Ella Éditions


  • Novembre 1741, sur les quais de Nantes.


    - Simon Levrault, chirurgien ? Il lut jusqu'au bout, sans se presser, le document que je venais de lui remettre de la part des négociants armateurs Trottignon & Lecourbe : c'était le contrat de mon engagement comme chirurgien sur la Marie-Amélie.


    - Qu'est-ce que vous connaissez aux nègres ?


    - Je n'en ai pas encore examiné, je n'en ai même jamais vu ! Mais j'ai appris à palper les corps, j'ai étudié l'anatomie et la pharmacopée classique. J'ai exercé comme chirurgien ambulant. Je suis capable de soigner des nègres, dans la mesure du possible évidemment.
    />

    À la fois implacable et bouleversant ce nouveau roman d'Olivier Cojan nous entraîne sur les routes du commerce triangulaire au XVIIIe siècle. À travers le récit mélancolique de Simon Levrault, l'auteur poursuit sa quête d'humanité et s'interroge sur les liens intimes que nous entretenons tous avec la lâcheté et, parfois, avec l'audace et le courage.

  • Efface

    Dominique Durand

    Tout est question de décision dans la vie. On en prend mille par jour, souvent sans importance. Mais parfois, il suffit d'une seule pour que tout bascule.
    Une simple lettre, reçue dans ma boîte aux lettres. Je n'aurais pas dû l'ouvrir, mais voilà, la curiosité nous pousse à faire des choses que l'on regrette parfois. Tout a commencé par ce rendez-vous mystérieux dans une abbaye, puis par mon retour à la maison pour m'apercevoir qu'elle était occupée par des inconnus.
    Tout s'est compliqué quand mes amis, mes parents, m'ont délibérément renié. Heureusement, la providence vient parfois à notre secours. Pour moi, elle eut les traits de Jenny, une journaliste qui accepta de mener le combat avec moi.
    Je m'appelle Martin, Martin Grangier, et à cause d'une décision, lourde de conséquences, je suis aujourd'hui un homme seul, sans identité, sans passé, sans histoire, car ce samedi 20 juillet 2019, on m'a effacé...

  • "Hélène regarde le marronnier au centre de la cour. Le vent agite ses feuilles qui bruissent en cadence. Elle se laisse bercer par cette musique que les autres ne semblent pas entendre. A ses pieds, une pierre abritant une fourmilière. Les petits êtres s'activent avec frénésie, dans quel but ? Hélène ne sait pas, elle se doute bien qu'il y a une raison à cela même si elle ne la comprend pas. Elle devine qu'ils doivent faire vite et bien, leur survie en dépend". "Samedi matin, pas un bruit dans la maison. C'est d'un pas feutré qu'Hélène avance et emprunte l'escalier. Le jour vient à peine de se lever, une lumière diffuse se fraie un chemin à travers les volets roulants mal jointés du salon. Bientôt, les effluves de la brioche grillée et du chocolat chaud envahissent le rez-de-chaussée. La nuit n'a pas été bonne, comme beaucoup l'ayant précédée. Des images se sont immiscées dans ses rêves d'enfant, mais Hélène ne peut pas en parler. Ce phénomène lui fait peur, alors elle a choisi de se taire".


  • À l'instant où Richard décide d'effectuer un demi-tour, le moteur de l'hydravion commence à hoqueter avec des explosions intermittentes. La vitesse diminue dangereusement.


    - Que se passe-t-il, bon sang ? Ça cafouille complètement !


    L'échappement évacue une fumée épaisse. Des témoins d'alarme clignotent sur le tableau de bord. Pour revenir face au vent, le pilote amorce un demi-tour. Les gouvernes tirées à mort, le zinc tombe de côté vers la barrière de corail blanche d'écume où d'énormes rouleaux brisent.


    - Pas ici ! Non, pas ici !


    Dans son casque, il entend la voix du responsable de la tour de contrôle lui demander quelles sont ses intentions. Son coeur s'emballe, une bouffée de chaleur s'empare de ses épaules et de son cou. Il reprend sa respiration puis répond :


    - Perte de puissance, je dois amerrir en urgence !


