " Repas gastronomique des français " inscrit par l'UNESCO en 2010 sur la liste du patrimoine immatériel de l'humanité.

    On boit du vin en Gaule depuis l'Antiquité, mais le verre de vin n'y a pas toujours eu sa place à table. Loin d'être un élan hasardeux ou impulsif, accorder le boire au manger est un art subtil qui naît progressivement en France entre le XVIIIe et le XIXe siècle, dans le milieu de Cour, puis dans les restaurants de Paris. Le passage du service " à la française " au service " à la russe " le permet.

    Cet ouvrage nous plonge dans l'histoire mondiale de ces alliances mets-vins – où la France tient une place de choix –, depuis les Pharaons jusqu'à la " bistronomie " moderne, en passant par la
    Physiologie du goût de Brillat-Savarin et les rituels chinois ou américains.

    Les auteurs (historiens, géographes, conservateurs de musée, écrivains, professionnels de la gastronomie et du vin, gastronomes) nous précisent les évolutions et les ruptures de cet art. Ils nous plongent dans cette symphonie captivante, rythmée par les innovations et les inventions parfois radicales dans la sphère culinaire, dont certaines au détriment de la recherche de l'harmonie avec les vins.

    Un savoureux mélange de sources, d'analyses et d'essais pour comprendre la genèse et les évolutions d'un art en plein développement.

    .

  • Le vin est un produit agricole, un bien de luxe, un produit manufacturé standardisé, un objet culturel chargé d'histoire et, aujourd'hui, il est même devenu un support d'investissement coté en Bourse. À l'image du produit, l'économie du vin est plurielle, complexe et passionnante. Aussi précis qu'exhaustif, ce petit livre synthétique en explore toutes les facettes.
    Le vin est tout à la fois un produit agricole, un bien de luxe, un produit manufacturé standardisé, un objet culturel et il est même devenu un support d'investissement coté en Bourse. À l'image du produit, l'économie du vin est plurielle, complexe et passionnante.
    Les mutations du secteur du vin depuis les années 1990 sont spectaculaires. Elles racontent l'histoire de la mondialisation. Comprendre ce secteur, les évolutions de l'offre avec les vagues d'émergence de nouveaux pays producteurs, sur fond de réchauffement climatique et d'enjeux environnementaux, la nouvelle sociologie du consommateur mondial, de plus en plus asiatique et américain, mais aussi les stratégies des marques, l'évolution des réglementations et de l'organisation des marchés, représente autant de défis que relève cet ouvrage.
    De façon précisément documentée, ce livre dévoile l'ensemble des mécanismes qui per mettent d'appréhender ce marché et la formation du prix du vin, de le prévoir et d'établir des scénarios d'évolution du secteur dans la prochaine décennie.


  • Metz 1789. Le vigneron Lefèbvre est sauvagement assassiné. Le vétérinaire Augustin Duroch découvre par hasard son cadavre, pris en glace dans la Seille. L'homme travaillait dans les vignes des notables de Metz, dont le conseiller au parlement Roederer et le maître échevin Maujean.



    L'ambition politique du conseiller Roederer inquiète l'artiste vétérinaire Augustin Duroch qui se passionne pour les élections aux états généraux. A cette occasion, des factions rivales s'affrontent d'une manière préoccupante. Tandis que la misère désespère le peuple, les privilégiés donnent des réceptions musicales, se livrent au libertinage, vivent dans l'insouciance. L'arrivée d'une belle harpiste dans sa ville natale fait naître jalousies et médisances. Dans tout le pays, des rumeurs inquiétantes accusent des bandes de pillards d'attaquer les villages et les châteaux et laissent entendre que les Juifs se livrent à des trafics...
    Dans ce milieu où s'accumulent les menaces, la disparition d'un vigneron, à la veille de la Saint-Nicolas, plonge Augustin Duroch dans une affaire complexe où trempent les personnalités en vue de la ville de Metz



    Anne VILLEMIN-SICHERMAN, médecin gynécologue, a créé le personnage d'Augustin Duroch, artiste vétérinaire enquêteur, en hommage à son père, dernier maillon de trois générations de vétérinaires. Passionnée par le XVIIIe siècle, elle plonge ses lecteurs au coeur de la vie quotidienne sous l'Ancien Régime. Elle a obtenu le Prix de la ville d'Hagondange 2017 lors du Salon du livre féminin et le Prix Historia 2019 du roman policier historique.




