Michel Goya

  • Depuis 1961, la France a mené 19 guerres sur 3 continents ainsi que 13 grandes opérations militaires de police internationale. Elle est actuellement la seule nation européenne à combattre, au Sahel et au Proche-Orient. Elle est la seule à avoir des soldats en permanence dans les rues de ses grandes villes depuis 26 ans. Les soldats français sont les plus engagés au monde et la guerre est un état permanent de la France de la Ve République.
    Pour autant, la France ne le sait pas vraiment car c'est un ensemble d'opérations limitées souvent lointaines et périphériques. Du Tchad au Mali en passant par le Liban, le Rwanda ou l'Afghanistan, des centaines de milliers de « soldats nomades » français ont été engagés dans une guerre mondiale pour la défense des intérêts de la France. Des milliers d'entre eux y ont été tués ou blessés.
    Michel Goya nous décrit cette «guerre mondiale en miettes » que conduit chaque président de la République pour défendre le statut de puissance de la France. Il détaille la manière dont les forces armées françaises ont été employées au cours de trois grandes périodes de la guerre froide, de la mondialisation et de la guerre contre les organisations armées, parfois avec succès, parfois de manière désastreuse.
    C'est une histoire qui n'a jamais été racontée de cette façon, ni surtout analysée de manière critique par un historien et stratégiste, lui-même acteur de plusieurs de ces engagements. Elle se conclut sur le décryptage des perspectives actuelles.

  • 14 juillet 1919. Un défilé militaire impressionnant consacre l'armée française. Quelques jours après la signature de la paix, le 28 juin, la cérémonie est à la fois un hommage aux 1 400 000 hommes tombés au front et une célébration du triomphe de la France.
    L'armée française a joué un rôle capital dans la victoire sur l'Allemagne durant la Première Guerre mondiale. Lors des combats gigantesques de 1918, elle s'est montrée la plus grande, la plus moderne et, à partir de l'effondrement allemand, la plus puissante du monde grâce à une industrie de guerre imaginative et performante.
    Michel Goya nous éclaire sur la manière dont cette armée s'est transformée jusqu'à la victoire finale et revient sur le processus qui l'a conduite de la gloire au déclin dans les années qui ont suivi.

  • Sous le feu ; la mort comme hypothèse de travail

    Michel Goya

    • Tallandier
    • 22 August 2019

    Combattre, c'est évoluer pendant quelques instants dans un monde régi par ses propres lois. En sortir vivant, c'est se réveiller épuisé, brisé ou exalté, mais toujours transformé. Pour comprendre cette vie près de la mort, Michel Goya nous confronte à l'expérience sous le feu : décider, risquer sa vie, tuer. Sous le feu est une description clinique de la manière dont les hommes, individuellement et collectivement, se conduisent en situation de danger extrême : l'énergie pour progresser dans les combats, l'effort pour éviter les risques, tout en cherchant à accomplir sa mission, mettent l'individu dans une tension insoutenable. à partir de son expérience personnelle et de témoignages.
    Michel Goya offre une analyse originale et passionnantedu comportementdes hommesau combat.
    En un mot, un livre hors du commun.

  • S'adapter pour vaincre

    Michel Goya

    • Perrin
    • 29 August 2019

    Les changements politiques, sociaux, techniques et économiques qui se sont succédés depuis la fin du XVIIIe siècle ont engendré de grands bouleversements au sein des nations devenues « industrielles », qui sont parvenues notamment à transformer l'énergie de manière nouvelle et à produire des biens en masse. Mais ce nouveau monde industriel est aussi un monde d'affrontements, et les armées sont naturellement au coeur de ces turbulences. Elles aussi sont amenées à se transformer, poussées par l'évolution en toute chose et surtout celle de leurs ennemis.
    Quand et pourquoi innovent-elles dans la manière dont elles combattent ? Sont-elles condamnées, si elles ne sont pas assez rapides, à refaire la guerre précédente ? Est-il plus facile d'innover en temps de paix, ou au contraire en temps de guerre, au contact des réalités ? Comment s'articule, dans ces efforts, l'action des institutions internes aux armées avec les pouvoirs externes - de l'« arrière », du pouvoir politique et peut-être surtout de l'ennemi ? C'est à toutes ces questions, parmi beaucoup d'autres, que répond Michel Goya avec une grande hauteur de vue. Abordant le phénomène de l'innovation militaire dans sa globalité, il décrit successivement la mue de l'armée prussienne face aux révolutions (1789-1871), la transformation de l'armée française pendant la Grande Guerre, l'évolution de la Royal Navy britannique (1880-1945), la stratégie de bombardement allié contre le IIIe Reich, la naissance et la place de l'arme atomique dans la guerre froide, l'évolution de l'armée française pendant la guerre d'Algérie, enfin celle de l'US Army à partir de 1945 - autant d'exemples qui racontent et démontrent la nécessaire adaptation de l'art militaire et ses principales innovations depuis deux siècles.

  • Israël-Hezbollah ; décryptage

    Michel Goya

    • Rocher
    • 2 January 2014

    Une analyse du conflit entre Israël et le Hezbollah au sud du Liban en 2006, qui a abouti à plus de 1.000 morts, à la destruction des infrastructures du pays, à une marée noire en Méditerranée et à des opérations qualifiées de crimes de guerre par Amnesty International. Il évoque la stratégie occidentale, qui nie la guerre pour privilégier des opérations de maintien de la paix.

  • La guerre en Afghanistan 2001-?