    Franck, journaliste, n'est pas insensible aux charmes de Maréva, océanologue qui étudie le dauphine Jean-Louis en Bretagne. Aussi, lorsque Maréva apprend la disparition de son père adoptif, Richard, Franck accompagne Maréva en Polynésie, et ensemble ils vont mener l' enquête. Très vite, il apparait que la disparition de l'avion n'était pas un accident. Un roman d'aventure dépaysant, plein de fraîcheur, une grande et belle évasion !

  • Clara, la trentaine épanouie, mène une vie bien rangée entre ses fonctions de radiologue à l'hôpital de Ploërmel et un quotidien très ordinaire près de sa mère domiciliée dans le petit village de Paimpont. Ce jeudi 24 mai 2012, quand son grand-père et confident, un ingénieur civil à la retraite, disparaît mystérieusement, elle est loin d'imaginer l'incroyable épreuve qui l'attend.
    Son expérience inattendue, traumatisante, va l'amener à entreprendre une bien étrange quête : retrouver à tout prix un curieux et excentrique aristocrate franco-américain, brillant physicien du projet Rainbow. Clara n'aurait jamais dû descendre une ultime fois dans l'atelier désert de son aïeul. Elle n'aurait pas dû presser l'interrupteur clignotant, aguicheur, de la curieuse machine trônant en son centre. Mais il est trop tard...
    On devrait toujours se méfier de ce qu'on ne connaît pas...

  • Invitée d'honneur d'une manifestation écologiste à Portland, bien que n'aimant guère les mondanités, Esther, jeune militante de La Ligue Verte accepte de s'y rendre. Elle souhaite ainsi remercier ceux qui lui font confiance.
    Quand le commando lourdement armé pénètre dans la salle au beau milieu de son intervention, Esther devine le piège qui vient de se refermer sur elle. Elle va payer pour ce qu'elle a commis dix ans plus tôt sur le site de l'Harp, en Alaska. Emprisonnée dans un cachot sordide, privée de lumière, privée de tout contact et affaiblie, elle n'est plus la fière guerrière d'antan. Le colonel Powel tient sa vengeance.
    Il ignore qu'à Nantes, de l'autre côté de l'Atlantique, une fillette de dix ans se prépare à porter secours à Esther. Il ignore que l'enfant porte dans ses gènes le secret d'une légende millénaire, un secret préservé par la plus ancienne tribu amazonienne que la Terre ait portée.
    Parce qu'elle s'appelait Alizéa,
    Parce qu'elle est la fille d'Esther, la petite soeur du vent.

  • William et Mary Perkins, un couple d'Américains sans histoire, et leur fille Allison, une adolescente un peu rebelle, quittent la Floride pour se rendre vers leur destination de vacances, le prestigieux parc national des Great Smoky Mountains. Alors que leur Chevrolet traverse paisiblement la Géorgie, la route 1-75 d'Atlanta disparaît soudainement et tous trois se retrouvent piégés sur une voie désaffectée, suspendue au coeur d'un désert brûlant.
    Tout en poursuivant leur quête d'explications rationnelles, ils vont devoir s'unir et lutter de toutes leurs forces pour survivre sur ce mystérieux territoire inconnu, où le danger guette à chaque instant. William, Mary et Allison ne pouvaient imaginer que leur présence insolite sur ce site tenu secret constituait le prélude du plus fou, du plus pharaonique, du plus extraordinaire projet jamais envisagé par les hommes...

  • La fille du fenua

    Sandrine Guinot

    Tiédeur moite, brise légère, presque rien. Il est six heures et quart, rue des Ecoles. Le trottoir est vide. Soudain, une porte claque dans le silence du petit matin. Ici, pas d'écoliers, pas d'écoles non plus, rue des Ecoles, juste une fillette et sa mère en ligne de mire sur le béton. Elles marchent. Au bout de la rue, des éclats de voix et de verre. Les cris proviennent de l'immeuble. Des marginaux s'y rassemblent. Une ombre s'engouffre sous le porche. Elle va finir sa nuit à l'abri. Itebela Vahinueta quitte Papeete.

