Lillian Ross

  • Toujours sur la brèche

    Lillian Ross

    • Editions du sous sol
    • 6 May 2022

    On entre dans le livre de Lillian Ross comme on avancerait dans le musée Grévin, par une galerie d'acteurs et d'actrices. D'un article dénonçant le maccarthysme sévissant à Hollywood dans les années 1960, à une rencontre avec Julie Andrews et Al Pacino ou une partie de tennis avec Charlie Chaplin. Mais on y croise aussi des anonymes, série de jeunes gens, ainsi qu'elle les nomme, d'un bus jaune aux 'écrasemerdes' de Madison Avenue. Portraits de badauds, doux dingues, de l'histoire vraie et inouïe d'un matador né à Brooklyn au portrait d'une maîtresse d'école de Central Park. Le menu se compose aussi de quelques gros poissons, Coco Chanel, Hemingway ou Fellini.
    Dans cette anthologie réunissant soixante-dix ans de portraits et de reportages d'une légende du New Yorker, on décèle un sens profond de l'empathie et une écoute rare, une capacité à mêler le sérieux au trivial, l'inconnu à l'étoile sans distinction de valeur et sans déférence particulière, proche en cela d'un Gay Talese ou d'un Tom Wolfe. Parmi ses inconditionnels lecteurs, Martin Scorsese ou Wes Anderson, mais aussi J. D. Salinger qui lui écrivit un jour après la lecture de l'un de ses papiers : «C'est de la littérature, que j'aimerai toujours et n'oublierai jamais».
    «Incroyablement curieuse, extrêmement courageuse, avec un sens rare de l'écoute : à travers Lillian Ross et ses mythiques reportages, nous avons la chance de nous faufiler dans l'intimité des plus grands (Chaplin, Hemingway, Truffaut, Huston)».
    Wes Anderson.

    «Pour tous ceux qui s'intéressent aux films, les articles de Lillian Ross étaient et sont toujours essentiels».
    Martin Scorsese.

  • Entre 1960 et 1976, Lillian Ross, rédactrice au New Yorker, rédigea une série d'articles sur François Truffaut lors de ses séjours à New York, pour la rubrique « Talk of the Town » (« Tout le monde en parle ») du magazine.
    Ce livre rassemble ces articles pour la première fois. Lillian Ross rencontre pour la 1ère fois Truffaut lors de la sortie aux Etats-Unis de son 1er film, "Les 400 coups".
    Puis les années suivantes, lors d'autres sorties du cinéaste comme "La peau douce", puis "L'Enfant sauvage', jusqu'à son rôle dans le film de Steven Spielberg : "Rencontres du 3ème type" à la fin des années 70.
    Un passionnant livre d'entretiens, mené de main de maître par une des reporters américaines les plus prestigieuses.
    Ce livre rassemble ces articles pour la 1ère fois en France.

  • John Huston : textes issus de The New Yorker 1949-1986

    Lillian Ross

    • Carlotta editions
    • 24 April 2019

    Lillian Ross rejoignit l'équipe du New Yorker en 1945, et rédigea son premier reportage sur Hollywood en 1948. L'année suivante, son article Questions, narrant sa rencontre à New York avec John Huston, fut publié dans la rubrique « Talk of the town » (« Tout le monde en parle ») du magazine. Ses écrits sur Huston se poursuivirent en 1952 avec le livre Picture, premier reportage journalistique écrit sous la forme d'un roman, autour du tournage du film The Red Badge of Courage (La Charge victorieuse).
    Au cours des quatre décennies qui suivirent, Mme Ross écrivit sur Huston en immersion sur le plateau de La Bible à Rome, en 1965, sur celui, à Brooklyn, de L'Honneur des Prizzi en 1984, au gré d'incessants allers-retours à travers Manhattan lors du tournage de La Lettre du Kremlin, à l'avant-première de Fat City ou à l'étape de pré-production d'À nous la victoire. Conclu par un papier sur le tournage du film réalisé par Anjelica Huston en 1996, Bastard Out of Carolina, ce volume présente sept précieux articles de Lillian Ross pour le New Yorker, rassemblés ici pour la première fois.
    Un passionnant livre d'entretiens, mené de main de maître par une des reporters américaines les plus prestigieuses. Ce livre rassemble ces articles pour la 1ère fois en France.

  • Un film est un film

    Ross Lillian

    • Gallimard
    • 16 September 1966
empty