Guillaume Devin

  • Les organisations internationales : entre intégration et fragmentation

    Guillaume Devin

    • Armand colin
    • 9 February 2022

    Depuis deux siècles, les organisations internationales incarnent les espoirs et les déceptions de la coopération internationale. L'augmentation de leur nombre et l'extension de leurs compétences sont spectaculaires. Le phénomène est devenu un fait politique et social majeur des relations internationales contemporaines. Tantôt il témoigne du rapprochement des acteurs internationaux, tantôt il révèle toutes les différences qui les séparent.
    L'un ne va pas sans l'autre. C'est le paradoxe des organisations internationales : contribuer au bien commun tout en servant les intérêts particuliers.
    Ce livre, sans équivalent en langue française, fait le choix d'une approche globale. Au-delà des trajectoires singulières des organisations internationales, il en saisit le mouvement général et propose une nouvelle manière de lire la transformation des relations internationales.

  • Prendre au sérieux l'idée que les faits internationaux sont des faits sociaux, c'est admettre que les relations internationales doivent être appréhendées par les sciences sociales et non pas seulement par le corpus convenu des « théories des relations internationales », principalement d'origine anglo-américaine. Ce livre s'attache à l'apport de dix concepts-clés appartenant à l'oeuvre de dix sociologues : la scène (Goffman), la structuration (Giddens), le champ (Bourdieu), l'interdépendance (Elias), la domination (Weber), la loyauté (Hirschman), la rationalité (Boudon), le conflit (Simmel), la réciprocité (Mauss) et l'intégration (Durkheim).

    Cette démarche originale entend enrichir l'étude des relations internationales en encourageant un réflexe d'ouverture vers la sociologie et, plus généralement, vers d'autres sciences sociales.

  • Sociologie des relations internationales

    Guillaume Devin

    • La decouverte
    • 1 March 2018

    Différente d'une approche exclusivement théorique ou d'une lecture purement historique, la sociologie des relations internationales appréhende les faits « internationaux » comme des faits sociaux. Elle privilégie la démarche empirique tout en l'accompagnant d'un effort de systématisation. Face à une incroyable accumulation d'événements et d'informations, il s'agit d'organiser la diversité des variables et des techniques internationales autour de quelques rubriques fondamentales : les acteurs, leur puissance, leurs objectifs, leurs instruments.
    La sociologie des relations internationales propose ainsi un cadre d'analyse suffisamment large pour saisir les permanences et les discontinuités des modes d'action internationaux dans la durée, mais aussi suffisamment précis pour définir ce qui fait leur spécificité aujourd'hui. Dans cette perspective, ce livre s'efforce de ne pas séparer l'empirie et la théorie, le passé et le présent, l'analyse des continuités et une réflexion plus globale sur le changement. Il ouvre des pistes fécondes aux études politiques internationales.

  • Sur la question syrienne, les désaccords interétatiques sont aujourd'hui criants. Est-il vraiment possible de parler de coopération internationale quand les vetos russes et chinois paralysent le Conseil de Sécurité de l'ONU et empêchent tout accord sur une politique commune en Syrie, où l'on compte déjà plus de 100 000 morts ?
    Saisie par des crises internationales de plus en plus spectaculaires, l'opinion commune peut difficilement croire à l'existence d'une communauté internationale soudée et à l'efficacité d'une coopération mondiale. Car les actes de violence éclipsent les gestes de concorde et les discours sur le multilatéralisme sont assimilés à la croyance naïve en un monde idéal.
    Pourtant, la création de nombreuses instances internationales depuis la fin du XIXe siècle, de l'Union télégraphique à l'Organisation Mondiale de la Santé, en passant par la Société des Nations, a contribué à un lent processus d'unification et de pacification du monde. Car les coopérations techniques et politiques permettent de réduire l'incertitude et de rendre le monde un peu moins éclaté. Sans idéalisme, elles nous rapprochent sans faire disparaître les rapports de force, elles produisent des visions communes sans supprimer les différences, elles pacifient sans éradiquer la violence. La coopération internationale existe, elle construit notre monde, elle l'améliore en silence.
    La coopération internationale : le seul chemin vers un monde pacifié.

