Sciences humaines & sociales

  • Le Livre des violences - événement critique de l'automne 2009 - se concluait par une série de quatre reportages littéraires, sur quatre zones de conflits contemporains : en Asie du Sud-Est, en Europe dans l'ex Yougoslavie, en Somalie, à la Jamaïque.
    Nombre de lecteurs, ayant le souvenir de l'enquête de William Vollmann sur la pauvreté, menée selon la même méthode d'immersion et dans le même style empathique, ont jugé qu'il s'agissait des chapitres les plus forts de l'ouvrage. Ce sont à coup sûr les plus bouleversants.
    Le projet du Livre des violences compte, en tout, une trentaine de ces récits.
    Nous en entreprenons la publication exhausive, en quatre volumes dont l'unité sera géographique. Cet ensemble complètera le livre déjà paru - qui propose quant à lui une réflexion historique et morale sur la violence.

    William Vollmann a beaucoup voyagé et séjourné en Asie du Sud-Est au cours des vingt-cinq dernières années. Il en a ramené certains de ses reportages les plus intenses. C'est là, aussi, qu'il a fait la preuve, en plus de ses extraordinaires qualités d'écrivain, de ses compétences journalistiques hors-normes (le courage, le sens de l'événement). Ainsi a-t-il pu rencontrer, par exemple, le " Roi de l'Opium ", en Birmanie, mais aussi des chefs de guerre cambodgiens.

    Les reportages littéraires de William Vollmann sont saisissants à plusieurs titres - par la profondeur de l'investigation, la pluralité des témoignages, l'intensité descriptive, mais surtout grâce à la magniqique humanité du regard de William Vollmann lui-même.

  • " La révolution par les femmes a-t-elle échoué avant ou après avoir eu lieu ? " Angèle, Barbara, Mira, Mariette, Suzanne, Marouchka sont les victimes, diversement amochées, d'un monde où violence sexuelle et violence économique semblent indissociables. Armées de leur seule conscience politique - doublée d'un sens comique parfois involontaire - elles fomentent, avec l'aide de quelques hommes, dans les marges et sous-sols d'un grand ensemble appelé le Blockhaus, une révolution " post-féministe ". La Révolution par les femmes, roman politique et burlesque, est le premier livre de Corinne Aguzou.

  • L'affect

    Mehdi Belhaj Kacem

    " Événement et répétition et L'Affect reformulent les motifs existentiels de la génération post-68, innervée par les moeurs porno, la mécanique hypermarchande et l'attitude hip-hop mais désertée par le politique. Il y est question de névrose amoureuse, d'ennui occidental et du 11 septembre 2001. Avec une hauteur de vue inouïe pour un jeune homme de 31 ans, Mehdi Belhaj Kacem crée des concepts en croisant Deleuze et Lacan, en réfutant Heidegger et Wittgenstein ou en reprenant Bergson et Marx. " Philippe Nassif - Technikart

    Mehdi Belhaj Kacem est né à Paris en 1973. Il a publié, depuis 1994, dix livres aux Éditions Tristram.

  • " La prose chaotique de Mehdi Belhaj Kacem devient vivante puis virale, jusqu'à désintégration des "déchets de la signifiance". Il faut l'expérimenter. On sort de là exproprié, ravagé. Assoiffé, on relit. Aucun fragment prélevé du texte, aucun résumé, ne peut rendre compte de la pensée de l'auteur, qui ne trouve sa vérité que dans la transe poétique. Entre la "sauvagerie" des vingt dernières années, dont Kacem trace un portrait et une analyse exemplaires, et "l'orbe" qu'il offre de partager, le lecteur ne balance guère. " Éric Loret - Libération

    Mehdi Belhaj Kacem est né à Paris en 1973. Il a publié, depuis 1994, dix livres aux Éditions Tristram.

  • " Mehdi Belhaj Kacem, je ne vois pas d'autre image pour éclairer sa façon si singulière d'entrer par effraction dans la pensée, que d'évoquer l'abordage. Par sa pratique de l'abordage textuel simultanément sauvage et rigoureux, il est pirate de tout ordre spéculatif académiquement formulable. Il est la forme "anti" de cet ordre. Par sa discipline conceptuelle intime, il sert la philosophie, mieux que personne peut-être. " Alain Badiou

    Mehdi Belhaj Kacem est né à Paris en 1973. Il a publié, depuis 1994, dix livres aux Éditions Tristram.

empty