Jean-Christophe Notin

  • Personnage légendaire de la Seconde Guerre mondiale, Mathilde Carré, alias « la Chatte », demeure jusqu'à ce jour une énigme. Femme sans émotion, séductrice et manipulatrice, elle a construit son destin en multipliant les mensonges et les trahisons. En novembre 1941, arrêtée par l'occupant, elle est « retournée » et donne les détails de son réseau de résistance à l'Abwehr, le contre-espionnage allemand. Une centaine de ses camarades sont arrêtés, la plupart déportés, certains n'en reviendront pas. Quelques mois plus tard, elle réapparaît à Londres...

    « La Chatte » était-elle un agent double ? Triple ? Quoi qu'il en soit, elle participe elle-même à l'écriture de sa légende, à travers un procès rocambolesque, douze années de détention, une grâce présidentielle, un passage chez les religieuses après sa conversion, et la publication de deux versions différentes de ses Mémoires.

    À partir d'archives fraîchement déclassifiées par les services secrets français et britanniques, Jean-Christophe Notin nous livre enfin le fin mot de l'histoire. Son récit se lit comme une plongée au coeur du contre-espionnage et de ses méthodes de manipulation toujours en usage aujourd'hui. Au terme des mille péripéties de la vie de cette ambitieuse, une question subsiste, lancinante : qu'auriez-vous fait à sa place ?

  • Les guerriers sans nom

    Jean-Christophe Notin

    • Points
    • 4 February 2022

    Au coeur du monde confidentiel des forces spéciales.

    Qui n'a jamais entendu parler des forces spéciales ? Depuis l'élimination d'Oussama Ben Laden en 2011, leur nom est synonyme d'actions fulgurantes, millimétrées, implacables. Mais parce que la plus grande discrétion est essentielle à leur réussite, les forces spéciales fuient toute publicité en opération. On croit savoir ce qu'elles font, on ignore qui elles sont. Pour la première fois, des généraux, des commandants de task forces, de jeunes officiers et sous-officiers se livrent sur la réalité de leur métier, leurs convictions, leurs doutes et leurs fêlures. Un document choc entre réalités des théâtres d'opération et portrait intime de ces guerriers sans nom.

  • Ils sont 1 032 hommes et 6 femmes à avoir été reconnus par le général de Gaulle comme ses Compagnons « pour la Libération de la France dans l'honneur et par la victoire ».
    Aux lendemains de la guerre, ils n'étaient déjà plus que 702, 65 ayant été tués durant les combats et 271 décorés à titre posthume. Le dernier Compagnon, l'ancien ministre Hubert Germain, a donné son accord pour aller occuper à sa mort, selon la volonté du général de Gaulle, le seul caveau laissé vide dans la crypte du Mont Valérien. Se refermera alors une épopée probablement unique dans l'histoire de France.
    Ils étaient soldats, civils, étudiants, enseignants, agriculteurs, pêcheurs, mariés ou célibataires, croyants ou athées, français ou étrangers. Ils se sont battus partout dans le monde et dans chaque recoin de France. En apparence, leurs points communs étaient rares. Peut-être même n'y en eut-il qu'un seul, mais il est primordial : chacun de ces 1 038 Compagnons eut à se confronter, souvent en quelques minutes, à la question essentielle du sens de sa vie face au sort infligé à son pays.
    Jean-Christophe Notin invite à s'interroger sur ce dilemme en proposant pour chaque jour de l'année le portrait dépouillé d'un Compagnon avec sa photo captivante. Se dégagent ainsi de ces centaines de trajectoires les principes universels de la liberté, de l'espoir, de la volonté, du dévouement.

