Piranha

  • L'année 1913 est l'apogée du XXe siècle tout juste né : tout semble encore possible, ouvert et, en même temps, la lueur du déclin est déjà perceptible. Pour les peintres, les écrivains, les musiciens, il est évident que l'humanité a déjà perdu son innocence. À Paris comme à Londres, à Vienne comme à Berlin ou encore à Trieste ou Venise, les artistes agissent comme si il n'y avait pas de lendemain. Proust s'engage dans la recherche du temps perdu ; dans le hall d'un hôtel, Rilke et Freud débattent de la beauté et de la fugacité et, pendant que Stravinsky célèbre le sacre du printemps, à Munich, un barbouilleur de tableaux autrichien nommé Adolf Hitler vend des vues urbaines pittoresques. Duchamp fixe une roue de bicyclette sur un tabouret et Matisse apporte à Picasso un bouquet de fleurs. Armstrong apprend à jouer de la trompette. La petite boutique de chapeaux de Coco Chanel se développe et, en décembre, Malevitch peint un carré noir.

    Avec brio et sensibilité, Florian Illies dresse le portrait fascinant d'une année exceptionnelle.

  • Black-out

    Marc Elsberg

    Et si le monde que nous connaissons, dépendant de l'électricité et des nouvelles technologies, était sur le point de disparaître ?

    Par une froide soirée d'hiver, les lumières de Milan s'éteignent. Puis c'est au tour de la Suède, de l'Allemagne, de la France... : partout en Europe, le réseau électrique est en train de lâcher. Menace terroriste ou défaillance technique ? Tandis que l'Europe s'enfonce dans l'obscurité et cède à la panique, plusieurs centrales nucléaires menacent la vie de million d'êtres humains. Une véritable course contre la montre commence alors pour Manzano, ex-hacker italien, croit savoir qui est responsable et cherche désespérément à en informer les autorités.
    Thriller européen brillamment mené, Black-out plonge le lecteur dans une réalité qui pourrait être demain la nôtre.

  • Butcher's Crossing

    John Williams

    • Piranha
    • 6 October 2016

    Dans les années 1870, persuadé que seul un rapprochement avec la nature peut donner un sens à sa vie, le jeune Will décide de quitter le confort d'Harvard pour tenter la grande aventure dans l'Ouest sauvage. Parvenu à Butcher's Crossing, une bourgade du Kansas, il se lie d'amitié avec un chasseur qui lui confie son secret: il est le seul à savoir où se trouve un des derniers troupeaux de bisons, caché dans une vallée inexplorée des montagnes du Colorado. Will accepte de participer à l'expédition, convaincu de toucher au but de sa quête. Le lent voyage, semé d'embûches, est éprouvant et périlleux mais la vallée ressemble effectivement à un paradis plein de promesses. Originaire du Texas, John Williams (1922-1994) est l'auteur de deux recueils de poésie et de trois romans fascinants : Butcher's Crossing, Stoner et Augustus, couronné du National Book Award. Tombée dans l'oubli pendant presque quarante ans, son oeuvre romanesque a été redécouverte dans les années 2000 grâce à la New York Review of Books aux États-Unis et à Anna Gavalda en France. Depuis, Butcher's Crossing a été traduit dans une quinzaine de langues.

  • 1985. Cyprien Minier-Bartho, médecin urgentiste, reprend le cabinet d'un médecin de campagne mort prématurément. Sa femme, infirmière, et lui s'installent dans une routine harassante, au fin fond de la province : visites à domicile, consultations au cabinet, urgences...2018. Cyprien Minier-Bartho, médecin généraliste atteint d'un cancer, refuse de se soigner et prépare sa sortie. Il fait sa dernière tournée la veille de Noël sur fond de fermeture d'usine et d'occupation de rond-point. La campagne se meurt, comme les vieux paysans ignorés du pouvoir central. À la fois résignés et résolus, ils n'ont qu'une peur, c'est d'abandonner leur terre et d'être emmenés finir leurs jours aux Guerrets. Le généraliste les comprend : il prendra soin d'eux jusqu'au bout... de ses forces... et des leurs.

