Le Tram Noir

  • Marianne

    George Sand

    Une romance pourvue d'une subtile touche de féminisme dans le dernier roman de George Sand, publié juste avant sa mort.
    Pierre André aime sans le savoir la charmante Marianne Chevreuse. Tout bascule lorsqu'un vieil ami le sollicite pour arranger le mariage de son fils, un jeune Parisien bien fait et très sûr de lui, avec Marianne. Voilà une demande à laquelle Pierre ne peut se soustraire mais qui lui cause, à son grand étonnement, une vive irritation. Heureusement, malgré les préjugés de son époque, la jeune femme n'est pas prête à épouser le premier venu...
    Dans ce roman peu connu, le dernier publié avant sa mort, George Sand crée une romance à la subtile touche féministe. Son héroïne, jeune femme vive et indépendante, représente pour l'auteure à la fois l'idéal de l'émancipation féminine et une attaque subtile de la muse de la République française, la Marianne nourricière qui protège les enfants de la patrie.
    Marianne offre ainsi au lecteur un dernier aperçu du génie de l'un des plus remarquables écrivains français.
    Un roman simple, dans lequel transparaît le génie littéraire de George Sand grâce à son sens du portrait et son goût des fins heureuses. Un classique de la littérature française à (re)découvrir en numérique !
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Ce roman met l'accent sur l'amour de la nature par les deux protagonistes et sur leur amour "pur" dénué d'intérêt. Un bel ouvrage à lire aussi pour bien appréhender la condition des femmes à cette époque. - Ansea, Babelio
    À PROPOS DU PRÉFACIER
    Marc Tadieu, historien et auteur de nombreux romans et livres d'histoire, a redécouvert au début des années 2000 ce texte oublié qu'il nous présente ici en quelques mots bien choisis.

  • Les apparences sont trompeuses, mais certaines traces sont indélébiles et refont un jour surface !
    Les apparences sont trompeuses, mais les faits sont têtus. La mort d'un miséreux sur le parking déserté d'un centre commercial, la nuit, ça s'oublie vite. Mais toute existence humaine a un jour imprimé des traces, dans l'esprit, le coeur des autres, comme sur les formulaires administratifs ou sur les lieux du crime. Et un jour, les cadavres refont surface. Du côté de l'origine. La famille, l'amour, la mort. Pourtant, tout semblait achevé au coeur de ce Paris des beaux quartiers un peu morne...
    Plongez dans un thriller haletant et découvrez que toute vie laisse son empreinte, même celle d'un miséreux, retrouvé mort sur un parking déserté.
    EXTRAIT
    Lucas entendit des pas dans l'escalier. Il retourna précipitamment dans sa chambre et referma la porte. Il n'y avait pas de verrou, et il était exclu de sauter par la fenêtre : c'était trop haut. Il s'adossa contre la porte, mais il savait qu'avec un seul coup pied l'homme aurait raison de sa résistance. Le silence retomba, rythmé par les battements de son coeur et le souffle qu'il entendit soudain derrière la porte. Deux régularités qui se répondaient. L'homme, tapi, semblait guetter quelque chose.
    - Tu es là?? Ça va?? demanda-t-il derrière la porte.
    Lucas ne répondit pas. Il se demandait d'ailleurs s'il fallait dire quelque chose ou faire comme s'il n'était pas là.
    - Oui, m'sieur, finit-il par lâcher après un court instant.
    - Bon, tant mieux. Dis donc, il serait peut-être temps de descendre, tu dois avoir faim.
    - Oui, m'sieur, répondit à nouveau mécaniquement Lucas, comme si un autre que lui venait de parler, comme s'il était en train de se transformer en une abstraction pure.
    - Alors, je t'attends. Tu peux descendre quand tu le souhaites.
    Les pas s'éloignèrent. Lucas n'avait rien apporté avec lui, il n'avait pas à se préparer, il n'avait donc plus qu'à descendre, en toute logique. L'homme le savait, pourquoi lui laisser du temps??
    En bas, une femme, vêtue d'un peignoir matelassé, épluchait des légumes, penchée sur la table de la cuisine. Elle reniflait bruyamment et jurait à intervalles réguliers. Des mèches de ses cheveux roux teintés, attachés en chignon grossier derrière la tête, tombaient sur ses yeux irrités par les oignons qu'elle était en train de peler. Des fromages s'entassaient sur le buffet dans leur papier gras, répandant une odeur rance et tenace. Sur la table, un chat exhibait son trou de balle, effleurant tout sur son passage. La compagnie des bêtes valait bien celle des hommes, se disait-elle régulièrement. Oh oui?! pour ce qu'elle en disait, certains ne méritaient même pas de vivre. Elle reposa son couteau sur la toile cirée.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    C'est un très bon premier livre, et un très bon thriller raconté par Marie-Laure Banville, qui sait parfaitement nous tenir en haleine jusqu'au bout de son récit. Bravo ! -- Bgn, Babelio
    L'histoire est bien ficelée, l'écriture est agréable. Un bon livre policier donc. - meeva, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Marie-Laure Banville est née en 1969. Après des études en école de commerce, elle travaille dans le milieu de l'édition en tant qu'attachée commerciale. Elle obtient ensuite un DEA de littérature comparée et devient professeur agrégé de lettres modernes. Amatrice du genre policier et de ses auteurs majeurs français et américains, elle signe ici son premier roman.

