Paris-musees

  • "Un monde finissait, un autre allait naître. Je me trouvais là ; une chance s'offrait, je la pris. J'avais l'âge de ce siècle nouveau : c'est donc à moi qu'il s'adressa pour son expression vestimentaire. Il fallait de la simplicité, du confort, de la netteté. Je lui offrais tout cela."

    1 autre édition :

  • Route pittoresque, le Kisokaido est l'une des cinq voies créées au Japon durant l'époque d'Edo (1603-1868). Elle relie Edo (l'actuelle Tokyo), où le shogun a sa résidence, à Kyoto, siège de l'empereur. Contrairement au Tokaido qui rejoint l'ancienne capitale en longeant la côte, le Kisokaido traverse l'intérieur montagneux, suivant un itinéraire plus long, parfois ardu et très spectaculaire. Entre 1835 et 1838, le Kisokaido fait l'objet d'une série d'estampes réalisées par Eisen et Hiroshige, dont le succès est considérable. Puis, deux autres séries voient le jour : associant chaque estampe à une étape de la route, Kunisada et Kuniyoshi abordent le même thème de manière très personnelle, s'inspirant du théâtre et des légendes du folklore japonais. Complété d'un choix d'objets remarquables, cet ensemble inédit de cent soixante-treize estampes invite au voyage sur la route du Kisokaido.

  • Cet ouvrage sur l'âge d'or danois est une invitation à découvrir un courant pictural singulier et attachant, sans équivalent alors en Europe. Plus de deux cents oeuvres de peintres phares - comme Eckersberg, Købke, ou Rørbye - illustrent cette période artistique florissante comprise entre 1801 et 1864. Si leurs tableaux témoignent de l'identité politique, économique et culturelle du Danemark au XIXe siècle, ils se distinguent aussi par leurs sujets intimes : réunions familiales, modestes coins de nature, artistes dans leurs ateliers ou en voyage...

    À la lumière des recherches effectuées au cours des dernières décennies, cette synthèse inédite propose un nouvel éclairage sur l'âge d'or de la peinture danoise.

  • Le musée de la Vie romantique vous invite à découvrir une thématique emblématique et fascinante de la première moitié du XIXe siècle et l'une des plus puissantes sources d'inspiration de l'univers romantique : les tempêtes et les naufrages.

    ?À travers une sélection d'une soixantaine d'oeuvres - peintures, dessins, estampes, manuscrits - de plus de trente artistes des XVIIIe et XIXe siècles, cette exposition embarque le visiteur dans un récit vivant et illustré de la tempête maritime, depuis le déchaînement des éléments jusqu'aux conséquences souvent dramatiques du naufrage et de la perte avant le retour au calme en mer et sur terre.

    La mer, par sa démesure et sa violence, fait écho aux tourments intérieurs des artistes qui s'emparent des motifs de coups de vents, de nuages menaçants, de vagues se brisant sur des récifs, de navires en perdition et de personnages en danger afin de créer de véritables mises en scène sublimes et dramatiques. Ce véritable spectacle des éléments déchaînés dévoile aussi toute une palette de sentiments exacerbés comme la terreur, le courage ou l'admiration devant la force et la beauté de la nature.

    Au côté de tableaux et dessins de Joseph Vernet, Théodore Géricault, Théodore Gudin, Eugène Isabey, Eugène Boudin ou Gustave Courbet, résonnent les écrits tempétueux de Denis Diderot, Henri Bernardin de Saint-Pierre, Alphonse de Lamartine, Victor Hugo et Jules Michelet ainsi que les créations musicales de Ludwig van Beethoven, Franz Liszt ou Richard Wagner.

  • Dans le cadre de la Saison Africa2020, The Power of My Hands présente les oeuvres de seize artistes femmes issues de plusieurs pays africains anglophones et lusophones ou de la diaspora. A partir de leur propre histoire, ces artistes abordent les questions sociales qui déterminent la condition féminine. Aux essais inédits de Suzana Sousa, Odile Burluraux, Julie Crenn et Zethu Matebeni succèdent des entretiens réalisés avec chaque artiste.
    Mêlant récits de traumatismes et espoirs, cet ouvrage témoigne de leurs expériences de vie et engagements personnels en tant qu'artistes femmes africaines. Libératrices, leurs paroles comme leurs oeuvres font écho aux enjeux contemporains de genre et de sexualité et tendent à déconstruire un monde de l'art encore trop centré sur l'Occident comme norme et comme modèle. Catalogue bilingue français-anglais Bilingual French and English catalogue

  • Victor Brauner

    Collectif

    Le Musée d'Art Moderne de Paris consacre à Victor Brauner (1903-1966), figure singulière du surréalisme, une importante monographie regroupant plus d'une centaine d'oeuvres, peintures et dessins.