    Michel Goya

    • Perrin
    • 16 April 2015

    15mn d'Histoire : une collection numérique de textes courts pour apprendre et comprendre l'Histoire en 15 minutes !
    15mn d'Histoire : une collection numérique de textes courts pour apprendre et comprendre l'Histoire en 15 minutes ! Lorsqu'il prend le pouvoir par un coup d'Etat le 17 juillet 1973, le Premier ministre afghan Mohammed Daoud ne sait pas qu'il vient d'ouvrir une boîte de Pandore. Depuis cette époque, le pays est en proie aux troubles puis à la guerre ouverte.

  • Res militaris, 2e edition

    Michel Goya

    • Economica
    • 13 September 2000

    Depuis la brillante victoire de 1991 contre l'armée irakienne, les armées occidentales ont vu leur efficacité relative décliner face aux organisations armées du grand Moyen-Orient, pour des coûts humains et financiers qui, au contraire, se sont envolés.
    Les forces armées françaises n'ont pas échappé à ce phénomène de "stagflation tactique" et une réflexion en profondeur s'est imposée afin de mieux accorder l'outil de défense, les nécessités stratégiques du temps et les ressources de la nation. Res militaris regroupe l'ensemble des fiches rédigées, en toute liberté d'esprit pendant deux ans, pour le Général d'Armée Jean-Louis Georgelin, Chef d'état-major des Armées (CEMA).

  • Irak ; les armées du chaos (2e édition)

    Michel Goya

    • Economica
    • 10 April 2009
  • Lorsque sonne l'armistice du 11 novembre 1918, l'armée française est la plus moderne du monde. Son infanterie se déplace en camions d'un point à un autre du front et quand elle se bat, elle combine l'action de milliers de chars légers avec celle de groupes de combat puissamment armés. Elle est encadrée des sections de mitrailleuses, de mortiers et de canons de 37 mm. Des escadrilles d'aéroplanes la survolent, harcèlent l'ennemi, l'aveuglent de fumigènes ou le désignent à une artillerie omniprésente. Si l'ennemi reflue, des automitrailleuses ou des bombardiers se lancent à sa poursuite.
    Cette armée « industrielle » de 1918 renvoie les gros bataillons d'août 1914 à un autre siècle. À cette époque, renseignés par des escadrons à cheval armés de lances, appuyés par une artillerie qui ne pratiquait que le tir direct, les «pantalons rouges» chargeaient en masse et à la baïonnette, suivant des schémas proches de ceux des grognards du premier Empire !
    Sous la pression d'un terrible défi, l'armée française a donc rattrapé l'histoire en quelques années, s'accordant enfin avec les mutations technologiques de son temps.
    Cette évolution remarquable, éloignée d'une certaine image de rigidité, trouve son origine dans un corps d'officiers aux origines multiples. Humiliés par le désastre de 1870, ces hommes avaient l'ambition de préparer scientifiquement la guerre. Mais entre un haut-commandement dépassé et des troupes sans moyens d'instruction, cette ambition s'est d'abord révélée impuissante, voire dangereuse dans les premiers temps du conflit. Elle a néanmoins permis de jeter les bases d'un système d'adaptation, propre au temps de guerre, qui a très vite considéré le poilu au front comme source première des évolutions. C'est bien cette recherche permanente d'adaptation qui a permis à l'armée française de trouver des réponses aux défis techniques et donc tactiques qui lui étaient opposées, de sortir des tranchées et de remporter la victoire sur le terrain.

  • Irak, les armées du chaos

    Michel Goya

    • Economica
    • 28 August 2008

    Le ler mai 2003, sur le pont du porte-avions abraham lincoln et sur fond de bannière "mission accomplie", le président bush annonçait la fin des combats en irak.
    En réalité, ce n'était que le début de l'enlisement de l'"hyperpuissance" dans un conflit qui marque sans doute le début d'une nouvelle ère dans l'art de la guerre. contrastant avec l'abondante littérature parue au moment de la chute de bagdad en avril 2003 et célébrant la guerre éclair à l'américaine, les opérations de guérilla et de contre-guérilla qui ont suivi, si elles ont fait régulièrement la une des médias n'ont jamais fait l'objet d'un travail de vulgarisation, ce qui témoigne de l' embarras des experts face à ce qui apparaît comme une sévère remise en question de la puissance militaire occidentale.
    Irak: les armées du chaos comble cette lacune en offrant pour la première fois au grand public une analyse tactique écrite par un spécialiste militaire des conflits au moyen-orient, décrivant en détail les différentes facettes de ce conflit complexe et changeant, depuis les premières attaques dans le "triangle sunnite" au printemps 2003 jusqu'au "sursaut" américain de 2007 et son succès relatif.

  • L'afghanistan

    Goya Michel

    • Tallandier

    Que savons-nous de la présence militaire française en Afghanistan ? A quoi sont confrontés nos soldats ? Il est frappant de constater le décalage entre la violence des faits et l'indigence du traitement médiatique réservée à ce conflit.
    Pour faire la lumière sur cette épineuse question, les auteurs de cet essai propose d'expliquer au lecteur la situation de l'armée française en Afghanistan depuis le début de la guerre. Il s'agit donc d'écrire l'histoire de cette guerre française à partir d'un certain nombre de témoignages recueillis par les auteurs, dont celui d'un colonel en charge des opérations dans la province de Kapisa, l'une des plus dangereuses et exposées du pays.

    Le colonel Michel Goya est chercheur à l'IRSEM (Institut de recherche stratégique de l'Ecole Militaire) et dirige le pôle " Nouveaux conflits ". Camille Sicourmat est chargée d'études à l'IRSEM.

    ??

    ??

    ??

    ??

empty