Lettres Du Monde

  • "Irrécupérable" : ainsi fut qualifié Serge Thiry quelques mois avant sa libération conditionnelle en 2004. Il avait vécu 27 ans derrière les barreaux. Que s'est-il donc passé ? Comment ce braqueur de légende ce détenu invivable qui avait cinq évasions à son actif, avec prises d'otages à main armée, a-t-il pu changer de route et sortir des murs ? Comment est-il devenu ce chantre des mal-aimés dont les jeunes d'un peu partout écoutent, fascinés, le témoignage ? En contant les péripéties de sa turbulente existence, Extra-Muros pose des questions essentielles, dérangeantes sur l'utilité et l'avenir de nos prisons.

  • A peine guérie d'un échec amoureux, Katia se lie, sans grande conviction, au videur d'une boîte de nuit, Quand elle veut rompre, il se met à la harceler. En rentrant d'une virée, au petit matin, elle le retrouve sur son palier. Elle lui propose d'entrer avec elle pour discuter, Sans s'en douter un instant, elle ouvre sa porte à la mort, à la folie, aux ténèbres, Elle en émergera avec peine, sa rédemption sera chaotique mais finalement éblouissante.
    A chacune de ses apparitions à la télévision française, notamment dans l'émission Toute une histoire, Katia a suscité l'engouement du public par sa personnalité attachante et son parcours tourmenté, hors du commun...

  • Flaubert

    Mireille Maquoi

    La vie ronronne, dans le petit village ardennais de Rettencourt. Sans la guerre ouverte qu'elles se livrent, Grâce Martin et sa jeune soeur Carmen trouveraient sans doute leur quotidien bien fade. Jusqu'à cette soirée de juin où Charles de Méry sonne à leur porte.
    Il vient s'installer, avec sa séduisante compagne, dans la somptueuse propriété voisine et propose aux jeunes du coin de l'aider à la restaurer. Excités par l'aventure, ils ne se doutent pas que leurs coups de pioche vont, en très peu de temps, faire voler en éclats leurs existences, avec leurs repères et leurs certitudes. En même temps que les portes de l'enfer se referment sur sa famille, Grâce affronte un tourbillon d'expériences nouvelles qui la conduiront au coeur d'une enquête policière et d'un procès d'assise.

  • L'auteur a commencé à faire des vers à seize ans par l'intermédiaire d'une enseignante qui avait demandé à ses élèves d'élaborer un texte poétique. Trouvant l'idée originale, elle eut la surprise d'en créer un sans trop d'efforts et lorsqu'elle dut le lire devant toute sa classe, sa passion d'écrire des poèmes était née. Munie d'une licence d'anglais et d'un niveau CAPES et CAPLP2 et après une interruption d'écriture pendant près de quinze ans, à travers " Mon petit univers ", la première partie de ce recueil de poésie, elle souhaite montrer à ses lecteurs sa personnalité. Par ses origines franco-marocaines, elle a toujours ressenti un amour immodéré pour la Grèce et cela même bien avant de la visiter. Des photos de magazines et les chansons de Demis Roussos furent des éléments déclencheurs. Dans " Retour en Grèce ", elle vous fait part de sa passion pour ce pays qu'elle adore mais qu'elle n'avait pas revu depuis une vingtaine d'années.

  • A travers ce texte exceptionnel sur Alexandre le Grand, figure mythique de l'histoire, située au carrefour de deux mondes : le " TRADITIONNEL " et celui de la " REPUBLIQUE " de Platon et de la " DEMOCRATIE " athénienne à laquelle l'initia son précepteur Aristote, l'auteur, passionné par les grands problèmes du monde contemporain et féru de culture classique, donne un grandiose exemple de confrontation, à vingt-trois siècles de distance, des opinions, des croyances et des mentalités à la base des conflits qui agitent les peuples.
    Plus de deux cents notes littéraires, philosophiques et historiques, mais également scientifiques, religieuses et artistiques y figurent pour nous aider à nous plonger dans ce monde, en donnant à l'histoire sa véritable dimension : celle de la pensée humaine.
    Tout au long de ce récit traité non à la manière d'un manuel, mais en redonnant vie à ces personnages, grâce à l'apport de nombreuses paroles historiques, les réflexions des plus grands hommes du passé, d'Aristote à Einstein, d'Homère à Shakespeare, et de César à Bismarck, sans oublier Napoléon, font de ce moment exceptionnel de l'hisotire, un message du temps passé, comme pour, dans une époque qui se cherche et qui doute, nous aider à mieux la comprendre.

