• à gauche de l'impossible Nouv.

    À gauche de l'impossible est un plaidoyer contre les raccourcis qui, faisant miroiter des succès électoraux immédiats, épousent la culture politique dominante, celle-là même qu'une gauche émancipatrice devrait mettre en cause : verticalité du pouvoir, césarisme présidentiel, intolérance au pluralisme, absence de culture démocratique, mépris des mobilisations populaires, rejet des causes communes de l'égalité, incompréhension des nouvelles luttes écologistes, antiracistes et féministes.
    La catastrophe ne se conjugue pas au futur, elle est dans le présent : un présent d'aliénation et de domination où s'entremêlent les désastres sécuritaires, sanitaires, écologiques, sociaux et démocratiques. Il ne s'agit plus de l'éviter, mais de l'affronter en cessant de s'illusionner : la réponse ne viendra pas d'en haut, d'experts prétendus ou de gouvernants discrédités, mais du sursaut de la société, de ses inventions et de ses mobilisations.
    Si la gauche politique est en peine, c'est parce qu'elle s'est détachée de la société qui la légitimait pour s'identifier à l'État dont elle revendique la gestion. Or être de gauche, sur la durée, ce n'est pas vouloir absolument le pouvoir, c'est d'abord défendre la société contre les abus des pouvoirs, qu'ils soient étatiques, politiques ou économiques, sociaux ou culturels, entremêlant domination sociale, discrimination raciste et oppression patriarcale.
    Alors que l'effondrement menace, dans un mélange de destruction du vivant et de déshumanisation du monde favorable aux fuites en avant autoritaires et identitaires, la porte étroite du salut est dans ce pari sur l'impossible.

  • La vérité sur Edouard Philippe Nouv.

    La première biographie inédite d'Édouard Philippe
    Il a quitté le 3 juillet 2020 l'hôtel de Matignon, à la fois populaire et inconnu. On ne connaît ni ses idées, ni ses émotions, ni ses aversions. Qui est véritablement Édouard Philippe ? Entre le début de l'automne 2020 et la fin du printemps 2021, le journaliste Tugdual Denis a multiplié les allers-retours au Havre pour échanger longuement avec l'ancien Premier ministre d'Emmanuel Macron. Sillonnant la Normandie et Paris, revenant sur ses itinéraires en Sicile ou au Vietnam, il est également parti à la rencontre des vrais proches de l'homme politique préféré des Français. Autrefois tenu par sa fonction, Édouard Philippe se livre ici sur tous les sujets : relations internationales, islam, intégration, avenir de la France... Et déroule un programme, celui d'un potentiel candidat. Un portrait inédit, celui d'un ex-ministre, d'un maire, d'un mari, d'un père... d'un futur président ?

  • Le populisme de gauche : sociologie de la France insoumise Nouv.

    Le 23 avril 2017, Jean-Luc Mélenchon rassemblait 19,58% des voix lors du scrutin présidentiel, réalisant le meilleur score d'un candidat situé à la gauche du PS depuis 1969. À quoi tient cette réussite ? Comment expliquer la chute électorale qu'a ensuite connue son mouvement ? La France insoumise peutelle rebondir en 2022 ? Manuel Cervera-Marzal s'est immergé trois ans durant au sein de ce parti et en aborde ici toutes les facettes (genèse, programme, stratégie, discours, idéologie, fonctionnement interne, base militante, direction et électorat).
    Au fil de l'enquête, on comprend que, loin de constituer une exception, la France insoumise s'inscrit dans une dynamique internationale qui, après la crise de 2008, a vu émerger le populisme de gauche. À l'instar de Bernie Sanders, Jeremy Corbyn, Pablo Iglesias ou Alexis Tsipras, Jean-Luc Mélenchon a redéfini les règles du jeu politique, obligeant la gauche à se défaire de ses vieux réflexes. L'objectif : mettre un terme aux politiques néolibérales. Les moyens : délaisser les symboles traditionnels du mouvement ouvrier (le rouge, l'Internationale, etc.), réinvestir des thèmes traditionnellement accaparés par la droite (l'ordre, la nation, la souveraineté), se doter d'un leader charismatique, insuffler plus d'affects en politique et prendre appui sur les mobilisations sociales.
    À partir de données empiriques d'une grande richesse, Manuel Cervera-Marzal propose ainsi une définition innovante du populisme de gauche et des clés de compréhension des enjeux politiques contemporains.