  • Jeune prêtre, Séverin est envoyé en 1865 dans un petit village de Vendée. Lui qui n'a connu que la ville peine à comprendre ses ouailles, son caractère plus qu'intransigeant ne facilite guère son intégration. Pourtant, malgré tout ce qui les oppose, Séverin est intrigué par Louise, « la rebouteuse » aussi active au coeur de la communauté que prompte à la réplique.

  • Négligences

    Richard Gougis


    Au coeur du printemps, le Languedoc devient la terre de meurtres rituels étranges. Tous sont commis en de hauts lieux touristiques, de Montpellier à Nîmes. Les victimes ont la moitié gauche du corps suppliciée, l'autre reste totalement intacte. Quel est ce nombre mystérieux tatoué sur leur cuisse droite ? Que signifie le marquage au fer sur leur peau ? Est-ce réellement le symbole d'une divinité des Enfers ? Pourquoi, entre Beauce et Sologne, Anna reçoit un courrier qui fait vaciller jusqu'aux origines de son existence ?
    Le capitaine Fournier est chargé de l'enquête pendant que son supérieur, Félix Célestini, se refait une santé. Fournier croise à nouveau la route du lieutenant Malouni, dès lors que l'intrigue étire sa toile diabolique d'Orléans à Chartres. Les pistes vont entraîner Anna et les deux policiers jusqu'en Pologne et au Brésil pour une plongée dangereuse à travers les réveils obscures de l'Histoire.

  • Mila

    Dominique Durand

    Ce matin du 5 mars 2015, j'émergeais d'une longue année de coma à l'hôpital Percy Clamart et prenais connaissance du diagnostic : l'accident avait provoqué une perte totale de ma mémoire. Ce matin du 5 mars 2015, je serrais dans mes bras ma propre fille Camille en réalisant qu'elle n'était pour moi qu'une parfaite inconnue. Pour me reconstruire, je devais reprendre une vie normale, suivre un traitement adapté. Mais rien ne s'est passé comme prévu. Sans doute aurais-je dû me méfier ? Comment aurais-je pu imaginer l'extraordinaire aventure que je venais de vivre des côtes australes jusqu'aux terres gelées du grand continent blanc ? Qui était celle qui m'attendait quelque part, cloîtrée dans une geôle, prisonnière de syndromes encore plus puissants que les miens. De ma mémoire chancelante émergeait une seule certitude : je devais la retrouver pour connaître l'incroyable vérité, celle que l'on tentait de nous dissimuler.

  • Entre océan, Marais, Plaines, forêts et bocages. Dessinant ses arabesques entre l'île de Noirmoutier et l'île d'Yeu, soufflant ses brumes mystérieuses sur nos plaines et au sein de notre bocage, flamboyant au coeur de nos marais et scintillant dans l'écume de l'atlantique... voici la symphonie féérique orchestrée par quarante écrivains au talent immense.

  • Le Canadien

    Pierre Yborra


    Je me dépêchais, il était onze heures trente, j'avais rendez-vous avec Marceline au Tantonville. Nous avions décidé de nous retrouver ici après les épreuves de mon permis de conduire. Je l'avais eu du premier coup. Ce n'était pas difficile, dans les années quarante-cinquante, à moins de noyer l'inspecteur en faisant choir la voiture dans le port, l'examen était une formalité. Mais je me devais de l'avoir brillamment pour plaire un peu plus à ma chérie... Il ne faut pas oublier que c'est elle qui casquait. Bref, je l'eus. J'avais demandé, pour le coup, ma journée au père Martinez. Il avait accepté. Il n'était pas chien, mon patron, quand nos suppliques avaient un goût de vérité. J'avais délaissé mon scooter pour ce jour important... J'étais venu par le tram pour ne pas être encombré et être à l'heure, devant la terrasse de l'établissement des gueules noires, sur les quais...