  • Ce livre est né des rencontres qui ont parsemé, nourri, vivifié ma vie.
    Telles celles du professeur Paul Ricoeur (à qui je l'ai dédié), de l'archiprêtre de la cathédrale de Strasbourg : Pierre Bockel, compagnon de résistance, puis ami proche d'André Malraux dont il évoque ici la spiritualité profonde ; du professeur psychiatre Lucien Israël qui m'a rendue à la vie fervente ; des philosophes qui ont guidé mes chemins de vie ; et de tant de témoignages d'êtres de lumière : Marie de Hennezel, le prêtre Léon Burdin, des Psys, entre autres...
    Qui nous parlent de la vie " jusqu'au bout " des malades incurables en soins palliatifs, ce qui nous confronte à la question redoutable, humainement et spirituellement parlant, de l'euthanasie. Ces rencontres, ces lectures ont inscrit en moi des paroles vives qui m'ont tenue bien en vie dans ma vie malgré les désarrois moraux et sentimentaux, et un accident de santé qui a mis mon existence en péril.
    C'est pourquoi j'ai à coeur de les re-donner à mon tour. Puissent-elles aider aussi les personnes qui subissent douleurs, angoisses mortelles, à ne pas tomber dans la déréliction ! Ce livre s'appelle : Dieu es-tu là ?, tant il est vrai qu'au cours des afflictions de notre vie une question finit toujours par s'insinuer et insister en nous Que vaut notre vie s'il n'y a ni âme ni Dieu ? M.C.

  • Dans «Le rêve de Lui», l'auteure ne raconte pas les rêves de la jeune fille qu'elle était mais de la femme mûre qu'elle est devenue à quarante ans. Elle a dû se reconstruire complètement pour retrouver sa joie de vivre, se remettre à l'écriture et composer ces poèmes pleins d'optimisme après le drame terrible qu'elle ne peut encore nommer et qui lui est arrivé à vingt six ans. Cependant, elle a appris une chose essentielle de sa malheureuse expérience: ce qu'il faut toujours garder foi en l'existence et lui faire confiance quels que soient ses aléas! Elle a survécu quinze longues et douloureuses années où elle s'est battue pour pouvoir revivre dignement avec à nouveau des projets et puis, un jour alors qu'elle n'y croyait plus vraiment, elle a aperçu une lumineuse clarté au bout d'un tunnel qui avait été si affreusement noir! Elle était sauvée!
    Ses rêves, d'amour en particulier, étroitement lés à sa passion de l'écriture, qui l'avaient désertée depuis si longtemps, sont revenus en force, plus puissant qu'avant! Elle qui les avait crus bel et bien morts réalisa à sa grande surprise qu'en fait, ils avaient sommeillé au fond d'elle toutes ces années et n'attendaient que d'être réveillés au moment opportun.
    Dans «La désillusion», l'auteure reperd un petit peu de ses espoirs (mais cette fois pas son envie d'écrire) qu'elle avait regagnés cependant avec tant de difficultés! Parce qu'en fin de compte, la réalité est-elle toujours à la hauteur de nos espérances? Et la vie n'est-elle pas faite d'une succession de hauts et de bas, d'une alternance d'espoirs et de désespoirs?

  • Découvrez Grandir entre deux guerres, le livre de Pierre Jaudon. Cadet d'une famille de six enfants originaire de l'Aveyron, Pierre Jaudon publie les réponses apportées au questionnement sans fin de ses onze petits-enfants au cours des années 1990 à 1995 qui suivaient son passage à la retraite. Ce sont naturellement les années historiques de la première partie de sa carrière qui eurent le plus de succès. Une occasion unique de se remémorer le temps d'entre deux guerres où la France faillit disparaître et le temps de la résurrection inespérée où elle reprit sa place de grande puissance. Né des curiosités de la jeunesse, ce livre est dédié à tous les jeunes d'aujourd'hui, notamment ceux qui affrontent la période difficile que nous vivons, pour qu'ils ne perdent surtout pas courage et restent attentifs à la chance qui ne manque jamais de passer.