  • Le dénouement de la trilogie Les Maîtres de l'orage enfin disponible !
    « L'île renferme un pouvoir mille fois plus fort que ce que renferme ce tube, dit le druide. Elle est sacrée depuis toujours pour cette raison. Ses secrets se sont perdus au cours des siècles, mais ils sont toujours aussi puissants. Enez Disrann signifie l'île de la séparation, car elle se situe à la frontière entre deux mondes. Si la fin de notre monde est proche, c'est ici que tout se décidera. Hélas, nous n'avons que très peu de temps pour y voir plus clair. »
    La Voix de l'Égrégore est l'apothéose très attendue de la trilogie Les Maîtres de l'orage. Son histoire couvre en parallèle la fin de la Seconde Guerre mondiale et les années 2012 à 2014.
    L'Apocalypse est la seconde partie de La Voix de l'Égrégore. Dans cet épisode final, le passé rejoint le présent, et l'on découvre les liens puissants qui relient les personnages à travers les âges. L'Île Verte, source d'énergies naturelles et de forces mythiques, devient le centre du monde, le lieu de la bataille ultime entre le Bien et le Mal qui décidera du sort de l'humanité.
    Plus que jamais, les héros des deux premières histoires se trouvent confrontés à de terrifiants périls et à des choix impossibles. Quel sera le prix à payer pour ceux qui se trouvent au centre de cette aventure millénaire ?
    Découvrez l'apothéose très attendue de l'haletante intrigue de cette trilogie : le passé rejoint le présent, et des liens puissants éclatent ! 
    EXTRAIT
    - Tu as pris toutes tes affaires ? demanda M. de Tréharec en tenant la porte d'entrée ouverte pour Arnaud.
    - Ouais, ouais, dit l'adolescent.
    - Tu as ce qu'il te faut pour la cantine et pour le métro ? Tu m'envoies un texto quand tu seras arrivé au lycée ?
    - Pas de souci.
    Son père l'embrassa sur la joue et partit en courant. Il était toujours en retard même quand il se levait à l'aube pour travailler. À le voir constamment à la tâche, que ce soit à son étude ou à la maison, Arnaud s'était bien juré de ne pas faire des études de droit. En plus, à part la comptabilité, il ne pouvait pas imaginer quelque chose de plus barbant.
    Il balança son sac plein de livres sur son épaule et entra dans la bouche de métro à côté de chez eux. Bien qu'il soit encore tôt, il y avait déjà du monde. Malgré le froid hivernal, on avait chaud dans les tunnels du métro. De plus, lorsque les rames arrivaient, elles étaient souvent précédées d'un souffle chaud.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Une vraie apothéose ! On a vraiment de quoi penser et on a déjà envie de tout relire maintenant qu'on connaît la fin. - JohnLabbe, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Véronique David-Martin est d'origine bretonne mais vit en Grande-Bretagne depuis une trentaine d'années. Docteure en littérature comparée, lectrice vorace depuis sa plus tendre enfance, elle se nourrit d'histoires, de mythes universels et de légendes celtiques, ainsi que de récits de famille sur la Seconde Guerre mondiale, intérêts qui l'ont évidemment inspirée dans l'écriture des Maîtres de l'orage.

  • Réminiscences ?