  • Qui n'a jamais entendu parler des forces spéciales ? Depuis l'élimination d'Oussama Ben Laden en 2011, leur nom est synonyme d'actions fulgurantes, millimétrées, implacables. Mais parce que la plus grande discrétion est essentielle à leur réussite, les forces spéciales se dissimulent derrière des pseudonymes et fuient toute publicité en opération. On croit savoir ce qu'elles font, on ignore qui elles sont.
    Pour la première fois, des généraux, des commandants de task forces en Afghanistan, en Libye, au Sahel et au Levant, de jeunes officiers et sous-officiers se livrent sur la réalité de leur métier, leurs motivations, leurs joies et leurs peurs. Appartenir à des unités d'élite apporte en effet presque autant de satisfactions que d'épreuves. Les forces spéciales ont remporté bien des succès face aux Taliban, à AQMI et à Daech, mais le coût est élevé en tués et blessés, sur le plan physique comme psychique.
    S'étant fait une spécialité de faire parler ceux qui ont pour obligation de se taire, Jean-Christophe Notin en brosse un portrait loin de l'image du surhomme, et aborde les questions les plus intimes, du rapport à la mort aux conséquences sur la vie privée.

  • Les guerriers de l'ombre

    Jean-Christophe Notin

    • Points
    • 3 May 2018

    Des hommes et des femmes en terrain hostile. Engagés à servir les intérêts de la France. Souvent seuls et sans arme. Clandestins au service du renseignement français. Treize témoignages pour une immersion au plus près de leur métier. Recrutement, formation, couverture, modes opératoires, risques, vie personnelle...

    Un document choc entre réalité des théâtres d'opération et portrait intime de ces guerriers de l'ombre.

  • Foch

    Jean-Christophe Notin

    • Perrin
    • 25 October 2018

    Depuis sa mort jusqu'en 1987, date du dernier ouvrage qui lui fut consacré, une vingtaine de biographes se sont succédés pour sculpter le même buste impressionnant d'un général sûr de lui, de ses théories et de son commandement, renversant le cours des batailles auxquelles il prenait part. En trente ans, bien des archives ont été exploitées et des livres écrits.
    Avec son souci habituel de la documentation, l'auteur a entrepris de reprendre l'une après l'autre chacune des étapes de la carrière du maréchal en tentant de démêler le mythe de la réalité. Ce long et passionnant travail de tri lui permet de dégager un portrait beaucoup plus balancé. C'est ainsi que les enseignements de Foch à l'Ecole de Guerre apparaissent avoir programmé la défaite de 1914 plus que prévu la victoire de 1918. Sa conduite de la bataille, particulièrement dans les trois premières années, est émaillée de désobéissances, d'imprudences et d'aveuglements. Le limogeage qui s'ensuivit prend alors une autre résonance, tout comme son retour en grâce et sa nomination au commandement suprême en 1918. Mais isoler ses erreurs permet aussi de remettre exactement en relief sa formidable contribution. Foch pouvait être hautain, borné, confus autant que fédérateur, clairvoyant et inspirant. A lui seul, il a semblé porté quatre ans durant l'espoir inextinguible de la victoire. Jean-Christophe Notin analyse également, de manière inédite et approfondie, l'influence exercée par Foch, pendant, mais aussi après la conférence de la paix où son obstination menaça de couper la France du reste de ses alliées.

  • Français, le monde vous regarde

    Jean-Christophe Notin

    • Tallandier
    • 3 January 2020

    Sondage après sondage, la France apparaît comme l'un des pays les moins optimistes au monde, derrière l'Afghanistan et l'Irak... Le constat a de quoi étonner de la part de la 6e puissance économique mondiale, en paix depuis 80 ans, avec une histoire, une culture, un système de santé et un mode de vie enviés par beau- coup. C'est ce questionnement qui a conduit Jean-Christophe Notin à mener une enquête sans précédent.
    Pour la toute première fois, trente-deux ambassadeurs, de tous les continents, ont accepté de livrer leur point de vue sur la France qui les accueille. La Chine, les États-Unis, la Russie, le Brésil côtoient le Cambodge, le Kazakhstan, le Kosovo ou le Gabon.
    En découle un portrait bigarré de la France, tout en nuances, où les propos rassurants se mêlent à des commentaires cinglants. Une certitude : la France ne laisse personne indifférent !

    La France est-elle encore une grande puissance ?
    A-t-elle raison de se proclamer « Patrie des droits de l'homme » ?
    La laïcité « à la française » est-elle reproductible ailleurs ?
    Le défi migratoire est-il une chance ou une menace pour la France ?
    Y a-t-il un art de vivre français ?