  • La France n'a pas dit son dernier mot Nouv.

    Dans la tête d'Eric Zemmour. Journal d'une autobiographie politique.
    " J'avais mis au jour dans le Suicide français la mécanique de l'idéologie progressiste qui a conduit notre pays à l'abîme. Mises en danger, ses élites ont compris que la survie de leur projet passerait par la radicalisation du processus de destruction.
    Rarement nous n'avons été aussi affaiblis, désunis, subvertis, envahis qu'aujourd'hui.
    Pas un jour sans sa provocation, sans sa déconstruction, sans sa dérision, sans son humiliation.
    J'ai décidé de poursuivre le récit des choses vues, des choses tues, trop longtemps tues. Pour que la France ne se contente pas d'avoir un futur mais trace aussi les voies d'un avenir. Pour continuer l'histoire de France.
    L'histoire n'est pas finie.
    La France n'a pas dit son dernier mot "

  • La fracture Nouv.

    La fracture

    ,

    Comment la jeunesse d'aujourd'hui fait sécession : ses valeurs, ses choix, ses révoltes, ses espoirs...
    Depuis la fin des années 1950, l'institut de sondages IFOP a réalisé cinq grandes enquêtes d'opinion sur la jeunesse, ses idéaux et ses valeurs. Ce travail unique permet de suivre les oscillations de la société. La jeunesse donne le la de la consommation et de la culture. Le monde politique s'y intéresse de près : depuis 1968, chacun sait qu'elle peut tout emporter sur son passage.
    L'enquête 2021 sur la génération des 18-30 ans révèle une véritable fracture avec les autres générations. Cette jeunesse a grandi avec Internet et les réseaux sociaux, a connu le terrorisme et la crise de la Covid-19. Mais elle dépasse largement les étiquettes, trop souvent réductrices, qu'on lui accole : génération offensée, génération covid et donc génération sacrifiée, génération Charlie ou Greta...
    Elle apparaît à la fois désenchantée et résiliente, tolérante en matière de moeurs et de religion, mais aussi intransigeante sur l'égalité et le climat. Et à l'orée de la campagne présidentielle,
    c'est peut-être d'elle que la surprise viendra.

  • Billets politiques : sur le fil du quinquennat Nouv.

    Est-il encore possible de parler de politique sans perdre son calme ? De débattre sans se battre ? En chroniquant la vie politique chaque matin sur France Culture, Frédéric Says croque les travers de notre époque sur époque. 8h16. " Bonjour Guillaume, bonjour à tous... " Un rendez-vous et un rituel. Le " Billet politique " est l'occasion d'échapper aux engouements de l'instant, au culte de l'immédiateté. Il s'offre aussi le luxe de la nuance. Dans un écosystème médiatique souvent confondu avec une arène, la pondération est un refuge pour celles et ceux qui refusent d'être enfermés dans des débats binaires.
    De 2016 à 2021, Frédéric Says a analysé avec finesse les rebonds de notre vie politique. En quelques années, le " nouveau monde " a perdu de sa superbe. Les élus locaux, les mouvements citoyens, les scientifiques ont gagné en influence. Les réseaux sociaux sont devenus des acteurs publics tandis que les discours politiques - signe de leur impuissance - ont été envahis de formules creuses : " la société civile ", " les territoires ", " j'assume "...
    C'est cette métamorphose, entre hier et aujourd'hui, entre le " dire " et le " faire ", que ce livre se propose de disséquer, avant la prochaine élection présidentielle. Avec la volonté d'éviter deux écueils : une vision trop clémente ou une posture de la critique permanente. Un billet politique sur le fil matinal, c'est un exercice d'équilibrisme.

  • Lettre d'un hussard de la République Nouv.