    Gilbert Laporte

    Tandis qu'une femme est victime de visions nocturnes, un flic doit enquêter sur une disparition inquiétante.
    Elle se réveille dans des ténèbres absolues, totalement amnésique et n'ayant même plus la sensation de son corps. Elle est progressivement victime d'étranges visions au milieu desquelles émergent quelques bribes de souvenirs. Notamment cet homme au visage flou qui se penche vers elle et...
    Il est flic, célibataire endurci, un peu misanthrope, passionné de rock et collectionneur d'objets vintage. Il est obligé de garder le cocker acariâtre d'un collègue alors qu'une enquête urgente lui est confiée sur une femme disparue.
    Dans ce thriller psychologique, Gilbert Laporte nous emmène au plus profond de nous-même, face à nos démons et à ces visions qui nous hantent la nuit...
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Gilbert Laporte est né à Paris d'une mère marseillaise et d'un père bordelais. Il a passé son enfance à Alger et terminé ses études supérieures à Nice. Il travaille comme cadre dans une grande entreprise internationale. Il partage ses loisirs entre les ouvrages historiques, le cinéma, la musique, les voyages et l'écriture de thrillers.

  • Kergalan assouvira-t-il sa soif de vengeance inextinguible ou parviendra-t-il à commencer une vie nouvelle malgré les terribles meurtrissures de son enfance ?
    Lorsqu'il est laissé pour mort, comme tous les autres membres de sa famille, par un groupe de nobles enragés par la mort de Louis XVI, le jeune Kergalan est âgé d'à peine 13 ans. De cette journée sanglante, il conserve des cicatrices physiques et morales si profondes qu'elles le poussent à s'enrôler dans l'armée de la République où il espère s'aguerrir et retrouver les assassins de sa famille.
    Au fil de son parcours, c'est toute l'épopée Napoléonienne qui défile. Du pont d'Arcole à Waterloo en passant par l'Égypte, Austerlitz, Eylau, la campagne de Russie, le premier exil, les cents jours, le jeune homme tout en devenant un guerrier impitoyable au service de l'Empereur assouvira-t-il sa soif de vengeance inextinguible ou parviendra-t-il à commencer une vie nouvelle malgré les terribles meurtrissures de son enfance ?
    En cette année spéciale qui marque le bicentenaire de la mort de Napoléon, découvrez le parcours du jeune Kergalan, et plongez dans un récit de l'épopée napoléonienne : du pont d'Arcole à Waterloo en passant par l'Égypte, Austerlitz, Eylau, la campagne de Russie, le premier exil, ou encore les cents jours.
    EXTRAIT
    Le petit village de Bonnemain paraissait extrêmement tranquille. En ce début du mois de février quatre-vingt-treize, le temps était maintenant froid, mais les pluies se firent rares et un soleil vaporeux éclairait le sol humide. Quelques flocons de neige tombaient lentement en effectuant de petites volutes au gré des vents. En fondant, elle restait comme de la rosée en suspension dans les branches des arbres et les faisait scintiller comme de grandes oeuvres de cristal. Les étendues d'herbe entourant le village avaient cette teinte caractéristique de cette époque de l'année, cette couleur prononcée, presque plus lumineuse que le ciel.
    Les dommages occasionnés par les cavaliers en fuite avaient été rapidement réparés et il n'y avait guère plus que la maison du doyen qui, touchée par l'incendie, n'avait pu être reconstruite. Celui-ci en avait alors profité pour s'installer dans une autre demeure, toujours au centre du village, mais bien plus spacieuse et accueillante.
    Kergalan avait pris l'habitude de rester assis sur un petit banc de bois qui avait été placé sous le chêne de la maison Dumercie. Dès qu'il avait pu marcher et sortir de la chambre, il se tenait là, muet et indifférent aux gouttes de rosée qui lui tombaient dessus à chaque petite brise. Il semblait observer, à l'écart, la vie du village. En réalité, il n'y portait que très peu d'attention. Il se sentait détaché maintenant de toutes les petites choses de la vie.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Richard Morel est né en 1977 à Paris. Après des études d'auteur-réalisateur,il travaille sur divers projets de films pour le grand et le petit écran, ainsi qu'à des spectacles vivants. Passionné d'écriture depuis son plus jeune âge, il signe ici son premier roman, pour lequel il remporte le prix de littérature du Lions Club 2014.