    Patrick Cargnelutti vit à Carhaix. Passionné de musique, de littérature et de peinture, il s'intéresse à la politique et à l'écologie. Après de nombreux engagements associatifs, il cofonde (2013) le webzine littéraire Quatre Sans Quatre et crée l'émission de radio « Des polars et des notes ». Auteur de Peace and Death (Jigal Polar, 2017), lauréat du prix Dora-Suarez de la nouvelle 2017 pour « Amin » (Enfantillages, AO), son dernier roman noir, Succession, est paru chez Piranha en septembre 2020.

  • L'islamologue se trouve dans un champ de mines. D'un côté, grincement de dents : pas de doute, le Coran fait bien partie de notre histoire et il faut inclure ses savoirs historiques dans une réflexion commune. De l'autre : encore faut-il que les musulmans intégristes mais aussi les traditionnalistes l'acceptent et se soumettent à la loi commune de la république.Olivier Hanne raconte sa spécialité et son métier, qui d'expert en voie de disparition est revenu au coeur des connaissances décisives depuis les attentats de 2015. Il raconte ses rapports houleux avec les salafistes et autres croyants antirépublicains, et ses moments possibles avec la communauté musulmane. Il affronte le terrorisme islamique et défend ses convictions à l'épreuve des tragédies qui ensanglantent la France.

    Olivier Hanne est agrégé et docteur en Histoire. Islamologue, il est chercheur-associé à l'université d'Aix-Marseille et enseigne dans l'institution militaire.Auteur de nombreux essais, il a publié notamment chez Belin, L'Alcoran. Comment l'Europe a découvert le Coran(2019), et chez Bruno Giovangelli, Islam et radicalisation dans le monde du travail, avec Thierry Pouchol (2015).

  • Sous nos propres yeux notre société matérialiste, frappée de pestilence, s'est décomposée en quelques semaines. Ce que d'aucuns appellent d'un mot approprié le « darwino-capitalisme », ce pouvoir économique hostile aux faibles et impitoyable aux inutiles, a trouvé plus fort que lui.Cet essai n'est pas un livre de plus sur la pandémie mais sur ce que nous avons consenti à perdre. Et si la nouvelle peste affectait nos sensibilités et nos valeurs humanistes depuis longtemps ? Ce drame attente à notre vérité profonde, à notre dignité, et telle est bien la seule question qui vaille la peine d'être posée : sommes-nous restés humains ? À moins que dans le culte de la performance et son progressisme militant, le fanatisme propre aux utopies, nous ayons progressivement perdu notre humanité.

    Stéphane Toussaint est directeur de recherches au CNRS. Philosophe, spécialiste de la Renaissance italienne et historien de l'humanisme, il est l'auteur de La Liberté d'esprit (Les Belles Lettres, prix Idées Les Influences 2019).

  • Pour l'empêcher de fréquenter l'homme qu'elle aime, le père de Marie décide de l'envoyer aussi loin que possible de leur petit village de Frise orientale : à New York, chez ses deux frères. Avec pour seuls bagages son coeur brisé et la recette secrète de son gâteau au fromage blanc, elle débarque à Brooklyn en ce froid mois de novembre 1932, à la fois fascinée et terrifiée par ce qui l'entoure. Elle est bien loin de se douter de l'incroyable destin que lui réserve le Nouveau Monde.Des décennies plus tard, Rona, sa petite-nièce en plein revers professionnel et sentimental, vient lui rendre visite. Marie lui raconte son histoire et lui confie la recette du cheesecake qui doit changer sa vie.