  • La campagne d'Italie

    Jean-Christophe Notin

    • Tempus/perrin
    • 8 March 2007

    entre 1943 et 1945, 10 000 soldats français ont mené en italie des combats parmi les plus violents de toute la seconde guerre, couronnés par une victoire quatre ans après la débâcle.
    nourri d'archives françaises ou américaines et de multiples témoignages, ce livre retrace la vie quotidienne des soldats, éclaire les relations complexes entre les alliés comme avec les ennemis de la veille, ces italiens qui accueillent les français en libérateurs, tout en s'en méfiant. jean-christophe notin a écrit l'histoire d'une guerre " oubliée ".

  • Le maître des secrets ; Alexandre de Marenches

    Jean-Christophe Notin

    • Tallandier
    • 15 March 2018

    Grâce à des archives totalement inédites et des archives personnelles d'Alexandre de Marenches, le portrait redessiné du patron mythique de l'espionnage français.
    5 septembre 1986. Bernard Pivot, sur le plateau d'Apostrophes, présente l'un de ces « hommes de l'ombre » du titre de son émission. Mieux, celui qui a été leur chef de 1970 à 1981 : Alexandre de Marenches. Le comte à la stature impressionnante vient de publier un livre de souvenirs en compagnie de la star du 20 heures, Christine Ockrent : Dans le secret des princes. Pour la première fois, un maître-espion se livre sur les actions menées par la France dans les coulisses du monde. Le succès est fulgurant ! Mais Marenches a-t-il tout dit ? Et ce qu'il a dit correspond-il à la réalité ?
    Quand il a commencé ses recherches, Jean-Christophe Notin n'imaginait pas ce qu'il allait découvrir. Pendant une année, il a rencontré les derniers membres de la famille de Marenches, ses collaborateurs au SDECE (ancêtre de la DGSE), ses amis, ses détracteurs. La fouille des centres d'archives habituels ajouta son lot de surprises sur l'enfance, la guerre, la vie professionnelle d'un homme qui, grâce à un art consommé des réseaux, a réussi à accéder à la tête du renseignement extérieur français sans en avoir quasiment aucune expérience.
    Mais c'est au moment où Jean-Christophe Notin croyait avoir terminé son enquête qu'il mit à jour ce que tout le monde lui avait garanti comme n'ayant jamais existé : les archives personnelles de Marenches. Des milliers d'agendas, d'analyses, de prévisions, de correspondances avec les chefs d'Etat, ses homologues étrangers et des relations de tout genre... Un autre portrait en jaillit, celui d'un homme obnubilé par le communisme, fer de lance de l'action de la France pendant la guerre froide, aussi aimé que raillé, et dont la vie privée haute en couleur achève d'en faire un personnage de roman sans guère d'équivalent.

  • En 1940, ils étaient étudiants, fonctionnaires ou militaires. Pendant cinq ans, au sein de la 1 re DFL ou de la 2 e DB, pilote de chasse ou commandant de sous-marin, chef de maquis ou d'un réseau de la Résistance, ils ont été cette« France qui se bat », chère au général de Gaulle.
    Leurs faits d'armes sans équivalent, en France, dans l'ancien Empire, dans le monde entier, sont revisités de manière inédite à la lumière de ce qu'ils avaient été avant-guerre et de ce qu'ils furent après.
    Leur message est celui du refus du renoncement, de l'engagement au service d'une cause jugée supérieure.
    Il doitleur survivre.
    Parmi eux, des personnalités emblématiques telles Pierre Messmer, Jacques Chaban-Delmas ou Pierre Clostermann. Mais dans l'immense majorité des cas, ces dizaines de Compagnons ont eu un parcours aussi glorieux qu'ignoré.
    Aux côtés de 18 unités militaires et 5 communes, le général de Gaulle les avait reconnus à partir de 1941 comme ses Compagnons pour la Libération de la France « dans l'Honneur et par la Victoire ». Cinq ans plus tard, ils n'étaientdéjà plus que 712. Aujourd'hui, ils ne sontplus que trois.
    En 1997, l'Ordre de la Libération accepta pour la première fois d'ouvrir ses portes à Jean-Christophe Notin.
    Son livre, 1 061 Compagnons, fut publié en 2000. Vingt ans plus tard, l'auteur a décidé de leur redonner la parole.