    Avant qu'il ne soit trop tard...
    " Je m'appelle Didier Lemaire, je suis professeur de philosophie. Il y a vingt ans, je suis arrivé à Trappes. Dans mes classes, j'apprends à mes élèves à douter, et à conduire leur jugement. En maîtrisant des concepts philosophiques, ils examinent leurs opinions, s'émancipent, découvrent le dialogue et le plaisir de penser. Cette expérience de la liberté exige confiance et patience. Quand la ville est devenue l'une des toutes premières pépinières jihadistes d'Europe, je me suis demandé si je pouvais encore enseigner comme je l'avais toujours fait, en considérant mes élèves comme des adolescents parmi d'autres... "Pour avoir alerté sur la réalité de ce qu'il vit, de ce qu'il voit, Didier Lemaire a été placé sous protection policière. Ce livre est son témoignage en même temps qu'un cri d'alarme. En espérant qu'il ne soit pas déjà trop tard.

  • Ce livre réunit trois discours prononcés par Jean-Luc Mélenchon, Mathilde Panot et Éric Coquerel à l'Assemblée nationale le lundi 29 mars 2021. Il s'agissait de rejeter le projet de loi prétendument issu de la Convention citoyenne pour le climat. Ce débat parlementaire a été l'occasion pour Jean-Luc Mélenchon de ramasser la pensée écologique insoumise en une seule prise de parole.Il avance le concept nouveau de " peuple humain " uni par l'écosystème unique dont il dépend pour sa survie. À partir de cette prémisse, il affirme la nécessité d'une écologie de rupture - le système économique actuel doit s'effacer avant d'effacer la biosphère - et propose un horizon pour un nouvel humanisme : l'harmonie des êtres humains entre eux et avec la nature.Les discours sont reproduits avec les interruptions de l'auditoire telles qu'elles sont rapportées au Journal officiel. Ils sont accompagnés d'extraits de notes de blog ou d'autres discours de Jean-Luc Mélenchon. En outre, ce livre offre une expérience de lecture augmentée en donnant la possibilité de se référer à de nombreuses autres sources par QR code pour approfondir ces sujets.

  • Anne Hidalgo : une ambition qui vient de loin Nouv.

    La première enquête et biographie sérieuse sur une des grandes femmes politiques d'aujourd'hui.
    Anne Hidalgo est une énigme. Elle a résisté à tant de tempêtes et de complots qu'on s'interroge. Comment a-t-elle fait pour survivre dans ce monde féroce et impitoyable de la politique ? De quelle matière est faite cette fille d'immigrés espagnols, débarqués à Lyon au début des années 1960 ?
    De la cité HLM de La Duchère, sur les hauteurs de la Saône, jusqu'aux ors des palais de la République, son parcours n'a pas été un long fleuve tranquille. Face aux bien-nés, il lui a fallu une ténacité hors du commun. Féministe de la première heure, elle a gravi les échelons du pouvoir avec une méticulosité et une persévérance qui l'ont fait longtemps passer pour une besogneuse. La petite fourmi a bien trompé son monde. Ceux qui l'ont sous-estimée, voire détestée avec constance, qui l'ont traitée de " fille de concierge ", ont été balayés de manière implacable. La maire de Paris, qui rêve de devenir " maire de France ", a, quoi qu'il advienne, un destin exceptionnel. Cette ambition d'atteindre les sommets vient de loin, des horreurs de la guerre civile espagnole, vécues par ses aïeux. Marque indélébile qu'elle porte comme un talisman. Celle que certains surnomment Miss Titane a un parcours de vie digne d'un roman picaresque.
    C'est l'épopée d'une aventurière andalouse, tombée amoureuse de la France des Lumières, chantre de la lutte contre le réchauffement climatique, devenue plus républicaine que les Français de souche, que raconte, ici, Serge Raffy, biographe de Fidel Castro. Une existence avec ses zones d'ombre, ses trahisons, ses bassesses, ses renoncements. Mais aussi sa vie de mère de famille recomposée, pas toujours simple, en particulier quand la rumeur a couru que son dernier fils était celui de François Hollande. Autre singularité : Anne Hidalgo n'a pas fait l'ENA. Presque une anomalie pour quelqu'un qui vise les plus hautes fonctions. Est-ce un handicap ? Ou une chance ?