  • Entre Reims et Epernay, deux familles, les Ruinart et les Verzenay, racontent deux siècles d'histoire, de savoir-faire et de collaboration entre riches propriétaires et viticulteurs qui, ensemble, donneront le meilleur de leurs terres : le vin de Champagne.

    Sur les terres champenoises, entre Reims et Epernay, en 1729, dès que dom Pérignon découvre comment faire mousser le vin, le champagne commence son expansion dans toute l'Europe.
    Dans l'ombre des crayères suit deux familles qui vont contribuer au rayonnement du " vin de bulles " : les Ruinart, " chefs de maison ", ou propriétaires, et les Verzenay, " chefs de cave " ou viticulteurs, en même temps que s'entremêlent des intrigues sentimentales entre les membres des deux familles.
    /> Chahutés par les soubresauts de l'histoire, mais portés par la passion de la terre et de la vigne, les Ruinart et les Verzenay perpétuent un savoir-faire unique au monde et racontent deux cents ans de vie champenoise.

  • Autour d'une bonne table, on mange, on chante, on boit, on échange quolibets et bonnes histoires, on refait le monde. La vie quotidienne est rythmée par la recherche de la nourriture et de la boisson: in vino veritas. Du nectar des dieux au canard d'Apicius, en passant par Dionysos enseignant la culture de la vigne aux mortels, les fruits inaccessibles de Tantale ou encore le festin de Trimalcion, la culture antique regorge d'anecdotes délicieuses sur l'art et la nécessité du boire et du manger.
    À La Table des Anciens invite le lecteur à déguster les meilleures pages des auteurs antiques dédiées à la cuisine. Plus de 100 extraits, issus des traductions Belles Lettres, sont rassemblés et assortis d'une brève présentation destinée à éclairer leur lecture. À La Table des Anciens sont réunis Pétrone, Homère et Virgile pour raconter la préparation et l'organisation des repas, les mets de tous les jours ou les ingrédients fabuleux, les disettes, les banquets fameux, les goinfres mythiques ou les préceptes de diététique, avec, pour la bonne bouche, les meilleures recettes de l'Antiquité... à savourer!

  • Un sage chambertin qui évoque un sous-bois de feuillus un soir d'automne, un bandol qui nous fait sentir la garrigue chauffée par le soleil du Midi, un champagne qui nous rappelle un corps aimé. Il est peu de matières, d'aliments qui suscitent un tel émerveillement, une telle passion et qui sont aussi ancrés dans notre société.
    Le vin fait partie de notre histoire, de notre civilisation et de notre culture. Face à la montée de la prohibition qui privilégie le principe de précaution plutôt que l'apprentissage d'une consommation responsable, il fallait revenir sur notre relation complexe et paradoxale au vin, sur ses origines, ses liens avec la religion, la santé, l'éducation, le politique... Et sur sa contribution éclatante au rayonnement de la France dans le monde.

  • " À votre santé ! " Cette phrase prononcée lors de chaque célébration est riche de sens : elle suppose, symboliquement, que le vin peut être le garant de notre équilibre. Bien plus qu'un simple produit de consommation, le vin s'immisce dans notre culture, notre société et notre histoire depuis toujours. Dans la Bible, il semblait déjà indispensable. Pour repeupler le monde après le Déluge, Noé commença par planter une vigne. Plus tard, au Moyen Âge, trinquer était une marque de confiance, ce geste prouvant que les verres n'étaient pas empoisonnés. Aujourd'hui, le vin est de plus en plus assimilé à un produit toxique, les campagnes de sensibilisation dans les médias ne cessant de se multiplier, mais il est toujours extrêmement populaire et présent. Pour en cerner tous les enjeux, Didier Nourrisson s'intéresse aux différentes représentations du vin à travers une grande synthèse chronologique qui s'étend de l'Antiquité à nos jours. En considérant tous les types de vin - de raisin, de noix ou encore de palme -, l'auteur étudie ce breuvage qui tisse du lien entre les hommes. Ceux qui produisent, vendent et consomment le vin sont les héros de ce livre.

  • " Que pensez-vous de ce vin ? ", " Quels sont les types de vins que vous aimez ? " A moins d'être un amateur averti, il y a fort à parier que vous aurez des difficultés à répondre à ces questions. Le contraire serait surprenant. Car si vous avez la gênante impression d'être une buse quand il s'agit de décrire un vin, c'est que vous êtes tout simplement normal.

    Oubliez vos complexes grâce à Ophélie Neiman qui vous aidera à trouver les bons mots. Découvrez le monde du vin - et comment un simple grain de raisin donne un millésime hors pair -, apprenez à marier les mets et les vins sans fausse note - et pourquoi Bernard le homard aime les bâtards -, commencez votre cave grâce à des conseils avisés pour petits budgets.

