Bénédicte Manier

  • Ils reverdissent les déserts. Ils rendent leurs territoires autonomes en énergies renouvelables. Ils imaginent des outils de démocratie directe. Ils construisent des habitats coopératifs et implantent l'agriculture dans les villes. Ils créent des circuits financiers éthiques et de nouvelles formes de travail horizontales collaboratives. Partout dans le monde, ils échangent sans argent, fabriquent, réparent, recyclent et mettent en place de nouveaux communs.

    Qui sont-ils? Des femmes et des hommes qui ont repris en main les enjeux qui les concernent. De New York à Tokyo, de Barcelone aux villages du Burkina Faso ou de l'Inde, ils inventent ce qui pourrait être le monde de demain : plus écologique, participatif et solidaire.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Dès sa première édition, en 2012, ce livre a été le premier à décrire la dimension mondiale des alternatives économiques, démocratiques et écologiques mises en place par la société civile. Il a séduit toute une génération qui se reconnaît dans cette invention d'un nouveau monde et a reçu le Prix 2013 du Livre de l'Environnement. Avec cette 2ème édition, enrichie de nouvelles alternatives, l'auteure poursuit son voyage...

  • Si la crise écologique est mondiale, les solutions, elles, sont locales. En prenant les routes de l'Inde, Bénédicte Manier nous montre ainsi comment la société civile a su apporter des solutions aussi ingénieuses que simples aux principaux défis du pays : pollution de l'air et des sols, pénurie d'eau, déforestation, pauvreté rurale...

    Ces citoyens ordinaires ont été capables, entre autres, de transformer des déserts en oasis agricoles ; de créer des zones sans plastique et sans déchets ; de faire renaître des forêts et des rivières disparues ; d'installer des équipements solaires et des poêles écologiques dans les villages privés d'électricité ; de vaincre la pauvreté grâce à la permaculture ; de lancer des innovations low-tech alliant les savoirs de fermiers et d'ingénieurs ; d'ouvrir des hôpitaux gratuits pour les plus démunis...

    Ces réussites, que les Indiens partagent déjà avec plusieurs pays, sont transposables au monde entier et constituent une inspiration pour mener nos propres transitions. L'inde est aujourd'hui un laboratoire écologique à l'échelle planétaire, qui réconcilie l'homme avec la nature et dessine un enjeu mondial : trouver un mode de développement résilient et inventer un autre avenir.

  • Lasse d'entendre qu'aucune alternative n'était possible au système économique libéral, Bénédicte Manier, journaliste à l'AFP, a pris son bâton de pèlerin. Elle a sillonné la planète et les fruits de son périple sont exaltants. Oui, il existe de par le monde des citoyens qui ont mis en place d'autres manières de consommer, de commercer, d'échanger, de cultiver, de vivre. !

    Un modèle alternatif d'ensemble, une alternative définie et globale au libéralisme, n'existe pas en-core. Mais il existe des alternatives. Il en existe même des milliers disséminées un peu partout sur la planète.
    La plupart de ces alternatives sont peu visibles. Elles naissent et se développent silencieusement, dans de petits villages ou des quartiers de grandes villes, à l'initiative d'individus aussi différents que des fermiers illettrés d'Asie ou des urbains de Californie.
    A l'origine de ces initiatives, il n'y a souvent ni théorie ni théoricien. Il n'y a que des citoyens ordinai-res -mais animés d'une volonté extraordinaire- qui tentent de répondre aux problèmes qui leur sont posés localement, manque d'eau, de nourriture, de logement. Il y a aussi des millions d'hommes et de femmes qui décident de vivre autrement. De vivre mieux. De redevenir les acteurs libres et res-ponsables de la Cité. Et qui pour cela, s'affranchissent du modèle consumériste, créent leur propre monnaie et leurs banques, gèrent eux-mêmes leur approvisionnement en eau et en énergies, rever-dissent le désert, rénovent l'agriculture ou organisent de nouvelles façons de travailler ensemble.
    Ces initiatives ont d'autres traits communs. Toutes sont fondées sur la coopération, la mutualisation des moyens humains, et non sur la concurrence entre individus. Sur l'échange et non le commerce. Sur la convivialité et non sur l'individualisme.
    Enfin elles nous disent également qu'il n'est plus possible de lire le monde avec les lunettes du passé. Ni d'avoir une lecture unique de la diversité du monde. Les enjeux actuels exigent désormais d'inventer d'autres modèles, de nouvelles règles collectives, profondément ancrées dans les besoins réels.

    Un livre qui, en racontant et décrivant ces initiatives, dessine magnifiquement les frontières de cet autre monde possible. Un livre au format original qui prétend devenir un livre cadeau que l'on offre comme une sorte de talisman.