  • Carroge

    Gilbert Laporte

    Une série de meurtres répondant à un rite religieux spécifique secouent la région parisienne tandis que de nombreux phénomènes étranges affolent l'Afrique et l'Amérique...
    Au XIIIe siècle, des moines dissimulent d'étranges évangiles dans une crypte avant d'être exécutés par un mystérieux chevalier. De nos jours, Pierre Demange, historien spécialiste de la Bible, est sollicité par un ami prêtre pour traduire un texte écrit en ancien français, qui indiquerait l'emplacement des manuscrits. Dans le même temps, des phénomènes étranges ont lieu en Afrique et en Amérique latine. Alors que des photos et des vidéos d'apparitions sont diffusées sur Internet, des pasteurs évangélistes s'emparent du phénomène et alertent leurs fidèles sur l'arrivée imminente de la Bête de l'Apocalypse. En proche région parisienne, une série de crimes atroces est commise, avec pour première victime le prêtre ayant pris contact avec Pierre Demange. Toutes les personnes assassinées ont le signe « 666 » brûlé sur le front. Pour le lieutenant Martin Delpech, chacun de ces meurtres répond à un rite religieux spécifique. Mais les signes du diable peuvent être trompeurs...
    Découvrez le premier tome de l'une des enquêtes du lieutenant Delpech qui tentera de démêler les signes du diable.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Passionné par le sujet de la création des évangiles comme il l'explique à la fin du livre, Gilbert Laporte se sert de ce sujet pour créer une intrigue originale et très bien ficelé, sur un thème qui a déjà été exploité plusieurs fois, autour de la psychologie du meurtrier, et de la cupidité notamment. Un très bon premier roman à l'écriture fluide mais aussi dynamique quand il le faut. A lire ! - Aucafélittérairedecéline, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Gilbert Laporte est né à Paris et vit dans le sud de la France. Il a effectué ses études supérieures à Nice et a été cadre dans de grandes entreprises. Il partage ses loisirs entre la lecture d'ouvrages historiques, le cinéma, la musique, les voyages et l'écriture.

  • Evangelium

    Gilbert Laporte

    Une série d'assassinats ayant pour mobile le vol de manuscrits anciens...
    La bataille pour les évangiles apocryphes n'est pas terminée. Une secte de pénitents extrémistes se joint à la mêlée pour leur possession, mais c'est sans compter des hommes de main du Vatican qui agissent en coulisses.
    Quant au lieutenant Martin Delpech, il réussit à obtenir une piste qui le mènera à l'assassin. Mais, quand il lui fera face, il sera confronté à plus fort que lui...
    Retrouvez le lieutenant Delpech dans le quatrième tome de sa nouvelle enquête haletante, qui le confrontera à la violence d'un psychopathe intégriste, d'hommes de main du Vatican, d'extrémistes religieux et d'une secte messianique. Parviendra-t-il à se sortir de cette lutte cauchemardesque ?
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Une plongée dans le monde de l'intégrisme catholique. Pour les personnes avides de théologie. - HannibaLectrice, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEURGilbert Laporte est né à Paris et vit dans le sud de la France. Il a effectué ses études supérieures à Nice et a été cadre dans de grandes entreprises. Il partage ses loisirs entre la lecture d'ouvrages historiques, le cinéma, la musique, les voyages et l'écriture.

  • Découvrez la première partie de l'apothéose de la trilogie Les Maîtres de l'orage  !
    La Voix de l'Égrégore est l'apothéose très attendue de la trilogie Les Maîtres de l'orage. Son histoire couvre en parallèle la fin de la Seconde Guerre mondiale et les années 2012 à 2014. La légende ancienne des princes de l'île, frères ennemis et mortels, devient un leitmotiv obsédant. L'île révèle ses secrets, sombres et fascinants, qui remontent à la nuit des temps.
    Plus que jamais, les jeunes héros se trouvent confrontés à de terrifiants périls et à des choix impossibles. Au coeur de ces immenses dangers, Marwen découvre la vérité sur l'Élu ainsi que l'identité de son Manac'h. L'Île Verte, source d'énergies naturelles et de forces mythiques, devient le centre du monde, le lieu de la bataille ultime entre le Bien et le Mal qui décidera du sort de l'humanité.
    Dans la première partie du dernier opus de la saga mêlant histoire et fantastique, découvrez le dénouement d'une intrigue haletante. Préparez-vous à être tenu en haleine jusqu'à la dernière page !
    EXTRAIT
    Le service avait été morne et traditionnel. Arnaud ne pouvait s'empêcher de penser que s'il n'avait jamais trouvé les lettres de sa grand-mère quand elle était adolescente, il aurait sans doute été à peine touché par ce deuil. Il aurait aussi sans doute trouvé cette messe sans âme adaptée à la vieille dame rigide et de bonne famille que Claire de Tréharec avait paru être. Mais derrière cette façade froide, il y avait eu Anne, une âme passionnée, honnête et courageuse. L'âme d'une fille qui avait osé se mettre en face de ses défauts et les avaient combattus et dépassés. Qu'était-il arrivé à Anne, la rebelle ? Quel était son lien avec la femme apparemment dure que sa grand-mère était devenue ?
    Mais la vie était mal faite car toutes ces interrogations devraient rester sans réponse. Arnaud avait cru, après son été sur l'Île Verte, qu'à son retour à Paris il pourrait poser toutes les questions qui le hantaient à propos de l'île, de ses secrets, de Marwen, Gaël, James... Que leur était-il arrivé ensuite ? La guerre était loin d'être terminée quand sa grand-mère avait écrit une dernière lettre si belle à son amie juive assassinée par les nazis. La lettre qu'il avait réussi à lui réciter juste avant qu'elle ne meure. Cette pensée lui fit chaud au coeur car elle savait qu'il l'avait lue et savait tout. Cette lettre si importante, ils avaient réussi à la partager, par-delà le temps, malgré tout ce qui les avaient séparés et le silence terrible dans lequel était emprisonnée Claire.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Véronique David-Martin est d'origine bretonne mais vit en Grande-Bretagne depuis une trentaine d'années. Docteure en littérature comparée, lectrice vorace depuis sa plus tendre enfance, elle se nourrit d'histoires, de mythes universels et de légendes celtiques, ainsi que de récits de famille sur la Seconde Guerre mondiale, intérêts qui l'ont évidemment inspirée dans l'écriture des Maîtres de l'orage.