  • Réunis par l'Institut européen en science des religions, Régis Debray et Jean-François Colosimo entrent en dialogue. Que reste-t-il aujourd'hui de la laïcité ? Et de la France au sein de la mondialisation des croyances ? Une interrogation sans concession sur notre exception.
    Face aux actes de barbarie qui frappent la France, où en est la République ? État, Église, nation, laïcité, que signifient aujourd'hui ces mots au sein d'un paysage confessionnel troublé, mais aussi d'un environnement international hostile ? Comment distinguer entre le culte et la culture ? Et pourquoi est-il urgent de réaffirmer la séparation du politique et du religieux ?
    Ces questions animent le dialogue entre Régis Debray, Didier Leschi et Jean-François Colosimo qui précède, dans ce livre, les commentaires personnels de chacun d'eux. Balayant l'histoire et l'actualité, leurs désaccords mêmes contribuent à éclairer un accord essentiel : nous ne saurions céder à la peur car l'exception française est plus que jamais indispensable à l'ordre du monde.
    Un appel à l'intelligence et à la lucidité.

  • - 62%

    A contre-courant des idées dominantes, Jean-Marie Rouart fustige les illusions de la laïcité érigée en dogme protecteur face à l'islamisme.
    L'islam n'est-il pas d'une certaine façon le révélateur de nos failles et de la fragilité de notre assise morale et philosophique ? À contre-courant de ceux qui se contentent de s'abriter derrière le laïcisme ou le séparatisme pour faire face à la montée de l'islam, Jean-Marie Rouart s'interroge sur nos propres responsabilités dans cette dérive. Ne sommes-nous pas aveuglés par ce que nous sommes devenus ? Consommateurs compulsifs, drogués par un matérialisme sans frein ni horizon, s'acheminant vers une forme de barbarie moderne, ne mésestimons-nous pas nos carences culturelles et nos faiblesses spirituelles ?
    C'est moins l'essor de l'islam que l'auteur stigmatise que l'abandon de notre propre modèle de civilisation. Pour lui le véritable défi à relever n'est pas seulement d'ordre religieux, c'est notre civilisation qui est en cause. Rappelant que notre nation s'est constituée autour d'un État, du Livre, de la littérature et d'une religion porteuse de valeurs universelles, il rappelle l'importance de ces piliers de la civilisation chrétienne pour faire contrepoids à d'autres modèles et préserver notre identité. À ses yeux, ce qu'il appelle la " mystique laïcarde " n'est qu'une illusoire ligne Maginot contre l'islam. L'athéisme, si respectable soit-il, reste impuissant à remplacer la croyance.
    C'est le livre d'un " chrétien déchiré " qui a du mal à se reconnaître, comme beaucoup, dans l'Église de l'après-Vatican II. Jean-Marie Rouart refuse de s'avouer vaincu : il s'interroge sur les moyens de conjurer le déclin d'une civilisation d'inspiration chrétienne menacée autant par l'islam que par elle-même.

  • Quarante acteurs de la vie civile, hauts fonctionnaires, responsables politiques, tous de moins de 40 ans, appellent, à un moment crucial de la vie politique nationale, à la construction d'un nouveau destin français pour la décennie qui s'ouvre. " Notre génération, née avec la chute du Mur de Berlin, fait face au retour du tragique. Du réchauffement climatique à la pandémie actuelle, des attentats terroristes à la menace de l'extrême droite, elle ne peut rester spectatrice des catastrophes qui s'accumulent.
    Nous refusons de nous résoudre à la crise permanente. Nous n'acceptons pas la fatalité du déclinisme ambiant. À l'heure où l'histoire frappe de nouveau à la porte, il nous appartient de relever le gant. Enfants de la fin du xxe siècle, nous portons, avec l'énergie et la détermination de notre jeunesse, l'espoir des meilleurs lendemains. "
    Ce manifeste initié par quarante acteurs de la vie civile, chefs d'entreprises, responsables associatifs, hauts fonctionnaires, intellectuels et élus locaux, tous appartenant à la génération montante, propose un autre chemin pour la décennie qui s'ouvre, celui d'une République écologique et altruiste. Celui d'une nouvelle échelle humaine.

  • 2022, la flambée populiste Nouv.