    « Quel plaisir de lire ce nouveau roman de Pierre Yborra, quelle plume ! On apprend plein de mots d'argot, on pense souvent à Audiard... Et cet Antoine, quel personnage ! »


  • L'archet courait sur les cordes qui brillaient étrangement à la lumière des chandeliers. Les bourgeois, après avoir valsé, se laissaient aller à de folles gigues sur les mélodies envoûtantes. Le musicien avait frappé à la porte en remplacement du violoniste prévu le soir chez une riche veuve. La maîtresse de maison l'avait tout de suite adoré : il était si jeune et si beau avec ses grands yeux noirs et son sourire tendre. Personne à présent ne regrettait sa décision : la voix du garçon était magnifique, et ses airs plus encore.

    Renvoyé au Pays Gris, Ganconer doit affronter ses démons. L'amitié d'Elion, prince de Féerie, suffira-t-elle à contenir son étrange pouvoir et la violence qu'il recèle ?
    Des fumeries d'opium au coeur de Londres aux camps de l'horreur, le deuxième tome de cette trilogie semi-graphique nous emporte une nouvelle fois à la croisée des Mondes Invisibles.

  • La Promesse

    Sandrine Bethencourt

    « La Promesse » raconte l'enquête d'Elise, à la recherche du passé de son père. Était-il un officier SS ? Était-il un bourreau ? Était-il un proche collaborateur de Klaus Barbie ? Pourquoi s'est-il suicidé lors du procès du meurtrier de Jean Moulin ? Sous cet angle très intelligent d'enquête à suspense, Sandrine Béthencourt aborde un drame de notre époque avec une justesse parfaite.

  • Teddy est un jeune garçon de la ville. Il n'aime pas les vacances en Vendée et n'aime pas vraiment les filles... Teddy n'a pas peur des sorcières puisqu'elles n'existent pas. Ni des fantômes, puisqu'ils n'existent pas. Ni de souris (enfin, ça dépend). Mais lorsqu'il rencontre Laure et qu'ils se lancent à la poursuite de la vieille Michelle, tout cela va changer ! Voici une belle histoire d'amitié et une aventure menée tambour battant. Les jeunes lecteurs de 8 ans et plus vont adorer. Mais sont-ils prêts à frissonner avec Laure et Teddy avant de découvrir un véritable trésor ?

  • Sarcophages

    Richard Gougis

    À la suite d'un véritable déluge sur le Languedoc, les rivières en crue charrient des sarcophages flottants remplis de corps momifiés selon les rites de l'Égypte antique. Pourquoi ces victimes, que le commandant Célestini n'avait jamais retrouvées, réapparaissent-elles maintenant ? Au même instant, en Lozère, le lieutenant Malouni se lance sur la piste d'enfants disparus. Il ne sait pas que Wolgang Zimmer, le tortionnaire nazi, rôde de nouveau dans les parages.
    Épaulés par Stéphane Fournier, les deux enquêteurs vont devoir descendre très profondément dans l'histoire carcérale de la région et dans leurs peurs les plus intimes.

  • Jacinthe et Stevlan se sont aimés à la folie. Mais la prison les a séparés et le gitan est encore sous les verrous lorsqu'on lui révèle que Jacinthe a un enfant. Un enfant qui lui ressemble. Alors il s'évade, pour retrouver Jacinthe et connaître « son fils ». Julie, elle, s'inquiète de ne pas savoir ce qu'est devenu son petit frère, Joël. Elle le cherche partout, dans les hôpitaux psychiatriques en Vendée, puis jusqu'à Nantes et encore Bordeaux. Par hasard, Stevlan et Joël se sont croisés autrefois, en prison. Par hasard aussi, Jacinthe et Julie se sont liées. Les recherches de Julie et Stevlan se mêlent bientôt, tissent un nouveau chemin... Ce quatrième roman d'Armande Burneau est bouleversant, il raconte les histoires de femmes et d'hommes cabossés par la vie, il raconte des vies malmenées, mais aussi des histoires d'amours que l'on n'imagine pas. Et pourtant elles existent, sous nos yeux, tout près de chez nous.