  • 70 ans séparent les faits décrits dans ce deuxième tome des Maîtres de l'orage. Les récentes découvertes pourraient éclairer les zones d'ombres qui entourent les aventures de Marwen sur l'Ile Verte...
    Mars 1942. Anne et James de Tréharec quittent Paris sous les bombardements pour se réfugier sur l'Île Verte, siège ancestral de leur famille. Mais l'île est occupée par les Allemands, et d'étranges disparitions alimentent les pires interprétations. Pour retrouver les disparus, Anne, James et Marwen devront affronter l'abominable Rhombus.
    En 2012, Arnaud de Tréharec, en vacances dans le château familial de l'Île Verte, fait la rencontre d'un jeune Allemand, Sieg, avec qui il se lie immédiatement d'amitié. Alors que de terrifiants phénomènes naturels se déchaînent sur l'île, la découverte d'un vieux cahier et de lettres jamais postées va propulser les deux garçons au centre d'événements dramatiques, fruits de ceux qu'ont vécus Anne et Marwen cinquante ans plus tôt...
    Entre passé et présent, découvrez sans plus attendre le deuxième volet de la saga Les Maîtres de l'orage, dans lequel la jeune génération va devoir faire face aux événements dramatiques du passé.
    EXTRAIT
    - Mais c'est quoi ce truc ? s'exclama Arnaud.
    Il venait d'extirper d'une gangue de boue la chose sur laquelle il avait trébuché. Il la faisait passer d'une main à l'autre en l'observant sous toutes les coutures.
    On aurait dit un morceau de bois terni qui avait vaguement la forme d'une petite toupie pour enfants. Arnaud avait marché sur l'extrémité pointue et, bien que son pied ne soit pas blessé, une douleur extrême l'avait terrassé.
    Il avança son doigt vers l'extrémité en pointe et à peine l'eût-il touchée qu'une décharge électrique lui fit lâcher l'objet et pousser un cri de douleur.
    - C'est du délire ce truc ? Depuis quand le bois est-il devenu conducteur d'électricité ?
    Les sourcils froncés, il entreprit de gratter l'objet avec une pierre. Y avait-il du métal là-dessous ? Malgré ses efforts renouvelés le bois était étonnamment résistant et la pierre ne l'entamait pas. Pourtant, malgré sa solidité, on voyait bien qu'il avait été endommagé et que sa base à l'origine était attachée à autre chose.
    Arnaud fouilla la poche de son short et en sortit un mouchoir. Il le secoua pour l'ouvrir et y déposa l'objet étrange avec soin. En faisant attention à ne pas toucher son bout pointu, il l'enveloppa du mieux qu'il put puis le fourra dans sa poche, la pointe « électrique » orientée vers l'ouverture.
    Il se releva, les genoux et les coudes maculés de boue. Il ne sentait ni les bleus ni les égratignures. Il ne remarquait ni le vent qui se levait, ni les grondements de l'orage tout proche. Les pieds nus dans l'herbe mouillée, les cheveux balayés par le vent, il souriait.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Entre l'Histoire, l'aventure, la science et les légendes, sans oublier le tumulte des émotions, je vous conseille vivement cette lecture pour découvrir le vertige du Rhombus... - Du bruit dans les oreilles
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Véronique David-Martin est d'origine bretonne mais vit en Grande-Bretagne depuis une trentaine d'années. Docteure en littérature comparée, lectrice vorace depuis sa plus tendre enfance, elle se nourrit d'histoires, de mythes universels et de légendes celtiques, ainsi que de récits de famille sur la Seconde Guerre mondiale, intérêts qui l'ont évidemment inspirée dans l'écriture des Maîtres de l'orage.