    Notre tour est-il bientôt arrivé ? La France n'a jamais semblé aussi près du point de bascule vers le populisme. La crise économique et sanitaire aggrave la tendance, en offrant un terreau idéal pour les antisystèmes de tous bords, des " anti-masques " aux " antivax ". Au point que les vagues de l'épidémie qui se succèdent se transforment en tsunami démocratique pour 2022 ?Le score exceptionnel de Trump à la dernière présidentielle confirme que son élection de 2016 ne fut en rien un accident de l'histoire et que le populisme s'enracine partout, aux Etats-Unis mais aussi en Amérique latine, en Asie et en Europe.
    La France elle-même n'a jamais semblé aussi près du point de bascule. Y prospère en effet une vision dangereusement clivée du monde, fondée sur l'opposition irréconciliable des élites, jugées incompétentes et corrompues, et du peuple, auréolé de toutes les vertus. La radioscopie de la société française est à cet égard sans appel : le déclinisme et la défiance sont partout, le complotisme et les fake-news prolifèrent, l'attachement à la démocratie recule face à la demande d'autorité, la peine de mort connaît un regain inédit d'adhésion, le sentiment de " ne plus être chez soi " gagne... La haine de " ceux d'en haut " et la peur de " ceux d'ailleurs " s'alimentent mutuellement.
    Chacun mesure combien la crise économique et sanitaire aggrave la tendance, en offrant un terreau idéal pour les antisystèmes de tous bords, des " anti-masques " aux " antivax ". Au point que les vagues de l'épidémie qui se succèdent se transforment en tsunami démocratique pour 2022 ?

  • Le président de trop ; la question française Nouv.

    Le présidentialisme est au régime présidentiel ce que l'intégrisme est aux religions, ce que l'absolutisme est aux monarchies, ce que le sectarisme est aux convictions. Le problème n'est pas l'existence d'une présidence de la République mais l'accaparement de cette fonction par un seul homme, véritable monarque sans couronne. Legs du bonapartisme français, notre présidentialisme est un régime d'exception devenu la norme. Une norme dont l'excès n'a cessé de s'étendre depuis le long règne de François Mitterrand.
    Avec Emmanuel Macron aujourd'hui, mais dans le droit fil des ambitions de Nicolas Sarkozy et des renoncements de François Hollande hier, le présidentialisme français ne cesse de s'affirmer comme l'ennemi foncier d'une République démocratique et sociale. Cette confiscation de la volonté de tous par le pouvoir d'un seul la mine de l'intérieur, la corrompt et l'affaiblit, creusant la dépression citoyenne et accroissant la démobilisation électorale. En nos temps incertains et imprévisibles, elle pose les bases d'un régime autoritaire au service d'intérêts sociaux minoritaires.
    Face à ce danger,
    Le Président de trop plaide pour une radicalité démocratique. Celle d'une République garantissant l'expression, la mobilisation et l'invention de la société contre les inégalités, injustices, corruptions et mensonges qu'enfantent, inévitablement, pouvoir et domination en place dans leur éternelle volonté de se succéder à eux-mêmes.

  • Ma France Nouv.

    Ma France

    Fabien Roussel

    Un vent nouveau à gauche dans la course à l'Élysée.25 novembre 2018, Ivry-sur-Seine. Fabien Roussel est élu à la tête du PCF par des adhérents en quête de changement. Dans le regard bleu intense de l'homme du Nord, des visages défilent à toute vitesse. Ceux de ses parents, bien sûr, auxquels il doit en grande partie son engagement politique. Et il pense à tous ces salariés, étudiants, retraités rencontrés ces dernières années, dans sa circonscription ou partout en France. Il pense aussi à sa ville de Saint-Amand-les-Eaux, à ses habitants qu'il aime retrouver toutes les semaines quand il rentre chez lui. Et puis il y a les figures tutélaires qui rythment un parcours militant entamé à l'adolescence : Georges Marchais, Michelle Demessine et Alain Bocquet, le " père spirituel " auquel il a succédé à l'Assemblée nationale.
    À l'heure de la relève, Fabien Roussel ne manque ni de références ni de soutiens. La tâche qui lui incombe est immense. Faire souffler un vent nouveau à gauche dans la course à l'Élysée : telle est la feuille de route que lui ont confiée les militants. Désormais candidat à la présidence de la République, Fabien Roussel veut relever avec les Français le défi des jours heureux. Comment ? C'est ce qu'il nous propose de découvrir dans ce livre.

