Editions Du 38

  • Nouvelle traduction par Jean-Yves Cotté de l'essai qui bouleversa toute la condition féminine à l'échelle de son siècle, et qui rassemble une série de conférences sur le thème de la fiction et des femmes que Virginia Woolf donna en 1928 à l'université de Cambridge.
    « Une femme doit avoir de l'argent et un lieu à elle si elle veut écrire de la fiction. » À la manière d'un roman, et s'appuyant sur l'histoire littéraire, Virginia Woolf retrace le cheminement qui l'a conduite vers cette célèbre thèse, qui reste incontournable de nos jours. Chef-d'oeuvre de la littérature féministe, ce texte met en perspective la question de l'écriture et des femmes au sein de la littérature contemporaine.
    « J'aime souvent les femmes. J'aime leur anticonformisme. J'aime leur complétude. J'aime leur anonymat. » Virginia Woolf (Adeline Virginia Alexandra Stephen 25 janvier 1882 - 28 mars 1941) est une femme de lettres anglaise, l'un des principaux auteurs modernistes du XXe siècle, et une féministe. Dans l'entre-deux-guerres, elle est une figure marquante de la société littéraire londonienne et un membre central du Bloomsbury Group, qui réunit des écrivains, artistes et philosophes anglais. Les romans Mrs Dalloway (1925), La Promenade au phare (1927) et Orlando (1928), ainsi que l'essai Une chambre à soi (1929) demeurent parmi ses écrits les plus célèbres.

  • Enfant innocent et spectateur de la société familiale étendue, et qui se sent comme « étranger », adopté dans sa propre famille, enfant victime et malheureux à Clongowes Wood, collège de jésuites où il est envoyé en pension, adolescent en proie au péché de la chair, et à la terreur de l'enfer, jeune adulte rejetant les croyances et les positions qu'en tant qu'Irlandais on voudrait lui voir embrasser, « Quand l'âme d'un homme naît dans ce pays, elle est aussitôt prise dans des filets et ne peut voler librement. Tu me parles de nationalité, de langue, de religion. Je cherche à me dégager de ces filets » et qui se réalisera dans l'exil volontaire, dans le reniement de sa patrie, « L'Irlande est une vieille truie qui dévore sa portée », c'est à cette lente sortie de la chrysalide que nous assistons à la lecture de ce roman.
    C'est une lecture qui suscite des questionnements en écho à ceux que le narrateur expose, à la fois sur la notion de religion, de nationalité, sur les rapports sociaux dans cette Irlande du début du XXe siècle et son histoire douloureuse. Sur le rapport du héros à la femme aussi, la mère et la femme dans toute sa symbolique.
    Dedalus ou Portrait de l'artiste en jeune homme (A Portrait of the Artist as a Young Man), dont nous vous proposons une nouvelle traduction que l'on doit à Jean-Yves Cotté, est aussi le roman de la genèse d'un écrivain.

  • Les routes vers le nord sont coupées. Clara, qui maîtrisait sa vie, est ballottée entre les dangers de la nature et la rage des hommes.
    Comme elle, voyageurs qui abordez Affrica, vous sentirez le souffle méphitique de l'Enfer sur terre. Pourtant, fascinés par cet énorme flux d'énergie et la puissance de Gaïa sous vos pieds, par le sourire des femmes, vous serez irrésistiblement happés.
    Quel tribut devra sacrifier Clara pour y survivre ?
    Rentrera-t-elle à Troyes, pour retrouver la terre de ses ancêtres ?

    Avec ce 5e et dernier tome, la grande saga médiévale de Christine Machureau s'achève en apothéose.

  • « La forme souple et gracieuse de Myriam était clouée sur la table, les jambes pendantes, la cotte relevée. La longue lance de bois ferré qui la traversait de part en part laissait sourdre un sang rouge qui déjà se figeait dans la mort. . . Les cheveux bruns épars ne couvraient pas son visage aux yeux révulsés et soulignaient la pâleur d'une peau exsangue. . . Avait-elle été torturée avant la mise à mort ? Celle que l'on réserve aux sorcières. . . Un pieu en plein coeur, mort ignominieuse dont le cérémonial est censé éviter la résurrection de la condamnée et la damnation du bourreau. » Anne deviendra l'instrument involontaire d'une gigantesque conjuration destinée à créer le miracle johannique. Elle devra convaincre le Dauphin Charles du bien-fondé de l'intervention d'une pucelle de Lorraine, au risque de sa vie et de celle de son nouvel amour. L'auteure dénoue pour nous le mécanisme politique qui nous fit croire abusivement à l'intervention divine, à travers Jehanne la Pucelle. Deuxième tome de cette grande saga historique en plein Moyen-Âge, entre Xive et Xve siècles, de la Touraine aux terres de Bourgogne, commencée avec Mémoire froissée, et qui conte le Moyen-Âge de l'intérieur, au quotidien, avec les désirs, les frustrations, les émotions, les ambitions et les échecs d'une femme, à la charnière du Moyen-Âge et de la Renaissance.