  • " Ce Dictionnaire gourmand est la somme de passions.
    Passion de cuisiner des plats sophistiqués comme des plats simples pour faire de tout repas un moment de plaisir.
    Passion de choisir des produits de qualité : variétés pour les fruits et légumes, morceaux pour la viande, cépages pour les vins, saisons, qualités nutritionnelles...
    Passion d'élaborer, guidée par l'extraordinaire littérature culinaire française, mais aussi par les envies, les réminiscences et les découvertes.
    Ce passé de la gastronomie française, ce Dictionnaire gourmand veut aussi le faire ressurgir : Quand et comment les produits que nous consommons sont-ils entrés dans le répertoire culinaire ? Comment sont nés et ont évolué les plats les plus emblématiques ? Quels témoignages en véhiculent la littérature, la peinture, le cinéma, la chanson ? Pourquoi, finalement, le "repas gastronomique des Français' a-t-il été inscrit par l'Unesco au patrimoine culturel immatériel de l'humanité ? " Marie-Hélène Baylac, historienne, a déjà réalisé plusieurs encyclopédie culinaire.

  • C'est à un extraordinaire voyage dans un monde enchanté qu'est invité le lecteur de ce livre. En cent épisodes aussi chaleureux qu'érudits, il aborde des contrées et des sujets d'une infinie variété tant est vaste et divers le monde de la vigne, du vin et des vignerons. De la variété des terroirs à celle des cépages, des méthodes de culture aux modes de vinification, de la mise au point des façons de conserver le précieux liquide à la manière de le boire et de l'accompagner, aux portraits hauts en couleur de grands producteurs, les uns discrets, les autres illustres, des vieilles terres de production comme le Proche-Orient et l'Europe aux nouveaux mondes du vin comme l'Extrême-Orient ou l'Océanie, l'auteur dresse à petites touches une fresque vivante et passionnante où l'homme joue toujours le premier rôle. Il n'oublie pas de mettre les Français en garde lorsqu'ils répugnent à se remettre en question ou lorsque leurs pouvoirs publics entretiennent sur le vin des préjugés d'un autre âge. Aux antipodes des traités trop austères ou des manuels de dégustation, voici un plaisant livre de chevet de tous les amoureux de la dive bouteille.

  • Rouge comme les rideaux d'un théâtre...
    Rouge comme la robe d'un bon beaujolais...
    Et rouge comme les yeux d'Archibald Sirauton. Ce dernier voit doublement rouge ! Tout Saint-Vincent-des-Vignes, son village - jamais tranquille - niché au creux des coteaux du Brouilly, est sens dessus dessous : un corbeau distille via Village en folies, " journal électronique sans concession ", des horreurs sur chacun ou presque de ses administrés. En plus, Xa, comédienne de son coeur, se voit accusée de meurtres sur son lieu de travail, en pleine répétition d'une pièce de Molière, à Lyon.
    En tant que maire de Saint-Vincent-des-Vignes, ancien magistrat, amant de la belle Xa, Archibald Sirauton, reconverti en viticulteur, se sent investi d'une double mission...

  • Variations endogenes

    Karoline Georges

    • Alto
    • 25 March 2014

    Ils sont nombreux. Parmi eux, l'une attend sa naissance, l'autre est à l'apogée de son existence. Il y a quelques fous, des amants, un milliardaire, des enfants livrés à eux-mêmes. Ils sont animés par des intentions cruelles, sadiques, morbides ou masochistes. Ils tendent des pièges, mettent en scène leurs fantasmes, s'épuisent à poursuivre un idéal illusoire. Ils sont isolés. Ils s'apprêtent à mourir ou à commettre l'irréparable. Ils sont peut-être déjà morts.

    Assemblés avec minutie par une auteure au regard aussi tranchant qu'une lame, les quatorze tableaux de Variations endogènes forment un fascinant cabinet de perversités.