  • J'en ai tellement vu Nouv.

    J'en ai tellement vu

    Christian Jacob

    Ce que j'ai appris du pouvoir.
    Les politiques, il les connaît tous ! Qu'ils soient ministres ou parlementaires, Christian Jacob les côtoie depuis des années. Il apprécie leurs qualités mais n'ignore pas leurs défauts. À la différence de beaucoup, qui exploitent les faiblesses des autres pour servir leur propre ambition, lui préfère valoriser les atouts de chacun, en composant avec le reste. Si bien qu'on le juge souvent trop conciliant. " On aura besoin de tout le monde ", expliquet-il inlassablement. Mais il sait aussi taper sur les opposants et est alors décrit comme sectaire et agressif. En réalité, il n'est ni l'un ni l'autre. Il remplit simplement son rôle sur l'échiquier politique.Ministre créatif - il a inventé la Paje (Prestation d'accueil du jeune enfant) -, proactif quand il s'agit de libérer la création d'entreprise, négociateur avisé - il en a fait la preuve à la Fonction publique -, il est également protecteur et bienveillant avec les députés de son groupe à l'Assemblée et sait rester solide lorsque son parti souffre. S'il revient aujourd'hui sur son parcours atypique dans les méandres du pouvoir, en livrant, avec une franchise et un humour inattendus, quelques portraits pas tendres et nombre d'anecdotes pimentées, ce n'est pas pour vanter ses mérites personnels, mais pour tirer les leçons d'une expérience unique afin de porter sa famille à la victoire.

  • - 44%

    Ce livre est le premier de la collection Vérités & Légendes consacré à l'histoire immédiate et à l'actualité. A un an de l'élection présidentielle, rendez-vous politique majeur sous la Vème République, il dresse le bilan du mandat d'Emmanuel Macron, et à travers son action, le portrait du premier des Français.L'ovni du " nouveau monde " Macron a-t-il réussi son pari ? Est-il un réformateur authentique ? Un écologiste d'opportunité ? S'est-il mis à dos élus et syndicats ? Les " gilets jaunes " l'ont-ils changé ? Sa politique étrangère est-elle différente ? Est-il responsable de l'ampleur prise par l' " affaire Benalla " ? Brigitte Macron est-elle sa première conseillère ? Son talon d'Achille est-il sa fidélité à ses équipes ? Entretient-il une relation de confiance avec ses premiers ministres ? Méprise-t-il la presse ? Derrière la fonction, qui est l'homme : un caméléon arrogant, un volontariste empressé ? Telles sont les questions auxquelles répond ce
    Macron.

  • Mai 68. Sous les pavés, le gauchisme.En à peine quelques semaines, ce courant politique devient le porte-parole de la jeunesse et partant de toute une génération. Sous cette bannière se rassemblent les mouvances anarchiste, maoïste et trotskyste, divisées en de multiples groupes qui émergent à la fin des années 1960 (Gauche prolétarienne, Ligue communiste, ORA, OCI, PCMLF...). Mais derrière ce gauchisme politique se déploie aussi tout un gauchisme culturel, avide de secouer le vieux monde et de changer la vie. Que reste-t-il aujourd'hui dans notre société de cette force politique et de ces aspirations libertaires ?
    Dans cette synthèse historique totalement inédite, Philippe Buton répond à cette question et à bien d'autres avec une grande clarté. Retraçant l'aventure du gauchisme, il montre que ce mouvement a certes été uni, notamment autour d'une croyance en une révolution proche et radicale, mais aussi profondément divisé par une multitude de querelles. Il expose également qu'après le " printemps rouge et noir ", ce courant est brusquement devenu une réalité tangible que des acteurs traditionnels - la police, l'armée et la gauche parlementaire particulièrement - ont eu bien du mal à prendre en compte. Enfin, il établit que les gauchistes ont été à la pointe de nombreux combats sociaux qui nous animent encore aujourd'hui, notamment la défense des droits des femmes et l'émergence de la conscience écologique. En revenant sur les évolutions politiques du mouvement gauchiste mais aussi sur ses conséquences culturelles et sociales, Philippe Buton dépeint avec brio la France d'une jeunesse bouillante et militante qui, pendant près de dix ans, a cru en l'avènement d'un monde nouveau.