  • Je suis désolé de ne pouvoir autoriser ce nouveau prêt.
    Je suis client de cette banque depuis vingt-cinq ans.
    Les temps ont changé, que voulez-vous ?
    Vous foutre ma main au travers de la gueule !
    Ce qu'il fait.

    Alfred, trente ans passés à l'ESAD, Etude Scandinave d'Architecture Domestique, autant dire Eat Shit And Die, une mise à la retraite anticipée et un prêt refusé. Il entre dans le premier bistrot venu avec la ferme intention d'y boire.
    Et s'il avait su ?
    S'accouder au bar ou... déguerpir ?

  • Les aventures de Tintin exercent une influence considérable sur la psyché européenne. Les pays arabes y occupent une place de choix, mais rarement reconnue. Analyser la façon dont Hergé présente le monde arabe et ses habitants révèle bien les ressorts du rapport de l'Europe à l'Orient au XXe siècle. Cinq albums se déroulant au moins en partie dans le monde arabe sont ici décryptés : Les Cigares du pharaon, Tintin au pays de l'or noir, Le Crabe aux pinces d'or, Coke en stock et Tintin et ­l'Alph-art.
    Hergé est fasciné par l'aventure exotique, qui projette sa vision influencée par l'orientalisme sur des contrées qu'il n'a jamais connues. L'image qu'il donne de son Orient imaginaire dérive de sa conception du monde, marquée par une personnalité complexe, son milieu catholique traditionaliste et l'époque coloniale. Cette représentation est dominée par des préjugés ethnocentriques tempérés par un profond humanisme.
    Ce livre dépasse les stéréotypes et permet d'apprécier les dimensions artistiques et philosophiques d'une oeuvre à la profondeur insoupçonnée. Les pérégrinations de Tintin dans le monde arabe se sont avérées pour Hergé un véritable voyage au bout de lui-même.

    Louis Blin est docteur en histoire et arabisant. Diplomate, ancien consul général de France à Alexandrie, puis à Djeddah, il a publié de nombreux livres et articles sur le monde arabe contemporain

  • De l'ombre à la lumière et de la lumière aux ténèbres, c'est un destin massacré sous le fer romain, programmé pour une mort infamante. Yeshoua à la torture. Yeshoua au martyr. Yeshoua... Et après ? Et après ? Rien ne se passa comme on vous l'a conté. Rome ne laissait rien au hasard et une crucifixion était codifiée avec précision. Églises d'Orient ou d'Occident, toutes avaient l'envie du merveilleux, de ces contes pour enfants qui fascinent les foules et vous tricotent des fidèles. Une résurrection ? Pourquoi pas ? Conforme aux écritures, on peut lui donner tous les sens. Yeshoua crucifié. Yeshoua ressuscité. Yeshoua... Et après ? Que fait-on d'une nouvelle vie quand elle n'est pas prévue, quand la clandestinité devient obligatoire, quand la délivrance attendue vous échappe ? Les souvenirs creusent la terre de traces indélébiles. Il nous a suffi de les suivre pour que la réalité prenne le pas sur le merveilleux. Et pourtant... côtoyer au quotidien un personnage de légende au message éternel, l'accompagner dans cette seconde vie jusqu'au moment ultime, être témoin, juste témoin, de la recherche des tribus perdues d'Israël reste prodigieux... Nous vous convions à embarquer dans un voyage fantastique, au Ier siècle de notre ère. Et tout là-bas, à l'Orient Extrême, découvrir enfin ce que l'on vous a toujours caché. Non, on ne meurt pas d'une rapide crucifixion. Non, les extraterrestres ne sont pas venus le chercher sur leur char de feu pour une parousie insensée. Il n'était ni stérile ni homosexuel. Il aimait tout simplement. Il était Jésus. Un Jésus comme on ne vous l'a jamais encore raconté.