  • Biologiste et naturaliste, l'auteur nous entraîne dans ses expéditions de chasse, pour nous faire découvrir les comportements naturels des prédateurs et de leurs proies, au sein d'un environnement sauvage et primitif.
    Il y rencontre aussi les hommes, et observe que "la manière dont se pratique la chasse, la façon dont le gibier se traque, se prépare et se mange, révèle le caractère du pays profond". L'après chasse est un moment privilégié : au bivouac, à la belle étoile, autour d'un feu, les hommes se libèrent et se dévoilent. Pierre Bourély, en traquant, devient un prédateur. Dans la brousse, la steppe, ou la jungle, sur ses traces, vivons avec lui la magie et le romantique des chasses aventureuses.
    Le soir, dans l'humble cabane, la tente précaire ou la promiscuité d'une chambrée, écoutons le parler des armes, des trophées, des "exploits" des chasseurs, avec le vocabulaire des combats amoureux, qu'il ne craint pas de rapprocher des péripéties de la chasse. Ennemi de la langue de bois, il pratique avec humour et provocation, celle des forêts, plus libre et parfois féroce. Oui, il nous parle de chasses et d'autres choses.
    On le lit jusqu'à l'hallali ! Ses reportages l'ont mené partout dans le monde. En véritable globe-hunter.

  • D'ordinaire le psychiatre est celui qui écoute.
    Dans ce livre un psychiatre vous raconte toute sa vie. Voulez-vous, pour un temps, vous mettre à son écoute ? Vous verrez s'esquisser ses traits de caractère, sa personnalité, vous assisterez à la genèse de sa vocation de thérapeute avec ses choix, ses engagements, son éthique face aux faits marquants de notre histoire, nazisme, guerre d'Algérie et autres violences, sa résilience enfin, face aux blessures de l'existence.
    En entrant avec lui dans les hôpitaux psychiatriques, où sont morts de faim pendant la deuxième guerre mondiale 40 000 malades, vous aurez une pensée pour eux.
    Vous le suivrez dans les prisons, dans les groupes de thérapie et de parole. Vous croiserez des personnages qui ont défrayé la chronique comme Patrick Henry. Vous entendrez Robert Badinter plaider l'impossible au procès des derniers condamnés à mort en France, après la tuerie de Clairvaux. Vous approcherez la Gestalt, psychothérapie post psychanalytique. En privilégiant l'expression des émotions, elle nous libère de bien des tensions et nous aide à sortir de douloureuses impasses.
    Et surtout, vous pourrez vous mêler à la foule des inconnus, où peut-être reconnaîtrez-vous quelques-uns de vos semblables venus confier au thérapeute le pire des cancers, celui de l'âme. Sensibles aux joies et aux peines de coeur, écorchés vifs ou simplement curieux du fonctionnement de la psyché, vous serez touchés par ses mémoires.

  • Henry d'Humières a publié en 2004 une brochure intitulée " un service national pour l'avenir de la jeunesse et la pérennité de la France. " Actualisant les propositions de ce document de référence, il propose avec force un service civique obligatoire pour tous les jeunes français. Pour en arriver à cette conclusion, il observe les évolutions de la société française, destructrices pour une bonne partie de la jeunesse. Il analyse les réalisations mises en oeuvre entre l'été 1940 et le début 1944 par le Maréchal Pétain au profit de la jeunesse française. Il rappelle les dispositions prévues par la proposition de loi examinée en novembre 2003 par la Commission des affaires culturelles, familiales et sociales de l'Assemblée nationale, qui aboutissait à créer un service civique obligatoire pour tous les jeunes français. II illustre son propos en examinant les actions actuelles de formation de jeunes volontaires réalisées dans un cadre militaire (S.M.A. - E.P.I.D.E.) et présente les diverses modalités d'un service civique obligatoire.

