Nathalie Auger

  • Dans le contexte délicat de la question de l'immigration en France, les Élèves nouvellement arrivés en France (ENA), ou parlant d'autres langues que le français à la maison, constituent un enjeu pour notre société. Pourtant, pour un certain nombre de raisons historiques et sociologiques, un vide subsiste dans la formation des maîtres et des professeurs de langues (maternelles ou étrangères) sur les questions de l'hétérogénéité ethnique, culturelle et linguistique des apprenants, notamment en ce qui concerne le rôle positif joué par les langues maternelles des élèves, que ceux-ci viennent d'arriver en France ou non. Cet ouvrage, ancré dans une réflexion sociolinguistique et didactique, rend compte de plusieurs années d'approche ethnographique du terrain de l'École. Les analyses de discours des différents partenaires (textes officiels de l'Éducation nationale, enseignants, IEN, IA, directeurs, principaux, élèves, ENA, parents) ainsi que l'étude quantitative de certaines pratiques de classe, permettent d'objectiver la situation et de renouveler le regard en apportant des réponses concrètes et réalistes, notamment autour de projets proposés et déjà testés dans les classes. Deux pratiques innovantes qui utilisent les langues des élèves comme une ressource sont développées dans cet ouvrage. Ce livre vise donc à aider les acteurs éducatifs à acquérir de nouvelles compétences dans leur domaine d'expertise et de les rendre acteurs du changement, renforçant ainsi les réseaux et les liens encore trop éloignés entre professeurs de langues maternelle, étrangère, seconde ou des différentes disciplines. Ce livre s'adresse aux étudiants, enseignants ou chercheurs en contact avec les Elèves nouvellement arrivés en France ou qui parlent d'autres langues que le français : enseignants, personnels scolaires, principaux, directeurs, CPE, surveillants, orthophonistes, psychologues, CASNAV, plateformes d'accueil ou services sociaux.

  • Comment aider les enfants des communautés gitanes à réussir scolairement? Le public gitan est depuis longtemps montré du doigt comme étant un public à la marge, difficile à scolariser car souvent absent, évoluant dans un environnement plurilingue et particulièrement paupérisé. L'enjeu d'un travail sur et avec ces enfants qui sont aussi des élèves, au-delà des bénéfices possibles pour leur réussite scolaire, est de mettre en lumière les approches linguistiques et didactiques qui permettraient à l'École d'inclure tous les enfants, quelles que soient leurs spécificités, réelles ou imaginées, afin d'enseigner de façon plus efficace à tous les publics, y compris à ceux qui n'ont, a priori, pas de « problème » scolaire. L'objectif de cet ouvrage est d'aborder le phénomène de la difficulté scolaire par le biais des langues familiale et scolaire et de leur acquisition tout en incluant les dimensions sociales et les implications didactiques que cette réflexion engendre.Cet ouvrage, à destination des chercheurs et des étudiants en sciences du langage, en didactique, en éducation et dans les disciplines connexes (sociologie, anthropologie, etc.), se veut également accessible aux enseignants (en formation initiale ou continue) indépendamment de leur matière d'enseignement, ainsi qu'aux familles et au grand public qui cherchent des réponses à la problématique posée.

  • "Préface d'Henri Boyer, Professeur en Sciences du langage à l'Université Montpellier III , Paul-Valéry.Le présent ouvrage analyse la culture véhiculée dans les manuels d'enseignement du français, langue étrangère. Comment se construit la dimension interculturelle et comment émerge l'image du français, de la France et du Français dont l'élève apprend la langue ? Ce livre s'adresse à tous les didacticiens des langues, aux scientifiques (sciences du langage, de la communication, de l'éducation)..."

  • Sait-on que plus de la moitié des enfants scolarisés dans le monde parlent à l'école une autre langue que celle qu'ils parlent à la maison ?
    Et sait-on que toutes les recherches montrent que cela n'est pas un handicap pour eux, bien au contraire ?

    Pourtant, si l'on valorise aujourd'hui les « classes internationales » ou « bilingues », si l'on s'accorde pour dire que travailler avec des enfants d'expatriés est une expérience fort riche où la diversité des langues et des cultures n'est pas un handicap, l'accueil dans les classes des élèves qu'on dit « allophones » est toujours présenté comme source de difficultés pédagogiques.
    C'est pourquoi le livre de Nathalie Auger et Emmanuelle Le Pichon-Vorstman est si important. Les auteures nous partagent leur conviction : les élèves qui ne maîtrisent pas notre langue représentent un défi pédagogique particulièrement important et stimulant. Il ne s'agit ni de nier la langue parlée à la maison, ni de la traiter comme une curiosité exotique. Il s'agit d'inventer des situations, dans toutes les disciplines, où la diversité linguistique et culturelle devient un point d'appui pour des acquisitions rigoureuses. Pour cela, elles s'appuient, tout à la fois, sur leur expérience et sur une parfaite connaissance des travaux internationaux.
    Les lecteurs trouveront dans ce livre une multitude de ressources : fiches, documents, outils et dispositifs pour la classe. Ils pourront aussi le parcourir à partir d'une liste de soixante-dix-huit questions que les auteures ont recueillies auprès de parents, d'enseignants et d'élèves.

    Cet ouvrage est, tout à la fois, une analyse approfondie de la question du plurilinguisme en éducation et un véritable « manuel », précis et concret, pour tous ceux et toutes celles qui sont confrontés à cette réalité.

  • Insultes, silence, ironie, moquerie, harcèlement verbal, la violence à l'École s'exerce certainement avant tout dans et par le langage. Cet ouvrage regroupe des approches pluridisciplinaires (en linguistique, psychologie, sociologie et pédagogie) du phénomène de la violence verbale à l'École. Eviter la violence verbale permet d'améliorer le climat scolaire et de développer une sécurité linguistique propice aux apprentissages.

  • Cet ouvrage propose d'intégrer les imaginaires dans le cadre spécifique de la didactique des langues. Il rassemble des didacticiens spécialistes de l'interculturel, en prise avec le terrain, qui tentent de les décrypter et de mettre en oeuvre des méthodes pour les reconnaître, y prêter attention et s'en éloigner. Le volume suggère également des tâches et activités, à travers, entre autres, le cinéma, la vidéo et la peinture.

  • "Né en 1966, Le Langage et l'Homme est une revue aujourd'hui consacrée à la didactique du français. Elle entend promouvoir des innovations et des partenariats, et diffuser des recherches et des outils dans le domaine. Située au carrefour de plusieurs disciplines - sciences de l'éducation, psychologie, sciences du texte et du langage, anthropologie, ethnographie et sociologie -, elle tente de mettre un certain nombre de concepts en rapport avec des pratiques de terrain."

empty