Stéphanie Latte Abdallah

  • Dans les territoires palestiniens, depuis l'occupation de 1967, le passage par la prison a marqué les histoires personnelles et collectives. Les arrestations et les incarcérations massives pour des motifs d'ordre politique ont installé ce que l'auteure appelle une toile carcérale, une détention suspendue. Environ 40 % des hommes palestiniens sont passés par les prisons israéliennes depuis 1967. Cet ouvrage remarquable permet de comprendre en quoi et comment le système pénal et pénitentiaire est central des modes de contrôle des Territoires palestiniens.
    Le texte s'appuie sur une enquête de plusieurs années pendant laquelle plus de 350 longs entretiens ont été conduits, mais aussi sur des archives et des documents juridiques. La trame narrative retrace l'histoire de cette toile carcérale et des vécus de l'enfermement tout en emmenant les lecteurs dans les pas de l'auteure et de son enquête.

  • Ce livre propose une nouvelle approche du régime de séparation imposé par Israël aux Palestiniens de Cisjordanie. Partant de l'observation des transformations des relations entre Israéliens et Palestiniens depuis les accords d'Oslo jusqu'à aujourd'hui (1993-2010), il met en lumière les mutations récentes d'un régime aux configurations institutionnelles et spatiales toujours plus complexes. Il démontre que si le régime de séparation donne l'illusion de la création d'une frontière entre Israéliens et Palestiniens, il renforce de fait l'imbrication de leurs espaces de vie, inscrit l'occupation israélienne dans la durée et compromet la création d'un État palestinien aux côtés d'Israël. En contrepoint des discours diplomatiques et politiques sur le conflit israélo-palestinien, volontiers relayés par les médias, ce livre propose une analyse inédite des ressorts plus profonds qui bloquent sa résolution.
    L'ouvrage prend le parti de déplacer le regard, habituellement centré sur le mur de séparation, surmédiatisé, pour comprendre ce qu'il cache, ses ombres. Il est fondé sur des enquêtes de terrain conduites par un groupe de chercheurs (français, italiens, israéliens, palestiniens et suisses) ayant travaillé du côté israélien, du côté palestinien, et à l'interface de ces espaces. Il propose ainsi une approche inhabituelle qui renouvelle les recherches en sciences sociales sur la Palestine et sur Israël. Cette perspective fait apparaître une nouvelle géographie de l'occupation, des formes spécifiques d'imbrication et de pouvoir entre les espaces israéliens et palestiniens. Elle permet de mieux appréhender les transformations des interactions entre les populations, les vécus et l'économie actuelle des échanges créés par le régime de séparation. Un régime hétérogène qui intègre de plus en plus la participation d'acteurs palestiniens et internationaux et de certaines de leurs institutions.
    Ce livre s'adresse à un public de chercheurs, de journalistes, de politiques et de lecteurs informés qui désirent approfondir leur compréhension du conflit israélo-palestinien. À partir d'un fin décryptage de ces nouvelles réalités territoriales, des vécus et des quotidiens des acteurs, cet ouvrage dépasse les lectures politico-diplomatiques et sécuritaires du conflit, pour comprendre ses enjeux contemporains.

  • Cet ouvrage propose une approche originale de la politique de séparation mise en oeuvre par Israël en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Si la construction du Mur, lancée en 2002, a parfois été envisagée comme la création d'une frontière, la poursuite de la colonisation et les redéploiements de l'armée des deux côtés du Mur ont au contraire renforcé l'imbrication des espaces israéliens et palestiniens en Cisjordanie.
    Cette politique n'a donc pas créé de frontière, au sens classique de frontière-ligne de l'Etat moderne, et n'a pas séparé deux territoires : elle a dissocié les mouvements des populations palestiniennes et israéliennes, et profondément transformé leurs relations et interactions. A travers quinze enquêtes de terrain conduites par des historiens, des anthropologues, des géographes, des politistes et des sociologues, ce livre décrypte le régime d'occupation israélien et les frontières, à partir de la façon dont elles fonctionnent, en organisant des flux de circulation.
    Décloisonnant les champs des études israéliennes et palestiniennes, il propose une perspective intermédiaire entre une approche institutionnelle et un regard anthropologique portant sur le vécu des Palestiniens, sur leurs adaptations et détournements des mécanismes de contrôle. L'élargissement de l'analyse aux expériences des Palestiniens du Sud Liban, des Libanais de Galilée, et des migrants venus d'Afrique et d'Asie montre la dimension globale du régime d'occupation israélien actuel.

empty