  • Leclerc

    Jean-Christophe Notin

    • Perrin
    • 15 May 2015

    « Les jeunes gens intelligents, il y en a trop. Ils courent les rues. Parlez-moi d'un caractère. Parlez-moi de Hauteclocque. » Voilà en quels termes un père jésuite évoquait le futur général Leclerc durant sa scolarité. Toute sa vie, l'officier a fait des choix singuliers qui l'ont conduit à devenir l'icône de la libération de la France. De ce destin unique, Jean-Christophe Notin décrit les inspirations géniales, lorsqu'il prend Koufra, Paris ou Strasbourg, mais aussi les moments de doute et de colère. Car Leclerc, c'est aussi un combat permanent contre ses propres faiblesses. Sa relation très particulière avec le général de Gaulle en témoigne, pleine de foucades, mais jusqu'au bout d'une inébranlable fidélité. Leclerc n'oubliera jamais qu'en choisissant de rallier Londres en juillet 1940 il a pris le risque de ne pas retrouver ce qui lui était le plus cher, ses six enfants, sa terre de Picardie et la très belle carrière militaire qui lui était promise.
    Sur la foi d'archives françaises, britanniques et américaines, Jean-Christophe Notin en relate la cause, son amour éperdu pour la France, qui le porta après guerre jusqu'en Indochine. Sa fin tragique, le 28 novembre 1947, fit pleurer de Gaulle et toute la France. C'est dire combien tous les deux réalisaient qu'ils venaient de perdre un grand homme.

  • La vérité sur notre guerre en Libye

    Jean-Christophe Notin

    • Fayard
    • 10 October 2012

    Le 17 mars 2011, le conseil de sécurité de l´ONU invente l´équation libyenne : les États Membres sont autorisés à prendre « toutes les mesures nécessaires » pour protéger les populations à l´exclusion du « déploiement d´une force d´occupation étrangère sous quelque forme que ce soit et sur n´importe quelle partie du territoire libyen ».  Figure de proue de la dénonciation du régime après un silence jugé coupable en Tunisie, la France a déjà mis en oeuvre une partie de sa solution depuis quelques semaines et va s´échiner à développer la suite, baptisée « opération Harmattan », jusqu´à la chute de Kadhafi.  De la Présidence de la République et du Quai d´Orsay aux forces spéciales et aux sous-marins nucléaires, de l´Etat-Major des Armées en France aux QG de l´Otan en Italie, du commandement des opérations aériennes à Paris aux escadrons de chasseurs en Corse, Sicile ou Crète, Jean-Christophe Notin a eu accès à tous les intervenants. Une première véritablement exceptionnelle pour un conflit qui n´était pas encore terminé au commencement de ses recherches.
    Dans la droite ligne de son précédent ouvrage consacré à l´Afghanistan, il peut ainsi entremêler le récit de plus de 150 diplomates, militaires et hommes de l´ombre qui permettent de comprendre comment une décision prise dans un salon de l´Elysée se traduit dans le cockpit d´un Mirage 2000, mais aussi d´apporter une réponse à une question redoutablement simple : la France a-t-elle eu raison de s´engager en Libye ?

