Sciences & Techniques

  • L'histoire célèbre les victoires que les médecins ont remportées sur les maladies. Mais elle néglige leurs patients dont les troubles, les souffrances ou les plaintes ont inauguré de nouveaux diagnostics, remis en cause certaines théories médicales ou ouvert des perspectives thérapeutiques inédites. Ciselés comme des nouvelles, ces récits de patients zéro racontent une autre histoire de la médecine : une histoire « par en bas », dans laquelle des malades qui parfois s'ignorent et des patients comptés trop souvent pour zéro prennent la place des mandarins et des héros.
    Parmi ces « cas », certains sont célèbres, comme le petit Joseph Meis-ter, qui permit au vaccin antirabique de Pasteur de franchir le cap de l'expérimentation humaine, ou Phineas Gage, dont le crâne perforé par une barre à mine révéla les fonctions du lobe frontal. La plupart sont oubliés ou méconnus, comme Auguste Deter, qui fit la renommée d'Aloïs Alzheimer, Mary Mallon, la plus saine des porteurs sains, qui ne souffrit jamais de la typhoïde qu'elle dissémina autour d'elle, ou Henrietta Lacks, atteinte d'un cancer foudroyant, dont les cellules dotées d'un pouvoir de prolifération exceptionnel éveillèrent la quête du gène de l'immortalité en voyageant autour du monde. À travers eux, ce livre interroge les errements, les excès et les dérives de la médecine d'hier à aujourd'hui.
    Des origines foraines de l'anesthésie générale aux recherches génétiques ou neurobiologiques les plus actuelles en passant par les premières expériences de réassignation sexuelle, il tente de rendre justice aux miraculés, aux cobayes ou aux martyrs dont la contribution au progrès de la connaissance et du soin a été aussi importante que celle de leurs médecins, illustres ou non.

  • Deux mois de grève et cent quarante jours de campement à l'hôpital psychiatrique d'Amiens, dix-huit jours de grève de la faim par les blouses noires de celui de Rouen, des grèves à Rennes, Saint-Étienne, Niort... En 2018, un mouvement social inédit a remué la psychiatrie française et se poursuit depuis, mettant en lumière les effets dévastateurs des restrictions budgétaires et des plans de rationalisation managériale que subissent soignants et soignés depuis trente ans.

    Nourri de l'expérience de terrain du psychiatre Mathieu Bellahsen et des enquêtes de la journaliste Rachel Knaebel, ce bref ouvrage retrace l'impressionnant démantèlement de la psychiatrie française à l'origine de ces mobilisations. Il montre comment la psychiatrie de secteur, promouvant des formes de soins tournées vers l'émancipation des patients, comme alternatives à l'enfermement, a été progressivement étouffée au profit de la gestion normalisante de la santé mentale. Et comment cette évolution a été favorisée par l'émergence d'une nouvelle neuropsychiatrie, opérant un changement radical. De l'autisme à la schizophrénie, le patient comme être humain n'est plus au centre du soin, seuls sont pris en compte ses neurotransmetteurs, son imagerie cérébrale, ses gènes. Il en résulte une attaque en profondeur du service public, cantonné à la gestion des urgences et des plus précaires, au profit d'acteurs privés qui prospèrent sur le marché des prises en charge réputées scientifiques.

    Rachel Knaebel et Mathieu Bellahsen relatent également les luttes de groupes de patients et de certains professionnels, pour l'introduction de contre-pouvoirs dans l'institution psychiatrique, aux racines du mouvement social de 2018. Elles remettent la question du soin psychiatrique au centre de la société et permettent le maintien de pratiques alternatives, même dans des structures attaquées par la technocratie et la privatisation. Un livre d'espoir, donc, pour les familles, les patients et les soignants, qui ouvre les pistes d'un futur émancipateur pour la psychiatrie.

  • Le jeûne : méthode simple et efficace pour traiter de nombreuses maladies ? Depuis le docteur Henry Tanner en 1880 à New York, en passant par les médecins russes des années 50 jusqu'au biologiste américain Valter Longo qui fait jeûner aujourd'hui des souris atteintes de cancer avec des résultats stupéfiants, les études scientifiques sur ce sujet ne manquent pas. Cette enquête de plusieurs années restitue l'histoire du jeûne thérapeutique. Dans les pays occidentaux où l'espérance de vie en bonne santé régresse, la pratique ancienne du jeûne apparaît comme une thérapie nouvelle. Ce n'est pas le moindre des paradoxes soulevés par ce livre. Car dans une société où la logique consumériste est poussée jusqu'à l'absurde, le jeûne pose la question dans un paradoxe salvateur : « Moins peut-il être plus ? »