  • Dix histoires d'amour et de pouvoir aux coeur des grands événements de l'Histoire contemporaine.
    Aujourd'hui tombées dans l'oubli, les vies de Virginia de Castiglione, Sophie Dosne, Marguerite Baldensperger ou encore Thérèse Pereyra sont pourtant indissociables des destins de Napoléon III, Adolphe Thiers, Georges Clemenceau et Léon Blum. Elles ont été les amies, les conseillères, mais surtout les bien-aimées et les amantes de ces grands hommes.
    Dans cet ouvrage original, Robert Schneider retrace d'une plume enlevée le destin de dix femmes de l'ombre qui, à une époque où le deuxième sexe ne jouait aucun rôle dans la vie publique, se sont révélées indispensables. Elles ont été de tous les combats de leur amant : pions sur l'échiquier diplomatique, comme la comtesse Marie Walewska, poussée par le gouvernement polonais dans le lit de Napoléon Ier ; amours interdites, telle Jeanne Bibesco, la prieure du carmel d'Alger, qui fit du vieil et austère anticlérical Émile Combes un amoureux transi ; ou encore appuis politiques, à l'image de Berthe Cerny, la " petite sioux " d'Aristide Briand qui transforma ce dernier de la tête aux pieds et l'aida à devenir président du Conseil.
    De l'épopée napoléonienne à la Seconde Guerre mondiale, Robert Schneider éclaire d'un jour nouveau la vie de dix femmes qui ont été au coeur du pouvoir et ont pris part à l'écriture du roman national.

  • Macron-Le Pen : le tango des fossoyeurs Nouv.

    Elle s'est dédiabolisée. Il a musclé son discours. Certains, au RN, jugent qu'elle n'est plus assez à droite. D'autres, à LREM, trouvent qu'il boite de la jambre gauche. Elle compte sur le passif de son adversaire pour prendre sa revanche. Il parie sur le " front républicain " pour l'emporter une nouvelle fois.
    Entre les deux, une droite et une gauche déchirées, désorientées, prises en tenaille, dont ils voudraient se partager les lambeaux.
    Tout au long du quinquennat, les finalistes de 2017 n'ont cessé de se toiser, de s'affronter à distance, parfois de s'accorder, en un long round d'observation. À la présidentielle de 2022, nul ne voit ce qui pourrait les empêcher de se retrouver à nouveau face à face, malgré la résistance de la droite et de la gauche...
    Du mouvement des Gilets jaunes à la crise sanitaire, cet ouvrage révèle comment Emmanuel Macron et Marine Le Pen, qui se sont choisis pour partenaires de tango, veulent s'imposer au pays dans un nouvel affrontement... au risque de chuter au moindre faux pas.

  • Xavier Bertrand, l'obstiné Nouv.

    Xavier Bertrand, l'obstiné

    Ian Hamel

    • Archipel
    • 23 September 2021

    Qui aurait imaginé, il y a encore cinq ans, que Xavier Bertrand pourrait être un candidat sérieux à l'élections présidentielle de 2022 ? Et pourtant ! Du conseil général de l'Aisne à son récent départ des Républicains, parcours hors norme d'un candidat aussi opiniâtre qu'atypique, qui n'a jamais hésité à lâcher ses mentors pour satisfaire son ambition.
    Qui l'avait vu venir ? Qui voulait y croire ? L'assureur de Flavyle- Martel ne payait pas de mine. Malgré un parcours hors des clous, loin de l'Ena, Xavier Bertrand a gravi un à un les échelons jusqu'à être, aujourd'hui, un candidat crédible dans la course à l'Élysée. Pour peu que ses amis Laurent Wauquiez ou Valérie Pécresse ne lui savonnent pas la planche.
    Tout commence en 1998, avec son élection au conseil général de l'Aisne. Sept ans plus tard, le voilà ministre de la Santé de Jacques Chirac, et bientôt secrétaire général de l'UMP. Très vite, il choisit de jouer cavalier seul. En 2012, sans états d'âme, il lâche son mentor, Nicolas Sarkozy. Cinq ans plus tard, après la déroute de son camp, il quitte Les Républicains. Et aujourd'hui, le " Petit Chose ", président reconduit des Hauts-de-France, apparaît comme le plus rassembleur à droite, fier d'avoir " desserré pour les briser les mâchoires du Front national ", son " seul et unique ennemi ". Au point de contraindre le président Macron à voter pour lui aux régionales...
    Sur sa personnalité, les avis divergent. Jovial et abordable pour les uns ; brutal et sournois selon d'autres. Pour démasquer ce faux gentil, Ian Hamel s'est tourné vers les hommes politiques, mais aussi vers ses proches, frères du Grand Orient et copains du Club 33 de Saint-Quentin. Tous soulignent son intelligence tactique et sa capacité à résister aux coups. Qualités d'un candidat aussi opiniâtre qu'atypique, avec lequel il faudra forcément compter.