  • Entre 1990 et 2005, l'Asie a vu le nombre de « femmes manquantes » passer de 100 millions à 163 millions : toutes ces absentes sont des petites filles qui n'ont pas pu naître, qui ont été tuées à la naissance ou qu'on a laissées mourir en bas âge.
    L'Asie rejette les filles au nom de préjugés liés à l'honneur, de croyances religieuses et de plus en plus, de calculs économiques qui font des garçons un investissement pour l'avenir et des filles une charge. En Inde, par exemple, la dot nécessaire à leur mariage en fait un insupportable fardeau financier. Echographie et avortement sont donc utilisés à grande échelle pour se débarrasser des foetus féminins, tandis qu'infanticides et abandons de bébés filles sont loin d'avoir disparu.
    Fruit d'une longue enquête de terrain, ce livre rend compte de cette impressionnante réalité. Bénédicte Manier relate l'élimination organisée des petites filles et ses répercussions, en particulier en Inde : femmes obligées d'avorter, célibataires ne trouvant plus d'épouses, fiancées vendues et « partagées » entre plusieurs hommes...
    Cette nouvelle édition, enrichie d'une postface dévoilant les données les plus récentes, décrit l'émergence en Asie d'une génération de plusieurs dizaines de millions d'hommes seuls. Et ce déficit de femmes, inédit dans l'histoire de l'humanité, aura des conséquences sociales difficiles à imaginer...

  • Face à la catastrophe écologique, nous nous montrons souvent fatalistes.
    Pourtant, quelque part loin d'ici, un autre avenir s'invente.
    En Inde, une société civile ingénieuse apporte chaque jour de nouvelles solutions à l'un des pays les plus pollués du monde : reboisements collectifs, zones zéro déchet, villages éclairés au solaire, déserts transformés en oasis d'agriculture durable. Une écologie au sens large, qui bénéficie autant au milieu naturel qu'aux êtres humains. Des solutions simples, transposables au monde entier.
    Bénédicte Manier nous emmène à la rencontre de ces artisans de demain. Ils font de l'Inde un laboratoire écologique grandeur nature où, sur fond d'industrialisation accélérée, se dessine un enjeu planétaire : trouver un mode de développement résilient.

  • Ils récoltent le coton, le café et le cacao, gardent les troupeaux, façonnent des briques, ou sont chiffonniers, domestiques ou mineurs de fond : plus de 300 millions d'enfants dans le monde ont une activité économique, soit un enfant sur cinq. Tous les continents sont concernés : Asie, Afrique, Amérique latine et Europe. Ce livre, documenté et illustré de cas concrets, décrit les multiples formes de leur travail par pays et champ d'activité (agriculture, industrie, travail dans les rues, domesticité...). Il en analyse les causes, qui sont connues, mais peu combattues, ainsi que les mécanismes économiques et sociologiques. Il montre ainsi que la main-d'oeuvre enfantine constitue un rouage invisible de l'économie contemporaine et que nous achetons tous les jours, sans le savoir, des produits où des mains d'enfants sont intervenues, à un stade ou un autre de la fabrication. Faut-il pour autant boycotter leur travail ? Celui-ci reste-t-il une fatalité dans les pays pauvres ? Et quel est le rôle des syndicats d'enfants ? Cette édition actualisée répond à ces questions et examine les dernières évolutions de ce phénomène, avant d'ouvrir des pistes pour l'avenir.

  • Deux Indiens sur trois ont aujourd''hui moins de 35 ans. Forte de 780 millions de personnes, cette génération de jeunes est la plus importante au monde et un formidable atout économique : avec elle, l'Inde disposera dans les deux décennies à venir de davantage d'actifs que les autres pays émergents. Mais elle représente aussi un réel défi. Comment qualifier et insérer le million de jeunes Indiens qui entrent chaque mois le marché du travail ? Comment répondre aux espoirs d''une génération née avec la mondialisation et qui réclame sa part de la prospérité naissante ?

    C'est aussi ces jeunes qui, dans les villes, se situent au coeur des mutations sociales : ils imposent de nouveaux modes de vie, manifestent contre la corruption et le viol, revendiquent l'émancipation des femmes, font évoluer la consommation, créent des entreprises innovantes et renouvellent la création artistique. Un ensemble d'évolutions qui bousculent l'ordre établi et feront peut-être de leur génération, à terme, un équivalent indien des baby-boomers américains.

    Par l'importance de leur nombre et la force de leurs aspirations, ces enfants de la mondialisation constituent aujourd'hui une force sociale qui s'éveille et qui sera, dans les décennies à venir, déterminante dans les évolutions futures de ce géant d'Asie.

    Ce livre dresse un état des lieux des différentes jeunesses de l'Inde et leur donne la parole. Entre bidonvilles et start-up, voici le portrait d'une génération impatiente, avide de tout changer.

empty