  • Marconi en personne

    Gilles Moraton

    • Piranha
    • 8 April 2021

    Dans la « merveilleuse nation », on danse la valse dans une salle clandestine, on cache ses livres sous le plancher, et on rampe sur le faux plafond pour épier Marconi.Béla, le narrateur de ce roman à plusieurs temps, noue une relation avec Roxane, qui valse. Lorsqu'elle est arrêtée, ils savent qu'elle ne ressortira pas de prison, sinon morte. Mais pour quelle raison est-elle emprisonnée ? Parce qu'elle valse ou parce qu'elle vit dans un appartement duquel il est possible d'observer Marconi ? Avec humour, exploitant un style indirect très libre, l'auteur fait glisser nos repères comme ceux de Béla : dans la ville nouvelle, Marconi est-il un homme libre ou un leurre, placé là par le pouvoir pour maintenir vivant l'espoir d'un autre monde possible - et annihiler toute tentation de révolte ?

    Né sur la rive nord de la Méditerranée (Aude), Gilles Moraton, fils d'immigrés espagnols, a été garçon de café, maître d'hôtel, tailleur de vigne, vendangeur, vendeur d'encyclopédies, manutentionnaire de caisses d'huîtres, vendeur de vin des Corbières, avant de devenir bibliothécaire.Auteur de nouvelles, de romans (L'Anabase, Deyrolle, Elytis), de textes de théâtre (Ma main droite, éditions Théâtrales, 2006), il a écrit Trois heures trente à feu vif (avec Fabrice Combes, Gallimard, 2002).

  • Sept cents ans après la victoire d'Hitler, le Saint Empire germanique a soumis la moitié du monde à l'idéologie nazie. La nouvelle société, empreinte de mythologie et d'ignorance, repose sur une stricte hiérarchie : les chevaliers et les nazis en occupent le sommet, tandis que les étrangers servent de main d'oeuvre servile et les femmes, uniquement des tinées à la perpétuation de la race, sont réduites à l'état animal. Lorsqu'Alfred, mécanicien anglais en pèlerinage en Allemagne, est impliqué dans une rixe, il est conduit devant le chevalier von Hess, gouverneur du comté. Séduit par sa personnalité, von Hess ne tarde pas à lui révéler un secret qui le bouleverse. Mais la connaissance a un prix : celui du sang.Inconnue du public français, Katharine Burdekin (1896-1963) est l'une des rares écrivains britanniques à dénoncer, aux travers de romans d'anticipation, l'idéologie phallocrate de l'Angleterre des années 1930. Swastika Night, dont c'est ici la première traduction en français, fut publié en 1937 sous le pseudonyme de Murray Constantine. Peu après Le Meilleur des mondes d'Aldous Huxley et bien avant le célèbre 1984 de George Orwell, cette dystopie sur l'anéantissement de l'individu, aux accents féministes, demeure étrangement prémonitoire.

  • Jimfish

    Christopher Hope

    • Piranha
    • 2 March 2017

    Lorsque Jimfish fait son apparition dans un petit port d'Afrique du Sud, les autorités ont bien du mal à lui assigner une place dans la société en fonction de sa couleur, comme c'est encore la règle en 1984. Pour les uns, il est aussi blanc qu'une toile vierge, pour les autres, sa peau est rose clair ou couleur miel, voire bleue. Ce qui est sûr c'est qu'il n'est pas du « bon » blanc aux yeux du chef de la police qui en profite pour le traiter comme son esclave. Contraint à l'exil après avoir fauté avec la fille de ce dernier, Jimfish est entraîné dans un très long voyage à travers le monde.
    Dans ce Candide moderne, Christopher Hope revisite la tragique histoire de la fin du XXe siècle, de l'Afrique de l'apartheid et des tyrans sanguinaires à l'Europe des dictateurs communistes.

    Né en 1944 à Johannesburg, Christopher Hope est un écrivain et journaliste politique réputé pour ses positions anti-apartheid. Exilé à Londres dès la fin des années 1970, puis en France, il parcourt l'Europe et l'Asie comme correspondant pour des journaux britanniques. Son premier roman, qui traite de l'apartheid, a été censuré par le régime. En 1994, après la disparition de l'apartheid, il retourne vivre dans son pays où il continue de porter un regard très critique sur l'actualité.