  • Le sommeil est l'une des dimensions les plus importantes de notre vie et, paradoxalement, c'est aussi l'une des moins connues. Jusqu'à très récemment, la science était incapable de répondre à ces questions : pourquoi dormons-nous ? Quelles sont les conséquences du manque de sommeil sur notre santé ? Et quelle est l'utilité du sommeil ?
    En agissant sur notre cerveau, le sommeil favorise nos capacités à apprendre, à mémoriser et à prendre des décisions logiques et rationnelles. Il réajuste nos émotions, réapprovisionne notre système immunitaire et règle avec précision notre métabolisme. Quant aux rêves, ils apaisent nos souvenirs douloureux et créent un espace de réalité virtuelle favorable à la créativité.
    Traduit dans une trentaine de langues, Pourquoi nous dormons dévoile pour la première fois les dernières grandes découvertes sur le sommeil et les rêves, dont il nous explique l'importance vitale. Un livre capital.

  • A l'heure où les cancers et les maladies dégénératives du cerveau (type Alzheimer et Parkinson) n'ont jamais fait autant de victimes, les industriels redoublent d'imagination pour cacher la responsabilité de leurs produits toxiques. Dans ce livre, André Aschieri, ancien vice-président de l'Agence française de sécurité sanitaire environnementale et du travail (AFSSET), dévoile la manière dont les lobbies industriels les plus puissants (chimie, biotechnologies, nucléaire...) s'organisent en France et en Europe pour paralyser la prévention malgré la progression dévastatrice de ces maladies. Il révèle comment, pour protéger leurs marchés, des lobbyistes et des élus s'efforcent de neutraliser les agences chargées d'évaluer la toxicité de leurs produits. Ces produits qui composent notre environnement quotidien, nos vêtements, nos ustensiles ordinaires, notre mobilier, nos médicaments et notre alimentation sont en effet entrés dans une période d'intense transformation (grâce aux nouvelles molécules, aux nanomatériaux et aux biotechnologies), dont les retombées économiques attendues par les investisseurs sont si grandes qu'ils font preuve d'un cynisme sans précédent. Documents et témoignages à l'appui, l'auteur dévoile aussi les complicités des responsables politiques qui leur apportent un soutien actif (en particulier Roselyne Bachelot, ministre de la Santé) et qui relayent activement les volontés des grands groupes.

  • En 1984, Sven Ortoli et Jean-Pierre Pharabod publiaient Le Cantique des quantiques (La Découverte), un livre salué à l'époque comme l'un des meilleurs ouvrages de vulgarisation sur le difficile sujet de la mécanique quantique, traduit en six langues, vendu à 70 000 exemplaires en langue française.
    Mais, depuis un quart de siècle, le paysage a radicalement changé : la manipulation et l'observation d'éléments quantiques uniques (un électron, un photon, un ion, un atome, une molécule), engagées dans les années 1960, sont devenues faciles et presque banales. Des idées invraisemblables sont devenues testables et des expériences jusque-là impossibles ont été réalisées : leurs résultats sont venus confirmer et amplifier les aspects les plus déroutants de la théorie des quanta, ouvrant la porte à des applications techniques révolutionnaires, comme l'ordinateur quantique.
    Fables éclairantes et schémas à l'appui, les auteurs dessinent ici dans un langage clair, drôle et rigoureux, les nouveaux contours de cet étrange monde quantique sans lequel nous n'aurions ni Internet, ni ordinateurs, ni téléphones portables, ni rien de ce qui a permis la société de la communication. Un monde hors de l'espace-temps, où les particules savent se téléporter et vraisemblablement remonter le temps.
    Un monde dont les nouvelles frontières, théoriques et expérimentales, plongeront le lecteur dans un inexorable mais délicieux vertige métaphysique.

  • Une piste d'atterrissage aménagée là où les buffles paissaient autrefois, des terrains de golf remplaçant le désert et la savane, des villages vivant de la pêche ou de la chasse transformés en gigantesques complexes touristiques. Nombreux sont les endroits du monde que le tourisme a altérés, rongeant ce qui les avait justement rendus attirants à l'origine : la nature et l'environnement, les modes de vie et de pensée.
    Des canaux de Venise aux plages de Cuba, en passant par les temples de Bali, la jungle du Costa Rica, les fjords norvégiens ou encore les savanes du Kenya, ce livre propose un voyage singulier au coeur d'une problématique cruciale : comment visiter de tels lieux sans que notre présence ne cause leur perte ? Comment encadrer l'industrie touristique de façon à ce qu'elle contribue à la sauvegarde de ces endroits et de leur cachet plutôt qu'à leur destruction ? Et, compte tenu du changement climatique qui menace la planète, pouvons-nous continuer à voyager ?
    Dans le récit attachant de son tour du monde, émaillé de nombreuses histoires, l'auteur nous invite à découvrir ce que peut être un tourisme qui préserve et valorise le caractère local d'une destination, et qui profite au bien-être de ses habitants. Le tourisme est devenu une puissance que plus rien ne peut arrêter. En tant que voyageurs, nous avons beaucoup à apprendre, et beaucoup à apporter. Il n'est pas encore trop tard. Mais il faut se dépêcher.