  • Extrait : À Rachid Taha, [...] « Tékitoi » ? Dandy tragique, tu mêles les musiques et les générations, tu traverses l'espace et le temps en harponnant mes entrailles avec ta voix ténébreuse. Ton énergie désespérée me bouleverse, quelques phrases et des regards croisés m'emportent sur un océan au-delà du visible. Des mots jaillissent en moi : « Dis à l'enfant que tu tiens par la main qu'il a le droit de transformer sa colère en liberté ».

  • Une fois la barrière refermée, le monde nous appartient. Je m'engage dans le chemin aux Loups, où personne ne va jamais. D'abord lentement, au rythme de la promenade. Je fais durer le plaisir. Il sait bien, Lilo, où je veux en venir. Je l'entends gargouiller d'impatience. Puis, quand le chemin amorce sa pente qui mène au bas de la colline, je pousse la voiture de plus en plus vite, et notre course prend l'allure d'une fuite éperdue. Sur notre ligne de crête, semblables à des funambules, nous formons un curieux tandem. Et il rit, Lilo, il rit à n'en plus pouvoir.

  • Parfait

    Juliette Chaux-Mazé

    Imaginez un monde dans lequel vous êtes en droit de tout choisir : le tempérament exact de vos animaux de compagnie aussi bien que les dimensions de vos arbres et de vos fleurs. Imaginez que vous pouvez changer instantanément la couleur de votre robe. Mais aussi tout choisir de votre enfant : la couleur de ses yeux, celle de sa peau, ses capacités physiques et intellectuelles. Et si vous changez d'avis... Aucun souci. Vous n'avez qu'à l'échanger. Vous avez droit à trois essais. Imaginez comme ce monde est parfait. Le jeune Akhim a déjà expérimenté cette société de l'apparence. Il a aussi appréhendé son revers : cet « en dessous » dont personne ne parle en surface. Au fil des années et des rencontres, il va prendre conscience qu'il n'existe qu'une seule issue : agir. Pour la liberté, pour la justice, pour la paix.

  • Exceptionnels

    Oceane Begassat

    En 2300, les jeunes garçons sont envoyés dans des centres d'éducation très spéciaux : ils vont apprendre à dresser les filles, par tous les moyens. L'avenir de l'humanité en dépend. Que dire de plus ? Ce premier roman, dans lequel une étoile scintille au coeur la noirceur humaine, dévoile un jeune talent très prometteur.

  • En 1914, Thérèse a 9 ans. Elle est probablement inquiète de voir son père partir à la guerre. Son frère Roland n'a que deux ans. Leur père, Eusèbe Badufle, demande à sa fille d'accomplir plusieurs missions. Elle doit garder toutes les cartes qu'il va envoyer. Elle doit les lire à son frère et lui parler de son père pour qu'il sache qu'il existe et qu'il ne l'oublie pas. Elle devra également prendre soin des souvenirs des années passées à la guerre, c'est-à-dire des objets de l'artisanat des tranchées. Eusèbe attend également des réponses à ses correspondances. Thérèse avait donc de lourdes responsabilités. Elle a d'ailleurs respecté ses engagements bien au-delà de 1918.

  • Ce nouveau livre d'Olivier Cojan est très émouvant. Il restitue l'histoire d'une famille entraînée dans les tourbillons monstrueux des deux guerres qui ont ravagé l'Europe au XXe siècle. Le récit de ces vies malmenées et bouleversées nous révèle aussi toute la force de l'amour, de la fraternité et de l'humanité dont ces gens ordinaires ont pu être capables. Loin du Roman national, les souffrances et les petits bonheurs des humbles et des gens de peu sont toujours la matière vive de notre Histoire. Il ne faut jamais cesser de le répéter...

empty