  • Breaking news

    Frank Schätzing

    • Piranha
    • 20 April 2017

    Partout où le monde est en feu, le grand reporter Tom Hagen est présent, prêt à tout pour être le premier et le meilleur. Jusqu'au jour où, par sa faute, une libération d'otages en Afghanistan tourne à la catastrophe. Sa réputation ruinée, il se trouve vite à cours d'argent.
    Trois ans plus tard, l'occasion de remonter en selle se présente lorsqu'il met la main sur des données ultra confidentielles volées au Shin Bet, le service de sécurité intérieure israélien. Mais ce qui devait être un énorme scoop se transforme en une mortelle réaction en chaîne.
    Poursuivi à travers la région la plus explosive du monde par des agents secrets et de mystérieux tueurs, Hagen doit lutter pour sa survie, pris dans une gigantesque conspiration dont les racines remontent à la Palestine sous mandat britannique.

  • Frankenstein à Bagdad

    Ahmed Saadawi

    Bagdad, été 2005. Hadi, chiffonnier à moitié fou, raconte à qui veut bien lui payer un verre qu'une mystérieuse créature, faite des morceaux de corps des innocents tués dans les attentats qui secouent la ville, écume les rues pour les venger. Mais est-ce vraiment une invention ou est-il lui-même le créateur de ce monstre ?À travers les pérégrinations sanglantes de ce Sans-Nom, Ahmed Saadawi dresse un portrait glaçant de la ville occupée et fait appel à une galerie de personnages hauts en couleur, tour à tour acteurs ou narrateurs. Le récit se joue des frontières entre la réalité la plus sordide (celle de l'après-guerre) et le conte fantastique, entre superstitions magiques (les autorités ont recours à des mages pour prédire les attentats !) et croyances religieuses.

  • à l'état libre

    Neel Mukherjee

    • Piranha
    • 22 August 2019

    Un père décide de faire découvrir à son jeune fils de six ans son pays natal, l'Inde. Une femme, employée comme cuisinière à Mumbai, est animée par une ambition surprenante. Un villageois abandonne tout pour mener une vie de vagabond, accompagné d'un ours qu'il dresse pour gagner de quoi survivre. Une jeune fille fuit son village ravagé par la guérilla maoïste et trouve refuge dans une grande ville.Les tentatives des personnages de ce roman pour échapper à leur destin renvoient toutes à un des enjeux majeurs de notre siècle, celui du déplacement des populations en quête d'une vie meilleure. Il livre une réflexion sombre mais puissante sur ce que signifie être libre dans un pays divisé par les inégalités sociales extrêmes et décrit les sacrifices auxquels il faut consentir pour y parvenir.

    Né à Calcultta, Neel Mukherjee a remporté pour son premier roman, Le Passé continu (JC Lattès, 2012 ; Le Livre de poche, 2014), de nombreux prix en Inde et en Grande-Bretagne. Il a été finaliste du Man Booker Prize et du Costa Award pour son deuxième roman, La Vie des autres (Piranha, 2016), avant d'être récompensé par le Encore Award. Il vit à Londres.

  • Le livre

    Burkhard Spinnen

    • Piranha
    • 21 November 2019

    Cinq cents ans de culture du livre sont-elles en train de prendre fin sous nos yeux ? Le livre électronique va-t-il remplacer le livre imprimé aussi rapidement et complètement que la voiture et le tracteur ont remplacé le cheval il y a cent ans ? Comment nos habitudes de lecture sont-elles en train d'évoluer ?
    Burkhard Spinnen, auteur et lecteur, se pose des questions auxquelles nous sommes tous confrontés. Mais au lieu de chercher à polémiquer, d'adopter une posture nostalgique ou de se lancer dans une plaidoirie pour ou contre telle forme de livre, il préfère évoquer tout ce que le livre en tant qu'objet physique nous apporte, comment il façonne notre vie quotidienne.
    En choisissant l'illustration plutôt que la défense, Burkhard Spinnen rend un vibrant hommage au livre et à son avenir.