  • De la multiplication des informations chiffrées aux querelles sur le " vrai chiffre ", en passant par les chiffres fantaisistes, les nombres sont devenus omniprésents dans les médias et les discours publics.
    Car l'information chiffrée apparaît comme une preuve d'objectivité et de sérieux. Elle serait même trop sérieuse pour que l'on ennuie le lecteur ou le téléspectateur avec des considérations techniques sur sa validité... Face aux dérapages et aux manipulations qu'accompagne cette nouvelle religion du chiffre, les spécialistes de l'Association Pénombre ont décidé de réagir à l'usage illicite des chiffres et à la perversion du débat citoyen qu'il implique.
    Dans cet ouvrage, ils livrent le fruit de cinq années d'observation critique, sous la forme d'un abécédaire plein d'humour. De A comme " Adolescents à Z comme " Zéro ", en passant par C comme Chômage ", I comme " Immigration " ou S comme " Santé ", ils proposent un florilège élaboré - nourri de très nombreux exemples - des diverses formes du mauvais usage des chiffres : erreurs involontaires, manipulations délibérées, etc.
    La lecture de livre est facilitée par un astucieux système de repères permettant de naviguer entre les articles en fonction de diverses grilles d'entrée (par thème, par types d'erreurs ou de manipulations). Et surtout par un ton alerte qui n'évite ni les débats de fonds ni les traits d'esprit, comme le souligne la préface du journaliste Philippe Meyer.

  • L'histoire des biotechnologies appliquées à la procréation est une succession inextricable de conquêtes techniques et d'innovations morales : les interventions médicales sur la procréation ont été concomitantes à la démarche consistant à " juger la vie ".
    Comment le droit et la médecine ont-ils tenté de forger des outils pour juger de l'opportunité et de la qualité de la vie des enfants à venir ? C'est à cette question majeure qu'entend répondre ce livre. Son originalité est de croiser des contributions de praticiens et de chercheurs des sciences de la vie, de philosophes et de spécialistes des sciences sociales, qui confrontent leurs points de vue.
    Depuis 1994, des normes ont été établies en France pour définir qui peut juger la vie des enfants à venir. Elles accordent un rôle essentiel aux médecins, mais sans leur donner pour autant des références précises pour l'assumer. Partant du malaise provoqué par cette situation et qu'expriment les acteurs eux-mêmes, cet ouvrage cherche plus à démythifier et à éclaircir les principaux termes du débat qu'à donner des solutions définitives.
    Il cherche aussi à proposer quelques repères, aussi bien pour le législateur que pour la société civile, afin de se situer peut-être autrement face à des choix politiques complexes.

  • Vingt-cinq ans de sida.
    Peut-on imaginer pire anniversaire, alors qu'aucun vaccin ne se profile à l'horizon et que, chaque année, les pires prévisions se confirment ? Le sida touche aujourd'hui près de 40 millions de personnes dans le monde et fait chaque année près de 3 millions de victimes. Depuis près de vingt-cinq ans, Eric Favereau suit le sida comme journaliste à Libération. Et vit au jour le jour les mystères des premiers temps, l'inquiétude qui grandit, la panique qui s'installe, puis les malades qui refusent la fatalité.
    Pour rendre compte de ce qui n'est pas une histoire, mais une guerre de tous les instants, une résistance contre un virus qui s'attaque au plus intime de l'individu, Eric Favereau a choisi de restituer ici la chaîne humaine qui s'est construite dans cette lutte. A partir d'une dizaine d'entretiens, ou de dialogues, réalisés tout au long de ce quart de siècle avec des acteurs clés de cette lutte (chercheurs et médecins, politiques, militants...), il donne à voir tous ces gestes, anonymes ou spectaculaires, qui, à force de se répéter, ont fini par bâtir une réponse collective.
    Dans l'histoire de l'humanité, jamais une maladie n'avait suscité pareille riposte. Il y a des visages, il y a des moments... ahurissants. Séparés les uns des autres, ce ne seraient que miracles, jolis coups d'épée dans l'eau. Rassemblés, ils ont la force et la fragilité d'une dune.

empty