  • Victor Hugo, visions graphiques Nouv.

  • A l'occasion de l'exposition consacrée à la collection de pastels du Petit Palais, le catalogue offre un panorama des principaux courants artistiques de la seconde moitié du XIXe siècle, de l'impressionnisme au symbolisme, dont les fleurons sont représentés par les oeuvres de Berthe Morisot, Auguste Renoir, Paul Gauguin, Odilon Redon.

  • Homme curieux, peintre voyageur, soucieux de la vérité des hommes, François Auguste Biard (1799-1882) est l'un des représentants oubliés de la peinture romantique. Célèbre dans les années 1840 pour ses scènes de genre comiques, il est aujourd'hui reconnu pour ses paysages de l'océan Glacial ou de l'Amazonie, et salué pour ses oeuvres dénonçant le commerce des esclaves ou s'intéressant à la folie. Grâce à de nombreuses oeuvres inédites, cette première monographie à lui être consacrée restitue l'incroyable diversité de son parcours.

  • Ouvre ce livre et plonge dans l'aventure avec Neko, chat-mouraï malgré lui ! Monte sur le dos de la baleine et pars à la recherche de la belle princesse Yugi, à travers les spectaculaires dessins de maîtreI Kuniyoshi.

  • Hans Hartung

    Collectif

    « Le plaisir de vivre se confond pour moi avec le plaisir de peindre. Quand on a consacré toute sa vie à la peinture, quand on a essayé d'aller toujours plus loin, il est impossible de s'arrêter. » Hans Hartung.

  • Débutée dans les années 1970, la collection de Véronique et Louis-Antoine Prat est devenue l'un des ensembles privés de dessins parmi les plus prestigieux au monde. Ce catalogue révèle toute la puissance de cette sélection, qui se concentre sur l'école française avant 1900, et offre un panorama particulièrement représentatif de trois siècles d'art du dessin, de Callot à Seurat. La collection Prat résulte d'une rare alchimie : la rencontre d'un goût raffiné, d'un sens affuté de la chasse au trésor et, ici plus que jamais, d'une érudition sans faille.

  • Les Impressionnistes à Londres raconte lhistoire méconnue des artistes ayant quitté la France pour trouver refuge à Londres durant et après la guerre franco-prussienne et la Commune de Paris. Confrontés à la culture et au climat britanniques, ces expatriés exercèrent leur créativité dune manière nouvelle, saisissant les opportunités que leur offrait la capitale dun empire en plein essor, restituant dans leurs oeuvres les berges de la Tamise, les parcs verdoyants, les terrains de cricket ou encore les soirées mondaines de la haute société.
    Cet ouvrage réunit les artistes majeurs de cette période, Daubigny et Legros arrivés en éclaireurs, puis Monet, Pissarro, Tissot, Sisley et plus tard le jeune Derain. Les sculpteurs Carpeaux et Dalou, rejoints par Rodin, ainsi que ceux qui les soutinrent, mécènes, marchands dart et artistes britanniques, partagèrent cette expérience anglaise. Encouragés par quelques collectionneurs audacieux, peintres et sculpteurs ont contribué à faire évoluer la scène artistique anglaise. Leur expérience outre-Manche a pleinement participé à lextraordinaire épanouissement des arts à Londres et à Paris durant cette période troublée.
    Louvrage aborde ces relations artistiques franco-britanniques à travers plusieurs aspects : le traumatisme de la guerre et de la Commune pour les artistes français, la trajectoire particulière du peintre James Tissot, les méthodes denseignement de Dalou et Lantéri à Londres, ou encore la manière dont les artistes comme Monet et Whistler ont créé des motifs devenus mythiques comme le fameux brouillard londonien.

    « De nos jours, les gens voient les brouillards, non parce quil y a des brouillards, mais parce que peintres et poètes leur ont appris le charme mystérieux de tels effets. Sans doute y eut-il à Londres des brouillards depuis des siècles. Cest infiniment probable, mais personne ne les voyait, de sorte que nous nen savions rien. Ils neurent pas dexistence tant que lart ne les eut pas inventés. Oscar Wilde.

