Kevin Parthenay

  • Chili, Pérou, Argentine, Équateur, Brésil, Bolivie, Venezuela, Nicaragua, Colombie... aux mois d'octobre et novembre 2019, la quasi-totalité des pays d'Amérique latine se sont embrasés sous les feux de mouvements de contestations politiques et sociales d'une ampleur inouïe. La simultanéité des évènements a alors été perçue par la communauté internationale comme un véritable « automne des peuples » latino-américains.
    Malgré leur synchronisation et la similarité de certaines revendications, ces diverses explosions ont des origines et des effets profondément divergents, et viennent ponctuer dix ans de crises politiques.
    Dix années séparent en effet l'exil forcé du Hondurien Manuel Zelaya en 2009 à celui du Bolivien Evo Morales en 2019. Dix années au cours desquelles la fin de l'ère progressiste sur le continent n'aura pas été qu'un long fleuve tranquille et où les démocraties auront été durement mises à l'épreuve.
    Pour mieux comprendre les dynamiques politiques à l'oeuvre et leurs conséquences géopolitiques, cet ouvrage revient sur cette décennie de crises, et interroge la place internationale de l'Amérique latine aujourd'hui, à la fois fragilisée par l'épidémie de Covid-19 et située à un véritable carrefour démocratique de son histoire.

  • This book provides an alternative approach to regionalism in neglected parts of the world. Taking stock of several decades of conceptualization, the author provides a political sociology approach of regionalisms fed by recent contributions from the sociology of international relations and public policy analysis. It uses a methodological rather than theoretical framework to bring a new perspective on an emerging field of comparative regionalism. The relational dimensions, the social contexts and characteristics of actors and their practices are key to shed a new light on what is considered in this book as a `social international phenomenon'.

empty