  • Maréchal Juin

    Jean-Christophe Notin

    • Tallandier
    • 5 November 2015

    De tous les généraux français du dernier conflit mondial, Alphonse Juin est indéniablement le meilleur sur le champ de bataille et l'un des plus redoutés dans le débat politique de l'après-guerre. Et pourtant, très peu d'ouvrages lui ont jusqu'alors été consacrés. C'est qu'il y a un mystère Juin. Juin est grand quand il est à la tête de ses tirailleurs marocains que ce soit dans les tranchées de 1914 ou, trente ans plus tard, sur les pentes des Abruzzes. Il est en avance avec son temps en Indochine ou au commandement de l'Otan. Mais il est plus difficile à suivre quand il s'en remet au maréchal Pétain pour ne pas avoir à choisir entre les Alliés et les Allemands. Son amour éperdu pour l'Afrique du Nord lui fait aussi se comporter de manière controversée durant la IVeRépublique, ce qui lui vaut d'être soupçonné d'avoir ourdi une bonne dizaine de complots et même un assassinat. Charles de Gaulle a-t-il clos le débat en saluant sa mort comme celle du dernier grand homme d'une génération ?À l'aide de ses nombreuses découvertes au sein des archives françaises, britanniques, allemandes, américaines et russes, Jean-Christophe Notin dresse le portrait d'un homme né pour être soldat, et que l'Histoire a jeté dans mille intrigues pour lesquelles il n'était sans doute pas fait.
    Jean-Christophe Notin est l'auteur de nombreux ouvrages tant sur la Seconde Guerre mondiale (La Campagne d'Italie, 2002 ; Leclerc, 2005), que sur les conflits récents (La Guerre de l'ombre des Français en Afghanistan, 2011 ; La Guerre de la France au Mali, Tallandier, 2014).

  • 500 héros de la Résistance Nouv.

    500 héros de la Résistance

    Jean-Christophe Notin

    • Tallandier
    • 15 September 2022

    Ce livre est né d'une incroyable aventure. Une aventure qui commence en septembre 2019. Jean- Christophe Notin, dans la continuité de son travail sur le devoir de mémoire, va créer un compte Twitter Paroles de Combattants de la Libération et un hashtag #paroles_la. Chaque jour il publie le portrait d'un héros de la résistance et livre en quelques phrases son histoire.
    Ces portraits suscitent un réel engouement, des dizaines de milliers d'abonnés, 80 ans après la guerre, se rejoignent sur Twitter pour entretenir la mémoire des combattants d'hier. Pour la raviver plutôt car l'immense majorité de ces héros de la Résistance sont des inconnus, des petites mains, des agents de liaison, des radios, beaucoup de femmes encore négligées par l'Histoire. Dans son ouvrage Jean- Christophe Notin a choisi de regrouper 500 histoires : pour chaque résistant ou Français libre, une date, un lieu, une situation, qui permettent de concrétiser ce concept magnifique, mais à vrai dire diffus de la Résistance. Et il ne s'agit pas alors seulement d'assouvir la curiosité historique. Ces 500 face-à-face finissent par instaurer un redoutable effet-miroir que l'on peut résumer en une seule question :
    Qu'aurais-je fait à sa place ? Ou quand un voyage dans la Résistance invite chacun à s'interroger sur le sens à donner à sa vie.

  • 11 avril 2011. Abidjan, quartier de Cocody. Après deux semaines de combat, Laurent Gbagbo, hagard, corseté dans un gilet pare-balle, est exhibé hors de son bunker. Pour ses partisans, c'est le symbole d'une Françafrique encore active et nocive.
    Avec, comme à son habitude, le concours de dizaines de témoignages, ceux des acteurs les plus impliqués à l'Elysée, au Quai d'Orsay, dans les armées et les divers services concernés, Jean-Christophe Notin fait comprendre combien cette crise fut la résultante de douze années de coups d'Etat à Abidjan, de tergiversations à Paris, d'incompréhension entre les deux capitales.
    Le récit inédit des deux crises majeures de 2002 et 2004 permet de replacer dans leur exact contexte les événements de 2011 : la marche vers les élections présidentielles, aux côtés de l'ON ; l'action ignorée de la diplomatie et du Trésor, en France, à New York, en Afrique, pour acculer Laurent Gbagbo dans une impasse ; l'intervention militaire, celle des forces spéciales, le GIGN défendant la résidence de France assiégée, des hélicoptères détruisant nuit après nuit les armes lourdes de Gbagbo : toute l'opération Licorne.

