Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 14/08/2021

FeniXX réédition numérique (Grancher)

  • À la recherche d'un refuge dans une vérité révélée et confortable, de nombreux individus, déçus par les religions établies et les idéologies politiques, se tournent vers les sectes. Aujourd'hui, elles sont plus d'un millier à vivre et prospérer sur notre territoire. En Europe occidentale, les gouvernements font preuve, face au phénomène, d'un immobilisme révélateur et de leur impuissance. En Europe de l'Est, la situation se dégrade. Profitant de la dynamique des mouvements de libération, les sectes s'implantent au nom de la liberté. Aux États-Unis, véritable patrie des sectes (elles bénéficient d'exonération fiscale), l'utilisation du système atteint un tel niveau, grâce au cynisme des uns et à la crédulité des autres, que le télévangélisme, son illustration la plus parfaite, est devenu un scandale national. Actuellement, elles ont élargi leur champ d'action aux individus bien implantés dans la société, comme les cadres d'entreprise. Pour atteindre ce nouvel objectif, financièrement juteux, elles ont perfectionné leurs méthodes et amélioré leur image de marque. La métamorphose est en train de devenir un succès retentissant. Il ne s'écoule pas de semaine sans son lot d'informations. Aux faits divers sordides succèdent les prétendues performances commerciales réalisées grâce à des techniques irrationnelles, parapsychologiques ou mystiques.

  • Dans cet essai, l'auteur s'est appliqué à restituer la figure de Descartes philosophe et savant en même temps qu'homme habité par l'espoir de prolonger la vie. Pas à pas Descartes vit cet espoir s'effondrer au point d'écrire à Chanut qu'au lieu de vaincre la mort, il avait (en sa morale) trouvé le moyen de ne pas la redouter. C'est dans la perspective ouverte par cette ambition qu'Alexis Philonenko a analysé les grands textes de Descartes depuis les « Regulae ad directionem ingenii » et le « Discours de la méthode », jusqu'aux données des « Meditationes de prima philosophia ». Cet aspect, un peu occulté, de l'esprit cartésien permet de rendre plus raisonnables certains passages audacieux que l'on apprécie généralement mal dans l'économie du système cartésien. La phrase-clef est la suivante : La conservation de la santé a toujours été le principal but de mes études.

  • Une philosophie originale, le pragmatisme, est bien née aux États-Unis au tournant du siècle. Elle n'était pas la première. Elle avait été précédée du transcendantalisme, version romantique du kantisme, qui en était la promesse. Le positivisme logique et la philosophie analytique d'origine européenne furent bien reçus aux États-Unis, avant et après la seconde Guerre Mondiale, mais devinrent très vite « pragmatistes », au point de donner aujourd'hui naissance à un nouveau pragmatisme, oublieux parfois peut-être de ses origines. L'accueil fait au pragmatisme en Europe nous amène à poser la question du caractère américain du pragmatisme. Ne serait-il pas plutôt la nouvelle philosophie universelle ? Universelle, parce que, expérimentale et démocratique, elle s'est substituée à l'impérialisme d'une réalité et d'une vérité supposées absolues, d'une métaphysique et d'une éthique imposées par le pouvoir, qu'il fût d'État ou d'Église ? Universelle, parce qu'elle est porteuse d'espoir et qu'elle fournit les moyens intellectuels et matériels de le réaliser ?

empty