  • Un récit d'initiation et d'aventures, qui se déroule sur une île imaginaire au large de la Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale...
    Septembre 1939. Alors que la menace nazie se précise, une vague de crimes se répand sur l'Île Verte, en Bretagne. Serait-ce à nouveau l'oeuvre de la Bête mystérieuse qui a frappé il y a une quinzaine d'années ? Malgré ce climat de terreur et les interdits qui pèsent sur la forêt ancestrale de l'île, Marwen, une jeune adolescente à la santé fragile, s'y sent puissamment appelée. Là, elle va de révélation en révélation et développe peu à peu ses dons particuliers. Et si c'était elle l'Élue, seule capable de sauver l'île d'un mal venu d'un autre monde, bien plus profond que la guerre ?
    Dans La Marque de l'orage, premier tome de la trilogie Les Maîtres de l'orage, l'auteure brode habilement un récit fantastique sur fond historique qui ravira tant les ados que les adultes friands de légendes et d'aventures.
    Découvrez sans plus attendre les aventures de Marwen sur la mystérieuse Île Verte dans le premier tome de la saga Les Maitres de l'orage, qui mêle le fantastique au réalisme sur un fond historique !
    EXTRAIT
    La journée avait été chaude et la nuit s'annonçait lourde. Le climat de l'île, humide et doux, était différent de celui dont Marwen avait eu l'habitude à Rennes. Son père, le docteur Goulaouenn, lui avait expliqué que le Gulf Stream, un courant d'eau chaude venu du Mexique, baignait généreusement les côtes de l'Île Verte. De la collision entre ce courant chaud et les courants froids de la Manche et de la mer du Nord naissaient des mouvements d'air aux effets violents et complexes. Ainsi s'expliquaient, avait conclu le docteur Goulaouenn, la fréquence et la brutalité des orages sur l'Île Verte.
    Un éclair déchira le ciel. Son éclat bleuté illumina un instant l'ombre de la chambre, puis la nuit engloutit de nouveau la pièce. Marwen, dans son lit, frissonna d'aise et commença à compter :
    - Un - deux - trois - quatre - cinq...
    Le tonnerre fit vibrer l'air nocturne.
    - Foudre à cinq kilomètres ! s'exclama-t-elle.
    Elle se plaisait à compter les secondes entre l'éclair et le tonnerre, qui indiquaient à combien de kilomètres la foudre avait frappé.
    Comme tous les soirs depuis son arrivée récente sur l'Île Verte, Marwen avait entrebâillé les volets de bois, que sa mère fermait toujours soigneusement. Par la fenêtre ouverte, les odeurs, les bruits et les visions du dehors emplissaient sa chambre. Elle adorait l'intensité et la beauté des orages. Elle ne les craignait pas. Au contraire, du confort de son lit douillet, elle les savourait comme un poison délicieux, potentiellement mortel mais innocent à petites doses.
    L'île où sa famille et elle venaient d'emménager était connue pour ses « tempêtes électriques » (comme les appelait en plaisantant son père). Cela aurait pu effrayer un esprit moins téméraire, mais Marwen, bien que de santé fragile, avait du caractère.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Nous voici en présence d'un auteur à la belle plume qui plante à merveille un contexte historique des plus réel en y incluant une dose de magie et de légendes. - Du bruit dans les oreilles
    Un magnifique livre fantastique qui lie contes et vérités... merci à l'auteur qui nous emporte dans ce merveilleux monde ! - daggery, BookNode
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Véronique David-Martin est d'origine bretonne mais vit en Grande-Bretagne depuis une trentaine d'années. Docteure en littérature comparée, lectrice vorace depuis sa plus tendre enfance, elle se nourrit d'histoires, de mythes universels et de légendes celtiques, ainsi que de récits de famille sur la Seconde Guerre mondiale, intérêts qui l'ont évidemment inspirée dans l'écriture des Maîtres de l'orage.

empty