Romance

  • A l'image d'Aïda, femme devenue libre et rebelle, Maïssa Bey, une fois encore dans un récit en fragments, abrupt, déchirant et malgré tout nimbé de poésie, exprime son refus d'obtempérer face aux diktats religieux ou étatiques qui prônent un pardon sans justice. » Christine Rousseau, Le Monde

  • Transport

    Yves Flank

    « Mon amour, mon amour, ô mon amour, maintenant je crie en plein visage. Vas-tu pleurer, vas-tu revenir, délaisser tes ombres et me sourire, répondre à cette attente infernale, m'empêcher de sombrer de trop de solitude ? Je voudrais lacérer ton épaule, cracher un venin verdâtre, t'anéantir de mes pensées, souffler sur ma douleur, t'aimer intensément. Tu entends, tu entends ? »

    Sur le trajet vers l'inéluctable, se croisent les pensées de l'homme brun et de la femme rousse.
    Avec l'homme brun, on entend, voit, sent tout ce qui se passe dans le wagon. Avec la femme rousse, on partage la passion amoureuse qu'elle chante dans sa tête, le grand amour qu'elle appelle à son secours.

    Dans ce premier roman oscillant entre rêve et réalité, Yves Flank choisit de faire revivre ses grands-mères sous les traits d'une femme amoureuse.

    Yves Flank est né à Paris en 1949. Il vit dans un petit village de la région de Montpellier.

    Après avoir longtemps été ingénieur, il est devenu comédien.
    Transport est son premier roman.

  • Pour son premier livre, Marie Berne a composé une histoire d'amour : elle raconte l'aventure impossible d'une pieuvre éprise d'un homme exceptionnel, scientifique et artiste, dont l'identité, si elle reste dissimulée, transparaît peu à peu.
    Au fil d'un décompte terrible, le céphalopode se souvient et cherche son amant (et son nom), afin de lui donner l'ultime baiser amoureux, mortel.
    Nous voilà pris dans les tentacules d'un récit qui nous attache à la bête, nous immergeant dans un récit liquide d'où coule la biographie fragmentée d'un homme qui passa sa vie à poursuivre le rêve fou de filmer les êtres des profondeurs.
    Mais c'est aussi l'aventure littéraire d'une oeuvre qui raconte une autre oeuvre, en une sorte de mimétisme poétique rare. Un livre aqueux et saisissant sur l'animalité.

    Après un brillant parcours universitaire, Marie Berne s'est tournée vers le monde du goût en mettant ses connaissances dans le domaine du thé, du vin et des plantes rares au service de producteurs. Chercheuse et enseignante de littérature et de langues pendant plusieurs années en Amérique, en Asie et en Angleterre, elle a publié une étude originale, Eloge de l'idiotie, sur quelques narrateurs idiots.
    Elle vit entre Londres et Paris.
    Le grand amour de la pieuvre est son premier roman.

  • Coeurs silencieux

    Anne Brécart

    Quarante ans après un premier amour clandestin, Hanna retourne dans la région de son adolescence, y retrouve le génie du lieu mais aussi ce même trouble auprès de l'homme qu'elle avait aimé très jeune fille. La présence du lac et de la forêt, l'humidité qui envahit tout, l'odeur de la terre, la force du vent traversent le roman avec une puissance qui s'apparente à celle du désir.

    Les souvenirs d'enfance d'Hanna, de ses premières années passées dans la grande maison, remontent avec naturel. Mais dans ce lieu encore imprégné du passé, les préjugés à l'égard des sentiments qu'elle éprouve pour Jacob rejaillissent avec la même dureté que jadis.

    Coeurs silencieux raconte la renaissance d'une femme, une reconquête de l'amour et du désir.

empty