  • Depuis un demi-siècle, Jacques Orhon n´a cessé de cheminer entre les vignes. Dans ce livre, il raconte les expériences uniques qu´il a vécues et les rencontres marquantes qui ont renforcé chaque fois sa passion du vin.
    Avec sa soif d´apprendre et son optimisme habituel, il nous emmène de son coin de France où il est né, jusqu´à Bordeaux, Chinon, l´Alsace, en passant notamment par Paris, le Périgord et les bords de la Méditerranée. Mais on voyage aussi de Moscou au Japon, en s´arrêtant entre autres en Autriche, en Argentine, en Nouvelle-Zélande, au Portugal... et au Québec où il a choisi de vivre, et où l´on découvre avec lui les débuts et l´évolution de l´intérêt des Québécois pour le vin. Que ce soit en Sicile, en Camargue, en Croatie, dans les Corbières ou à Santorini, Jacques ORHON nous rapporte des faits vécus dont il tire des leçons de vie.
    Au fil de ces 21 récits, il nous fait vivre de l´intérieur, avec la verve qui le caractérise, des épisodes du quotidien des artisans du vin ainsi que des moments fastes auxquels seuls sont conviés de rares élus. Et pour chaque vignoble visité, il nous en donne les caractéristiques ainsi que les crus à déguster. Enfin, il émaille son propos de réflexions sur ce monde qui a parfois tendance à se prendre trop au sérieux.
    À la fois inspirantes, chaleureuses et informatives, les histoires de Jacques Orhon vous séduiront tant par leur contenu que par l´esprit profondément humain et les leçons de vie qui s´en dégagent.

  • 0500 Épicurien ? Rarement économe ? Toujours gourmet ? Jamais sectaire ? En êtes-vous si sûr ?
    Et vos amis, comment les voyez-vous ? En citoyens adeptes du bio et nés de la dernière pluie acide ou en CSP + + de la première heure ?
    Et votre voisin, qui erre hagard devant le rayon vins, ne serait-il pas le paumé, celui-là ? N´avez-vous jamais rencontré un buveur un peu pontifiant qui a ruiné votre dîner ? Fanatique ou plutôt historien ?
    Et celui-là, qui marche toujours gaiement en sortant de chez Gégène, n´est-il pas un peu picoleur ?
    Et lui, qui boit du champagne à gogo en riant très fort, où pouvez-vous lire son portrait ?

    Eh bien, cher buveur, si vous voulez connaître la réponse à toutes ces questions, vous tenez le bon livre. Vous découvrirez aussi que l´on boit ce que l´on est. Pour cette raison, chacun des portraits est accompagné d´une sélection de onze vins tout particulièrement choisis en fonction de chaque personnalité.

    Dernier conseil : Ne prenez pas exemple sur le picoleur, car l´abus d´alcool est dangereux pour la santé. Buvez donc du vin avec modération mais lisez ce livre avec exagération.0300A chaque personnalité, son vin ! Pour la première fois, un ouvrage caustique et décalé qui propose une sélection de vin en fonction de la personnalité du lecteur. Militant bio ou mère de famille, frimeur ou épicurien, les plus jeunes comme les plus vieux, les femmes comme les hommes, trouveront à coup sûr le vin fait pour leur palais !Sur un ton décontracté, impertinent, parfois irrévérencieux, les auteurs proposent une vingtaine de portraits d´amateurs de vin, croqués avec humour, du sectaire au bobo en passant par l´historien. Pour chaque profil, une fiche présente les caractéristiques d´un caractère bien trempé, dont les préjugés, les goûts et les habitudes sont diagnostiqués avec humour et pertinence. Chaque fiche comporte plusieurs rubriques :Description du buveuret de son comportement sur un ton léger, humoristique et un poil caricatural.Les certitudes dubuveurtelles « Les vins d´Alsace font mal à la tête ! », « Avec le fromage on ne boit que du rouge ! »... Les idées reçues sur le goût du vin, son mode de production, et son environnement culturel et économique sont bousculées, pour une vision contemporaine et audacieuse de la dégustation du vin.Les 5 réflexes: les auteurs analysent et expliquent ici les habitudes d´acheteur et de consommateur de chaque profil.Le diagnostic des auteursqui confortent ou dénoncent les certitudes et réflexes du buveur, en apportant des informations et des pistes de réflexions. En ouvrant le débat, cette rubrique intéressera tous les types de buveurs.Les bonstuyaux :toutes les astuces pratiques et les conseils adaptés à sa personnalité pour mieux acheter, mieux consommer, mieux s´informer.Les accessoires qu´il faut :un choix de 3 à 4 accessoires pour le service du vin, sa conservation...Les 10 vins à avoir dans sa cave :blancs, rouges, vins effervescents, et parfois rosés... Tous les types de vins dans une sélection spécifique à chaque type de buveur, qui donne les informations essentielles (nom du vin, appellation, région, couleur, prix), un commentaire personnalisé, et des conseils pour savoir avec qui et avec quoi boire ce vin.Le vin à offrir :un très bon vin qui prend le « contrepied » de toutes les croyances du buveur et qu´il n´aurait jamais l´idée d´acheter. En parlant du vin de manière originale, cet ouvrage intéressera les novices qui ne veulent pas se tromper comme les initiés qui souhaitent déguster autrement le vin.