  • Officiellement, la France n'est pas en guerre en Afghanistan.      Officieusement, c'est une autre histoire commencée il y a plus de trente ans : par deux fois, des Français sont venus aider au renversement d'un régime et à l'installation d'un autre.      Les premiers, arrivés après l'invasion de l'Afghanistan par l'URSS en 1979, ne portaient pas d'armes, mais des médicaments, de la nourriture, de l'argent. Ceux qu'on appelait les French doctors côtoyaient d'anciens coopérants, des journalistes, des intellectuels, des aventuriers et de discrets agents du renseignement. Seuls, ils ont été les acteurs d'un Grand Jeu dont les fils allaient de Moscou à Washington, de Paris à Islamabad, en passant par Téhéran.      Les seconds sont des soldats et toujours des agents secrets engagés dans une coalition internationale pour chasser les Taliban et al-Quaida, puis reconstruire un pays exsangue et le protéger, missions qui font aujourd'hui s'interroger.      Ce sont ces années d'un lien unique entre deux pays sans histoire commune que Jean-Christophe Notin raconte. Grâce à des archives inédites, des sources confidentielles et 250 témoignage recueillis dans le monde entier, l'auteur retrace à la fois la geste humanitaire, la guerre interminable sur le terrain, celle des diplomates et des politiques qui se joue dans les coulisses, et celle que mènent les services secrets et les militaires français.      Dans ce récit sans équivalent à ce jour, se croisent Massoud et les commandants afghans, Ben Laden et les filières djihadistes, les Taliban et le 11-Septembre.      Jean-Christophe Notin a publié plusieurs récits historiques dont un Leclerc et un Foch.

  • La guerre de la France au Mali

    Jean-Christophe Notin

    • Tallandier
    • 10 June 2014

    11 janvier 2013. La France, stupéfaite, apprend que son armée intervient au Mali pour empêcher l'avancé des islamistes. Voici la première analyse des mécanismes de l'opération Serval.
    Jamais engagement de l'armée française n'a été aussi médiatisé et pourtant l'opération Serval au Mali demeure une énigme : un président de la République, qui a fait campagne sur l'accélération du retrait d'Afghanistan, décide en quelques heures l'envoi au Mali d'un effectif supérieur ; des djihadistes qui, à l'abri dans le Nord du pays, ont la folie de vouloir conquérir le Sud en se prenant pour une armée régulière ; des troupes françaises qui retrouvent le panache, les raids dans le désert. Voilà quelques-unes des informations que Jean-Christophe Notin nous livre après avoir eu accès à l'ensemble des décideurs et des acteurs, de l'Élysée aux diplomates à Bamako, New York et Bruxelles, de l'État-Major des Armées à la section d'infanterie de marine, du commandement des opérations spéciales au mystérieux détachement « Sabre » basé à Ouagadougou. Il démontre ainsi comment, dans les premiers jours, le sort de la bataille n'a dépendu que de 70 hommes des forces spéciales ou encore comment tous les services de renseignement ont collaboré pour mener plusieurs opérations de libération d'otages aussi hardies que secrètes.
    Grâce à près de 200 témoignages qu'il recueillis, JC Notin peut aussi exposer les circonstances, et les conséquences, de l'implication nouvelle du gouvernement dans la conduite des opérations, la pression sans précédent qu'il a exercée sur les généraux pour obtenir des résultats rapides.
    Première guerre contre le terrorisme menée par la France en Afrique subsaharienne, Serval restera à ce titre un tournant dans la gestion politique des conflits.

  • Quatre-vingts ans après la première attribution de la croix de la Libération, le street-artiste C215 rend hommage à celles et ceux qui ont oeuvré au sein de la Résistance française. Pour leurs actions au service de la paix, ils ont reçu la croix de la Libération et sont appelés Compagnons de la Libération. Leurs portraits ornent désormais des objets tels que ceux qu'ils ont utilisés durant la Seconde Guerre mondiale, pour ne jamais oublier le courage dont ils ont fait preuve pour la libération de la France. L'exposition Entre Ombre et Lumière. Portraits de Compagnons de la Libération rend hommage aux 1038 Compagnons qui ont marqué l'Histoire, alors que le dernier d'entre eux, Hubert Germain, vient de s'éteindre.

empty