  • Faire la paix ; la part des institutions internationales

    Guillaume Devin

    • Presses de sciences po
    • 2 July 2009

    Les institutions internationales contribuent-elles à la construction de la paix ? On pourrait en douter, tant les critiques abondent : dysfonctionnements, défaillances, soumission aux intérêts des États les plus puissants.
    Diplomates, universitaires et praticiens de ces institutions, les auteurs sont plus nuancés. Dans une perspective qu'ils jugent réaliste et constructive, ils soulignent les forces et les faiblesses de ce que les acteurs internationaux ont créé et qu'ils ne veulent pas abandonner. Au terme de leurs investigations, il apparaît que s'il demeure possible de faire la guerre contre l'avis des institutions internationales, il devient désormais difficile de se passer d'elles pour faire la paix.
    Le choix des questions traitées sécurité collective, désarmement, médiation, consolidation de la paix, sécurité humaine, réduction de la pauvreté et des inégalités, justice pénale internationale, multilatéralisme fait de cet ouvrage une référence sur les institutions internationales.

  • Les organisations internationales

    Guillaume Devin

    • Armand colin
    • 2 March 2016

    Dans un monde façonné par la libéralisation des échanges et la mondialisation de l'information, aucun domaine de l'activité humaine n'échappe désormais au besoin de concertation à l'échelle planétaire. Chaque problème nouveau engendre, à plus ou moins longue échéance, une nouvelle instance internationale baptisée selon les circonstances, forum, conseil, groupe, comité, organisation. Jamais les institutions internationales n'ont été aussi nombreuses. Elles possèdent toutes leur trajectoire particulière, leur organisation, leur degré d'autonomie variable vis-à-vis de leurs membres, rendant l'ensemble du système difficile à saisir dans tous ses détails.
    Cet ouvrage, sans équivalent en langue française, fait le choix d'une approche globale et privilégie l'étude des organisations internationales comme phénomène social majeur. Il souligne ainsi le mouvement propre à ces organisations et propose une nouvelle manière de lire la transformation des relations internationales.

  • Resources and Applied Methods in International Relations

    Guillaume Devin

    • Palgrave macmillan
    • 18 October 2017

    This book constitutes an up-to-date methodology reference work for International Relations (IR) scholars and students. The study of IR calls for the use of multiple and various tools to try and describe international phenomena, analyze and understand them, compare them, interpret them, and try to offer theoretical approaches. In a nutshell, doing research in IR requires both tools and methods-from the use of archives to the translation of results through mapping, from conducting interviews to analyzing quantitative data, from constituting a corpus to the always touchy interpretation of images and discourses. This volume assembles twenty young researchers and professors in the field of IR and political science to discuss numerous rich and thoroughly explained case studies. Merging traditional political science approaches with methods borrowed from  sociology and history, it offers a clear and instructive synthesis of the main resources and applied methods to study International Relations. 

  • Sociologie des relations internationales

    Guillaume Devin

    • La decouverte
    • 11 January 2007

    Différente d'une approche exclusivement théorique ou d'une lecture purement historique, la sociologie des relations internationales appréhende les faits " internationaux " comme des faits sociaux. Elle privilégie la démarche empirique tout en l'accompagnant d'un effort de systématisation. Face à une incroyable accumulation d'événements et d'informations, il s'agit d'organiser la diversité des variables et des techniques internationales autour de quelques rubriques fondamentales : les acteurs, leur puissance, leurs objectifs, leurs instruments. La sociologie des relations internationales construit un cadre d'analyse suffisamment large pour saisir les permanences et les discontinuités des modes d'action internationaux dans la longue durée, mais aussi suffisamment précis pour pointer ce qui fait leur spécificité et ce qui les distingue aujourd'hui. Dans cette perspective, ce livre s'efforce de ne pas séparer l'empirique du théorique, l'histoire du présent, l'analyse des continuités d'une réflexion plus globale sur le changement. Il ouvre des pistes fécondes aux études politiques internationales.