  • À en croire notre imaginaire, bière et vin coulaient à flots dans les abbayes de jadis et on y dégustait les meilleurs fromages. Mais les disciples de l'austère saint Benoît ou de saint Bernard passaient-ils vraiment leur temps à faire bombance ?Les clichés ont la vie dure, et il aura fallu l'étude précise de Fabienne Henryot pour mettre au jour, pour la première fois, les usages de la table chez les moines. Son livre nous ouvre les portes des réfectoires, cuisines et jardins des innombrables couvents et monastères qui parsèment la France, de Sénanque à Cluny, de la Trappe à la Grande-Chartreuse.Elle nous fait voir avec quel soin les moines organisaient leur alimentation et cultivaient leurs terroirs, mais aussi tous les accommodements consentis au sein des cloîtres pour satisfaire l'appétit sans tomber dans le mortel péché de gourmandise : par-delà les doctrines et les rituels, elle écrit là une nouvelle page de l'histoire du corps.

  • Dans la région du Beaujolais, une nouvelle enquête pleine d'humour et de cadavres menée par Archibald Sirauton, ancien juge d'instruction reconverti en viticulteur.

    A Saint-Vincent-des-Vignes, village niché au centre de Brouilly, de Beaujeu et de Morgon, la vie suit son cours, jamais tranquille. Ainsi, promu maire de sa commune, Archibald Sirauton doit se coltiner tous les tracas de l'hiver de ses administrés. Et il y en a pléthore. D'autant que plusieurs affaires lui tombent dessus : le cadavre d'une inconnue trouvée dans le vignoble du vieux Pipelette, la disparition inexplicable du duc du Beaujolais, Eric Pillorget, fondateur richissime de Les Chais Pillorget... Mais Archi (pour les intimes) a de la bouteille. Ancien juge d'instruction reconverti en viticulteur heureux et en président d'un syndicat viticole par amour du vin et par savoir-vivre, il n'a rien perdu de son flair, de ses réparties cinglantes et de sa connaissance encyclopédique du Code.
    C'est donc sous cette triple étiquette qu'il va traîner ses guêtres et son humour chez les héritiers Pillorget, aussi retors les uns que les autres, avides et opportunistes pour la plupart, prêts à céder leur juteuse entreprise au capitalisme chinois, et dont on a tôt fait de rebaptiser les fameux chais " les chais des ambitieux "...

  • - Plus de 300 châteaux présentés et commentés par Jean-Marc Quarin avec, pour chaque domaine, une analyse originale basée sur :
    - Les détails techniques du château (superficie, encépagement, âge des vignes, densité de plantation, nature du sol) - Une p

  • Dans la région du Beaujolais, sur le mont Brouilly, une enquête pleine d'humour et de saveur menée par un ancien juge d'instruction reconverti en viticulteur.


    " On dit que Lyon est arrosé par trois fleuves : le Rhône, la Saône et le beaujolais. S'il est vrai que la Saône n'est qu'une rivière, le beaujolais n'est pas qu'un vin. Avec un B majuscule, c'est un pays où l'on sait s'amuser. Surtout après les vendanges, qu'il convient d'honorer. " Stupeur et dégrisement, à Saint-Vincent-des-Vignes, village proche de Morgon ! On découvre le cadavre d'un homme égorgé en haut du mont Brouilly. Plantés le long de son corps : des objets de rituel satanique. Le maire, car il s'agit de lui, Joseph Marzot, ne fêtera donc pas le premier jus tiré des cuves... Non loin, dans le superbe manoir de l'Ardières, au coeur du Beaujolais, Archibald Sirauton (le bien nommé), ancien juge d'instruction, est devenu celui qu'il rêvait d'être : viticulteur. Pour cela, il a troqué ses cravates sinistres contre des chemises hawaïennes... Flanqué de Filoche, ancien voleur repenti, Archibald, qui sait goûter tous les plaisirs de l'existence (dans le désordre : le vin, les belles femmes, l'amitié, l'aventure) décide de mener une enquête parallèle à celle de la police. Et en tant que premier adjoint au maire, Archibald se sent investi par sa mission.
    D'autant que nombre de rumeurs et racontars pimentent l'affaire. Comme disent les Vincenvignoblois : " La malédiction était sur lui. Joseph n'aurait jamais dû acheter le vignoble du Diable... " .

empty