    Né en 1956, Burkhard Spinnen est l'auteur d'une vingtaine de livres dans des genres différents : romans, récits, critiques ou encore livres pour enfants. Il vit à Münster en Allemagne.

  • En 1785, Jean-Baptiste Baratte, jeune ingénieur normand tout juste diplômé, est chargé par le ministre du roi de vider le cimetière des Saints-Innocents avant de le détruire. Situé en plein coeur de Paris, c'est le plus ancien de la ville; depuis plusieurs années déjà, il déborde et l'odeur nauséabonde qui s'en dégage menace la santé des riverains.
    Jean-Baptiste envisage d'abord sa mission comme une chance d'en finir avec un passé archaïque, une tâche à la hauteur de sa modernité d'homme épris de la philosophie des Lumières. Il ne tarde pourtant pas à se demander si cette démolition n'est pas le prélude à sa propre destruction.

    Andrew Miller plonge le lecteur dans le Paris de la fin du XVIIIe siècle, celui des petites gens et des commerçants qui vivent autour du cimetière, et restitue brillamment le bouillonnement intellectuel dont la France est le théâtre à la veille de la Révolution.

    Ce livre a reçu le prix Costa Book en 2012.

  • Succession

    Patrick Cargnelutti

    • Piranha
    • 17 September 2020

    Dans un pays imaginaire d'Afrique centrale, mercenaires, barbouzes, fonctionnaires occidentaux corrompus et chefs de guerre cupides s'en donnent à coeur joie, détruisant impitoyablement un pays et ses habitants. Les hommes droits, comme Egbéblé, chef de village qui veut venger sa fille, ou Pelletier, ingénieur agronome qui fourre son nez où il ne faut pas, ne sont que des pions sacrifiés sur l'autel du pouvoir et de l'argent. Même les exploiteurs et les comploteurs minables, manipulés par plus puissants qu'eux, ne sortiront pas indemnes du coeur des ténèbres, et le lecteur assiste, impuissant et révolté, au délitement de l'âme et du monde.
    Succession est le roman de la folie de l'homme et du pouvoir, de la corruption absolue, celle qui détruit les innocents et fait se déchirer les peuples.

    Patrick Cargnelutti, né en 1957 à Châlons-sur-Marne, vit à Carhaix. Passionné de musique, de littérature et de peinture, il s'intéresse à la politique et à l'écologie. Ancien infirmier en psychiatrie, après de nombreux engagements associatifs, il cofonde en 2013 le webzine littéraire Quatre Sans Quatre et crée l'émission de radio « Des polars et des notes ». Auteur de Peace and Death (Jigal Polar, 2017), il est lauréat du prix Dora-Suarez de la nouvelle 2017 pour « Amin » (Enfantillages, AO).

  • Les bouleversements économiques récents ont fait apparaître une Amérique nouvelle : les perdants y côtoient ceux qui gagnent toujours plus. Le contrat social américain s'est défait. Les laissés pour compte n'ont qu'une solution pour survivre : la fuite en avant, avec les moyens du bord.
    George Packer explore cette Amérique jaillie des trente dernières années, alliant le sens du détail vécu et cruellement documenté d'un Truman Capote au lyrisme narratif dans la tradition d'un Dos Passos. Il raconte la vie d'Américains anonymes défaits par la crise et retrace le parcours de personnages médiatiques clefs (Newt Gingrich, Jay-Z ou Oprah Winfrey), et y ajoute un montage fascinant de coupures de presse, de slogans, de paroles de chansons qui saisissent sur le vif le flot des événements.