  • L'internationale socialiste

    Guillaume Devin

    • Presses de sciences po
    • 1 January 1993
  • La construction européenne

    ,

    • La decouverte
    • 11 January 2018

    Soixante ans après la signature du traité de Rome, la construction européenne a connu des développements considérables. Toute son histoire a été marquée par des phases de stop and go qui ont rendu son cheminement difficilement prévisible. L'institutionnalisation a servi d'aiguillon au dynamisme des intérêts, mais également à des mouvements de résistance, voire de rejet à l'égard d'une entreprise qui paraissait dotée d'une capacité d'extension continue. C'est cette capacité, déjà contestée depuis que l'opinion publique s'est invitée dans les débats européens à partir des années 1990, qui est aujourd'hui sérieusement mise en doute.
    La nouvelle édition de ce livre, devenu un classique, offre une introduction pédagogique sur la genèse, le fonctionnement et l'état actuel de la construction européenne. Le lecteur y découvrira ce qui donne à l'aventure européenne son caractère de processus largement non planifié. Il y trouvera également de nombreuses données sur les institutions européennes et leurs acteurs.

  • Tout en ayant son identité propre, la science politique s'enrichit en permanence de ses relations avec les autres disciplines. Preuve de son universalité, nombre de ses objets ont été appréhendés par l'anthropologie. Réciproquement, le décentrement anthropologique est l'occasion de revenir aux questions les plus essentielles des sociétés humaines.
    Ce livre s'attache à l'apport de dix concepts-clés appartenant à l'oeuvre de dix anthropologues : Geertz (la description), Douglas (l'institution), Leach (la structure), Sahlins (la culture), Godelier (l'imaginaire), Lévi-Strauss (l'échange), Van Gennep (le rite), Balandier (le changement), Clastres (le pouvoir), Girard (la violence).
    Cette démarche originale entend enrichir l'étude de la science politique en encourageant un réflexe d'ouverture vers l'anthropologie, et, plus généralement, vers d'autres sciences sociales.

  • La construction européenne (3e édition)

    ,

    • La decouverte
    • 9 September 2010

    La construction européenne est le produit d'un processus largement non planifié. Depuis son origine, trois logiques y concourent, tantôt antagonistes, tantôt complémentaires : les stratégies des États, la dynamique propre des institutions et l'organisation des intérêts. Leur interaction donne à la construction européenne son caractère de processus politique inachevé.
    Ce livre, rédigé par deux spécialistes reconnus, n'est pas un essai. Il est conçu comme un outil pédagogique qui rend accessible les débats actuels et l'état de la recherche sur les dynamiques et les soubresauts de la construction européenne. Le lecteur y trouvera les dernières données sur les institutions, leurs réformes et leurs transformations marquantes. Il pourra aussi y découvrir les théories, analyses et débats qui alimentent la production académique sur l'Union européenne.

  • Méthodes de recherche en relations internationales

    ,

    • Presses de sciences po
    • 2 June 2016

    Étudier les relations internationales, tenter de les décrire, de les comprendre, de les comparer, de les interpréter, d'en proposer des approches théoriques, c'est-à-dire faire de la recherche dans ce domaine, nécessite d'utiliser divers outils. De l'usage des archives à la traduction des résultats par la cartographie, de la conduite d'un entretien à l'analyse de données quantitatives, de la constitution d'un corpus aux interprétations toujours délicates des images et des discours, la recherche sur les relations internationales s'appuie ainsi sur les méthodes générales aux sciences sociales. Car, au-delà des particularités de ce champ d'étude, le fait international est d'abord un fait social.
    Grâce à de nombreux cas expliqués, et à l'expertise d'une vingtaine de chercheurs et enseignants, cet ouvrage propose la synthèse des principales ressources et méthodes appliquées pour mener une enquête en relations internationales.

  • Personnel politique français, 1870-1988

    , , , , , ,

    • Presses universitaires de france (réédition numérique fenixx)
    • 3 May 2019

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Les organisations internationales

    ,

    • Armand colin
    • 31 August 2011

    Ce manuel s'écarte de l'approche institutionnelle classique pour s'inscrire dans une perspective socio-historique des organisations internationales, privilégiant les jeux d'acteurs en mouvement plutôt que les règles et structures. Il les présente pour ce qu'elles nous apprennent sur une question précise. Leur action dans les domaines-clés de la coopération internationale (sécurité, environnement, commerce, droits de l'homme, etc.) est abordée dans le souci d'illustrer les interactions des OI avec le système international.

empty