  • Monument emblématique de l'architecture des années 1930, le musée d'Art moderne de Paris, dont les collections regroupent prés de quinze mille oeuvres, est l'un des plus grands musées d'art moderne et contemporain. Au fil des reproductions accompagnées de notices commentées, ce guide présente un large choix d'artistes majeurs de l'histoire de l'art moderne et contemporain, de Picasso à Sheila Hicks. Le musée d'Art moderne de Paris abrite également d'exceptionnelles oeuvres in situ, comme les deux premières versions de La Danse de Matisse ou La Fée Electricité de Dufy. Essentiel, ce guide témoigne de la richesse et du dynamisme du musée d'Art moderne de Paris, lieu engagé en faveur de la création artistique des XXe et XXIe siècles.

  • Hubert Duprat

    Collectif

    Christian Besson, Nicole Caligaris, Jessica Castex, Noëlle Chabert, Patricia Falguières, Fabien Faure, Anna Gritz, Martin Herbert, Fabrice Hergott, Bertrand Prévost, Natacha Pugnet, Roland Recht, Pierre Senges.

  • Victor Hugo, les dessins

    Collectif

    Si Hugo n'a guère voulu montrer ses dessins de son vivant, des artistes phares ont depuis reconnu son audace, tel André Breton, qui y vit « des tableaux où la plus puissante imagination se donne cours ». Les Maisons de Victor Hugo, Paris / Guernesey, conservent aujourd'hui plus de sept cents feuilles, parmi lesquelles de très nombreux chefs-d'oeuvre. Gérard Audinet, leur directeur, s'attache ici à suivre pas à pas, année après année, l'intense fièvre graphique du poète, faisant de cette étude une véritable monographie. Cet ouvrage dévoile l'incroyable fécondité et la pleine liberté d'un écrivain dessinateur dont les yeux et la plume ne cessèrent de fouiller l'obscurité.

  • De la chute de Napoléon à la révolution de 1848, Paris, refusant tout repli identitaire, s'impose comme le carrefour culturel de l'Europe.

    Cet ouvrage met en scène l'extraordinaire foisonnement artistique qui anime Paris durant cette période. En dépit des aléas politiques, la capitale épouse l'anglophilie littéraire comme vestimentaire, se passionne pour l'Espagne, soutient la cause grecque et pleure la Pologne, découvre l'Allemagne sans pour autant renoncer à l'opéra italien. Elle attire aussi bien Rossini que Liszt et Chopin, se délecte des batailles littéraires et s'étourdit de luxe et de raffinements.

    À travers une iconographie abondante accompagnée de nombreux essais et commentaires d'oeuvres, l'ouvrage nous entraîne dans les hauts lieux parisiens du romantisme : des galeries du Palais-Royal au Salon, de la Comédie-Française à la bohème du Quartier latin, de la Nouvelle Athènes aux Grands Boulevards.
    Loin de se limiter à la peinture et à la sculpture, cette promenade englobe l'architecture, la littérature, le théâtre, la musique, l'opéra et la danse, sans oublier la mode et les arts décoratifs, offrant ainsi au lecteur un panorama saisissant de l'effervescence de l'époque romantique.

    Exposition au Petit Palais et au musée de la Vie romantique du 22 mai au 15 septembre 2019

  • Cet ouvrage, guide officiel des catacombes, propose une promenade à travers Paris souterrain depuis la formation des premières carrières jusqu'à la transformation en ossuaire municipal et, plus tard, à la création du musée.

  • Catalogue publié à l'occasion de l'exposition présentée au Petit Palais - Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, du 14 novembre 2019 au 23 février 2020, puis au Museo e Real Bosco di Capodimonte à Naples, du 20 avril au 26 juillet 2020. Le production de Luca Giordano est immense : plus de cinq mille oeuvres sont répertoriées. Sa capacité d'adaptation et sa virtuosité lui valurent de très nombreuses commandes, tant à Naples qu'à Florence, mais aussi en Espagne où il séjourna dix ans à la cour de Charles II. Ses peintures sont abondamment présente dans les collections publiques françaises : Giordano exerça d'ailleurs une très forte influence sur les peintres du XVIIIe siècle. Ce livre est le premier ouvrage en fançais sur l'artiste : un portrait d'un artistes indifférent aux codes et aux règles, doué pour les affaires, essentiel pour comprendre le paysage artistique européen du XVIe siècle. Sommaire du catalogue : Une histoire de Luca Giordano (essai d'une centaine de pages par Stefano Causa), Lucas Giordano et l'Espagne (par Andrés Ubeda de los Cobos), La France et Luca Giordano (par Pierre Stépanoff), Notices des oeuvres exposées... Une centaine de peintures et dessins reproduits.

empty