  • Servir

    Henry d' Humières

    SERVIR - servir la France et les français, c'est ce qu'a toujours fait Philippe Pétain, Général victorieux en 1918, après le désastre de juin 1940, le maréchal Pétain se dévoua afin d'assurer, comme chef de l'Etat, la sauvegarde de la Patrie.
    Ayant conclu avec l'ennemi un armistice sauveur, il se consacra à préparer la revanche contre l'armée allemande et le redressement du pays par sa politique familiale, sociale et de formation de la jeunesse. Non sans difficultés, il protégea la grande majorité des français sur un territoire occupé par l'ennemi, mais fut déporté en Allemagne le 20 août 1944 sur ordre de Hitler, qui lui reprochait sa résistance permanente.
    SERVIR, c'est ce que fit en Algérie, de 1954 à 1962, l'armée française (avec 250000 combattants français musulmans, dont les "Harkis ") au service de la population et pour bâtir une Algérie nouvelle. Jacques Soustelle et Robert Lacoste avaient fait en sorte que l'armée mène une politique de pacification facilitant le rapprochement des deux communautés. L'épopée des SAS constitua un changement révolutionnaire avec la réalisation de la réforme communale et la mise en place de petits cadres français-musulmans.
    Assistance médicale et sociale sur tout le territoire, Equipes médico-sociales itinérantes, Mouvement de Solidarité féminine firent évoluer la femme musulmane. L'armée française agit spécialement pour la scolarisation et la formation de la jeunesse musulmane avec création d'organismes spécifiques, dont le Service de Formation des Jeunes d'Algérie. L'Armée oeuvra pour l'aménagement et le développement de tout le territoire algérien.
    SERVIR pour un avenir au service des hommes en faisant appel à la jeunesse, lui inculquant des valeurs pour faire face à la crise morale et civique dont souffre actuellement la société française. Ce peut être réalisé en particulier par des services civiques obligatoires (pour les jeunes des deux sexes) : service de protection civile, de préformation et promotion sociale, de solidarité dans les domaines sanitaire et social.
    Un tel service serait mis en place en France et dans les pays en développement, dont ceux d'Afrique, en "équipes mixtes " (jeunes européens et jeunes africains). Ce service interviendrait avec l'extension des relations culturelles mutuelles et la réalisation de projets conçus par " l'Organisation internationale de la Francophonie ". MALHEUREUSEMENT, depuis 1945, ce n'est pas la vérité historique qui est enseignée aux français, mais une Histoire hémiplégique et notre société, avec " le politiquement correct " baigne dans le " mythe gaullien ".
    Il en est ainsi en ce qui concerne la connaissance des faits qui se sont déroulés réellement entre le 17 juin 1940 et le 20 juin 1946 en France, en Afrique, en Syrie, où Charles de Gaulle, le " pseudo-libérateur ", fit couler le sang français. Il en est ainsi aussi en ce qui concerne les conditions dans lesquelles Charles de Gaulle, ayant repris le pouvoir en mai 1958, livra la province française d'Algérie aux terroristes du FLN, avec la situation désastreuse qui en résulta tant pour les hommes d'Algérie (Harkis et " Pieds-Noirs "), que pour cette Algérie et pour la France elle-même.
    La POSTFACE rappelle d'abord que, durant quatre années, le maréchal Pétain, protégeant les français, mit en place ce qui devait permettre la rénovation de la France. C'est par une " Haute-Cour " illégale que le Maréchal fut condamné, subissant ensuite un dur calvaire jusqu'à la veille de sa mort le 23 juillet 1951, alors qu'il avait par quatre fois sauvé la France ! Il serait temps que, réhabilité, le vainqueur de Verdun repose à Douaumont au milieu de ses soldats.
    Ensuite dans la postface, sous le titre " France-Afrique " sont évoquées les relations particulières entre la France et les populations issues de ses colonies, notamment d'Afrique : durant plus d'un siècle, au sein de l'Armée française, des centaines de milliers d'africains combattirent, un bon nombre jusqu'au sacrifice suprême. Ce fut le cas de l'armée d'Afrique reconstituée en 1941 par le général Weygand, qui rendit la gloire aux armes de la France et libéra un tiers du territoire métropolitain.
    La postface se termine en souhaitant qu'un combat commun - jeunes européens et jeunes africains - pour le développement des pays africains se réalise en particulier dans les domaines de l'Education, de la Santé et de l'Eau.

empty