  • L'égalité c'est bien, le vote c'est mieux ! En France, le femmes n'en obtiennent le droit qu'en 1944 ! Loin derrière d'autres pays, et après un siècle de combats. C'est cette révolution que raconte avec brio la grande spécialiste du féminisme hexagonal. Un livre à offrir un certain 8 mars...
    Les femmes, en France, n'ont pas reçu le droit de vote des mains d'un homme enfin éveillé et attentif à l'injustice de leur sort. Elles l'ont gagné de haute lutte après cent ans de revendications. Elles l'ont arraché au législateur. L'ordonnance promulguée en 1944 a été l'aboutissement d'un mouvement sans cesse recommencé de contestation initié au milieu du xixe siècle.
    C'est l'histoire de cette ère de débats et de combats que dresse ici, d'une plume ardente et vivante, Anne-Sarah Moalic, la spécialiste incontestée de cette question cruciale qui constitue aussi bien une épopée militante. Loin des images d'Épinal, recourant aux faits, aux portraits, aux archives, reprenant argument contre argument ce long cheminement, ce livre montre comment, face aux défenseurs d'un ordre inique assignant les femmes à un rôle secondaire, les pionnières de l'équité politique ont peu à peu structuré la conscience du féminisme.
    Passer derrière l'isoloir, glisser un bulletin dans l'urne, émarger les listes électorales : ces gestes devenus communs à toutes et à tous condensent une mémoire active qui détermine encore aujourd'hui la recherche de l'égalité réelle entre les sexes.
    Une lecture passionnante et tonifiante.

  • Les kamikazes

    Bruno Dive

    Tour d'horizon des kamikazes de la République.
    Ils veulent le pouvoir, tout le pouvoir, rien que le pouvoir. Savourer l'ivresse des meetings et des bains de foule. Toucher ce Graal forgé par le général de Gaulle : la rencontre d'un homme et d'un peuple.
    Il faut pourtant être un vrai kamikaze pour convoiter ce poste. Des ennuis en cascade, toujours plus d'urgences, des critiques de toutes parts... À plus forte raison quand séviront sur notre économie les effets dévastateurs de l'interminable crise du Covid.
    Qu'est-ce qui fait donc courir tant de femmes et d'hommes vers cette " prison dorée " qu'est l'Élysée ? Le cas d'Emmanuel Macron, auteur en 2017 d'un hold-up aussi parfait qu'inattendu, donne-t-il à tous les ambitieux l'illusion qu'ils ont leur chance ?
    Bruno Dive a portraituré les treize têtes brûlées prêtes à fondre en piqué sur le palais. Sans oublier ceux qui guettent le " trou de souris " par où, qui sait, se faufiler. Mais un seul goûtera au nirvana élyséen en mai 2022. À ses risques et périls...

  • Les 155 jours de Marine Le Pen Nouv.

    Mardi 21 juin 2022, 11 h 30, palais de l'Élysée. Marine Le Pen a rendez-vous avec le président Macron. Et plus encore avec l'Histoire. La fille du fondateur du Front national, gagnante des élections législatives, va devenir Première ministre.
    Ce récit retrace l'histoire de la quatrième cohabitation de la Ve République.

empty