  • Les routes vers le nord sont coupées. Clara, qui maîtrisait sa vie, est ballottée entre les dangers de la nature et la rage des hommes. Comme elle, voyageurs qui abordez Affrica, vous sentirez le souffle méphitique de l'Enfer sur terre. Pourtant, fascinés par cet énorme flux d'énergie et la puissance de Gaïa sous vos pieds, par le sourire des femmes, vous serez irrésistiblement happés. Quel tribut devra sacrifier Clara pour y survivre ? Rentrera-t-elle à Troyes, pour retrouver la terre de ses ancêtres ? Avec ce 5e et dernier tome, la grande saga médiévale de Christine Machureau s'achève en apothéose.

  • Les habitants de Mazamet sont aux abois. Des fillettes disparaissent à intervalle régulier sans que personne n'y puisse rien. Pas de cadavres, pas d'indices, pas de témoins. Le Roi est mort, vive l'Empereur ! Dans cette époque interlope qui nous mènera jusqu'à la Restauration, la police est une police politique d'abord. Il est un homme, Phoebus Vernet, qui se penche sur la société et louvoie entre Fouché et Talleyrand. À l'occasion d'un retour dans sa ville natale, il comprend que la population est laissée à l'abandon face à la masse des brigands, des « chauffeurs », des déserteurs et des réfractaires qui ne trouvent d'autre ressource que de rançonner les paysans de la plus atroce façon. Nommé Commissaire du Consulat, puis Commissaire Général, il décide d'arrêter cette hémorragie d'enlèvements. Où sont les jeunes filles ? Pourquoi ? Qui ? Sans cadavre et sans demande de rançon, l'enquête ne progresse pas. Phoebus s'apercevra que ces atrocités le concernent de près.

  • 279 avant notre ère. Les Volques Tectosages participent au pillage du sanctuaire d'Apollon de Delphes. Par la suite, certains d'entre eux s'installent sur les hauteurs brumeuses de la vallée de la Garonne, chargés, dit-on, d'un trésor porteur d'une terrible malédiction.
    De nos jours. William Delange est un jeune professeur d'Histoire médiévale à l'Université de Toulouse. À la mort de son grand-père, il découvre un mystérieux parchemin contenant un poème crypté supposé le mener à l'Or perdu de la Ville rose. Le début d'une incroyable course contre la montre pour l'historien, aux prises avec une dangereuse organisation secrète.

    Journaliste et romancier, Alexandre Léoty fait son entrée au 38 avec L'Or caché de Toulouse, polar palpitant, son 4e roman. Il nous entraîne avec maestria dans les quartiers du centre historique de Toulouse, où sous la beauté des vieilles pierres se cachent des mystères insoupçonnés. Et des gens peu recommandables...

  • Sa vie a le parfum d'un thriller.
    Elle en a le goût de plomb, de fer et de feu. Pourtant tout avait bien commencé.
    Princesse wisigothe, pétrie de romanité, enfant gâtée par la richesse et le pouvoir, la voilà mariée... et amoureuse. Reine d'Austrasie, épouse de Sigebert Ier. Tout est paradis dans le meilleur des mondes.
    Mais c'est sans compter avec une fortune contraire. Nous sommes en 565.
    La pythie lui avait dit : va vers ton destin que personne ne peut t'envier.
    L'engrenage s'enclenche et les assassinats successifs de sa soeur à la cour de Neustrie et de son époux par traîtrise vont lui forger une volonté de fer. Elle a encore cinquante ans à vivre, cinquante ans de combats permanents. Dotée d'un caractère hors norme, elle voudra protéger sa descendance jusqu'à la folie. Sa dernière action sera de confier une armée à son arrière-petit-fils de douze ans. Ainsi en allaient la vie et la mort sous les Mérovingiens.
    C'est le portrait sanglant d'une dynastie qui se meurt sur les marches du monde moderne. Brunehilda aura donné à son royaume de caractère germanique un destin européen.

  • Memoire d'exil

    Christine Machureau

  • En Bretagne, près du Yeun Elez, un chasseur de fantômes se volatilise au cours d'une enquête, deux enfants disparaissent et un homme est crucifié puis battu à mort.
    Le procureur s'affole et appelle le commandant Gerfaut en renfort. Quand celui-ci apprend que cette terre de légendes est aussi appelée la porte de l'enfer, il sait qu'il va affronter l'improbable, à commencer par le secret de la citadelle des maudits.
    Habitué aux tueurs sadiques et à défier l'invisible, Gerfaut s'attend au pire.
    Malheureusement, il y a toujours un pire au pire...

empty