    Le portrait sans concession d'une population vaincue par la crise et l'histoire de la chute d'une superpuissance à travers le destin de gens ordinaires. Un grand livre d'actualité et d'histoire qui se lit comme un roman.
    Vainqueur du National Book Award en 2013.

  • Décontenancé par la métamorphose radicale de sa petite fille adorée en adolescente renfrognée, un père, journaliste et écrivain, décide de tenir un journal de bord dans lequel il consigne les comportements de sa progéniture comme si il avait à faire à un animal de laboratoire. Drôles et subtiles, ses réflexions et ses découvertes sur ce sujet universel tiennent à la fois du manuel de survie et du livre d'humour pour parents dépassés.

    Né en 1967, Jan Weiler est un journaliste et écrivain allemand. Il a été rédacteur en chef du magazine du Süddeutsche Zeitung pendant de nombreuses années. Il est l'auteur de sept livres dont deux consacrés, sur un ton humoristique, à l'adolescence.

  • Ostende, la station balnéaire huppée belge, le soleil, la mer, l'ambiance des cafés d'avant-guerre : pour les deux amis qui s'y retrouvent en cet été 1936, cela ressemble à de banales vacances où l'essentiel est de prendre du bon temps. Sauf que ces deux amis, ce sont Stefan Zweig, le richissime écrivain de bonne famille, et Joseph Roth, l'alcoolique miséreux mais génial, désormais indésirables dans une Allemagne nazie où leurs livres sont interdits. Les écrivains qui les rejoignent, dont Arthur Koestler, sont, comme eux, traqués, bannis, à mesure que la situation politique en Europe empire. Ostende 1936 est un « roman vrai » dans lequel Volker Weidermann raconte l'histoire envoutante d'un été pas comme les autres, à la veille des atrocités de la Seconde Guerre mondiale. Un été au cours duquel Zweig, Roth et bien d'autres se sont réunis pour célébrer la vie comme on ne le fait que par désespoir. Une fête d'adieu à la culture européenne.

  • En ce début de XXIe siècle, être courtier en idées de technologies de pointe n'est pas sans risque. L'idéaliste Manfred Macx en sait quelque chose : depuis qu'il milite pour l'open-source et pour les droits civiques de tout humain numérisé ou des non-humains, il est harcelé par un agent du fisc - son ex-petite amie - et par la Mafiya. Des années plus tard, sa fille Amber et quelques amis font route, à bord d'un micro-vaisseau, vers une naine brune, lieu d'un signal extraterrestre. Premier contact ou piège alien ?
    Dans un Système solaire méconnaissable, Sirhan, le fils qu'Amber n'a jamais connu, convoque le clan Macx sur Saturne alors que le débat politique entre les humains et les posthumains fait rage. L'humanité est-elle en danger ? Une troisième voie est-elle possible ? Entre ressentiments et non-dits, il est temps que chacun s'explique. Et si Aineko, le cyber-chat des Macx, tirait les ficelles ? Sur fond d'économie et démocratie 2.0, Accelerando est un roman sur l'avenir de notre civilisation et la difficulté des relations familiales face à l'accélération technologique. Se situant entre Gibson et Egan, Charles Stross interroge le posthumanisme avec intelligence et humour.
    Prix Locus du meilleur roman de science-fiction 2006.

  • Le projet Schelling

    Peter Sloterdijk

    • Piranha
    • 4 January 2018

    Cinq universitaires, ayant tous dépassé la cinquantaine, entament une correspondance par mails pour mettre au point un projet de recherches pluridisciplinaires consacrées au « développement d'une sexualité féminine sur le trajet menant des femelles hominidées aux femmes homo sapiens, du point de vue de la théorie de l'évolution et sans jamais oublier la philosophie de la nature de l'idéalisme allemand ».
    Au fil de la correspondance, la parole se libère révélant la quête de chacun du bilan de son existence sexo-intellectuelle.
    Les jeux érotiques épistolaires, les récits ironiques, tendres ou parfois brutaux, débouchent sur une sorte de nouvelle théorie du rapport amoureux et font de ce Projet Schelling une farce philosophico-érotique, subtile, évocatrice et très drôle.

    Né en 1947, professeur d'esthétique et de philosophie à Karlsruhe, Peter Sloterdijk est considéré comme l'un des plus importants philosophes contemporains. Il est l'auteur de nombreux essais, traduits en français pour la plupart.
    La principale caractéristique de son travail est de mettre en rapport les questions contemporaines avec le temps long de l'histoire. Il parvient ainsi à redéfinir la condition humaine actuelle en la replaçant dans une perspective originale et souvent inattendue.

  • Quand et où le capitalisme est-il né ? Est-il le fruit de circonstances favorables ou a-t-il émergé grâce à la volonté des hommes ? Relève-t-il de la marche inéluctable vers un progrès inévitable ? Est-il forcément lié à l'Occident et à la démocratie ou peut-il s'épanouir ailleurs et sous d'autres formes ? De l'Angleterre du xviie siècle à la Chine du XXIe siècle, Joyce Appleby retrace, loin des idées reçues et des querelles idéologiques, l'histoire de ce modèle devenu le fondement de nos sociétés modernes, source de changements et de renouvellements permanents, parfois restreints et prévisibles, parfois profonds et incontrôlés. Elle s'attache à démontrer que le capitalisme est avant tout un phénomène culturel quand les économistes, avec leurs modèles mathématiques, l'entourent de l'aura mystique d'un mécanisme autonome. Il nous serait donc possible de modeler ce formidable système de production de richesse pour qu'il soit au service des hommes et non au service de l'argent.

  • Le labyrinthe d'une vie

    Adam Foulds

    En 1840, John Clare, poète autrefois encensé mais désormais oublié, choisit de se faire interner dans un établissement psychiatrique pour lutter contre une forme sévère de dépression. Au même moment, Alfred Tennyson, jeune écrivain déjà célèbre, s'installe dans le village voisin et devient proche du docteur Allen, le progressiste directeur de l'asile. Au-delà des murs de l'institution se trouve tout ce à quoi Clare, le « poète paysan », aspire : la beauté de la nature et les femmes de sa vie - Mary, son amour d'enfance, et Patty, son épouse. Sous la plume lyrique et sensuelle d'Adam Foulds, le monde clos de l'asile prend vie, du personnel médical aux patients, des fous à la logique éperdue emplis de désespoir, de violence mais aussi de fantaisie.

    Né en 1974, Adam Foulds est romancier et poète. Il est titulaire d'un master d'écriture créative de l'université d'East Anglia.
    Le Labyrinthe d'une vie a été finaliste du Man Booker Prize et a remporté l'Encore Award et le Prix de l'Union européenne de littérature. Son recueil de poésie, The Broken Word (2008) a remporté le Costa Poetry Award et le Somerset Maugham Award. Le magazine Granta l'a récemment qualifié comme un des meilleurs jeunes écrivains britanniques.

  • Il se souvient de tout : il s'appelle Wolfgang Mozart et, hier soir encore, il était étendu sur son lit de mort. À son réveil, il ne trouve aucune explication à ce monde différent, étrange, où la lumière ne provient pas des bougies, où la musique se passe de la présence d'un orchestre, où les carrosses se déplacent sans chevaux... Est-il aux portes de l'Enfer ou dans l'antichambre du Ciel ? Toute cette absurdité ne peut avoir qu'une seule raison : il a la mission divine de terminer l'oeuvre de sa vie, son Requiem.
    Et le voici, anachronisme vivant déambulant dans les rues survoltées de la Vienne du début du XXIe siècle, où la musique est sa seule boussole. Tant de nouveaux compositeurs, tant de sonorités inédites !
    Mais, plus le temps passe, plus il se demande ce qu'il adviendra de lui une fois son chef-d'oeuvre terminé...

empty